Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lookout Mountain : le Hollywood de l’armée américaine

Lookout Mountain : le Hollywood de l’armée américaine

Nous avons vu que les vedettes américaines de la génération hippie étaient pour une large part issues de la communauté du renseignement ou de l'armée (cf. les traductions des chapitres 116 et 18 de Weird Scenes Inside the Canyon par David MacGowan). Nous avons aussi vu comment elles s'étaient toutes retrouvées au milieu des années 60, par le plus grand des hasards et sans aucune raison apparente, dans un des canyons situés à la périphérie de Los Angeles, le Laurel Canyon.

 

➤ Lookout Mountain: le Hollywood de l'armée américaine

Le base de Lookout Mountain

 Il se pourrait bien qu'il ne s'agisse pas d'une simple coïncidence. Niché au cœur du Laurel Canyon se trouvait en effet un complexe top-secret de l’U.S. Air Force. Voici ce qu’en dit David MacGowan aux pages 55 à 57 de son livre :

 « Ce qu’on connaîtra par la suite sous le nom de Laboratoire de Lookout Mountain a été conçu à l’origine comme un centre de défense anti-aérien fortifié. Construite sur un espace isolé d’une superficie d’un hectare, à proximité de ce qui est de nos jours la Wonderland Park Avenue, l’installation était cachée aux regards et entourée d’une clôture électrique. Le complexe disposait dès 1947 d’un studio de cinéma entièrement fonctionnel. Il s’agissait en fait de l’unique studio complètement autonome au monde. Avec une surface au sol de plus de 9 000 mètres carrés, le studio clandestin comprenait des salles de tournage, des salles de projection, des laboratoires pour le traitement de la pellicule, des salles de montage, un département d’animation, et dix-sept chambres fortes à air conditionné pour y stocker les bobines. On y trouvait également une piste d’atterrissage pour hélicoptère et un abri anti-bombe.

 Au cours de son existence, le studio produira quelque 19 000 films classifiés – plus que l’ensemble des studios hollywoodiens réunis (j’imagine que ceci fait du Laurel Canyon la véritable « capitale mondiale du cinéma »). Officiellement, le studio était dirigé par l’U.S. Air Force et ses activités les plus malfaisantes se réduisaient au traitement des films des tests atomiques et nucléaires réalisés par la Commission à l’Énergie Atomique. Le studio était cependant équipé pour faire bien autre chose que du traitement de pellicule. Tout porte à croire que le Laboratoire de Lookout Mountain possédait un département de recherche et développement à la pointe de la technologie en ce qui concerne la cinématographie. Il semblerait que des avancées technologiques telles que les effets 3-D furent développés sur le site du Laurel Canyon. Et des sommités d’Hollywood telles que John Ford, Jimmy Stewart, Howard Hawks, Ronald Reagan, Bing Crosby, Walt Disney, Hedda Hopper et Marilyn Monroe ont reçu l’autorisation de travailler sur les lieux, sur des projets inconnus. Il n’existe aucune trace d’une quelconque déclaration d’une de ces personnalités au sujet de leurs activités au studio clandestin.

 Le studio a employé plus de 250 producteurs, réalisateurs, techniciens, monteurs, animateurs, etc., à la fois civils et militaires, disposant tous d’accès de haute sécurité – et travaillant tous dans un recoin isolé du Laurel Canyon. Les comptes-rendus diffèrent sur la date de cessation d’activité du site. Certains prétendent qu’elle a eu lieu en 1969, d’autres que le site a continué son activité pendant plus longtemps. Quoiqu’il en soit, tous les témoignages révèlent que le bunker secret a opéré pendant plus de vingt ans avant les années rebelles du Laurel Canyon, et qu’il est resté en activité durant la période la plus turbulente de ce mouvement.

 L’existence de cette installation est restée inconnue du grand public jusqu’au début des années 90, bien que la rumeur ait longtemps couru que la CIA dirigeait un studio secret quelque part à Hollywood ou aux alentours. Le réalisateur Peter Kuran fut le premier à découvrir son existence grâce à des documents déclassifiés qu’il avait obtenus à l’occasion de ses recherches pour son film de 1995, Trinity and Beyond. Et pourtant, de nos jours, soit plus de vingt ans après sa révélation partielle au public, on aurait du mal à trouver la moindre mention de ce site secret de l’armée/du renseignement dans la littérature « conspirationniste ».

 Je pense toutefois que nous serons tous d’accord pour admettre qu’il n’y a absolument rien de suspect dans le fait qu’une installation militaire secrète opère à l’épicentre de la culture hippie ; passons donc à autre chose. »

 

Restons tout de même un petit moment sur ce sujet. Depuis le moment où David MacGowan a écrit ces lignes, un film de présentation du site de Lookout Mountain est apparu dans le catalogue de Periscope Film. Tout le charme suranné de la propagande de la fin des années 60 :

 

 

 On peut se demander si la fermeture de ce complexe n’est pas la conséquence d’une fusion pleine et entière entre Hollywood et les services de propagande de l’armée. Le résultat pourrait être des films comme celui-ci, où Clint Eastwood fait la promotion du meurtre d’enfants par les vaillants snipers de l’armée U.S. :

 

 

 Ou des clips vidéos comme celui-là, où Katy Perry s’engage dans l’armée pour oublier ses déboires sentimentaux :

 

 

Et tant d'autres...

 

 De nos jours, la base de Lookout Mountain est la propriété de l’acteur Jared Leto :

 

Jared Leto

 Un homme qui semble apprécier les anciennes bases militaires, les triangles avec une barre au centre, et le look hippie.

 

Tags : Etats-Unis Armée



Réagissez à l'article

50 réactions à cet article


  • 3 votes
    Anna V Anna V 13 octobre 2015 17:24

    This is war : Jared Leto (et son groupe 30 Seconds to Mars) avec sa grosse pyramide "illuminée" (It’s a brave new world ! I do believe in the light)...
     
    Nous venons en paix. Toujours.
     


    • 1 vote
      Marioupol Marioupol 13 octobre 2015 18:47

      @Anna V comme Vineland

      En paix comme la tornade sur un nid de frelons ...

      We are well, the well jusqu’à la mort du dernier homme *


    • 1 vote
      attis attis 13 octobre 2015 23:49

      @Anna V

      Ca a l’air d’être un bon petit soldat, ce Jared Leto...

      Et ceux qui ont écrit les paroles de sa chanson ont de saines lectures : H.G. Wells - l’homme qui a inventé le terme de "nouvel ordre mondial" - et Aldous Huxley - l’homme qui a imaginé le nouvel ordre mondial, avant de tenter de le mettre en pratique concrètement.

