• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le festival du racisme

Le festival du racisme

C'est un festival... mais celui du racisme !

 

Certains ont peut-être en mémoire le fameux festival du film lesbien et féministe interdit aux hommes, festival qui n'avait pas suscité l'indignation de la mairie de Paris qui le subventionnait (est-ce toujours le cas ?) et qui continue manifestement sur le même registre (à en lire la section accessibilité où il est question de sous-titrage «  à l'intention des femmes sourdes et malentendantes ») mais voici qu'un nouveau festival déclenche la polémique avec toujours la même philosophie d'exclusion d'une partie de la population.

Auto-qualifié d' « afroféministe », le festival Nyansapo assume pleinement la « non-mixité » (novlangue quand tu nous tiens... il s'agit pourtant bien de racisme) à en lire le collectif afroféministe Mwasi dont l'objectif est de « faire entendre les voix des noires africaines et afrodescendantes ». Ce collectif explique « qu'elles sont les mieux placées pour saisir les armes de [leur] émancipation ». Émancipation de quoi, telle est la question puisque aucun lieu public n'est interdit à une personne en vertu de sa couleur de peau, son sexe, son âge...

 

 

« Don't agonize, Organize »... la ségrégation raciale ?

 

Ainsi expliquée en théorie, la question est, en pratique, très racialisée et c'est cela qui déclenche la polémique. Jugez plutôt : ce festival (de la connerie ?) prévoit 4 espaces distincts, l'un réservé aux femmes noires (80% du festival), un autre pour les personnes noires (hommes et femmes), un autre pour les femmes « racisées » (pour comprendre ce que cela signifiait j'ai écouté les défenseurs de ce mot : « être racisé-e, n'est pas appartenir à une race, mais vivre dans des structures sociales discriminantes, qu’il faut identifier comme telles pour pouvoir les renverser. », à l'évidence ce collectif n'a pas la même définition... et puis quid d'un blanc vivant dans un quartier où son ethnie est minoritaire ? A-t-il le droit de se sentir « racisé » et donc accéder à une partie de leur festival à la con... en vertu de sa situation, comment ça, « ça ne marche pas » ?) et un dernier accessible à tous. On imagine d'ici les contrôles au faciès et le traitement des cas des familles dont le mari est blanc et la femme est noire (ou inversement) avec des enfants métisses, un véritable casse-tête pour les organisatrices et le responsable de la sécurité.

 

On ne s'étonne plus de rien à Paris et en France. Après les cafés et trottoirs interdits aux femmes, le camp d'été décolonial interdit aux blancs, certaines réunions de Nuit Debout interdites aux hommes, le festival subventionné du film lesbien et féministe interdit aux hommes, voilà que surgit un festival qui innove avec ce mélange de misandrie et de racisme anti-blanc. Peut-être serait-il temps de rappeler à ces gens qu'il fut un temps pas si éloigné où c'était les noirs ou les juifs qui étaient interdits de présence dans certains lieux...

 

 

Mais laissons parler les pros...

 

Alors évidemment, je suis allé consulter les associations censées lutter contre le racisme et toute forme de discrimination. Et il y a des disparités dans les réactions mais aussi des nouveautés.

  • SOS Racisme : Surprise ! L'association condamne (et c'est heureux) cet événement qui sur le plan jurudique est discriminatoire et parle "d'initiative abjecte". Si la créature du feu PS a vu son Président, Dominique Sopo, se fendre d'une tribune condamnant la composition du premier gouvernement sous Macron au motif que celui-ci n'a « aucun ministre majeur issu des immigrations maghrébines, subsahariennes ou des Antilles » (les personnes d'origine chinoise, indienne ou autre apprécieront), elle a au moins le mérite ici de ne pas faire dans l'ambiguïté ou le deux poids deux mesures auquel elle nous a habitué.

  • La LICRA condamne. Alain Jackubowitz a déclaré « Rosa Parks doit se retourner dans sa tombe », sauf que cette dernière a elle-même participé à des réunions sur ce même principe racialiste... cohérence quand tu nous tiens...

