Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les vaccins ? Parlons-en ! Opus 2 : Dr Marc Vercoutère

Les vaccins ? Parlons-en ! Opus 2 : Dr Marc Vercoutère

Voici l'Opus 2 (divisé en 3 parties) de la série "Les vaccins ? Parlons en !".

 

Une production de l'association Artémisia Collège. (voir l'Opus 1)

 

Le Dr Marc Vercoutère est notamment monté au créneau en 2009 lors de l'imposture d'une ministre surnommée à l'époque "Porcine Bachelot" - en rapport à la grippe porcine - Imposture qui visait à vacciner à tout-va les populations contre la grippe H1N1 avec des vaccins très douteux... La campagne/propagande gouvernementale de vaccination massive était alors tombée à l'eau grâce à la mobilisation citoyenne et à la circulation de l'information.

 

La question de la vaccination obligatoire en France reste toujours et encore d'actualité.

 

Opus 2a :

 

 

 

Opus 2b :

 

 

 

Opus 3b :

 

 

Tags : France Vaccins Santé Santé menacée Lobby Industrie pharmaceutique



Réagissez à l'article

22 réactions à cet article


  • 5 votes
    cassia cassia 25 mars 21:40

    Merci du partage !
    Le totalitarisme vaccinal, c’est exactement çà.
    La pire forme actuelle de totalitarisme à mes yeux, qui consiste à contraindre les êtres humains, souvent de quelques semaines d’existence à se faire injecter des produits toxiques directement dans le sang.
    Définitivement glaçant...


    • vote
      sls0 sls0 26 mars 01:33

      En 1950, la variole tuait 2 personnes sur 1000 par an, ce qui ferait 14 millions par an avec la population actuelle.
      En 1977 le dernier malade de la variole. 27 ans de vaccinations obligatoires ont sauvé pas mal de vies.
      On évite de jeter le bébé avec l’eau du bain.
      Bon a l’époque l’industrie pharmaceutique était peut être moins pourrie et les hommes politiques moins cons ou corruptibles. Il n’y avait pas non plus internet avec tout l’étalement de phantasmes et très rarement de factuel.


      • 1 vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 mars 06:02

        @sls0
        "27 ans de vaccinations obligatoires ont sauvé pas mal de vies."


         smileyDevant l’évidence d’une telle démonstration, on se demande pourquoi le débat est encore ouvert.  smiley

      • 1 vote
        gaijin gaijin 26 mars 07:02

        @sls0
        n’oubliez pas de mentionner le vaccin contre la peste noire ..... smiley

        sinon au cas ou vous souhaiteriez étoffer votre vaste savoir autrement que par radio big pharma :

        https://www.youtube.com/watch?v=Yc7oM6gsJvc


      • vote
        sls0 sls0 26 mars 14:22

        @gaijin
        Mon savoir c’est des souvenirs d’enfance, la variole on en causait à l’époque.

        Il y avait aussi la polio, le boitement d’une gamine un peu plus vieille que moi qui n’avait pas profité du vaccin était un bon rappel journalier.

        C’est du vécu non du phantasme récupéré sur internet.


      • 2 votes
        njama njama 26 mars 16:47

        @sls0

        Je vous invite à lire le Rapport de l’OMS en 1979 sur l’éradication de la variole.

        http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/39258/1/a41464_fre.pdf

        Vous y découvrirez que de l’aveu même du Dr Halfdan Mahler qui a occupé trois mandats successifs de Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de 1973 à 1988 l’OMS reconnaît elle-même que la vaccination de masse est inefficace et préconise une stratégie de « SURVEILLANCE-ENDIGUEMENT ».

        « Cette stratégie est développée dans un document de 135 pages, publié en 1980 par l’OMS et intitulé : « L’éradication mondiale de la variole – Rapport final de la commission mondiale pour la certification de l’éradication de la variole ». En voici quelques extraits :« Les campagnes d’éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas  ».L’OMS reconnaît que dans certains pays, même lorsque la couverture de vaccination, atteignait 90%,la maladie continuait à se propager. »

        [...]