      Si la pyramide à la fin du clip était une référence à Crowley, on aurait tous les grands penseurs de la révolution progressiste réunis dans une vidéo de cinq minutes.


    • 5 votes
      Gollum Gollum 14 octobre 2015 10:42

      @attis

      Aldous Huxley - l’homme qui a imaginé le nouvel ordre mondial, avant de tenter de le mettre en pratique concrètement.

      Comme souvent avec attis du gros n’importe quoi… Aldous Huxley n’a jamais tenté de le mettre en pratique… Il a même essayé de prévenir les autres par son bouquin..

      Il y a une interview de lui qui a été postée ici-même, je ne sais plus par qui, où Huxley (sur France culture en français) avouait être effrayé par la rapidité avec laquelle ce qu’il avait prophétisé se trouvait réalisé

      Sur Wells je ne sais pas je ne connais pas assez, mais Huxley c’est niet et un niet catégorique..

      Mais je sais que les adeptes du complot millénaire reprennent en boucle cette assertion sans vérification aucune comme souvent d’ailleurs...


    • 1 vote
      attis attis 14 octobre 2015 11:31

      @Gollum
      Vous ne savez visiblement rien d’Huxley (pas que sur Huxley, d’ailleurs...).

      Allez consulter la montagne de littérature sur ce sinistre personnage. Informez-vous, instruisez-vous. En attendant, ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas.

      Evidemment, tout est en anglais... Je prépare deux articles en français à ce sujet pour les anglophobes, mais faudra patienter un peu.


    • 2 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 14 octobre 2015 11:47

      Si on parle d’Aldous Huxley, il faudra m’expliquer ce qui est sinistre dans sa biographie.

       

      "Par ses expériences avec les drogues, Huxley ne cherchait pas seulement une exaltation indéterminée, vague, mystérieuse, et individuelle, mais cherchait plutôt à atteindre ce qu’on appelle parfois le « haut mysticisme » ; lui préférait le terme de philosophie éternelle, qu’il donna à l’un de ses livres sur ce sujet.

      Pendant les années cinquante, l’intérêt de Huxley pour le domaine de la recherche psychologique ne cesse de croître. Pendant presque un an, au début des années cinquante, Huxley et le psychiatre Milton Erickson consacrent beaucoup de temps à préparer une étude commune sur les différents états de conscience.

      Ses idées furent à la base du Mouvement du potentiel humain.

      Les idées de Huxley sur les rôles spécifiques de la science et de la technologie dans la société (tels qu’il les a décrits dans Île) sont parentes de celles de penseurs britanniques et américains du xxe siècle, tels que Lewis MumfordGerald Heard (et, sous certains aspects,Buckminster Fuller et E.F. Schumacher), ainsi que du Français Jacques Ellul qu’il a contribué avec Ivan Illich à rendre célèbre aux États-Unis. Ces idées trouvèrent un écho dans les générations suivantes chez des personnes comme Stewart Brand.

      Grâce à G. Heard, Huxley rencontra Huston Smith, qui devint plus tard un spécialiste reconnu et prolifique des religions. Les deux amis initient Smith au Védanta et la pratique de la méditation." 

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Huxley


      (Je suppose qu’on va m’expliquer que sa biographie sur Wiki est truquée par les Maîtres du NOM ou bien que Jacques Ellul est aussi un abominable sataniste.) 


    • 3 votes
      Gollum Gollum 14 octobre 2015 11:48

      @attis

      J’ai suffisamment lu du Huxley pour savoir qu’il ne s’agit pas d’un sinistre personnage…

      Et je connais votre paranoïa bien visible au point de faire de Nigari, qui est un(e) douce illuminé(e), un agent gouvernemental états-unien… 

      Je me demande d’ailleurs qui n’est pas un agent gouvernemental états-unien avec vous…

      Quant à vos sources, si c’est du même genre que ce qui pullule sur le net…

      Ci-joint une vidéo où Aldous Huxley parle : https://www.youtube.com/watch?v=x2Mi5r4njo4

      Comme on peut le constater il balance tout. Pour soi-disant un type du sérail, cela ressemble fort au contraire à une trahison pure et simple de ce même sérail.. smiley

      Mais peut-être suis je idiot.. C’est comme dire qu’Asselineau est pour le NWO parce qu’il est contre les Américains par exemple… c’est exactement pareil..


    • 2 votes
      attis attis 14 octobre 2015 13:22

      Une petite citation d’Huxley pour la route :

      Environ 99,5% de la population de la planète est aussi stupide et béotienne que les masses anglaises, mais de façon différente. Il me semble qu’il est inutile de s’attaquer aux 99,5%, mais qu’il important que les 0,5% puissent survivre, se maintiennent au niveau de qualité le plus élévé possible, et, si possible, dominent le reste. L’imbécilité des 99,5% est consternante, mais après tout, que peut-on en attendre d’autre ? (tiré de The Hidden Huxley, par David Bradshaw).

      Voilà qui devrait vous amener à vous interroger sur la véritable personnalité d’Huxley...

       

      Quant à ses livres, le principe mis en oeuvre chez Huxley est celui de la fiction normative. Voici comment cela fonctionne :

      [...]le pouvoir normatif de la fiction. Des auteurs animés par des idéologies douteuses ont souvent utilisé ce pouvoir normatif pour mettre en avant des projets radicaux. La propagation de la fiction normative au sein de la population permet de lui suggérer l’apparition d’événements à venir. Ceux qui auront été convaincus du caractère inévitable de ces événements futurs vont soit les accepter passivement, soit agir concrètement pour les mettre en oeuvre. Ainsi, lorsque le futur se déroule comme prévu, il adopte le caractère paradigmatique de la fiction qui l’avait prédit. [...] elle peut présenter à son public des possibilités qu’il ignorait auparavant ou qu’il n’avait pas considérées, et donner corps à ces possibilités par le truchement de l’intrigue, des personnages, de la mise en scène etc. Grâce à une « suspension volontaire de l’incrédulité », les lecteurs mènent une gedankenexperimente socio-culturelle : ils évaluent dans quelle mesure ces idées pourraient fonctionner dans le monde réel et quels effets elles seraient susceptibles d’y produire, et ils envisagent la possibilité d’un nouveau consensus.

       

      Voilà ce qu’a fait Huxley dans ses livres. Il ne les a pas écrits pour dénoncer une horreur à venir, mais pour habituer les gens à l’idée de cette horreur future, de telle sorte qu’ils soient plus facilement en mesure de l’accepter une fois qu’elle sera devenue une réalité concrète.

