• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Les commentaires de berphi



  • vote
    berphi 8 avril 2022 08:45

    (suite)
    Arguer que les hauts fonctionnaires seraient incompétants sur les questions posées par le gouvernenement n’est pas recevable puisqu’ils sont issus des mêmes écoles que les dirigeants de Mc Kinsey. 



  • vote
    berphi 8 avril 2022 08:39

    Charles Gave qui est souvent frappé de bon sens justifie le choix de l’Etat à se tourner vers des cabinets en comparant l’incomparable. L’audit sur la logistique d’un service hospitalier demande une expertise pointue et spécialisée (Raoult) elle ne se compare pas avec les interrogations formulées par le gouvernement auprès de Mc Kinsey comme l’est l’impact de la réforme des APL au sein de la fonction publique. Par ailleurs Raoult peut se targuer d’avoir obtenu des réponses probantes changements à apporter à ses services quand les analyses de Mc Kinsey, payées une fortune, sont restées lettre morte.



  • 5 votes
    berphi 24 mars 2022 15:51

    @Mao-Tsé-Toung

    Confirmé à l’échelle d’une ville de 2 000 hab. (la mienne) qui fait état du même constat. Les cabinets infirmiers sont pris d’assaut actuellement, tous les test positifs au covid sont ceux de vaccinés. 



  • 1 vote
    berphi 12 février 2022 13:28

    @bubu12

    Il y a bien sur l’expérience de Milgram, je vous soumets celle expérimentant les résistances des défenses immunitaires d’individus au sein d’une population : Quelques esprits chagrin s’étaient mis en tête d’éradiquer un animal sur un territoire par un facteur pathogène mortel, ayant échoué dans leur projet, ils découvrirent qu’une population contient toujours un nombre d’invidus suffisant pour resister à n’importe quelle attaque immunitaire, principe étonnant qui assure son maintient, sa survie. La nature est ainsi faite. L’allégorie ne concerne pas le covid mais une tentative politique de contrôle des populations. Même si son application est effective dans un premier temps, se sont toujours les plus résistants qui auront gain de cause. Le temps est pour les plus résistants. Le temps. Passez le mesage à vos "voisins".



  • 2 votes
    berphi 12 février 2022 13:02

    @bubu12

    Vous n’êtes pas savoir que figurent dans la décharge remise par votre médecin, au moment de recevoir vos injections, différents effets secondaires dont celui de dévelloper le prion de creutzfeldt jakob (une étude anglaise datant de 2003 explique le lien entre l’ARN messager et CJ, lien infra). Vous voyez, ce n’est pas un scoop. Vous pouvez arguer que rien ne permet de faire le lien entre ce cas et le vaccin, les faits, les études vous démentent et démontrent que son risque est avéré,
    Vous avez accepté de courir le risque de subir tous les effets secondaires y figurants dont celui de CJ, les labos peuvent dormir tranquiles il ne sont plus pénalement responsables par le biais de votre signature en cas de pépin. Du reste, ce ne sont pas tant les labos qui devront répondre de ce scandale sanitaire... Certes pas dans l’immédiat, il faudra un certain temps, des années avant qu’une véritable justice se mette en place, mais les décisionnaires (et tous ceux qui ont participé sciemment à la propagnade) ne s’en sortiront pas indemnes, aucune prescription de temps ne sera jamais accordée. Que ces même décisonnaires se souviennent qu’il n’y a pas plus tangible que le Pouvoir.

    https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/l-arn-possible-complice-du-prion-pathogene_4923



  • vote
    berphi 11 février 2022 16:28

    @Norman Bates

    "la commission des affaires sociales du Sénat a choisi de faire appel à l’Opecst, un organe composé de 18 députés, 18 sénateurs, et d’un conseil scientifique de 24 personnes."

    Votre optimisme est sans borne... Je vous épargne la question de savoir si les membres de ce conseil scientifique sont nets de tout conflit d’intérêt. 
    Les vingt cas de Creutzfeldt-Jacob officellement reconnus pour être liés à la vaccination anti covid auraient dû suffire, dans une normalité aujourd’hui perdue, à retirer ces produits immédiatement du marché, comme ce fut le cas en Autriche pour l’AstraZeneca.