        L’éradication de la surveillance-endiguement : Après 1980, la victoire sur la variole sera attribuée à la seule vaccination massive et systématique sur l’ensemble de la planète. La recherche active des malades, la surveillance des contacts et l’isolement immédiat des nouveaux cas seront passés sous silence. Pourtant, cette attitude est contraire aux voeux émis en 1980 par le directeur général de l’OMS, leDocteur H. MALHER. Il proclama l’éradication mondiale de la variole en rappelant l’importance de la stratégie qui ne reposait pas sur la vaccination de masse mais sur la surveillance-endiguement. Il concluait son rapport en ces termes : « En raison du caractère exceptionnel de cette réalisation, il est important que les responsables de la santé publique, les historiens et les générations futures aient accès aux éléments d’appréciation sur lesquels ces conclusions ont été fondées ». Puisse ce rapport final nous inciter tous à réfléchir à la manière dont cette expérience peut nous aider à nous atteler plus facilement à la résolution d’autres problèmes de santé ». Les voeux du Docteur MALHER seront-ils un jour exaucés ?

        lire l’article :http://blogs.mediapart.fr/blog/ishtar/031209/comment-fut-eradiquee-vraiment-la-variole


      • 2 votes
        sls0 sls0 27 mars 07:06

        @njama
        Très intéressant à lire le rapport, je pensais que la variole se transmettait plus facilement. On a lu la même chose mais on ne fait pas le même résumé

        La vaccination de masse :
        Ca concerne environ 80% de la population. Les 20% non vaccinés c’est dû :
        Accès difficile.
        Opposition religieuse.
        Système de santé pas au top.
        Vaccinateurs payés à la pièce qui fait que la faible densité est ignorée.
        Ect...

        Il y a des pays où c’est suffisant la vaccination de masse et d’autres où subsistent des foyers, c’est là qu’intervient la surveillance-endiguement pour supprimer les dernières poches de résistance.

        Rien n’oppose la vaccination de masse à la surveillance-endiguement, ils sont complémentaires, la surveillance-endiguement c’est où la vaccination de masse ne fonctionne pas à 100% du fait des conditions locales du pays, ça remonte à presque 1/2 siècle les conditions étaient différentes, le Brésil vu son étendue et sa densité de population variable est un bon exemple. Pour ceux qui n’ont pas lu le rapport, la surveillance-endiguement c’est aussi de la vaccination mais ciblée dans l’environnement du ou des malades.

        Personnellement je ne me suis fais vacciné une fois contre la grippe il y a longtemps, comme j’étais patraque après j’ai laissé tombé. Par contre pour une ONG, j’intervenais dans des pays à risques, je suis vacciné contre pas mal de saloperies. Je ne suis pas pro ou contre vaccin, je me vaccine quand c’est nécessaire et certainement pas pour faire plaisir à un homme politique ou enrichir les compagnies pharmaceutiques.

        Chez moi, c’est le zikia en ce moment, l’année dernière c’était le chikungunya. 60 à 70% de zombies (la démarche seulement) dans le quartier avec le chik, c’est 60 à 70% de vaccinés gratuitement.

        La dengue c’est plus chiant surtout pour les enfants, c’est rapide la déshydratation. Là les services de santé bougent.

        Malaria et choléra d’importation les services de santé sont très réactifs.

        Il y a un vaccin pour le choléra, mais l’hygiène c’est suffisant et c’est localisé, pour les autres il suffit de ne pas se faire piquer pendant les épidémies.


      • 1 vote
        gaijin gaijin 27 mars 11:05

        @sls0
        j’ai dit que la polio ou la variole n’existaient pas ? pour le reste vous avez vu la vidéo que je vous ais proposé ?


      • 1 vote
        njama njama 27 mars 11:15

        @sls0

        Les 20% non vaccinés c’est dû :
        Accès difficile.
        Opposition religieuse.
        Système de santé pas au top.
        Vaccinateurs payés à la pièce qui fait que la faible densité est ignorée.
        Ect...

        vous avez oublié ou omis LIBERTÉ THÉRAPEUTIQUE


      • vote
        sls0 sls0 28 mars 03:12

        @gaijin
        j’ai dit que la polio ou la variole n’existaient pas ?

