• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Les commentaires de JC_Lavau



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 2019 16:47

    @herve_hum. Abus signalé.
    Attaques à la personne, totalement hors sujet.
    Biographie calomnieuse et procès d’intention délirants.



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 2019 13:45

    @herve_hum. Quand une ancre casse, ou quand une Caravelle chavire vingt mètres après son départ de plage, ce sont des réalités, fort dangereuses, qui n’ont nul besoin des principes à Hervé.
    L’enveniment par une vive non plus n’a aucun besoin du gloubiboulga à Hervé.



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 2019 11:01

    @herve_hum. Certes le macro-temps instrumental fourni par une horloge est archimédien.
    Il suffit de deux horloges, dont l’une est plus haute que l’autre, ou dont l’une est envoyée sur un avion de ligne faire le tour de la Terre, pour que cette belle simplicité soit brisée.
    Il suffit d’un photon aussi. Et des photons, il s’en trafique pas mal...



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 2019 21:58

    @herve_hum. Combien de fois faudra-t-il te rappeler que j’ai recensé vingt et un postulats tacites et clandestins utilisés par cette secte qui a pris le pouvoir en 1927 par violence pure ? 
    Leur premier postulat est anti-relativiste : ils postulent qu’un temps universel comme celui du dieu d’Isaac Newton existerait, et aurait pertinence en microphysique. On a des zillions de preuves quotidiennes démentant ce postulat.

    Et toi justement, tu es rivé à ce postulat anti-relativiste, qu’un macro-temps du laboratoire aurait valeur universelle.
    Charlie Chaplin dans son rôle de Grand Dictateur en dirait "Prumf  !".
     

    — 
    http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
    http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 2019 19:15

    @herve_hum. Tes "mondes virtuels" non plus n’existent pas.



  • 1 vote
    JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 2019 18:15

    @JL. Il n’y a pas de temps universel.
    Celui du dieu d’Isaac Newton n’existe pas davantage que le dit dieu.
    Mais on continue de vous le faire croire en dépit de zillions de preuves du contraire..



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 2019 16:50

    @edwig : partir du postulat "tout n’est que conscience " 

    En neurologie et en psycho cognitive nous connaissons les cécité cérébrales : Le cortex occipital visuel V1 n’est plus fonctionnel, ou les voies thalamiques vers ce cortex ont été rompues. Pourtant on fait l’expérience suivante avec cet aveugle, dont les rétines sont intactes :
    On va t’assoir dans une cabine où il fera noir. Devant toi un écran noir, puis on déplacera un point lumineux sur cet écran, et toi avec ton doigt tu pointeras ce point.
    — C’est idiot ! Je n’y vois rien.
    — Pas grave, tu pointeras au hasard
    .
    Et l’aveugle pointe au hasard, exactement dans la direction où le spot lumineux se manifeste.
    Pourquoi ? Les voies colliculaires n’ont pas été endommagées, elles. Elles font ce qu’elles savaient déjà faire quand nos ancêtres étaient amphibiens, voire poissons.
    Du moment qu’une grenouille a une rétine spécialisée dans la détection d’insectes volant en vol horizontal, d’une voie thalamique et d’une voie colliculaire, elle peut attraper des insectes volants, sans jamais les "voir" au sens humain. Mettez une grenouille au milieu de mouches mortes, elle mourra de faim, incapable de voir les mouches. Elle n’a pas de cortex, donc pas de cortex visuel.
    La "conscience" a été inventée tard par l’évolution : c’est une fonction lente et coûteuse, peu performante, dans un organe très coûteux. A l’âge adulte, ton cerveau consomme vingt watts, soit un quart de ton métabolisme de base. A ta naissance, il en consommait les deux tiers à lui seul.

    Ton postulat est une absurdité totale.



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 2019 15:04

    @CoolDude. Laissons de côté l’absurdité astronomique, et restons sur la microphysique.
    Fort perturbés par la guerre mondiale, à laquelle ils avaient personnellement échappé au bénéfice de l’âge, ces galopins à Göttingen ont prolongé leur adolescence au cri (anglais ici) de "Me ! Myself and I !’. Ils se sont mis au centre de l’image microphysique, télescopant une dizaine d’ordres de grandeur. Ne jamais chercher la taille de la maille d’analyse pertinente est une faute professionnelle. Cette faute professionnelle est au pouvoir depuis 1927. Cela fait plus de trois générations qu’elle règne sur tout l’enseignement et toute la vulgarisation.