  • Le MRAP : Pas de trace sur leur site (peut-être des déclarations m'ont échappé). On se souvient néanmoins que le MRAP n'avait pas jugé bon de s'associer à la LICRA dans un procès sur fond de racisme anti-blanc il y a quelques années. Néanmoins, ils avaient publié, dans un texte d'orientation datant de 2012, la condamnation suivante : « Promouvoir des identités artificielles et “ uniques ”, qu’elles soient nationales, religieuses, ethniques ou raciales, conduit inéluctablement au racisme. Ces enfermements identitaires émanent des groupes dominants, mais se reproduisent dans les groupes dominés : le racisme antiblanc en représente un avatar. Le Mrap le condamne à ce titre d’autant plus qu’il apporte une inacceptable et dangereuse non-réponse aux méfaits et aux séquelles de la colonisation. ». Cette condamnation n'était pas au goût d'un collectif qui citant Albert Menni, relativisait, voire considérait comme négligeable ce « racisme édenté », celui des dominés, des faibles, « dont dont on pourrait se demander en conséquence s’il mérite même d’être considéré comme un racisme ».

  • Fondation Lilian Thuram Education contre le racisme : Pas de trace.

  • La LDH : Aucune trace de condamnation sur leur site.

  • Les Chiennes de garde : Pas de trace sur leur site

  • Ni Putes Ni Soumises : Le dernier sujet d'actualité sur leur site date de plus de 6 mois...

  • Osez le féminisme ! : Pas de trace sur leur site. Mais on peut lire ici le réponses de Raphaëlle Rémy-Leleu qui explique ne pas comprendre les réactions suscitées par l'organisation d'un tel événement : « ça commence à nous fatiguer et à nous énerver un peu. Des personnes ne veulent pas comprendre que des personnes "dominées" aient envie de s'organiser entre elles, pour aller vers leur émancipation. Ce sont des polémiques qui reviennent régulièrement, sur des bases assez malsaines.  ». S'appuyant sur une analogie avec le féminisme, elle explique « quand on s'organise entre femmes, parce qu'il y a certains sujets qu'on a envie d'abord d'évoquer entre femmes, on a des espaces de non-mixité. Cette non-mixité, qui est choisie, est une méthode d'organisation. La non-mixité choisie et la non-mixité subie sont deux choses différentes par essence et dans leurs objectifs. »

 

Evidemment il ne fallait pas s'attendre à ce que des associations féministes condamnent... et il aura fallu attendre que le sujet soit mis sur le tapis (circonstances aggravantes : l'utilisation de locaux municipaux, mais nous dit-on les ateliers discriminants ne sont pas prévus dans ces locaux publics) pour que Mme Hidalgo réagisse, condamne « fermement », et demande l'interdiction de l'événement. On s'oriente vers une pseudo-solution (car apparemment c'était prévu dés le début) intermédiaire, la mixité raciale et sexuelle sera de mise dans les locaux publics, et les ateliers aux critères d'admission racialistes auront lieu dans des lieux privés. Le « camp d'été décolonial » également interdit aux blancs a pu s'organiser dans un lieu privé lui aussi.

 

 

Quand l'anti-racisme justifie le racisme

 

D'abord, comme d'habitude un certain nombre d'intervenants condamnent la reprise en main de cette histoire par l'extrême-droite, comme si c'était l'extrême-droite qui était à l'origine de l'événement.

Si pour de nombreuses associations antiracistes ce racisme (arrêtons de parler de « non-mixité ») répond au même principe d'exclusion que les autres racismes, un courant de pensée (si on peut le qualifier ainsi) tente d'expliquer l'intolérable par l'analogie aux mouvements afro-américains qui furent réservés exclusivement aux noirs. L'idée est que les « opprimés » doivent pouvoir exprimer leur rancœur librement, ce qui serait impossible avec la présence de l'oppresseur blanc. Certains vont plus loin encore en niant l'existence même d'un racisme anti-blanc dans la société, puisque le blanc étant le dominant, tout racisme envers lui ne serait qu'une sorte de réaction à l'oppression, marginal, certes regrettable mais au fond excusable, le fameux racisme édenté de Menni.

Ma conclusion à l'attention des « non-racisés » : évitez ces lieux et ces événements où vous êtes de toute façon exclus, discriminés, jugés comme oppresseurs par défaut et où des gens sont assez stupides pour vous catégoriser selon votre concentration de mélanine. Les pires racistes de France ce sont eux et ça commence à se voir. Si c'était le dialogue qu'ils voulaient, expliquer, partager leur ressenti et leurs expériences (ce qui pourrait être constructif), ils ouvriraient leurs portes au lieu de s'enfermer dans un communautarisme qui ne peut qu'engendrer à terme le racisme, le vrai celui-ci.