      Et je sais que je vais encore me faire des ennemis mortels, mais Huxley n’est pas le seul dans ce cas : le 1984 d’Orwell fonctionne exactement sur le même principe. D’ailleurs, Orwell a été l’élève d’Huxley à Eton, avant de bosser pour le ministère de l’information (=propagande) anglais. Le MOI (Ministry Of Information) était d’ailleurs la version contemporaine du Ministère de la Vérité de son roman. Encore de la fiction normative : il s’agit d’habituer les gens à l’idée d’une propagande omniprésente et délirante.

       

      Et ces principes sont plus que jamais d’actualité. Le film Transcendence, avec Johnny Depp, sur le transhumanisme est un excellent exemple de fiction normative. On nous présente le futur désiré (ici, le transhumanisme) comme une monstruosité présentant tout de même certains avantages, tout en soulignant son caractère inéluctable . La populace pèse le pour et le contre, s’habitue à cette idée et finit par accepter ce futur monstrueux (c’est en tout cas l’objectif recherché).

      Le meilleur des mondes (et les autres productions d’Huxley) avait pour objectif d’habituer les gens à l’idée d’aimer leur servitude, le fouet étant remplacé par le contrôle social, l’eugénisme, les drogues, la sexualité débridée, les jeux débiles etc.

      Pour les anglophones, je recommande la lecture de cet article, que je vais bientôt traduire pour les autres. On y apprend le rôle joué par Huxley dans la révolution psychédélique.


    • 1 vote
      Gollum Gollum 14 octobre 2015 14:40

      @attis

      (tiré de The Hidden Huxley, par David Bradshaw).

      C’est qui ce David Bradshaw ? Quand on le cherche sur Google on tombe sur un sculpteur… Je suppose que ce n’est pas lui..

      Si votre David Bradshaw est du même niveau que David Icke ou LLP ou encore Laurent Glauzy vous comprendrez que cela ne vaut strictement rien..

      D’autre part d’où sort-il de tels propos ? A part de lui-même ?

      Voilà ce qu’a fait Huxley dans ses livres. Il ne les a pas écrits pour dénoncer une horreur à venir, mais pour habituer les gens à l’idée de cette horreur future, de telle sorte qu’ils soient plus facilement en mesure de l’accepter une fois qu’elle sera devenue une réalité concrète.

      Bien sûr. C’est d’une logique sans faille.. smiley D’une logique inversée mais c’est pas grave.. smiley Autrement dit moins on parle de quelque chose et plus on lutte contre.. smiley Ou à l’inverse plus on dénonce en annonçant et plus on favorise.. smiley

      On dirait de la mauvaise logique taoïste… 

      On y apprend le rôle joué par Huxley dans la révolution psychédélique.

      Sans blague ? Comme si on ne le savait pas après avoir écrit Les portes de la perception… Excellent bouquin ceci dit que je recommande.. smiley

      PS : à propos, la citation de David Bradshaw ne serait pas plutôt de Julian Huxley, le frère de Aldous Huxley, biologiste et eugéniste bien connu ?


    • 1 vote
      attis attis 14 octobre 2015 16:17

      @Gollum
      C’est sûr que quand on ne sait même pas faire une recherche google, tout est plus compliqué...

       

      Plus sérieusement, Huxley a dénoncé une chose et une seule dans Le meilleur des mondes : la restriction de la liberté des élites dans le cadre des utopies de type socialiste, dont Wells est le promoteur principal. Il se lamente sur l’impossibilité pour les alpha-plus d’exprimer leur potentiel créatif, car cela pourrait constituer une menace potentielle pour le maintien de l’ordre social. Il plaide en faveur du non-conformisme, qui est une forme d’élitisme (le non-conformisme implique qu’on se détache des comportements sociaux de la masse).

      Il y a donc deux aspects dans Le meilleur des mondes : d’un côté il s’adresse aux élites dans ce qu’on pourrait décrire comme une critique de Wells, centrée sur le sort particulier qui doit leur être réservé. De l’autre, il s’adresse aux masses pouilleuses et incultes sous l’angle de la fiction normative, pour les habituer à leur sort futur.

      Huxley était un élitiste, et son oeuvre servait les intérêts de l’élite à laquelle il appartenait.

       

      On y apprend le rôle joué par Huxley dans la révolution psychédélique.

      Sans blague ? Comme si on ne le savait pas après avoir écrit Les portes de la perception… Excellent bouquin ceci dit que je recommande.. 

      Son rôle ne s’est pas limité à l’écriture de ce livre. Vous ne trouvez pas étrange qu’un type qui écrit un bouquin "dénonçant" le contrôle social par la drogue (le soma), écrive 20 ans après une oeuvre de propagande incitant à la prise de substances psychotropes (des ersatz de soma) ? Cliquez avec le bouton gauche de votre mulot sur le lien que j’ai donné précédemment, vous apprendrez peut-être quelque chose.


    • vote
      Gollum Gollum 14 octobre 2015 17:14

      @attis

      C’est sûr que quand on ne sait même pas faire une recherche google, tout est plus compliqué

      Oui mais encore ? Un lien sur David Bradshaw ?… smiley

      Huxley était un élitiste, et son oeuvre servait les intérêts de l’élite à laquelle il appartenait.

      Du délire total. J’ai lu en entier Les portes de la perception et on ne perçoit rien de tel… au contraire un esprit d’une humilité bien perceptible, l’exact contraire de ce que vous affirmez de façon péremptoire. (Humilité d’ailleurs que l’on perçoit aussi dans la séquence radio sur France culture pour ceux qui l’aurait écouté)

      Il n’est question, comme l’a bien noté Gaspard ci-dessus, que de Sophia Pérennis, qu’il oppose d’ailleurs à la mentalité moderne, notamment dans le chapitre Origines et conséquences de quelques schémas de pensée contemporains du même ouvrage que j’invite à lire tous ceux qui ont encore un brin de jugeote ici

      Qu’il fut par contre, en contact étroit avec toute une élite oligarchique qu’il aurait côtoyé et dont il aurait perçu les ambitions délirantes, ça je veux bien le croire… Et que son propre frère Julian Huxley en fit partie je veux bien le croire aussi (je n’en sais rien.. c’est une pure supposition).

      Mais Aldous Huxley ne fait pas partie du NWO.


    • 1 vote
      attis attis 14 octobre 2015 17:54

      @Gollum
      Le livre de Bradshaw, en anglais.

      Une autre citation d’Huxley, pour le fun : "La dictature et la propagande scientifique pourraient fournir les seuls moyens de sauver l’humanité des misères de l’anarchie".

      Deux mémoires de thèse sur Huxley, toujours en anglais : ici et ici.