    Que le physicien scrute et instrumente ou pas tel paquet d’absorbeurs pour en faire un senseur ne change rien au fait que de toutes façons, un photon  ou dit plus clairement, une onde électromagnétique individuelle  va d’un émetteur à un absorbeur (un seul) via de l’espace intermédiaire avec éventuellement des dispositifs optiques, et qu’il transfère un quantum d’action par cycle de Planck h. Il transfère en outre par des moyens électromagnétiques une énergie-impulsion qui dépend des repères respectifs de l’émetteur et de l’absorbeur. A quelle fréquence ? Sur quelle longueur le photon ? Avec quelle polarisation ? Cela dépend des propriétés respectives de l’absorbeur et de l’émetteur, et de l’espace intermédiaire.
    Quand les galopins de 1927, les Knabenphysiker, dénient les absorbeurs et leurs propriétés physiques, il ne leur reste plus que les slogans, les carabistouilles et les contes de fées. Et toi tu gobes tout cela parce que tu n’as pas d’expérience expérimentale en physique.

    J’ai personnellement assisté à deux diffractogrammes Laue sur le grand microscope électronique de l’INSTN. Cela prouve qu’un électron lancé diffracte comme une onde, il n’a jamais cessé d’être une onde, comme il était onde stationnaire autour d’un noyau d’atome. Jamais un électron ne se transmute en "corpuscule". Electron ou onde électronique, c’est chou vert et vert chou. Accessoirement, les deux inclusions dont nous avons fait le Laue étaient bien des carbures genre cémentite, à réseau cubique ; mais nous n’avons pas mesuré son paramètre de maille.



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 2019 10:44

    @Belenos. Si. Reprend la pièce de Pirandello : "A chacun sa vérité".
    Galantuomo, Pirandello n’a présenté qu’une situation symétrique de délire à deux, des délires complémentaires.
    Dans la vie réelle, il subissait une situation dissymétrique, accusé en tous sens par une épouse devenue paranoïaque suite à leurs déboires miniers et financiers.
    Sous ce genre d’assauts psychotiques, paranoïaques précisément, comment en avoir le coeur net, qui de nous deux est fou à lier, voire les deux ?
    Une solution fiable est d’organiser des expériences neutres, permettant de discriminer le délire de la personne réellement paranoïaque.
    http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/mission_parricide/Un_de_nous_deux_est_fou.html
    Tandis que ce qui n’est pas fiable est de se fier à l’air du temps. L’air du temps a déjà souventes fois déliré.
    La discipline scientifique apporte vraiment du nouveau et des solutions irremplaçables.
    Tandis que prise en masse dans sa relation incestuelle avec le conglomérat judiciaire, et toute la corruption qui va avec, la psychiatrie demeure globalement en immaturité scientifique.
    http://info.deonto-famille.org/index.php?topic=42.0



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 2019 09:54

    @Belenos. Tu as juste oublié que la science commence quand on prend le risque de faire des prédictions que l’expérience pourrait démentir.
    Prenons le domaine où il y a le plus de fraudeurs et de charlatans : la psychiatrie.
    Milton Erickson avait pour habitude, après avoir vu une personne ou une famille pour la première fois, et dont il se doutait qu’il ne les reverrait pas avant plusieurs années, de coucher son pronostic sur papier, de le mettre dans une enveloppe qu’il fermait et rangeait. Plusieurs années après, à la nouvelle consultation, il comparait avec son pronostic.
    Les ruses, notamment l’hypnose, utilisées par les sectes, religions, vendeurs, politiques et escrocs sont connaissables. On peut par exemple comparer les ruses d’hypnotiseur utilisées par Joël Sternheimer et celles utilisées par Jean Jouzel :
    http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Theorie_fondee_sur_l_hypnose.html

    Un autre élément diagnostic est la fureur et la violence qui se déclenchent chez l’escroc, le charlatan ou l’imposteur quand tu commences à soulever un pan du voile. Là tu as la preuve qu’il en a beaucoup à cacher, et que la peur d’être démasqué(e) le rend ou la rend paranoïaque.