        Non, je parle de souvenirs d’enfance, de personnellement connu avec la polio, j’entendais souvent les parents de la fille culpabiliser.


        pour le reste vous avez vu la vidéo que je vous ais proposé ?
        Oui, trop partisane j’ai arrêté à 4’30". J’avais en tête ce graphique qui s’oppose aux discours.


      • 1 vote
        sls0 sls0 28 mars 03:50

        @njama

        vous avez oublié ou omis LIBERTÉ THÉRAPEUTIQUE
        On en parle par dans le rapport mais d’état d’urgence dans certains pays. Certains pays allaient jusqu’à brûler des maisons où il y avait la variole. En remettant dans le conteste et des endroits de l’époque, le premier qui parlait de liberté thérapeutique bouffait de la purée quelques semaines.

        A priori vous n’avez pas lu le rapport de 135 pages qui vous avez mis en lien.
        Vous vous êtes basé sur les dires de votre deuxième lien que vous avez dû survolé car dans les commentaires l’auteur se fait remettre en place par un destinataire des rapports hebdomadaires OMS de l’époque. Ce deuxième lien date de 2009 période où notre catastrophe nationale Roselyne Bachelot était ministre de la santé. Figurez vous que j’étais aussi contre ses conneries. L’auteur du deuxième lien a survolé le rapport ou c’est les roi des biais cognitifs.

        La liberté thérapeutique de l’époque c’était les témoins de jehova qui refusaient les transfusions sanguines, c’était contre leurs convictions. Je me rappelle plus s’il y a pas eu des parents qui ont fini au trou pour homicide ou non assistance à personne en danger.

        Ma liberté s’arrête où commence celles des autres. Si la liberté thérapeutique d’une personne ne met pas en cause la santé des autres je n’ai rien contre chacun est libre de sa vie. Si une personne à envie de se faire sauter la cervelle je m’en fous, s’il veut employer une ceinture d’explosif en public, il vaut mieux l’en empêcher. 

        Où je réside j’ai la liberté de ne pas ouvrir ma porte quand on fait un traitement anti moustique lors d’une épidémie. En face ils prennent la liberté de défoncer la porte, il vaut mieux pas rester derrière ils aiment frimer et emploient souvent le fusil à pompe.

        Tout le monde ouvre, ça s’appelle du civisme.

        En France le civisme est mort avec l’arrivée de l’égoïsme.


      • 1 vote
        gaijin gaijin 28 mars 11:48

        @sls0
        votre lien ne marche pas .....

        " Oui, trop partisane j’ai arrêté à 4’30".

        mdr et vous vous prétendez objectif ? forcément une vidéo qui ne va dans votre sens trop partisane

        il n’ y a pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ......


      • 1 vote
        sls0 sls0 28 mars 14:57

        @gaijin
        Le lien c’était l’évolution de l’espérance de vie, ce n’est pas que la vaccination qui en est la cause principale mais comme je vais assez souvent sur le site de l’OMS, elle n’y est pas étrangère non plus.

        Quand à la vidéo elle aurait été trop partisane pour la vaccination je me serais arrêté aussi à 4’30". Je suis assez voie du milieu, je n’aime pas trop les propagandes de tout bords.

        Les extrêmes carburent assez souvent à la déformation de faits, je ne montre que la déformation, je n’ai pas d’avis habituellement.

        Ils y a des sages qui ont dit que ceux qui ont un avis sur tout sont des imbéciles inutiles, à mon avis il n’ont pas tord. J’évite dans la mesure du possible de donner et même d’avoir un avis. Pour mon boulot il m’arrivait de donner un avis ou jugement mais c’était par rapport à des critères bien définis et étant formé pour. On regarde le factuel et non le sentiment qui est tout sauf fiable.

        A priori mes commentaires sont lus, la phrase ’’il n’ y a pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir’’ je l’ai employé hier. Rarement employée cette phrase dans l’environnement assez partisan ou à idées figées qu’est Agoravox, j’apprécierai que ce soit une coïncidence.


      • vote
        le celte le celte 26 mars 07:11

        Sauver des vies humaines c’est bien, mais on en fait quoi après ?...Des Soldats ? smiley

        Je n’irai pas jusqu’à dire que certains labos malins créent le virus pour garder l’exclusivité du vaccin.