      Je remets le lien cité précédemment, et j’en ajoute un autre vers un article que j’ai déjà traduit, dans la même série.

       

       Du délire total.

      "Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit".

       

      J’ai lu en entier Les portes de la perception et on ne perçoit rien de tel

      Vous ne "percevez" pas grand chose, on dirait. Prenez-donc un peu de mescaline, il paraît que ça aide...

      Ou alors lisez ce que j’ai mis en lien. Mais attention, l’effet pourrait être pire que la mescaline.


    • vote
      Gollum Gollum 14 octobre 2015 18:34

      @attis

      Bon on a un livre, auto-édité on dirait, sur Amazon… Rien sur la fiche Amazon de l’auteur.. Visiblement quelqu’un de connu quoi.. smiley

      Mais quid de Bradshaw ? Qui est-ce ? Son pédigrée ? Ses compétences ? C’est un LLP bis, un Glauzy bis ? ou quelqu’un de sérieux ? Parce que moi les références genre LLP ou Glauzy j’en ai ras la casquette…

      Sinon je lis très mal l’anglais alors ça va être difficile..

      Sur l’ouvrage d’Huxley que j’ai cité je vous met au défi de trouver quoique ce soit qui aille dans votre sens. On trouve au contraire tout un chapitre que j’ai cité et que chacun peut lire, qui va dans le mien…

      Sur ce bonne soirée, je commence à fatiguer sérieusement..


    • 2 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 14 octobre 2015 18:44

      @attis
      "Voilà ce qu’a fait Huxley dans ses livres. Il ne les a pas écrits pour dénoncer une horreur à venir, mais pour habituer les gens à l’idée de cette horreur future, de telle sorte qu’ils soient plus facilement en mesure de l’accepter une fois qu’elle sera devenue une réalité concrète."


      Eh bien le moins que l’on puisse dire, c’est que ce supposé stratagème ça n’a pas marché !! Parce que tout le monde considère que "Le meilleur des mondes" est bien une horreur, un modèle repoussant... et pas du tout quelque chose à quoi on a envie de s’habituer. 


    • 3 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 14 octobre 2015 18:51

      @attis

      Une petite citation d’Huxley pour la route :

      "Environ 99,5% de la population de la planète est aussi stupide et béotienne que les masses anglaises, mais de façon différente. Il me semble qu’il est inutile de s’attaquer aux 99,5%, mais qu’il important que les 0,5% puissent survivre, se maintiennent au niveau de qualité le plus élevé possible, et, si possible, dominent le reste. L’imbécillité des 99,5% est consternante, mais après tout, que peut-on en attendre d’autre ?" 

       


      Remarquons que plus de la moitié des intervenants sur ce forum disent la même chose plusieurs fois par mois, se lamentant de la stupidité de la population française et mondiale. smiley


    • 1 vote
      attis attis 14 octobre 2015 19:28

      @Qaspard Delanuit

      Eh bien le moins que l’on puisse dire, c’est que ce supposé stratagème ça n’a pas marché !! Parce que tout le monde considère que "Le meilleur des mondes" est bien une horreur, un modèle repoussant... et pas du tout quelque chose à quoi on a envie de s’habituer.

      Il faut se souvenir que le meilleur des mondes a été écrit en 1931, à une époque où l’eugénisme était encore très populaire, et pouvait être ouvertement présenté comme un bienfait pour l’humanité. Les nazis ont cassé tout ça, et l’eugénisme a du devenir plus "underground" après la guerre. Ne pas oublier non plus que Julian Huxley, le frère d’Aldous, a été président de l’eugenics society, et directeur général de l’UNESCO...

      Mais peu importe que les masses trouvent tel ou tel projet porté par la fiction normative "monstrueux" ou pas, l’important est qu’elles y soient sensibilisées suffisamment en amont pour émousser leur résistance.

       

      @Gollum

      Le bouquin est édité par Faber & Faber.

      Je ne connais pas la bio de Bradshaw, mais il est repris par de nombreux universitaires, y compris ceux que j’ai cité ci-dessus. Pas un gage de sérieux absolu, ok... Si ça se trouve LLP et Glauzy sont cités par des universitaires eux aussi smiley

      Pour répondre à une remarque que vous faisiez par ailleurs sur le fait que Le meilleur des mondes ne serait lu que par une élite, c’est faux. Je me souviens l’avoir étudié au collège. Les masses le lisent, de gré ou de force.

       

      Sur l’ouvrage d’Huxley que j’ai cité je vous met au défi de trouver quoique ce soit qui aille dans votre sens.

      Suffit de lire les liens que j’ai donnés ci-dessus...


    • 1 vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 14 octobre 2015 19:47

      @attis
      "Mais peu importe que les masses trouvent tel ou tel projet porté par la fiction normative "monstrueux" ou pas, l’important est qu’elles y soient sensibilisées suffisamment en amont pour émousser leur résistance."


      Certes, mais c’est justement le contraire qui se passe avec "Le meilleur des mondes". Même ceux qui ne l’ont pas lu y font référence pour décrire une horrible société avec une apparence de perfection organisationnelle, un modèle social faussement idéal... contre lequel il faut résister. Bref, c’est l’inverse de ce que vous dites. J’ai beau tenter de faire des contorsions mentales abracadabrantesques, je n’arrive pas à faire coller votre hypothèse sur la réalité (sur le fond, je me fous que Huxley ait été une salaud ou un brave type, je n’ai pas de parti pris ni d’intérêt dans cette question). 


    • 1 vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 14 octobre 2015 19:56

      @attis
      "Les masses le lisent, de gré ou de force."

      Ce que vous dites est abstrait et on se demande quelle forme de réalité ça peut évoquer. D’abord, une foule peut être poussée dans une direction collective mais elle ne réfléchit pas : seule une personne réelle peut lire avec sa conscience personnelle. De plus comment peut-on "forcer" une personne à lire un livre, surtout un livre plutôt ennuyeux si l’on ne s’intéresse pas à la sociologie et la philosophie politique ? Le Meilleur des Mondes, c’est pas Harry Potter... 


    • 2 votes
      Gollum Gollum 15 octobre 2015 11:42

      @attis

      Bon je l’ai trouvé votre bonhomme : http://www.worc.ox.ac.uk/about/fellows/j-david-bradshaw

      Obscur prof de littérature anglaise au Collège Worcester pas loin de Londres..

      Pas de quoi fouetter un chat. Bon cela ne veut pas dire pour cela que son bouquin soit mauvais, m’enfin…

      Je serai incapable d’en juger vu mes compétences en anglais. Donc pour moi cela s’arrêtera là. 