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 2019 09:24

    @ezechiel. La propagande hégémonique détenue par cette secte rabâche l’opposition sémantique "classique vs quantique", à titre de ruse rhétorique pour proclamer "C’est nous qu’on est les modernes jusqu’à la fin des temps !".
    Si leur "fonction d’onde", et leur "destruction de la superposition d’états propres de la fonction d’onde" existaient dans le monde physique, alors un atome qui a émis un photon devrait parfois attendre plus de quatorze milliards d’années pour savoir dans quelle direction est son recul.
    J’ai recensé vingt et un postulats tacites et clandestins utilisés par cette secte qui a pris le pouvoir en 1927 par violence pure. Leur premier postulat est anti-relativiste : ils postulent qu’un temps universel comme celui du dieu d’Isaac Newton existerait, et aurait pertinence en microphysique. On a des zillions de preuves quotidiennes démentant ce postulat.
    Ils postulent que la microphysique c’est rien que de l’artillerie de corpuscules, kifkif comme en macrophysique, juste avec un peu de magie noire par dessus pour esbrouffer les gogos. Or l’optique physique de Fresnel datant de 1819 et les équations de Maxwell datant de 1873 rendent parfaitement compte de l’expérience quotidienne des interférences, des couleurs interférentielles, des couches anti-reflets, de toute la radiocristallographie, de l’optique cohérente, de l’existence de la polarisation plane de la lumière.
    L’existence de la polarisation plane de la lumière et les lames quart d’onde démentent toute corpuscularisation de la lumière.
    L’existence de la transparence Ramsauer-Townsend prouve que les électrons ne se propagent que sous forme ondulatoire. Aussi l’effet Ramsauer-Townsend  prouvé depuis 1921 est-il banni de tous les livres enseignant la MQ, sauf le Sivoukhine. Jamais un électron ne se transmute en "corpuscule", dans le monde réel. Les plus sommitales zautorités demeurent devant l’équation de Dirac  1928  comme une poule qui aurait trouvé une fourchette.

    Etc. 

    Cette secte postule que les absorbeurs n’existent pas, et que leurs propriétés ne doivent surtout pas être étudiées, et encore moins enseignées. Ce faisant, ils dénient la totalité des absorptions spectrales, les colorants, la colorimétrie. Je renonce à dénombrer les procédures d’analyse chimique qui dépendent de ces absorptions spectrales. Sans même parler des bandes d’absorptions infrarouges de l’ozone, du monoxyde et du dioxyde de carbone, de la vapeur d’eau, etc. Qui jouent un si grand rôle dans la propagande carbocentriste.

    Je me demande pourquoi ils n’ont pas aussi dénié les émetteurs. Tant qu’à faire...
     
    — 
    http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
    http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
    http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-24051553.html



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 17 avril 2019 19:58

    @JC_Lavau. J’oubliais la crotte de pigeon sur ton costume.
    Donc la réalité extérieure ne peut exister.



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 17 avril 2019 19:57

    @edwig. C’est vrai ! Tu ne peux pas prouver qu’un clou sur la chaussée a crevé ton pneu. Tu ne peux pas prouver que tu as marché sur une crotte de chien. Tu ne peux pas prouver qu’une tique s’est logée dans ta peau, du côté où tu ne peux intervenir.
    Tu ne peux pas prouver qu’une branche d’arbre a cassé et est tombée. Tu ne peux pas prouver l’existence de l’avalanche avant qu’elle t’emporte et t’écrase...
    Tu ne peux pas prouver que les fourmis ont mangé ta tomate avant même qu’elle murisse.
    Tu ne peux pas prouver que quand du haut de ta chaise haute, tu jettes un chiffon par terre, il ne fait pas le même bruit jouissif qu’une cuiller, mais tu es quand même vachement surpris.
    Etc. etc. etc.



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 17 avril 2019 13:48

    Encore et encore le délire animiste de Wigner et von Neumann !

    2.1.13 Postulat animiste Wigner-Neumann.

    «   Moi gros animal macrophysique qui me déclare "observateur", je suis tellement tout-puissant que j’ai le pouvoir de retarder indéfiniment les réactions d’absorption et la décohérence qui en résulte, rien qu’en n’observant pas !   ».