        • vote
          njama njama 26 mars 23:46

          @le celte

          d’un point de vue informatique, pour vendre des anti-virus ça se tient ... d’un point de vue humain, il n’y a qu’un pas à franchir


        • 5 votes
          njama njama 27 mars 11:34

          Croire que les vaccins n’auraient aucun effet potentiel dangereux c’est être dans le déni de la réalité, contemporaine et historique. C’est une chose d’admettre que ces risques sont statistiquement peu élevés, 1/10.000, 1/50.000, 1/100.000, c’en est une autre de le nier. Des handicaps et des décès ont eu lieu suite à des accidents anaphylactiques liés à l’évidence aux vaccinations. A ce titre, puisqu’il y a des risques majeurs la liberté vaccinale s’impose. Il faut mettre fin à cette dictature sanitaire.

          Lu sur un site consacré à la guerre 14-18 :

          Soldats ayant été victimes d’un accident vaccinal
          ― BOCHET Paul Joseph Marie, né le 8 janvier 1899 à Dieppe (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –), décédé le 10 août 1919 à Rennes (Ille-et-Vilaine) « [des suites d’une] intoxication due à un vaccin anti-paratyphoïde », Sapeur de 2e classe, 5e Régiment du génie, Matricule n° 22.931, classe 1919, n° 885 au recrutement de Rennes.
          ― CHARRON Alphonse, né le 31 mai 1878 à Semoussac (Charente-Inférieure – aujourd’hui Charente-Maritime), décédé le 2 avril 1917 à La Ferté-Milon (Aisne) «  [des suites d’une] intoxication par vaccin anti-typhoïdique  », Soldat de 2e classe, 6e section d’infirmiers militaires, G.H.C. 43, Matricule n° 2.534, classe 1898, n° 306 au recrutement de Saintes (Acte transcrit à Semoussac, le 1er juill. 1917).
          ― CONSTANT Louis, né le 16 juillet 1877 à Beaujeu (Basses-Alpes – aujourd’hui Alpes-de-Haute-Provence–), décédé le 5 août 1915 à Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence) «  [des] suites de piqûre anti-typhique », Soldat de 2e classe, 145e Régiment d’infanterie territoriale, Matricule n° 905, classe 1897, n° 1.291 au recrutement de Digne-les-Bains.
          etc...etc., etc.

          [..............]

          http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-service-sante-1914-1918/vaccins-mortels-sujet_758_1.htm


          • 2 votes
            njama njama 28 mars 11:52

            C’est très bien que Marc Vercoutère aborde les questions financières liées aux vaccins, car c’est un volet important, et même majeur dans le cercle de décisions de la politique vaccinale qui, comme il le démontre, s’est toujours décidée en haut-lieux dans cette dictature sanitaire qu’est la patrie de Pasteur.
            OPUS 1, France :

            Quelle objectivité dans le débat pourrait-on espérer des pouvoirs publics ?

            Marisol Touraine comme ses prédécesseurs, députés et sénateurs, resteront discrets sur les liens entre le monde politique et les labos, lesquels sont clairement établis  très officiellement dans un Rapport du Sénat (voir ci-dessous) :
            "les laboratoires pharmaceutiques constituent les partenaires naturels des pouvoirs publics« , »La France est le premier pays producteur de vaccins et exporte 85 % de sa production."

            C’est à ceci que l’on mesure une grande partie des enjeux de la vaccination ! ce qui peut expliquer l’agressivité contre ceux, désormais nommés « antivax », qui ont l’irrévérence d’être suspicieux sur les bienfaits supposés de la vaccination.

            Tout cela n’est pas très connu bien sûr du grand public, sauf du monde politique. Nos sénateurs qui examinent et valident ce que font nos députés, auraient bien du mal de se défausser en faisant les innocents !

            Le calendrier vaccinal, est-il une réelle nécessité de santé publique, ou un bon de commande industriel ? faute de pouvoir planifier des épidémies, il est possible de planifier la vaccination !

