Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Légende des sabres - Mythologie Japonaise

Légende des sabres - Mythologie Japonaise

 

Les guerriers samouraï ayant régné sur le Japon pendant de nombreux siècles, les traditions martiales forment une grande part de l’héritage historique et culturel du Japon ancien. Les sabres (dont les fameux katana), notamment, sont aujourd’hui des pièces de collection et, à l’instar des toiles occidentales, elles portent souvent le nom du forgeron qui l’a créée.

Ainsi, selon la légende : les deux plus grands forgerons furent Masamune et Muramasa 

 

Tags : Japon Mythologie



Réagissez à l'article

4 réactions à cet article


  • 1 vote
    Qamarad Qamarad 22 octobre 17:04

    J’ai beaucoup aimé les références shonen dans le générique smiley
    Bon épisode !


    • 1 vote
      Jean Keim Jean Keim 22 octobre 17:57

      Deux sabres, deux humanités dans une variation infinie.


      • 1 vote
        yoananda yoananda 22 octobre 23:46

        Super intéressant, cette petite plongée dans l’âme du Japon.


        • 1 vote
          sls0 sls0 23 octobre 15:34

          Autre vidéo au sujet du sabre japonais.
          On y parle du coté spirituel mais il y a une partie technique et de l’âme de l’artisan.
          Il y a bien longtemps je recherchais des lames de ressort de Ford 12M un des constituants principaux d’un acier Damas qui tenait la route.
          Mon grand-père ne jurait que par l’acier des ressorts des canons Krupp de la guerre 14-18.
          Au Japon ils sont moins versatiles pour leur acier de qualité incroyable.
          J’en ai eu un entre les mains, le son quand on le heurte avec les ongles est un joli son.
          Il y a des gitans qui on un sacré savoir faire, j’ai vu une démonstration. C’était un banal emporte pièce de 50mm de diamètre, ils l’ont emmené pendant 3-4h, à leur retour ils ont demandé de poser une tôle de 1mm sur une enclume, ensuite ils ont fait des rondelles de 50mm sans problème. Après la découpe, l’emporte pièce qui s’était pris le dos de l’enclume n’avais aucune défaut.
          Il ont aussi fait une démonstration avec un alésoir façon Paris, ils l’ont mis dans le tour et sont rentré dedans avec de l’acier à clavettes. Des copeaux bleus, un alésoir qui se courbait sous l’effort, ceux qui ont déjà employé ce type d’alésoir diront que ce n’est pas possible, c’est ce que je disais avant de l’avoir vu.
          Dans la forge de mon grand-père il y avait de l’urine de jument pleine et des rognures de sabots de cheval.
          Pour les rognures j’ai compris par la suite, c’était pour la carburation, pour l’urine peut être pour la nitruration lors de la trempe. A moins que c’était pour me faire fuir, quelle odeur.
          Pour l’acier Krupp, mon frère emploie encore toujours une hache faite par mon grand-père, il l’affûte rarement.

          

          Ajouter une réaction

          Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

          Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


          FAIRE UN DON







Palmarès