 

 

Tags : Racisme Festival Polémique



Réagissez à l'article

412 réactions à cet article    


  • 8 votes
    Djam Djam 31 mai 10:15

    Bonne pioche pour comprendre un peu plus encore ce que manigancent les mondialistes pour noyer toute population endogène, ici comme ailleurs, au profit d’une purée marronnasse indistincte.
    Pendant que des idiots utiles du mondialisme (nouveau terme qui remplace l’internationalisme qui conservait trop de nuance "nationale") affirment qu’il n’existe pas de races mais seulement une humanité (?), les anti-racistes fabriquent effectivement le racisme communautaire utile. C’est voulu et ça marche.
    Ça marche surtout avec les femmes... cette race femelle de la pathétique humanité décomposée, catégorie humaine 100 fois plus manipulable que les mâles qui ont largement pigé un peu partout les grandes manoeuvres qui les ont transformés en esclaves de la modernitude abrutissante.
    Usés par cette aliénation ancienne, les mâles sont priés de la fermer, de raser les les murs et de tapioliser pour laisser l’espace de beuglerie aux femelles. Mais du côté femelles, la variété blanche (nous resterons politiquement corrects...) a déjà pigé là encore les manips gerbatoires et dénigrent de plus en plus le féminisme imbécile qui les a mener à leur tour dès les années 50 aux EU puis en Europe vers leur propre aliénation.
    Reste donc à manipuler les dernières abruties côté variété colorée... et voyez comme ça marche smiley !
    Quand on naît con, on est con... ou conne...


    • vote
      Janus Stark Janus Stark 31 mai 13:43

      Bon, alors, concrètement, nous sommes dans une république pourvue d’une constitution et de lois. Il suffit de s’en servir. Dès lors, aucun ostracisme ne sera possible. Il s’agit de se porter partie civile contre de telles importations et les inventions qui vont avec (ce genre de communautarisme sied à merveille aux USA, mais nous ne sommes pas les USA). Le racisme de ceux qui se croient endogènes le mérite tout autant ; soit dit en passant. 

       Une volée de plaintes contre les organisateurs dudit festival et contre la mairie de Paris devrait suffire.

      L’on tente de dresser les gens les uns contre les autres et de détruire le modèle social français à grands coups de théories vaseuses et d’opinion taillées à la serpe.
      Mais que vive la République Française Une, Indivisible, Laïque et Sociale ! (dixit la constitution)

      • 3 votes
        Qiroreur Qiroreur 31 mai 15:31

        @Janus Stark

        Il serait formidable que ce soit aussi simple. Malheureusement le recours au juridique ne permet pas de résoudre ce qui s’apparente de plus en plus à une fracture évidente, fondée sur la race. Ce qui paraissait impensable il y a quelques années (ou alors ultra marginal) prend forme et la loi ne permet pas d’enrayer cette tendance. La preuve, le camp d’été décolonial interdit aux blancs de l’année dernière s’est quand même tenu et il en sera de même ici, vous pouvez en être certain. A titre personnel je pense qu’il est préférable de laisser faire afin que les choses soient claires pour tout le monde. Quant à la posture hypocrite de la Mairie de Paris et de sa socialiste de première magistrate de commune, elle nous a démontrée toute l’étendue de sa bêtise (sans parler de son bon goût, mais nous ne sommes plus à ça près les concernant).

        Il est à noter (c’est la raison pour laquelle j’ai repris les réactions des associations) que l’indignation au racisme est à géométrie variable. Si la LDH était en pointe pour contester l’ouverture d’un bar identitaire à Lille, elle ne s’émeut pas de l’existence d’un festival où les blancs sont largement exclus. Vous allez me dire qu’on pouvait s’y attendre, car dans leur conception des choses, un raciste est préférentiellement (pour ne pas dire exclusivement) un blanc, pardon, un non-noir non-racisé. Ils (les bien-pensants) ne qualifieront jamais cette agression ultra violente et gratuite comme une "ratonnade anti-blanche". Non, dans ce cas, il convient d’évoquer les conditions sociales des agresseurs qui ne sont d’ailleurs plus que des "jeunes" frappant un autre jeune pour un banal différend. Aucune manifestation pour dénoncer cette violence insoutenable, aucune de ses associations subventionnées pour condamner... c’est ainsi. Le blanc, pardon le non-noir non-racisé (prenons de bonnes habitudes), est un dominant oppresseur de par sa simple couleur de peau. L’hostilité (verbale ou physique) a son endroit est un racisme dont on se demande même s’il peut être qualifié comme tel tellement il est normal, compréhensible et logique.