      Tout ce qu’on peut dire c’est que pas grand monde ne s’est précipité sur Amazon pour faire des commentaires… Rien à voir par exemple avec un Peter Dale Scott autrement plus commenté.. et que les universitaires présentés comme le citant ont juste fait une thèse le citant effectivement, mais les bonshommes ont l’air aussi obscurs que le Bradshaw...

      Sinon je vais vous donner du Aldous Huxley dans le texte : Dieu est amour et il y a des instants bénis où il est octroyé même aux êtres humains non régénérés de Le connaître comme étant amour. Mais c’est seulement chez les saints que cette connaissance devient assurée et continue.  ……….

      Dieu ne peut être aimé que par ceux qui ont tué les formes les plus subtiles, .., de l’amour du moi. Source : Sept méditations in Les portes de la perception.


      Etc, etc… Quasi tout le bouquin est comme ça. C’est sûr que c’était un sale type Aldous Huxley, un vrai suppôt de Satan… smiley  smiley


    • vote
      attis attis 15 octobre 2015 13:44

      @Gollum
      L’intérêt de ce bouquin est de montrer le caractère élitiste d’Huxley. Il compile des déclarations d’Huxley pendant les années 20/30. Et certaines, comme celles que j’ai traduites plus haut, ne sont pas piquées des vers.

      Même si vous n’avez pas compris (ou voulu comprendre) la nature et la logique de la fiction normative, je pense avoir démontré en quoi un bouquin comme Le meilleur des mondes pouvait avoir un aspect néfaste.

      Mais Huxley révèle vraiment son côté obscur à partir des années 50. Il devient alors l’une des têtes pensantes du programme MK-ULTRA, comme le démontre cet article, puis celui-là (déjà mentionnés plus haut). Allez jeter un oeil sur mon blog, j’ y ai traduit les deux premières parties de la série (il y est surtout question de Gordon Wasson et Terence McKenna, moins d’Huxley).

      Je sais que Huxley a été quasiment vénéré par toute une génération, pour qui il est très difficile d’admettre qu’il ait pu avoir une influence aussi incroyablement négative. Mais les faits sont là, les documents aussi, indiscutables. L’oeuvre d’Huxley ne peut être comprise si ces éléments sont ignorés. Après en avoir pris connaissance, vous lirez d’un oeil entièrement différent Le meilleur des mondes ou Les portes de la perception.

      Je vais traduire ces articles d’ici quelques semaines pour ceux que l’anglais rebute.


    • vote
      Gollum Gollum 15 octobre 2015 15:48

      @attis

      Bon ok. J’ai parcouru votre blog et je vois mieux l’état d’esprit qui y règne…

      Complètement à côté de la plaque sur beaucoup de choses. Tout y passe : les mystères d’Éleusis, une citation de Platon à laquelle l’auteur n’a strictement rien compris, le christianisme vu comme une tentative de domination, après celle orchestrée par les juifs… 

      N’en jetez plus, je suis déjà parti. smiley

      De la paranoïa à longueur de pages, ce site est typiquement fait pour médialter. A la rigueur pour Nigari sauf qu’elle goûtera moins le côté anti-chrétien.

      Mais une chose me vient à l’esprit. On dirait que ce site a pour but d’inculquer à la population qui y serait sensible toute une mythologie accordant au gouvernement américain une puissance exorbitante, considérable, probablement bien au-dessus de ce que celui-ci est réellement capable de faire… et donc de démotiver la populace afin d’être découragée et de ne pas lutter contre un ennemi si puissant…

      Pas mal comme exégèse hein ? smiley Voyez je vous retourne la balle.. 

      vous lirez d’un oeil entièrement différent Le meilleur des mondes ou Les portes de la perception.

      Je ne vois pas en quoi. Tout ce qui se trouve dans Les portes de la perception est parfaitement valable et sain, ce livre eût-il été écrit par Satan en personne

      Bon, allez cette fois-ci je vous laisse. J’invite éventuellement Gaspard à parcourir votre blog et à nous donner son sentiment, ou d’autres… Pas médialter dont je me contrefous de l’avis bien entendu… smiley


    • vote
      attis attis 15 octobre 2015 16:55

      @Gollum

      Bon ok. J’ai parcouru votre blog et je vois mieux l’état d’esprit qui y règne…

      Complètement à côté de la plaque sur beaucoup de choses. Tout y passe : les mystères d’Éleusis, une citation de Platon à laquelle l’auteur n’a strictement rien compris, le christianisme vu comme une tentative de domination, après celle orchestrée par les juifs…

      Vous n’avez lu qu’un article, et vous n’avez retenu que ce passage sur les mystères d’Eleusis, dommage. Je dois avouer que la traduction de ce passage m’a donné mal au crâne tellement il est à côté de la plaque (pour un ensemble de raisons). Cet auteur est surtout intéressant pour sa capacité à aller chercher des documents originaux, des preuves irréfutables. Ses interprétations sont parfois très justes, parfois discutables, parfois complètement erronées (rarement, tout de même), mais les documents ne souffrent d’aucune contestation.

       

      On dirait que ce site a pour but d’inculquer à la population qui y serait sensible toute une mythologie accordant au gouvernement américain une puissance exorbitante, considérable, probablement bien au-dessus de ce que celui-ci est réellement capable de faire… et donc de démotiver la populace afin d’être découragée et de ne pas lutter contre un ennemi si puissant…

      Pas mal comme exégèse hein ?  Voyez je vous retourne la balle..

      J’avoue que c’est un souci qui me travaille un peu. Montrer l’ampleur des manipulations auxquelles nous sommes soumis pourrait en effet démoraliser les gens, et les empêcher de résister. D’un autre côté, l’ignorance de ces attaques permanentes contre l’esprit humain est sans doute beaucoup plus dommageable. Entre deux maux, je choisis le moindre.

       

      De la paranoïa à longueur de pages, ce site est typiquement fait pour médialter. A la rigueur pour Nigari sauf qu’elle goûtera moins le côté anti-chrétien.

      Là, vous êtes malhonnête. La plupart des articles (à une ou deux exceptions près) sont sourcés et s’appuient sur des documents originaux. Ca n’empêche pas les erreurs d’interprétation, bien sûr, mais ça n’a rien à voir avec ce que font Nigari et Medialter. Eux se limitent à l’interprétation d’observations ou de témoignages, ce qui augmente grandement les risques d’erreur, et peut faire partir dans le n’importe quoi. Bien sûr, personne n’a raison - ni tort - en permanence, ni vous, ni moi, ni Nigari ou Medialter.