    L’apologue narquois publié en 1935 par Erwin Schrödinger, du chat «   mort-vivant   » tant qu’un physicien copenhaguiste ne penche son auguste attention sur le résultat de l’expérience, se moquait ouvertement du délire Wigner-Neumann, se foutait respectueusement de leurs augustes gueules.

    Tout le battage marketing promettant un jour des "ordinateurs quantiques" repose sur le postulat de Wigner-Neumann.

    Oh, ce ne fut pas Wigner qui inventa ce postulat animiste, qui flottait incréé dans l’air du temps à Göttingen, mais il le poussa à son paroxysme, et d’autres firent pire encore après lui.



  • 1 vote
    JC_Lavau JC_Lavau 12 avril 2019 11:39

    @Hieronymus. Mais tu n’as pas osé dire de quel côté était la frontière du "trop loin". Tu crains qui au juste ? Et leurs tueurs.



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 9 avril 2019 15:46

    @JC_Lavau. Suite perdue.

    Tant pis. Je ne recommence pas.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tomographie_par_émission_de_positons



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 9 avril 2019 15:45

    @Mao-Tsé-Toung. Non, trop de mélanges de faits et technologies différents.
    Juste un mot du TEP : Tomographie à émission de positrons. On injecte une solution de glucose (ou presque) dont un atome est radioactif béta +. Avec une demi-vie d’environ deux heures, c’est le fluor 18 qui est utilisé, ou l’oxygène 15 (deux minutes).
     Le marqueur est le plus souvent le fluor 18 (18F) incorporé dans une molécule de glucose formant le 18F-fluorodésoxyglucose (en abrégé 18F-FDG). Ce traceur est semblable au glucose : il se fixe au niveau des tissus qui consomment de grandes quantités de ce sucre, comme les tissus cancéreux, le muscle cardiaque ou encore le cerveau. Le fluor 18, dont la demi-vie est inférieure à deux heures, émet ensuite de façon temporaire des rayonnements que l’on peut suivre dans l’organisme du patient grâce à une caméra spéciale, une caméra TEP. Le fluor 18 ainsi que les autres isotopes pouvant être utilisés (oxygène 15 (15O), azote 13 (13N), carbone 11 (11C)) ont une courte demi-vie, jusqu’à 110 minutes pour le fluor. Ces isotopes de courte durée nécessitent pour leur production un cyclotron.

    Suite :



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 5 avril 2019 16:38

    @JC_Lavau. Je n’ai pas assez tenu compte des pertes des exposants dans cet éditeur. Exposant : ^
    Indice : _

    D’où l’impulsion : p² = [(6 GeV)² - (511 keV)²] / c² = (E/c)². (1- 7,25 . 10^-9).

    D’où p = 6 GeV / c = 961,3 . 10^-12 J / c = 3,206 . 10^-18 kg.m/s

    Or on a déjà vu la loi de Broglie : λ = h /p = 206,6 am (attomètres). Ce qui est fort loin de l’échelle humaine, et même de l’échelle atomique. En revanche c’est de taille à provoquer une réaction nucléaire. Aussi durant des semaines après un arrêt de l’anneau, les matériaux de l’appareillage demeurent radioactifs sous les à-côté de ce bombardement.

    Et que devient leur fréquence d’horloge intrinsèque, vue de notre repère ?

    6 GeV / c = 3,206 . 10^-18 kg.m/s

    Divisé par la masse au repos de l’électron : 03,52010. 10^12 m/s = 11 741,8 c

    D’où la rapidité φ (nombre sans dimension, rapporté à l’unité c) :

    φ = Argsinh(11 741,8) = 10,06406

    D’où le facteur gamma : γ = cosh φ = 11 741,8 (à ces hautes énergies, le cosinus hyperbolique et le sinus hyperbolique de la rapidité sont presque égaux).