        Prenons acte donc de la nouvelle hiérarchie des souffrances que cette association reprend en pratique dans ses ateliers. Depuis le plus haut (là où la souffrance et l’oppression est présumée être totale) s’érige une pyramide mêlant genre et race (sensée pourtant ne pas exister) qui ressemble à ceci : 

        - La femme noire lesbienne/transgenre/handicapée (si elle est les trois, elle/yiel* peut être considérée comme la victime des victimes, sorte de légion d’honneur de la souffrance... le seul hic étant qu’il y avait jusqu’alors une autre communauté qui détenait la palme, mais gageons que tout ce petit monde saura s’entendre pour une juste place). Il y a une hiérarchie interne à cette sous-catégorie que l’on retrouve aussi dans chacune des catégories suivantes.

        - La femme "racisée"

        - L’homme noir

        - L’homme "racisé"

        - La femme "non-racisée"

        - L’homme non-racisé non-hétérosexuel

        - L’homme non-racisé hétérosexuel, le père de famille blanc donc, qui oppresse, par son privilège de naissance lui garantissant injustement d’être la norme, toutes les catégories précédemment citée. Il lui appartient donc de se repentir de son existence même et rembourser. Il lui est également interdit de revendiquer la moindre discrimination ou agression qu’il subirait, étant l’oppresseur, cela n’aurait aucun sens.

        * yiel : ce pronom (aux orthographes multiples) est un néologisme souhaité par les transgenres non-binaires pour se définir, ne souhaitant pas être réduit-es-s aux très réacs "ils" ou "elles". Une refonte totale de la langue française s’impose d’urgence pour intégrer la bonne vingtaine de nouvelles identités que FaceBook (la référence ultime) reconnaît. 


      • 3 votes
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 31 mai 14:51

        La seule création d’un acronyme imprononçable tel que MRAP devrait être punie d’un bannissement hors de la francophonie. 


        • 1 vote
          Le Zouav 31 mai 15:09

          @Qaspard Delanuit

          Question francophonie, le Q non suivi d’un U dans votre pseudonyme pourrait subir le même sort : c’est pas très très prononçable non plus smiley


        • 3 votes
          Qiroreur Qiroreur 31 mai 15:24

          @Le Zouav
          Etant moi-même concerné par cette remarque à la limite du racisme je m’insurge. En effet, Qaspard comme Qiroreur peuvent parfaitement se prononcer comme le Q de Qatar (c’est un Q qui vient du fond de la gorge), son qui existe dans d’autres langues, sémitiques notamment. Cette remarque suinte l’antisémitisme et vous n’êtes sauvé que de justesse par la circonstance atténuante que celui-ci se situe sur le plan linguistique uniquement (autrement je me serais empressé de vous dénoncer). Ca va pour cette fois, mais prenez garde chenapan !


        • vote
          Le Zouav 31 mai 15:41

          @Qiroreur

          J’avais zoublié que le Qatar est un haut lieu de la francophonie, impardonnable erreur de ma part. Mes plus plates excuses aux membres de la Sainte Alliance du Q.

          En cas de convocation par la Licra au tribunal, je m’engage à plaider coupable. (Mais n’espérez pas trop non plus, je suis insolvable :) )


        • vote
          Zatara Zatara 31 mai 16:34

          @Qaspard Delanuit
          peut être le prononcer façon anglophone.....


        • 1 vote
          Qiroreur Qiroreur 31 mai 18:28

          @Le Zouav
          En fait c’est la France qui est devenu un haut lieu de la riche culture qatarie si chère à nos chers élites. Quant aux associations elles ne sont pas du genre à se contenter d’un euro symbolique... 


        • 2 votes
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 1er juin 00:30

          @Le Zouav

          Attention, en cas de provocations répétées de la part de l’indigne groupuscule fazisant des Z (nous rappelant les zeures les plus zombres de notre zistoire), la communauté des Q se réserve le droit de répondre par les actions en justice nécessaires, fermes et implacables, qui seront engagées par notre avocat, Maître Qroc-Pointu. 


        • vote
          pegase pegase 1er juin 10:46

          @Qaspard Delanuit


          La communauté des "Pets de gaz" en qualité de témoin de ces odieux agissements se portera partie civile ! 

          (’une liasse de billets passée sous la table sera la bienvenue)


        • 3 votes
          voltmètre voltmètre 31 mai 15:29

          Quand tout le monde aura compris que tout ce qui divise, et attise la haine les uns envers les autres, arrange le pouvoir en place, on aura fait un grand pas en avant, et on évitera un tas de bavardages inutiles . Ils jouent la diversion et ça marche au delà de leurs espérances, de débats stériles en énergie perdue, ils doivent bien se marrer au dessus je vous le dis .


