Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Musique française 6/6 - Lingua

Musique française 6/6 - Lingua

Musique française 6/6 - Lingua

 

Lingua a donné le mot Langue (fin Xsiècle). En latin lingua (« langue ») dont la forme archaïque dinguaest apparentée au germanique qui a donné Zunge en allemand et tongue en anglais.

 

Qui dit musique française dit langue française. Un chapitre c'est un peu court jeune homme. Le français, certes pas la seule linguae pratiquée en France mais limiter le spectre n'est qu'économie d'idée. On commencera illogiquement avec cette chanson,

 

à insérer : 

 

Mazette, le nostalgique que voilà. Oui. Mais restons dans le texte et son expression avec des artistes de notre temps, 

 

à insérer : 

 

 

Gréco, qui laisse l'imagination de l'auditeur divaguer, 

 

 

 

Venons-en, à Ferrat,

 

à insérer :

 

Ma môme, ell' joue pas les starlettes

Ell' met pas des lunettes

De soleil

Ell' pos' pas pour les magazines

Ell' travaille en usine

A Créteil

 

Dans une banlieue surpeuplée

On habite un meublé

Elle et moi

La fenêtre n'a qu'un carreau

Qui donne sur l'entrepôt

Et les toits

 

On va pas à Saint-Paul-de-Vence

On pass' tout's nos vacances

A Saint-Ouen

Comme famille on n'a qu'une marraine

Quelque part en Lorraine

Et c'est loin

 

Mais ma môme elle a vingt-cinq berges

Et j'crois bien qu'la Saint'Vierge

Des églises

N'a pas plus d'amour dans les yeux

Et ne sourit pas mieux

Quoi qu'on dise

 

L'été quand la vill' s'ensommeille

Chez nous y a du soleil

Qui s'attarde

Je pose ma tête sur ses reins

Je prends douc'ment sa main

Et j'la garde

 

On s'dit toutes les choses qui nous viennent

C'est beau comm' du Verlaine

On dirait

On regarde tomber le jour

Et puis on fait l'amour

En secret

 

 

Jacques (à mon oncle du même prénom et qui l'aimait tant) :

 

 

 

"Le désordre, c'est l'ordre moins le pouvoir" .

 

à insérer :
 

 

On terminera (parce que d'expérience on a perdu, 95% de l'auditoire, je pourrais mettre des mots gros comme bite couille nichon, ils passeraient comme un doigt) avec François Hadji Lazaro, « en cet hivers de 1915 il vous aimait très fort », un garçon boucher pour fines goules cassées et qui rappelle le morceau de Lemmy, une année de plus, mais quand on aime compter c'est péché,

 

à insérer : 

 

 

Voilà, 

 

 

 

Et ne m'en parlez plus après.

 

 

Sources : Peu importe l'ordre, y compris de cette série, et les origines.

 

Tags : Musique Culture



Réagissez à l'article

7 réactions à cet article


  • 1 vote
    Zatara Zatara 23 novembre 17:03

    Je préfère concernant S. Regiani, les loups....grandiose


    • 2 votes
      Qiroreur Qiroreur 23 novembre 17:21

      @Zatara
      J’adore Régiani ... mais "II Francese" c’était pour rester collé au sujet. smiley


    • 1 vote
      Ozi Ozi 23 novembre 20:37

      C’est quoi cette musique de barbare ? Même pas de rythmiques en saturé et une voix que l’on perçoit à peine ..
      Non, ça c’est de la vraie musique..


      • vote
        Qiroreur Qiroreur 24 novembre 00:17

        @Ozi
        On peut aussi trouver dans certains styles repoussoirs pour la majorité une forme de poésie parfois. Les formes d’expression d’une même chose varient. Parfois il n’y a même pas de mots et pourtant on parvient de nul part à générer ses pensées, se rappeler d’êtres chers, les célébrer dans l’esprit et renoncer un temps à sa propre misère. Là tu vois par exemple je devrais effacer ce post aussi con que narcissique, mais c’est trop tard, c’est tapé, faire ctrlA/supprimer n’y changerait plus rien, en réalité. Bien à toi.


      • vote
        Djam Djam 23 novembre 22:44

        Merci Quiroreur pour ce moment d’émotion...
        Ça fait même étrange d’écouter des chansons dont les paroles sont ciselées, que l’on comprend et qui nous parlent comme si un ami nous racontait son histoire. C’est un moment précieux qui met bien en évidence l’envahissement monstrueux de la beuglerie globalisante où le "son" est quasi le même pour tous les "artistes" et la langue (!) ramenée à un globish hurlant et démultiplié par des effets propices à l’abrutissement des masses sans oreille, sans écoute et sans poésie.


        • vote
          Qiroreur Qiroreur 24 novembre 00:18

          @Djam
          Vraiment de rien, bien à vous.


        • vote
          Qiroreur Qiroreur 2 décembre 14:31

          "qui rappelle le morceau de Lemmy, une année de plus"


          Une année de moins évidemment, désolé : Le morceau de Lemmy. 
          

          Ajouter une réaction

          Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

          Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


          FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Qiroreur

Qiroreur
Voir ses articles







Palmarès