  • vote
    berphi 3 février 2022 19:38

    L’affaire que Blastmedia (en lien infra) a mis en lumière au sujet de son portefeuille d’action Alstom obtenu quand son cher et tendre y occupait un poste au moment de sa vente, aurait subitement disparu, aucun media ne relait l’étrange disparition. Ce même portefeuille la placerait en conflit d’intérêt vis à vis de la Région Île-de-France qu’elle dirige mais il serait plus délicat encore qu’elle ait rendu une déclaration de patrimoine incomplète. Les costards de François semblent dérisoires en comparaison.

    https://www.youtube.com/watch?v=fFBhO5e5FZ0



  • 6 votes
    berphi 10 novembre 2021 09:22

    "Nous avons réussi l’impensable"

    Et d’autres de penser : " Ils ont réussi l’inadmissible"



  • vote
    berphi 18 mai 2021 00:08

    @micnet

    Bonsoir,

    Merci pour ce lien. 



  • vote
    berphi 17 mai 2021 21:19

    Réponse supra adressée à Conférençovore 



  • vote
    berphi 17 mai 2021 21:17

    Sachant qu’il n’y a strictement aucun lien entre les 4.

    Oui, du grand n’importe quoi pour discréditer une qualité de débat offert par Zemmour en éditorialiste et qu’ils sont infoutus d’obtenir avec les leurs, sevrés à la sauce L. Joffrin. Et puisque c’est une recette qui semble fonctionner : Qu’ils abordent chacun des quatre mots en sujet pour un débat et observons si le sensationnel prend de la même manière en terme d’audience, qu’on se marre un peu.



  • vote
    berphi 17 mai 2021 14:28

    — Qu’est-ce qui fait le succès de Cnews ?

    — CNews c’est ("ce sont", ce s’rait ieum’) des débats d’opinion du matin au soir, heu... c’est martelé des thèmes, un visage de l’antenne me résumait la formule en quatre mots : c’est immigration, c’est Islam, c’est violence et heu... c’est drogue.

    Le "c’est drogue" est dit à l’arraché, hein, quand même un peu sur les bords, hein. Il en fallait quatre !
    Ils sont magiques.



  • 2 votes
    berphi 17 mai 2021 13:31

    @bubu12

    du coup j’imagine que vous êtes contre tous les médicaments et vaccins qui sont commercialisés puisque vous partez du principe que tous les médecins qui participent à des études financées par des labos sont corrompus. J’espère que vous n’êtes jamais malade 

    (Je rentre actuellement dans un même conflit qui oppose Gaspard à bubu12)

    Ai-je dit ça ?
    Prenons l’exemple de l’Institut Pasteur qui est une fondation privée à but non lucratif , ai-je à mettre en doute la validité de leur expertise sur une étude qui n’est pas commandée par une firme pharmaceutique à but commerciale, firme qui n’entrerait pas dans le financement de Pasteur ? Non.
    Ai-je le droit d’émettre des doutes sur la fiabilité des produits de nouvelle génération, commandés et fabriqués dans des délais anormaux de rapidité, bénéficiant d’une AMS conditionnée, auprès de labos couverts par une législation en cas de problème ? J’en prends le droit, sans aucune réserve.



  • 4 votes
    berphi 17 mai 2021 13:06

    @bubu12

    Quand ce labo participe au financement de vos travaux et vous arrose copieusement en défraiements, quand les enjeux commerciaux du résultat de l’étude qui vous est confiée se comptent en milliards d’euros : je vous réponds un grand OUI. 



  • 2 votes
    berphi 17 mai 2021 12:53

    @bubu12
    À celui-ci, vous dites : "

    avoir des liens financiers ou travailler sur une étude financée par une entreprise vous enleve automatiquement toute probité ? Vous vivez dans un drôle de monde

    Et pour répondre à votre question, plus exactement pour la compléter sa réponse en réajustant la votre : le conflit d’intérêt découle Toujours et obligatoirement d’un lien (lien affectif, financier, professionnel etc..).


  • 2 votes
    berphi 17 mai 2021 11:43

    @Gaspard Delanuit

    Y’a certainement de ça, en effet ...  smiley  smiley  smiley




  • 1 vote
    berphi 17 mai 2021 11:28

    @bubu12

    Êtes-vous sérieux, ou souffrez-vous d’une absence complète de discernement sur ce que l’on appelle communément "le conflit d’intérêt" (notion reconnue juridiquement et pénalement) ?