          • vote
            yoananda yoananda 31 mai 16:32

            @voltmètre
            tu attises la haine contre le pouvoir en place et tu divises ceux "du bas" avec ceux "d’en haut", selon la stratégie d’attaque marxiste de destruction des nations qui sert les mondialistes.

            Tu crois que c’est mieux ?


          • 3 votes
            berphi 31 mai 16:23

            RAS également de la part des officines anti-raciste pour ce "fait divers" anti blanc :



            Il n’est pas a douté que si une afroféministe avait subit l’horreur qu’a connue cette femme pour les mêmes raisons évoquées par ces crapules, les dites officines se seraient fendues d’un communiqué à la hauteur du préjudice, et comme il se doit, relayé par les médias dans les proportions qu’on leur connait.

            • 4 votes
              Qiroreur Qiroreur 31 mai 18:17

              @berphi
              Une française (blanche j’imagine) violée et torturée des heures durant pour cette raison n’est pas une victime du racisme et le fait qu’elle ait été ciblée pour cette raison n’est pas une circonstance aggravante comme cela le serait pour d’autres communautés. Evidemment aucune association ni aucun politique ne va s’indigner de cet énième acte d’un racisme qui n’existe pas... 

              Dans la ville de l’ex-premier ministre Valls, ce genre de crime immonde n’est pas prêt de convaincre les blancos dont Manu déplorait l’absence.


            • vote
              fred fred 31 mai 17:57

              La France blanche ne veut pas des esclaves blacks faisant leur festival...Ils sont là pour faire baisser les salaires et qu’ils ferment leur gueule...Bulletin de l’élysée !


              • 1 vote
                Cobat19 Cobat19 31 mai 20:53
                On ne combat pas le racisme par le racisme, defois le militantisme de certains pour des causes juste les font tomber dans l’exacte contraire de ce qu’ils défendent. Si on veut combattre le racisme il faut être ouvert aux autres pas se replier sur soi même.



                • vote
                  yoananda yoananda 31 mai 21:11

                  @Cobat19
                  "Si on veut combattre le racisme il faut être ouvert aux ..."

                  ... racistes smiley

                  Les "racistes" (c’est à dire les quelques blancs qui ont une conscience raciale, parce que les non blancs ne sont pas concernés - les européens étant le peuple le moins raciste de la planète en réalité - mais bon) sont les nouveaux juifs, les rôles sont inversés.


                • 2 votes
                  childéric childéric 31 mai 22:32

                  Ptdr !!!!


                  laissez les noirs s’organiser entre eux, qu’est ce qu’on s’en fout qu’ils interdisent des trucs au blancs. A part les hommes qui raffolent des femmes noires je vois pas qui ce festival pourrais déranger smiley

                  Le b’nai b’rith ça n’a jamais dérangé personne.

                  • 1 vote
                    maQiavel maQiavel 31 mai 23:22

                    Je vais un peu faire mon libertaire mais je ne comprends absolument pas cette polémique.

                    Ça ne me dérange pas du tout sur le plan moral que des gens se réunissent selon des affinités et caractéristiques particulières dans des espaces « privés » (si j’ai bien compris, les parties de ce festival qui font polémiques sont celles qui concerne les espaces non mixtes mais il semblerait que les organisateurs aient prévus que ces espaces soient privés). Dans des espaces publics , ce serait bien évidemment autre chose …

                    Par exemple, le principe du  B’nai b’rith ne me gène pas (confrérie maçonnique réservée aux juifs). Si des réunions privées sont réservés aux blancs, ça ne me gênerait pas non plus (c’est un peu le principe de certaines réunions identitaires, les individus aux faciès d’ Omar Sy ou de Jamel Debbouze n’y seraient pas les bienvenus il me semble). Pour être encore plus terre à terre, je ne vois pas en quoi c’est un problème moral que des femmes décident de parler exclusivement à d’autres femmes dans une réunion dans un espace privé. Si des corses, des Bretons, des Alsaciens veulent se parler entre eux dans certaines réunions privées, cela ne me dérange pas non plus.

                    Pour moi, cela relève de la liberté d’association, bien sur que ces réunions sont légales mais même moralement, je ne vois pas comment les condamner. Mais, peut être que simplement je n’y comprends rien et dans ce cas une explication serait la bienvenue … 


                    • 4 votes
                      Zatara Zatara 31 mai 23:29

                      @maQiavel
                      tu comprendrais mieux s’il s’agissait de femme blanche dans un pays d’afrique noir qui auraient précisé qui peut rentrer et qui est exclue ?