            Voir particulièrement à partir du Titre II

            Rapport n° 476 (2006-2007) de M. Paul BLANC fait au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des politiques de santé, déposé le 28 septembre 2007 http://www.senat.fr/rap/r06-476/r06-476.html

            II RÉPONDRE AUX ENJEUX DE DEMAIN
            Au-delà de son objectif de court terme d’améliorer le taux de couverture de la population, la politique vaccinale doit, à plus long terme, être en mesure de répondre aux besoins en matière de recherche et de production nationales de vaccins et aussi de jouer un rôle moteur dans l’aide aux pays les plus pauvres.
            Pour relever ces défis, les laboratoires pharmaceutiques constituent les partenaires naturels des pouvoirs publics, en raison des moyens humains, techniques et financiers qu’ils mobilisent. En effet, le marché mondial du vaccin est en constante expansion, avec une augmentation des ventes de 13 % à 14 % chaque année, soit deux fois plus que les médicaments traditionnels.
            [...]
            Le marché des vaccins ne comprend qu’un petit nombre d’acteurs : quatre laboratoires fournissent ainsi 90 % des produits. En France, ils sont trois (GlaxoSmithKine, Sanofi-Aventis et Wyeth) à se partager 95 % du marché. Ces industriels consacrent 15 % à 20 % de leur chiffre d’affaires à la recherche et au développement de nouveaux vaccins.
            [...]
            B UNE PRODUCTION NATIONALE COMPÉTITIVE MAIS CONCURRENCÉE
            La France est le premier pays producteur de vaccins et exporte 85 % de sa production. Notre pays dispose donc d’atouts certains mais il est de plus en plus directement confronté à la concurrence des pays émergents.
            [...]
            De par sa tradition industrielle en vaccinologie, la France possède de nombreuses usines sur son territoire. Son attractivité ne se dément pas à ce jour : récemment, GlaxoSmithKline a investi 500 millions d’euros dans la création d’une entité ouverte dans le Nord-Pas-de-Calais et destinée à la production de son nouveau vaccin contre le cancer du col de l’utérus.

            Cette situation favorable doit être confortée par les pouvoirs publics par une politique ambitieuse d’installation et de maintien des sites de production, notamment grâce à une fiscalité attrayante. Au-delà du soutien à ce secteur économique, la France doit en effet conserver, et même accroître, sa capacité de production de vaccins pour être en mesure de faire face à l’augmentation brutale de la demande intérieure et mondiale en cas d’épidémie (de grippe aviaire ou de chikungunya, par exemple).

            etc.

            Voir aussi ÉTUDE ET ANNEXES

            1. ORGANISER UN PROJET NATIONAL FORT AUTOUR DE LA VACCINATION

            Si les pouvoirs publics ont pour ambition d’améliorer les performances de la politique vaccinale française, la priorité est d’accorder à la vaccination une place majeure dans la politique nationale de santé publique.

            1.1. ÉTABLIR UN PLAN NATIONAL POUR LA VACCINATION

            La loi du 9 août 2004, relative à la politique de santé publique précise que : « Pour certains problèmes de santé, notamment ceux pour lesquels il y a nécessité de coordonner les actions d’intervenants multiples sur plusieurs années, la politique de santé publique définit des plans stratégiques pluriannuels organisant des ensembles d’actions et de programmes cohérents. »

            La création d’un plan national de santé publique en faveur de la vaccination, dès 2009, constituerait un instrument privilégié pour répondre aux difficultés actuelles de la politique vaccinale française.

            Après les avancées que représente la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, il s’agit maintenant de passer à une politique plus forte de promotion de la vaccination.

            L’ambition est triple : assurer suite à l’élaboration d’une recommandation vaccinale la logistique opérationnelle nécessaire de mise en application et de suivi, promouvoir la vaccination auprès du grand public et afficher la volonté étatique de soutenir les professionnels de santé dans leur rôle de vaccinateurs.


             


            • 3 votes
              njama njama 28 mars 12:01

              OPUS 2, France suite :

              "La France est le premier pays producteur de vaccins et exporte 85 % de sa production." "Cette situation favorable doit être confortée par les pouvoirs publics par une politique ambitieuse d’installation et de maintien des sites de production," (Sénat, Rapport n° 476 (2006-2007)

              Investir dans la vaccination c’est investir dans l’avenir ?

              Pourquoi la France a intérêt à soutenir la santé publique en Afrique
              [........]