      Ceci dit, je prépare un article qui se fonde principalement sur l’observation de photographies et sur l’interprétation de témoignages... Là vous pourrez éventuellement dire que c’est du n’importe quoi ou de la paranoïa (surtout que la thèse proposée est assez énorme). Pas avec ce qui est déjà publié.

      Et je ne suis pas anti-chrétien, j’ai publié deux articles écrits par des auteurs chrétiens. L’un des auteurs de l’article sur la révolution psychédélique a une théorie intéressante - et radicale - sur les origines du christianisme. Doc en anglais, sous-titré en espagnol. Théorie que je trouve assez séduisante.


    • vote
      pegase pegase 16 octobre 2015 14:30

      @Gollum

      Sur l’ouvrage d’Huxley que j’ai cité je vous met au défi de trouver quoique ce soit qui aille dans votre sens. On trouve au contraire tout un chapitre que j’ai cité et que chacun peut lire, qui va dans le mien…

      ......................


      Huxley est évidemment dans le coup, il ne va pas prôner ouvertement la société qu’il décrit pour des raisons évidentes ... allons voyons !


      Huxley et Brezinsky c’est du même tonneau, les mêmes malades !


    • vote
      Gollum Gollum 16 octobre 2015 18:14

      @pegase

      Bon dieu ! Mais c’est bien sûr !   smiley


    • 3 votes
      gaijin gaijin 13 octobre 2015 19:13

      @ attis
      salut intéressant
      si vous faites des recherches la dessus il serait pas mal de vous pencher sur le cas de deux autres endroits a proximité :
      l’institut esalen et l’institut palo alto qui sont deux grands carrefours de la pensée moderne sur l’humain
      pour esalen il semble qu’il ait aussi été fondé par un mec qui est passé par l’armée etc ......


      • vote
        attis attis 13 octobre 2015 23:42

        @gaijin
        Oui, il faudra que j’écrive quelque chose sur Esalen.

        Malheureusement, je suis très feignant, et je préfère pomper les recherches des autres (une technique pompée sur mes maîtres de la di$$idonce). Et je n’ai pas encore trouvé d’article vraiment complet là-dessus, seulement des informations éparses.

        Le Stanford Research Institute (SRI) mériterait lui aussi une étude approfondie, mais là encore il n’y a pas à ma connaissance d’article sérieux sur cet autre centre de l’ingénierie sociale.

        Va falloir que je bosse un peu, font chier ces américains, on est obligé de tout faire à leur place  smiley


      • 1 vote
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 13 octobre 2015 19:52

        Merci de confirmer mes doutes, j’ai toujours pensé que le hippisme était en fait le cheval de Troie du nouvel ordre mondial sous couvert de cool attitude, j’avais donc raison, une fois de plus.... Ces fumeurs de joints et consommateurs compulsifs de LSD qui prônent l’amour et non la guerre sous leurs chevelures imposantes et repoussantes n’étaient en fait que des prototypes bioniques d’Attali et autres Fourest avant l’heure.


        • 1 vote
          bocanegra bocanegra 13 octobre 2015 19:57

          pour le film "sniper" le voir entier et ensuite le film de jj annaud "stalingrad" ...en entier aussi. et non pas un extrait qui ne veut que ce que l’on veut faire dire à l’extrait. ensuite on parle . c’est plus honnête.


          • vote
            Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 13 octobre 2015 20:09

            @bocanegra
            Revoir et revoir aussi et surtout "La Guerre du Feu, les prémices du nouvel ordre mondial" et "Aguire, la colère de Dieu, l’apocalypse selon Kinsky" du même réalisateur, décidément visionnaire et qui renoue avec l’actualité en se faisant évincer des oscars us pour cause de pas assez de tribulations chinoises d’un français en Chine dans sa dernière chinoiserie, et qui pousse, du coup, un coup de gueule bien senti face à cette manipulation grossière des lobbies américains, source :

            http://www.jeanmarcmorandini.com/article-343999-oscars-le-coup-de-gueule-du-realisateur-jean-jacques-annaud-qui-se-dit-stupefait-de-la-disqualification-de-son-film.html


          • 1 vote
            Joe Chip Joe Chip 13 octobre 2015 20:01

            Rien de bien mystérieux, le Pentagone est connu pour s’intéresser de près à Hollywood et aux jeux vidéos. A chaque fois qu’un nouvel appareil est produit, vous pouvez êtes certain de le retrouver dans une flopée de blockbusters (exemple récent : la série Transformers, long clip promotionnel pour l’armée américaine, ou les Iron Man). 

            C’est même tout à fait officiel au niveau des aides accordées pour le tournage d’un film, il existe trois niveaux de coopération entre le Pentagone et les studio hollywoodiens :

            "courtesy cooperation" (assistance technique et fourniture d’images en stock)

            "limited cooperation" (assistance technique + lieu de tournage + personnel)

            "full cooperation" (assistance technique + lieu de tournage + participation des forces armées)

            Evidemment on peut supposer que plus le niveau d’aide est important et plus l’armée a un droit de regard sur le scénario... c’est très facile à remarquer car on retrouve souvent les mêmes personnages stéréotypés :

            - le vieux général rempli de sagesse, qui fait fermer son claque-merde à un politicien arrogant

            - l’officier noir sympa, patriote et plein de bonne volonté 

            - le yankee provincial un poil rebelle mais doté d’un courage et d’une envie de servir exceptionnelle 


            • 1 vote
              attis attis 14 octobre 2015 00:10

              @Joe Chip

              Et les femmes alors ? Sale sexiste ! Tu oublies le clip de Katy Perry ci-dessus, et le film G.I. Jane avec Demi Moore (et d’autres, sûrement, je ne regarde plus toutes ces conneries).

              Les gonzesses ont elles aussi le droit de s’amuser un peu avec un M-16 ! Et le Pentagone nous le fait savoir...

              Plus sérieusement, au-delà du fait de savoir si le Pentagone apporte sa coopération aux films hollywoodiens (ce qui est une évidence), il faudrait savoir dans quelle mesure il commande des films à Hollywood.

              Et pas que le Pentagone, d’ailleurs ; la CIA est sans doute beaucoup plus impliquée que l’armée. Voir cet article, où l’on apprend qu’un scénariste très en vue partait en mission en Amérique du Sud/Centrale quand il n’écrivait pas des scripts pour des blockbusters. On l’a retrouvé mort noyé dans sa voiture, les deux mains coupées (subtil...), après qu’il ait menacé de révéler les véritables motivations derrière le renversement de Noriega, auquel il avait participé. Sans doute un suicide de plus...