  • vote
    berphi 17 mai 2021 10:20

    @ezechiel
    Votre interprétation du verset de la femme adultère est intéressante car d’autres verraient un tout autre enseignement, comme par exemple celui d’un Christ sondant et connaissant toutes les âmes, il sait que parmi les accusateurs se trouvent quelques uns qui devraient normalement faire l’objet d’une accusation jugée par le Sanhedrin mais que le pouvoir de leur statut social empêche, en d’autre terme les témoins susceptibles de les accuser n’en feraient jamais rien par peur de représailles.



  • vote
    berphi 17 mai 2021 09:58

    @ezechiel

    " : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle."

    Il ne conteste pas la Loi, il l’applique. Si toutefois un des accusateurs n’avait jamais pêché, cette femme était lapidée. La sentence de lapidation -une condamnation à mort - est conditionnée par les témoignages "occulaires" fournis de deux personnes comme l’indique le Deutéronome, si ces mêmes personnes ne veulent pas être accusées à leur tour, on leur suggère d’être droites dans leur botte quant à la véracité des propos qu’elles rapportent. On parle d’une condamnation à mort.

    "Vos pères ont mangé la manne dans le désert, ET ILS SONT MORTS. "
    I
    ls sont morts par le veau d’or... Il ne rapporte rien d’autre que les faits.

    Quant à ce qui est autorisé durant le shabbat, présentez-moi les textes du Deutéronome qui exprime le contraire de ce qu’avance le Christ. Beaucoup de Juifs non accomplis prennent parfois ou propose parfois, un comprimé de paracétamol durant le shabbat..



  • vote
    berphi 17 mai 2021 09:28

    @micnet
    Par contre, on peut se dire que par rapport à aujourd’hui où n’importe qui devient citoyen sans que cette notion ne soit accolé à un quelconque mérite, on est en droit de penser qu’une sélection à ce niveau ne pourra donner que de meilleurs résultats (ou de moins pires...).

    Bonjour micnet,

    Mes posts se sont croisés avec le votre, je terminais la rédaction d’idées successives et ne semble pas vous faire réagir et pour cause je suis hors sujet. Je réagis en revanche à cet extrait pour me remettre dans les clous.
    Il y a la nationalité et la citoyenneté qui en découle. Nous avons eu, je crois, déjà à débattre de la première disposition qui, à mon sens, est distribuée parfois de fait sans aucune autre condition que celle de disposer du droit du sol. (ce qui ni les Romains ni les Grecs ne pratiquaient du reste), cette disposition pose question. Par ailleurs, afin de faire une introduction sur l’idée d’une aristocratie, Je veux simplement rappeler que l’exécutif rempli une charge de pouvoirs qui lui ont été délégués, ses décisions s’appuient sur un programme pour lequel il aura été élu. On délègue par vote, on ne donne pas un pouvoir ; cette nuance totalement dévoyée actuellement j’en conviens, mais il est importante d’être rappelée. Tout citoyen est en droit de choisir le programme qu’il estime être le meilleur pour ses intérêts  nous votons tous par intérêts personnels  donc éliminer du champ électoral un groupe de personnes au motif que leur niveau culturel ne serait pas adéquate à l’estimation d’une problématique politique me paraît être inique. Il y a la culture et la compétence. Si un agriculteur, n’ayant que pour seul diplôme un brevet agricole, à la capacité de savoir quel candidat conviendrait le mieux à ce qu’il estime lui être favorable et mieux qu’un diplomé de Science Po ? Je vous réponds : Largement.
    Le panel des technologies inhérent au domaine que l’Etat doit superviser s’est multiplier par cent si on le compare à celui du XIX ème, cela suppose une maîtrise des compétences pour chacun d’entre eux, un expert en agronomie ne pourra pas remplir sa tâche d’expert dans celui de la santé, de l’infrastructure, du domaine maritime etc. Je ne suis pas sûr que dans chacun des ministères cité, nous ayons la conviction d’avoir les bons individus capables de s’adapter aux changements que suppose le progrès, la défenses des intérêts dans les échanges internationaux si ces mêmes individus occupent cette charge sans limite de temps. Mais surtout, notre contexte de modernité offre une pluralité scientifique évoluant sans cesse, en mouvement quand l’aristocratie, elle, dans sa définition, est statique...