              C’est doter la coopération française d’une véritable stratégie, humainement forte, économiquement et financièrement efficace. C’est également permettre aux entreprises de s’impliquer davantage dans l’investissement socialement responsable. La France est en effet le 2ème contributeur de l’IFFIm (International Finance Facility for Immunisation) , un mécanisme international de financement pour la vaccination qui soutient les programmes de Gavi par l’émission d’obligations sur les marchés financiers. Le soutenir offre l’opportunité aux entreprises françaises d’investir dans des titres à impact social positif, combinant performance et responsabilité sociétale.

               Dans ce contexte, la France doit impérieusement apporter son soutien financier à la vaccination pour mettre en place une diplomatie économique fondée sur des impératifs d’efficacité au bénéfice de tous. De Dakar à Berlin via Davos, investir dans la vaccination c’est investir dans l’avenir.

              - Jean-Louis Bancel, président du Crédit Coopératif

              - Richard Bielle, président du directoire de la CFAO (Compagnie française de l’Afrique Occidentale)

              - Tanguy Claquin, responsable mondial Finance Sociale et Environnementale, Crédit Agricole CIB

              - Jean-Marc Leccia, président directeur général d’Eurapharma

              - Alexandre Vilgrain, président du CIAN (Conseil français des investisseurs en Afrique)

              - Philippe Zaouti, directeur général de Mirova (filiale Natixis Asset management)

               http://www.latribune.fr/opinions/tr...


              • 2 votes
                njama njama 28 mars 12:11

                OPUS 3, Monde, business is business :

                IFFIm rembourse les obligataires en utilisant des fonds fournis par des donateurs ... ("IFFIm repays bondholders using funds provided by donors")
                ce qui n’est pas sans faire penser au système de Ponzi (Ponzi scheme en anglais) un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants.
                Mais ici nous ne sommes pas dans le cas de fraude avérée (d’escroquerie ?),  hormis peut-être l’utilité sanitaire de ces vaccinations de masse jamais démontrée scientifiquement comme le rappelle Marc Vercoutère dans la vidéo.

                IFFIm (International Finance Facility for Immunisation) ,un mécanisme international de financement pour la vaccination qui soutient les programmes de Gavi par l’émission d’obligations sur les marchés financiers.

                l’IFFIm est tout simplement une machine de guerre capitaliste pour promouvoir la vaccination objectif 2015, 500 millions d’enfants vaccinés sans même voir si c’est nécessaire de vacciner !

                "Since its launch in 2000, Gavi, the Vaccine Alliance has helped prevent more than 7 million future deaths and helped protect 500 million additional children with new and under-used vaccines. "

                http://www.iffim.org/funding-gavi/what-is-gavi/

                Des méthodes de financements qui s’apparentent à du capitalisme sauvage puisque les détenteurs d’obligations seront rémunérés en utilisant les fonds des donateurs

                Financials

                Summary of key payment obligations and flows

                 Donors make payments to IFFIm based on legally binding grants to the Gavi, the Vaccine Alliance, which intends to assign the right to receive such grants to IFFIm.
                  IFFIm issues AA/Aa1/AA rated bonds in the international capital markets.
                  The Treasury Manager, on behalf of IFFIm, will manage bond proceeds as liquid investments until they are needed for immunisation programmes in recipient countries. Funds flow from IFFIm to the GAVI Fund Affiliate and are disbursed as required for Gavi-approved programmes to procure needed vaccines and to support recipient countries through Gavi, for Gavi-approved programmes.
                  IFFIm repays bondholders using funds provided by donors ***  pursuant to the agreed and legally binding grant payment obligations.
                http://www.iffim.org/financials/

                *** traduction : IFFIm rembourse les obligataires en utilisant des fonds fournis par des donateurs ...



                • 2 votes
                  njama njama 28 mars 14:17

                  Philanthropes mais pas trop ...

                  Puisque Marc Vercoutère nous interpelle sur la sémantique, vaccin "exigible" qui remplacerait "obligatoire, ou recommandé", j’attire particulièrement votre attention sur cet OPUS 3 qui est un spécimen de novlangue très orwellien.

                  Ici, les "bondholders", litt. détenteurs d’obligations (cotées en bourse donc) remplace les mots investisseurs, actionnaires. Les bondhoders ne sont pas des donateurs, ou même s’ils le sont un peu, en admettant qu’ils versent leurs écots au pot commun, le but avéré reste un placement financier, et des dividendes à la clé, payés par les autres donateurs que l’IFFIm s’engage à leur verser.