                    • 1 vote
                      maQiavel maQiavel 31 mai 23:32

                      @Zatara
                      Mais ça existe dans les pays d’Afrique des réunions privées d’expat européen ... 

                      C’est quand même la moindre des choses. 


                    • 2 votes
                      Qiroreur Qiroreur 31 mai 23:51

                      @maQiavel
                      La LDH considère l’ouverture d’un bar privé (en réalité un club) même pas officiellement réservé pour les blancs comme étant passible de poursuites et multiplie les actions, mais ne s’indigne pas d’un festival réservé à 80% à des noirs et excluant les blancs, les hommes et en partie les "racisés". Admettons que l’on accepte cette façon de procéder et tu as raison, c’est déjà le cas... ceci dit j’ai anticipé la remarque sur le B’naï b’rith que je ne défends pas, soyons clairs : 

                      1. En allant consulter leurs conditions d’admissions, il n’est écrit nul part qu’il est réservé aux juifs et interdit aux goyims, alors sans doute est-ce de l’hypocrisie, mais au moins cette organisation n’affirme pas que son accès est conditionné par la judéité

                      2. Les réunions de cette organisation se déroulent à ma connaissance (je n’ai pas assez creusé la question) dans des locaux privés (rien à voir avec par exemple un festival de films subventionné par une collectivité locale)

                      Plus généralement, ma question est : est-ce ce genre de France que tu souhaites ? Un pays fractionné entre différentes communautés ? 


                    • vote
                      erQar erQar 31 mai 23:59

                      @maQiavel
                      -

                      Salut maQ,

                      je suis juste de passage....en fait, c’est le réflexe du négrier.

                      Le maitre à le droit de s’assoir et discuter entre négrier des modalités de traitement des esclaves

                      http://centrafrique-presse.over-blog.com/article-le-discours-de-l-esclavagiste-william-lynch-commente-et-analyse-par-leon-kidjimale-grant-115506430.html

                      Donc des esclaves qui s’assoient et discutent de leur condition, ce n’est pas tolérable smiley

                      -

                      Je ne vois pas d’autre explication


                    • 1 vote
                      Sylvain Sylvain 31 mai 23:59

                      @maQiavel

                      Sur le plan légal je suis d’accord avec vous, si on interdit dans un lieu privé ce genre de réunion, on a vite fait de tomber dans un système liberticide. 

                      Sur le plan moral après c’est la conscience de chacun, personnellement je n’utiliserai pas la couleur de peau comme critère d’entrée à une soirée ou réunion que j’organiserai, mais chacun doit pouvoir être libre d’inviter qui il souhaite dans son espace privé. 


                    • 2 votes
                      Zatara Zatara 1er juin 00:08

                      @erQar
                      va dire cela aux groupes neo-nazi allemands dans leurs réunions... allons, un peu de sérieux, il s’agit de réunion basé sur des critères parfaitement racialiste, de quoi se marrer quand un maQ n’y voit aucune contradiction avec sa chère notion de citoyen, ou de républicain...


                    • 3 votes
                      Zatara Zatara 1er juin 00:09

                      @maQiavel
                      c’est vrai que les réunions d’expat sont interdites aux autochtones de "couleur".....


                    • 4 votes
                      Zatara Zatara 1er juin 00:19

                      @Sylvain
                      si on interdit dans un lieu privé...

                      ...finançé par la mairie de Paris, donc avec des deniers publiques


                    • vote
                      erQar erQar 1er juin 00:22

                      @Zatara

                      -

                      Salut Zatara

                      -

                      Je n’ai rien contre les neo nazi....d’ailleurs, j’aime bien porsche et volkswagen smiley

                      -


                    • vote
                      Sylvain Sylvain 1er juin 00:22

                      @Zatara

                      "c’est vrai que les réunions d’expat sont interdites aux autochtones de "couleur"....."

                      Meme si c’est pas officiellement dit ça existe parfaitement. Lors de mon dernier périple au Bresil j’ai été invité a une soirée ou l’hôte (expatrié) n’avait invité que des expats blancs occidentaux... 

                      Personnellement je déteste cette "pratique" de l’expatriation qui consiste à partir a l’autre bout du monde pour rester entre blanc occidentaux et avoir le même mode de vie (nourriture, pratique social etc.) qu’en France, mais je ne leur interdit pas.