              Hollywood est une vaste entreprise de propagande, que ce soit au profit de l’armée U.S. ou de la CIA (ou les deux).


            • 2 votes
              La Vouivre La Vouivre 14 octobre 2015 01:01

              @attis
              Que dire alors de Tom Clancy, romancier américain, très documenté, à l’origine de la licence à succès dans le monde du jeu vidéo : Splinter Cell

              Ou le père de Jack Ryan, interprété par Harrison Ford au cinéma, oui, hollywood, la CIA mais aussi le MOSSAD semblent particulièrement imbriqués dans bien des domaines mais la propagande semble être leur outil de prédilection.. Independance Day, par exemple, et combien d’autres blockbusters à la gloire exclusive, chauviniste, bombée du torse des seuls états unis, américains, l’american dream à portée des bourses les plus somaliennes du globe, à revoir également le clip, les paroles de la chanson amerika de rammstein, pour comprendre l’empire qui donnera inévitablement à nos descendants, des tonnes d’ans pires. Vision empyrique ? Mmmmmmmmmmmhhhhh.... Pas tellement, je pense....


            • 1 vote
              attis attis 14 octobre 2015 11:35

              @La Vouivre
              Oui, littérature, cinéma, musique, jeux vidéos, peinture, sculpture...

              C’est la culture dans son ensemble qui est totalement sous contrôle, et détournée à des fins de propagande.


            • vote
              Gollum Gollum 14 octobre 2015 15:02

              @Joe Chip

              Rien de bien mystérieux, le Pentagone est connu pour s’intéresser de près à Hollywood et aux jeux vidéos.

              Là dessus je suis d’accord.

              De toute façon c’est tellement gros qu’on ne peut que s’en apercevoir..

              Un truc que j’ai remarqué aussi c’est la manie de montrer des types à la fois ultra-violents et terriblement sympas comme si le message subliminal voulu était de dire : la violence est légitime, même les doux et sympas y ont recours..

              Ce qui est d’une perversité inouïe.. Et effectivement la société américaine est présentée comme sympa.. Donc si d’aventure elle est violente quelque part dans le monde cette violence ne peut qu’être légitime...

              Bon je ne sais pas si c’est dû au Pentagone, aux Illuminatis ou autres mais c’est un fait..

              Et ne parlons pas des valeurs inversées dans les clips : dollars qui pleuvent du ciel, gamines à peine pubères dévêtues avec des mecs qui courent après, voitures de luxe, piscines, etc, etc...


            • vote
              Joe Chip Joe Chip 14 octobre 2015 15:35

              @attis

              Je ne pense pas que le Pentagone ait besoin de "commander" des films. L’armée aux USA est une institution sociale et le complexe militaro-industriel est intimement lié à la vie nationale. Par contre il est vrai que les films antimilitaristes ont complètement disparu. Le premier Rambo par exemple était un film très intéressant, à la charnière du film contestataire des années 70 et du film réac des années 80. Le héros tient à la fois du hippie idéaliste et de la brute déshumanisée par la guerre et rejetée par la population. Par contre dès le deuxième volet on est dans le militarisme politisé et le patriotisme guerrier typique des années Reagan, c’est là qu’on voit que la production culturelle reflète les évolutions idéologiques... et inversement. 

              On dit souvent qu’aux USA il n’y a pas d’aide sociale, etc... en fait une bonne partie passe à travers l’armée américaine qui a un nombre considérable de programmes sociaux, d’insertion, d’assistance, etc... pour beaucoup de jeunes américains issus de milieux pauvres, l’expérience militaire est un passeport pour l’entrée dans la vie active.

              @Gollum

              La violence a toujours fait partie de l’imaginaire sociale américain, elle est exaltée et valorisée, jusqu’à un certain point en tout cas. En 2003 les médias justifiaient l’intervention armée en Irak avec l’image du cowboy viril qui prend ses responsabilités : on connaît la suite. 

              Je pense que c’est beaucoup lié au fait qu’ils n’ont jamais eu à faire l’expérience d’une défaite militaire sur leur propre sol et que leur population n’a jamais été du mauvais côté de la violence, n’a jamais vu l’Etat s’effondrer, etc... donc ils ont une vision très positive de la guerre, presque ludique. C’est un peu les GI Joe quoi...


            • vote
              Gollum Gollum 14 octobre 2015 17:29

              @Joe Chip

              Je pense que c’est beaucoup lié au fait qu’ils n’ont jamais eu à faire l’expérience d’une défaite militaire sur leur propre sol 

              Tout à fait. Un philosophe opposait en ce sens le peuple américain qui n’avait pas encore connu la souffrance au peuple russe qui lui l’avait connu de façon exorbitante… Cette absence de souffrance est sans doute une des clés de l’activisme américain actuel...


            • 1 vote
              Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 13 octobre 2015 20:04

              Comment ne pas faire le lien avec Steven Seagal et le sujet de l’article ? Car tout y est, look hippie (queue de cheval mort), connaissances supérieures en arts martiaux, qui dit martial dit armée, et qui dit armée dit CIA, maintenant il se fait passer pour un proche du Daïa Lama, qui serait aussi, selon certaines sources, un proche de la CIA, qui continue de faire des films dont il est le héros du camp du bien (camp David, camp scout, Daschau, Treblinka, Auschwitz, liste non exhaustive) mais qui sortent directement en dvd ou en peer to peer sur le web tellement c’est à chier. Donc on peut en déduire que Steven Seagal est un de ces hippie sous MK Ultra 2 qui est chargé par sa subversion américaine, de rallier des troupes amorphes et zombifiées sous la houlette du gouvernement US qui fabrique des Nikita sauce Besson à tours de bras, CQFD.


              • 4 votes
                Soralien Soralien 13 octobre 2015 22:55

                @Gaston Lagaffe
                T’es pas de chez nous, toi, hein, t’es pas encarté E&R toi, n’est ce pas ? Car si c’était le cas, j’aurais peur ca à toi tout seul tu plomberais le niveau au dessous de la ligne de flottaison pour produire des analyses de Besancenot saupoudré Asselineau, une analyse de puceau quoi, car, il faut le savoir, je suis investi du logos transmis directos du PATRON à son humble disciple que je suis, hein, en dernière instance bien comprise, car les lecteurs de nos commentaires subversifs et dissidents seront seuls juges objectifs sans à priori intégralement sionisés par 40 ans de propagande télévisuelle, hein, il faut le savoir, il faut se rappeler tout ça, hein...

                .