    Rappel de la fréquence broglienne intrinsèque de l’électron (\fracm\cdot c^h au repos) : 1,235 59 . 10^20 Hz

    Ralentissement apparent de l’horloge interne de Broglie : \frac1\cosh(\varphi) = \frac1\gamma

    D’où la fréquence apparente vue depuis le laboratoire : 1,235 59 . 10^20 Hz / γ = 10,523 001 . 10^15 Hz_laboratoire

    La seconde fréquence intrinsèque, celle de Dirac-Schrödinger, qui intervient dans les phénomènes électromagnétiques telles que la dispersion Compton, est le double de la précédente : 21,046 003 . 10^15 Hz_laboratoire

    La période broglienne dans le repère du laboratoire, inverse de la fréquence : 95,02992 . 10^-18 secondes par cycle.
     
    C’est mieux lisible ?


  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 5 avril 2019 14:27

    @Mao-Tsé-Toung. Jusqu’à plus ample informé, l’électron est la plus petite unité de charge électrique. En toutes circonstances, il est régi par l’équation de Dirac (1928), qui prédit que cette onde a quatre composantes, dont deux sont orthochrones, c’est à dire se propageant dans le même sens que notre macro-temps macroscopique, et deux sont rétrochrones. Il en résulte que l’électron a un moment angulaire intrinsèque irréductible ou spin, de valeur h/2, et un moment magnétique permanent.

    Exercice :
     les électrons qui tournent dans l’ESRF ont une énergie de 6 GeV chacun. Votre mission est de donner leur longueur d’onde dans notre repère, fixe.
    ...

    D’où l’impulsion : p2 = [(6 GeV)2 - (511 keV)2] / c2= (E/c)2. (1- 7,25 . 10-9).

    D’où p = 6 GeV / c = 961,3 . 10-12 J / c = 3,206 . 10-18 kg.m/s

    Or on a déjà vu la loi de Broglie : λ = h /p = 206,6 am (attomètres). Ce qui est fort loin de l’échelle humaine, et même de l’échelle atomique. En revanche c’est de taille à provoquer une réaction nucléaire. Aussi durant des semaines après un arrêt de l’anneau, les matériaux de l’appareillage demeurent radioactifs sous les à-côté de ce bombardement.

    Et que devient leur fréquence d’horloge intrinsèque, vue de notre repère ?

    6 GeV / c = 3,206 . 10-18 kg.m/s

    Divisé par la masse au repos de l’électron : 03,52010. 1012 m/s = 11 741,8 c

    D’où la rapidité φ (nombre sans dimension, rapporté à l’unité c) :

    φ = Argsinh(11 741,8) = 10,06406

    D’où le facteur gamma : γ = cosh φ = 11 741,8 (à ces hautes énergies, le cosinus hyperbolique et le sinus hyperbolique de la rapidité sont presque égaux).

    Rappel de la fréquence broglienne intrinsèque de l’électron (\fracm\cdot c^2h au repos) : 1,235 59 . 1020 Hz

    Ralentissement apparent de l’horloge interne de Broglie : \frac1\cosh(\varphi) = \frac1\gamma

    D’où la fréquence apparente vue depuis le laboratoire : 1,235 59 . 1020 Hz / γ = 10,523 001 . 1015 Hzlaboratoire

    La seconde fréquence intrinsèque, celle de Dirac-Schrödinger, qui intervient dans les phénomènes électromagnétiques telles que la dispersion Compton, est le double de la précédente : 21,046 003 . 1015 Hzlaboratoire

    La période broglienne dans le repère du laboratoire, inverse de la fréquence : 95,02992 . 10-18 secondes par cycle.

    Hé non, vous ne pouvez pas multiplier cette période apparente par la vitesse apparente pour obtenir la longueur d’onde. Ce serait faux !



  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 3 avril 2019 14:25

    L’entourloupe consiste à conserver le paradigme standard que l’électron serait un corpuscule tout en ayant de toutes autres propriétés que celles d’un corpuscule, plus des propriétés imaginaires, qu’il n’a pas mais que la secte hégémonique vous raconte.

    FAUX : que l’électron soit plus petit que l’atome entier. Il y est une onde stationnaire.

    Un électron de conduction dans un cristal métallique s’étire sur des dizaines de distances interatomiques d’une réaction d’émission ou de rebond à une autre réaction d’absorption ou de rebond. Rebond sur des dislocations, sur des phonons très souvent, sur des impuretés, sur la surface, etc.

    Libre entre un canon à électrons et une cible, l’électron n’a jamais cessé d’être une onde, à quatre composantes, régie par l’équation de Dirac (1928).