                    • 1 vote
                      yoananda yoananda 1er juin 00:24

                      @erQar
                      tu penses comme un esclave.


                    • vote
                      erQar erQar 1er juin 00:35

                      @yoananda
                      -

                      Pas compris, je faisais juste allusion à un rapport de force entre le maitre et esclave.

                      Par exemple des asiatiques qui restent entre eux, cela ne dérange pas...Y a t il un article qui va dans ce sens sur agoravox ?


                    • vote
                      maQiavel maQiavel 1er juin 00:36

                      @Qiroreur

                      Sur la LDH et le fameux bar identitaire, j’avoue que je ne connais pas l’affaire. Mais sur le plan du principe général, un espace commercial qui inclurait des critères discriminatoires selon les origines religieuses, sociales ou ethniques poserait problème. Par contre, s’il ne s’agit pas d’un espace commercial mais culturel, ce serait tout autre chose de ma perspective. Je ne vois pas au nom de quoi on pourrait empêcher des identitaires d’organiser des réunions privées entre blancs par exemple. Et si ça arrivait, je m’opposerais à une telle interdiction par principe.

                      Concernant le festival, et ça fait partie des choses que je ne comprends pas dans cette polémique : il me semble que les réunions non mixte soient prévues dans un cadre privé. Et que la partie publique du festival ne contienne pas de partie non mixte. Tu me diras si je me trompe mais si c’ ‘est le cas, ce sera déjà plus clair pour moi car en effet il est inacceptable que des réunions non mixtes soient organisées dans un espace public.

                       

                      Sur le B’nai b’rith, merci pour tes précisions. Mais sur le plan théorique, est ce que ça poserait problème que le principe de cette organisation soit d’être réservé aux juifs ? Personnellement, ça ne m’en poserait pas. D’ailleurs si je ne me trompe pas, il est impossible d’entrer dans une Mosquée si on est pas musulman ou dans une Synagogue sans être juif, c’est à peu près le même principe d’exclusion et ça ne choque personne (heureusement) , c’est considéré comme étant tout à fait normal …

                      -est-ce ce genre de France que tu souhaites ? Un pays fractionné entre différentes communautés ? 

                      La question n’est pas tant ce que je souhaite mais ce que je constate : tous les pays du monde sont fractionnés entre différentes communautés, c’est une lapalissade. C’est comme ça , toutes les sociétés sont hétérogènes ( sauf pour les petites communautés primitives de quelques dizaines d’individus qui ont l’avantage de l’homogénéité ) et les gens en leurs seins se regroupent selon divers critères et affinités. Seul le totalitarisme étatique pourrait aller à l’encontre de cette tendance spontanée en ne laissant rien subsister entre l’individu et l’Etat ( mais quand on lit l’histoire , même les nazis et les fascistes italiens ont échoués ).

                      Donc la France est hétérogène et elle l’a toujours été, cependant, les politiques migratoires de ces dernières décennies ont surajoutés des fractionnements ethno –religieux, on peut le regretter mais le mal est fait. Ceci étant, en vertu du principe de la liberté d’association, je ne vois pas en quoi cela pose problème que des gens s’associent en fonction de critères et d’affinités particulières …

                      Mais ce principe d’association n’exclut pas un autre principe (malheureusement inappliqué) : la République ne reconnait aucune autre communauté que la communauté nationale et ses dépendances. Ce principe ne signifie pas que la République vise à faire disparaitre les communautés autres que la communauté nationale mais qu’elle ne doit pas les reconnaitre. La France que je souhaite est celle qui appliquerait de façon rigoureuse ce principe.

                      Et ce qui me pose vraiment problème dans cette affaire, ce ne sont pas les espaces non mixte ( s’ils sont bien privés ) mais le fait que ces associations soient subventionnés par des deniers publics , ce qui in finé induit une reconnaissance de la République.

                      Pour le dire autrement, le fractionnement entre différentes communautés n’exclut pas l’existence d’espace de communalité nationale sanctuarisés de ces communautarismes par la République. 


                    • vote
                      maQiavel maQiavel 1er juin 00:40

                      @Zatara

                      -c’est vrai que les réunions d’expat sont interdites aux autochtones de "couleur".....