                Alors voici la thèse que propose la maîtrise du logos sous influence directe du PRESIDENT, hein, de A à Z dans ton crâne de piaf, hein, Gaston yaltéléfonkison, hein, pourquoi tu caches ta judéïté talmudique sous un blaze issu de la pensée arnachico-libertarienne venue de Belgique par le biais d’un fascistoïdo-trotsko-hitlérien de talent, Franquin, hein, il faut le savoir, hein, vas y, lis l’analyse de niveau stratosphérique de la boutique E&R, et pleure, verse une larme en dernière instance bien comprise et prends en de la graine :

                .

                A la question deux points ouvrez les guillemets : "Hollywood est il, ou non, une prolongation du Talmud et l’épilogue avancé de la fameuse lettre d’Albert Pike ?"

                .

                La réponse est clairement oui, il faut le savoir, hein, pourquoi ? 2 raisons évidentes, Schwarzennegger et Sylvester Stallone, attention ça va scooper en masse car c’est nouveau ça vient de sortir, c’est une idée soralienne, c’est une fulgurance E&R, c’est élémentaire cher Cohen : Nous avons deux idiots utiles sortis de l’idéologie post soixante huitarde en bout de souffle et au croisement de l’âge d’or des Goldenboys, à savoir, les années 80 de l’après guerre froide atlanto-soviétique, hein, il faut se rappeler tout ça, et de la genèse par conséquence directe de la tartufferie du procès de Nuremberg, hein, voyez, c’est cohérent de A à Z, donc pour rappeler aux mollusque hydrocéphales qui ne comprennent jamais rien à rien et qui finissent dans les rangs des antifas, à se faire crever la gueule sur le trottoir comme un Méric taillé comme une crevette mais envoyé en première ligne pour faire le sale boulot d’un Mélenchon, éructant ses saloperies à la TV, voyez, hein, il faut le savoir, et qui meurt, comme une merde, parceque tombé sur plus fort que lui, alors qu’il était promis à un avenir des plus cléments, voyez, hein, donc nous avons ces spécimens cobayes de l’industrie propagandiste juive de premier plan aux propres aveux d’un Woody Hallen fanatisé et resionisé sous la pression du règne de Mamon qui déclare que les oscars c’est la plus grande fête juive d’Amérique, hein, voyez, alors qui avons nous dans les rôles américanisés pour servir de nègres de maison à la propagande sioniste évoquée par Netanyahou dans un discours avec Bush en 2002, hein, il faut le savoir, nous avons d’une part, un Autrichien, soumis intégralement par des moyens de chantage qui tapent toujours sous la ceinture comme des clichés d’Arnold Schwarzenegger en train de se faire sodomiser par un sac de frappe dans les vestiaires de son gymnase de petite banlieue miteuse du New York des années 80 en pleine récession et tensions ethniques entretenues par ceux là même qui font qu’Arnold a travaillé sans finir acteur porno de seconde zone parceque lâché par des producteurs parce qu’il aurait été, si il avait été authentique dans sa démarche contestataire de prolo émancipé de sa condition d’esclave du salariat, qu’on menace de faire ressortir par les merdias mainstreams détenus par ces mêmes producteurs hollywoodiens issus de la communauté que l’on n’a pas le droit de nomer, et vous avez l’image d’Hitler, oui, hitler était autrichien, il faut le savoir, hein, il faut se rappeler tout ça, donc, Arnold Hitler, se fait promener comme un toutou et vous savez, comme ces phénomènes de foire, inféodés à leur maîtres, achetés par les mêmes de cette communauté qui se sont spécialisés dans l’esclavage dès le 14ème siècle avant Jésus-Christ, hein, c’est cohérent tout ça, humilié ce représentant du nazisme et ce diable, ce démon dans la rligion de la àhoah paie pour tous ses ancêtres jusqu’à la trentième génération, ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’Arnold est un inconditionnel soutient à Israël, n’est ce pas, voyez, hein, ça a un sens eschatologique, tout ça, c’est cohérent, hein, il faut le savoir, et si on le sait, c’est grâce à SORAL, hein, le PATRON, le PROPHETE, hein, voyez, d’ailleurs ce n’est pas un hasard si Arnold S après avoir été gouverneur fantoche de Californie, se trouve dans un film de Zombies, maintenant, hein, les goyims collabos on les remet à leur place, voyez, hein, ils ont trahi et se font humilier comme un Joey Starr moyen forcé de jouer les pédés et les flics dans les films de Beigbeder, hein, tout ça faut pas l’oublier, hein...

                .

                Même chose pour Stallone, fils d’ouvriers immigrés italiens, donc descendant directe de Mussolini et par extension, symbole du fascisme italien des années 30 incarné en un molosse érigé en icône pour les abrutis sous totale domination sioniste malgré lui, hein, car lui a commencé dans des films pornos, il faut le savoir avant d’être coopté par la mafia juive qui lui a permis de signer un contrat avec son scénario des Rocky, hein, et qui finance Israël aujourd’hui en duo bien compris avec l’autre incarnation du mal autrichien, voyez, hein, ça a un sens tout ça, c’est cohérent, quand on fait le boulot jusqu’au bout, hein, voyez.

                .

                Je finirais là dessus en dernière instance bien comprise de A à Z.


              • 2 votes
                Ozi Ozi 14 octobre 2015 12:15

                "Jared Leto, un homme qui semble apprécier les anciennes bases militaires, les triangles avec une barre au centre, et le look hippie."
                .
                C’est sur que sa prestation dans le film Lord of war qui dénonce la main mise et l’hypocrisie des plus gros marchants d’armes que sont les pays du G8, ne peut être qu’une inspiration de l’armée Américaine et de la CIA..  smiley


                • 2 votes
                  Le Zouav 14 octobre 2015 13:37

                  @Ozi

                  On a pu constater l’effet dévastateur de ce film sur le complexe militaro-industrielle, qui depuis périclite et se meure à petite feu smiley
                  Au final, c’est un ode au rêve américain autant qu’une critique des marchants d’armes : si on est débrouillard et sans trop de scrupules, on peut en étant un fils d’émigré sans le sous devenir riche, puissant et s’envoyer en l’air avec un célèbre mannequin, le tout en exerçant une activité sur le papier répréhensible. La première étape, dans le film, étant de se faire passer pour une famille juive ukrainienne fuyant la persécution. On met 3 phrases en début de générique de fin pour conspuer les méchants pays marchand d’armes, mais si on cherche à quelle personnage les gens qui regardent le film vont s’identifier, je parie plus sur le marchand d’arme que sur le flic d’Interpol smiley
                   
                  Un vrai self-made-man ce Yuri Orlov smiley

                

                Ajouter une réaction

                Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                FAIRE UN DON

Auteur de l'article

attis

attis
Voir ses articles







Palmarès