                  Madoff utilisait le même principe ...

                  La limite avec l’escroquerie repose sur la fragile frontière de l’utilité des vaccins ...


                • 2 votes
                  njama njama 28 mars 12:17

                  OPUS 4Quand la philanthropie devient le cheval de Troie du business... :

                  deux anciennes publications sur AV
                  celui-ci, + d’excellents commentaires de l’auteur P. FERNER dans le fil de discussion

                  Bill Gates philanthrope ? Oui, mais pas trop
                  par Patrick FERNER
                  mercredi 21 février 2007
                  Bill Gates est revenu dans l’actualité sur deux points : Microsoft, entreprise dont il reste le président, vient de lancer Windows Vista et sa fondation la Bill & Melinda Gates Foundation a fait tout récemment l’objet d’une enquête par le Los Angeles Times conduite par Charles Piller, membre du comité de rédaction de son journal. Comme on le verra plus loin, il existe un lien étroit entre l’entreprise et la fondation.
                  [...................................]

                  Lorsqu’en juin 2006, Bill Gates annonça de façon très médiatique qu’il se donnait deux ans pour se consacrer entièrement à sa fondation, il a pu donner l’image d’un homme qui, fortune faite, se retire progressivement des affaires tout en gardant un œil de plus en plus distancié sur son entreprise ; en réalité ces deux ans correspondent au temps nécessaire pour vendre Windows Vista qui a fait l’objet de lourds investissements et à une intensification de son action de VRP pour lutter contre le développement du logiciel libre qui gagne de plus en plus du terrain dans le monde (entre autres, Chine, Japon, Corée du Sud).

                  Quand la philanthropie devient le cheval de Troie du business...

                  P.F.

                  Liens : Enquête du Los Angeles Times :

                  http://www.latimes.com/news/nationworld/nation/la-na-gatesx7jan07-sg,0,261331.storygallery

                  Microsoft à la conquête de l’Afrique :

                  http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39126752,00.htm



                  • 2 votes
                    njama njama 28 mars 12:22

                    OPUS 4, suite, charité bien ordonnée commence par soi-même, les milliardaires s’intéressent à votre santé !

                    Vaccination globale et capital vertueux ou...Comment Bill Gates investit charitablement
                    par Ramila Parks
                    mardi 21 juillet 2009
                    (extraits)

                    Dorénavant les initiatives de la fondation familiale Gates intéresseront particulièrement le domaine de la recherche médicale et de la santé mondiale...Ce qui tombe bien car cette même année 2000, voit aussi la création de la GAVI alliance ( Global Alliance for Vaccines and immunisation) dont le rôle vise la " mobilisation de nouvelles ressources(...) pour renforcer les systèmes de santé et proposer de nouveaux vaccins(...)à 72 des pays les plus pauvres de la planète« . Une belle alliance composée » des gouvernements de pays en développement et de pays industrialisés, des fabricants de vaccins solidement ou nouvellement implantés, des organisations non gouvernementales, des instituts de recherche et de santé publique, l’OMS, l’UNICEF, la Banque mondiale et la Fondation Bill & Melinda Gates .
                    (source OMS).
                     
                    Outre la GAVI, la Fondation Gates multiplie les partenariats en matière de santé et collabore avec des ONG, des universités, des firmes pharmaceutiques, des instituts de santé publiques et obtient, en général, plusieurs sièges dans les conseils d’administration des institutions avec qui elle coopère. Cette omniprésence permet à la fondation d’être un décisionnaire incontournable dans les matières de la santé ou les programmes mis en place, alors que financièrement elle n’est pas forcément le contributeur le plus généreux. En revanche, depuis que les milliardaires s’intéressent à notre santé, les initiatives favorisant la disponibilité des capitaux destinés à la santé , et notamment aux campagnes de vaccination, ont permis d’ouvrir un véritable marché mondial du vaccin qui profite naturellement à tous les généreux donateurs.(2)
                    

                    Ajouter une réaction

                    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                    FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nigari

Nigari
Voir ses articles







Palmarès