                      Je ne sais pas si tu es déjà allé dans un pays d’Afrique noire ( ça m’est arrivé ) mais les réunions d’Européen sont en général réservées aux Européens blancs. Et ça ne choque personne. Evidemment, ce n’est pas dit officiellement mais concrètement c’est le cas. Je ne vois pas ou est le problème en fait …


                    • 2 votes
                      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 1er juin 00:43

                      @maQiavel
                      "Ça ne me dérange pas du tout sur le plan moral que des gens se réunissent selon des affinités et caractéristiques particulières"


                      Moi non plus bien sûr. C’est même le principe d’une association ! Toutefois, si on parle d’un festival, la question se pose très différemment. Par principe de convivialité, un festival est ouvert à tous les publics même quand la thématique est très précise (musique traditionnelle japonaise, concours de mangeurs de pastèques, congrès des chauves à longue barbe, etc). Alors peut-être que je n’ai pas bien compris, mais si c’est bien le public (et non uniquement les conférenciers ou autres intervenants professionnels) qui est rangé en catégories raciales, c’est une approche communautariste assez étrange quand même. 


                    • vote
                      maQiavel maQiavel 1er juin 00:47

                      @Qaspard Delanuit
                      C’est la précision que j’attends de Qiroreur parce qu’il me semble d’après ce que j’ai lu que les espaces non mixtes ne soient pas publics mais privés ( et donc en marge du festival). 


                    • 3 votes
                      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 1er juin 00:48

                      @maQiavel
                      "Je ne sais pas si tu es déjà allé dans un pays d’Afrique noire ( ça m’est arrivé ) mais les réunions d’Européen sont en général réservées aux Européens blancs. Et ça ne choque personne. Evidemment, ce n’est pas dit officiellement mais concrètement c’est le cas. Je ne vois pas ou est le problème en fait …"

                      Mais il n’existe pas, à ma connaissance, de festival ou de congrès scientifique interdits aux publics Noirs en Afrique (ni ailleurs dans le monde). Si ?


                    • vote
                      erQar erQar 1er juin 00:53

                      @Qaspard Delanuit
                      Bonsoir Qapard,

                      -

                      Mais il n’existe pas, à ma connaissance, de festival ou de congrès scientifique interdits aux publics Noirs en Afrique (ni ailleurs dans le monde). Si ?

                      -

                      http://www.tdg.ch/suisse/festival-neonazi-unterwasser-mal/story/22646773

                      -

                       smiley


                    • 2 votes
                      Qiroreur Qiroreur 1er juin 00:54

                      @maQiavel
                      "D’ailleurs si je ne me trompe pas, il est impossible d’entrer dans une Mosquée si on est pas musulman ou dans une Synagogue sans être juif"


                      Tu fais erreur, il est possible de pénétrer dans une mosquée si tu n’es pas muz (je l’ai fait des tas de fois) et dans des synagogues (idem) bien que non-juif, il suffit juste de se déchausser dans un cas et se couvrir la tête dans un autre. J’ai pu approcher le tombeau d’Abraham à Hébron, et m’approcher au plus près du mur occidental à Jérusalem sans même avoir la tête couverte, tu as peut-être quelques lacunes (sans vouloir être offensant) sur cette question. 


                      "La République ne reconnait aucune autre communauté que la communauté nationale et ses dépendances. (...) La France que je souhaite est celle qui appliquerait de façon rigoureuse ce principe."

                      Ok (et idem pour la suite)




                    • 2 votes
                      yoananda yoananda 1er juin 00:56

                      @Qaspard Delanuit
                      selon moi ces histoires de victimes du racisme sont montés de toute pièces. En France, pour un blanc, c’est déjà compliqué d’être raciste dans sa propre baraque alors ...

                      Il n’y a pas de racisme institutionnel. L’état et les médias sont perclus d’anti-racistes forcenés. Il y a un racisme "léger/résiduel" dans la société civile, mais il ne faut pas oublier un truc, les gaulois ne sont pas spécialement tendre entre eux : la même réaction qui se passe entre 2 blanc mais qui serait transposée entre 1 blanc et un noir ou un arabe, serait interprétée par ces derniers comme du racisme.

                      Donc les médias font la chasse au MICRO-racisme, et ce n’est pas pour rien.

                      Il existe un racisme bien plus fort (et assumé parce que accepté par l’état) envers les blancs.

                      Il y a depuis, disons 10 ans à la louche, une recrudescence du racisme chez les blancs, mais bon, c’est surtout parce que la coupe est pleine. Les français (en majorité) doivent se forcer pour être raciste à l’inverse souvent des populations "importés".

                      Mais bon, on n’est plus à une inversion accusatoire près, la victimophilie, et la victimologie étant érigés en quasi-science de nos jours.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès