• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Les commentaires de maQiavel



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 10 février 22:55

    @yoananda2

    « en l’occurrence on ne peut pas critiquer librement l’islam et de plus tu as oublié la violence des musulmans »

    Mais si on peut critiquer l’islam, sinon il n’existerait pas des mouvances anti-islam en France et on ne parlerait pas de ce sujet en boucle dans la presse. smiley

    Peut-être que ce que tu essaies de dire de façon très exagérée, c’est qu’il y’a des djihadistes qui ont assassiné des journalistes ( par exemple ceux de Charlie Hebdo) et qu’un prof a été brutalement assassiné ( Samuel Paty), et que dans ce contexte général de violence djihadistes, les menaces de morts prennent une teneur particulière. Mais ça, c’est une question de stratégie de lutte contre le djihadisme, ça n’a pas grand-chose à voir avec l’interdiction du voile ( même si les mouvances anti-islam se servent de ces meurtres pour pousser leurs pions).

    Mais sinon, bien sûr, tu peux faire la même en miroir sur la liberté. Comme je l’ai dit, le but de cette fable n’est pas de dire que l’interdiction du voile ne serait pas viable, c’est juste un moyen caricatural d’illustrer qu’il y’a une rationalité juridique qui se déploie lorsqu’on invoque un principe et qu’il va y avoir des conséquences. 

    Comment on hiérarchise tous ces principes ? Ça c’est une grosse question et j’ai beau chercher mais je ne vois vraiment pas comment te décrire la hiérarchie des normes dans un langage que tu comprendrais …



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 10 février 22:51

    @micnet

    « Pour ce qui est de l’époque où nous avons échangé sur le burkini, je n’ai évidemment pas changé d’avis sur le fond » 

    Oui, je sais, moi non plus comme vous vous en doutez. smiley

    « Si vous limitez la souveraineté, alors on ne parle plus de ’souveraineté’ par définition puisque la souveraineté désigne précisément un pouvoir absolu. »

    On en revient à ce que vous disiez sur le lien que j’ai mis plus haut, visiblement vous n’avez pas changé d’avis là-dessus non plus  smiley . Non, la conception Hobbesienne de la souveraineté n’est pas unique, et oui, je suis contre la conception absolutiste de Rousseau ( que j’apprécie beaucoup par ailleurs) qui n’a fait que récupérer celle de Hobbes pour la transférer au peuple, il existe tout une tendance républicaniste anti absolutiste qui s’y oppose et propose la sienne dans le cadre d’un régime mixte. 

    « Autre remarque : si vous placez l’état de droit au sommet de la hiérarchie des normes, alors vous transférez la souveraineté du peuple aux juges qui sont en charge d’interpréter ce droit ce qui signifie concrètement qu’une décision issue d’un référendum populaire pourrait être considérée comme nulle et non avenue par ces mêmes juges s’ils estiment ladite décision "contraire aux principes généraux du droit". »

    C’est vrai. Et effectivement, pour faire dans la carricature, s’il y’avait un référendum pour exterminer les Vosgiens, je serais content qu’elle soit annulée par une juridiction ( quoique ça nous soulagerait d’un des intervenants du forum mais c’est une autre histoire  smiley ).

    Sur l’état de droit, il y’a plusieurs nuances qui serait trop longues à expliciter. Mais en résumé, il y’a des conceptions extrêmes et modérés de l’état de droit, la mienne est modérée et donc, d’un coté je suis contre son déploiement extrémiste tel qu’on le voit aujourd’hui mais de l’autre côté je suis contre les absolutistes qui placent la souveraineté au-dessus de tout et qui en font une sorte de volonté divine par substitution. 

    Sinon, il y’a un article extrêmement intéressant sur l’Etat de droit que je vous recommande « Tout sauf l’État – Cercle des Patriotes Disparus », il est passionnant à lire. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 22:08

    @micnet

    « c’est l’avis du peuple qui compte avant tout (si tant est qu’on se réclame un tant soit peu de la démocratie...) »

    Voilà qui me rappelle les discussions que nous avions eu à l’époque de l’interdiction du burkini. Plus que de démocratie, c’est une question de souveraineté : pour les absolutistes elle doit être illimitée alors que pour ceux qui perçoivent un danger dans l’absolutisme, elle doit être limitée. Nous avions aussi discuté de la conception rousseauiste de la souveraineté smiley



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 21:43

    @yoananda2

    Juste par rapport à ce que tu as écrit à micnet plus bas « Moi je soutenais que "ça n’empêche en rien la liberté de conscience et de culte d’interdire le voile, ou les commerces halal). Point qu’il a refusé d’examiner  »

    Je n’ai pas refusé de l’examiner. Je t’ai dit que la liberté, ce n’est pas au sens métaphysique mais que c’est le « droit de ». Je t’ai aussi dit que la liberté de culte inclut le droit de manifester en public des idées religieuses ainsi que le droit de porter des signes religieux. C’est pareil pour le respect de prescriptions alimentaires, c’est un aspect de la liberté religieuse. Donc forcément, si tu interdis le voile ou le halal, tu réduis la liberté religieuse, c’est un fait. Moi je veux bien qu’on la réduise mais pour de bonnes raisons. Lesquelles ? 

    Mais apparemment, ma réponse ne passe pas, pour une raison que j’ai du mal à saisir ... ou si, je comprends peut-être, mon hypothèse est que le mot « liberté » te perturbe, quand bien même je dis que son contenu ici, c’est « le droit de », tu ne parviens pas à faire cette « traduction ».



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 21:29

    @yoananda2

    «  J’aurais aussi été intéressé de les connaître, parce que la, tu présentes une vision qui va dans ton sens. (si ma supposition est bonne bien sûr).  »

    Ce que je t’ai présenté, c’était la conclusion, pas une vision qui va dans mon sens mais je n’avais pas pigé que tu ne demandais que les arguments contre. Pour te répondre précisément, il va falloir que je relise les débats, parce qu’il me semble qu’en 1905 ils s’étaient focalisés sur les signes religieux sur les monuments publics et que c’est de là que va être déduit en 1983 l’obligation de neutralité religieuse des fonctionnaires mais c’est flou dans mon esprit, il va falloir que je revoie tout ça.

    « Ca se réduit à un rapport de force, certes, mais c’est ainsi. La violence c’est couteux  ».

    Très bien. Une fable. Au pays des lettres, monsieur A, B et C constituent le pouvoir législatif (ce sont eux qui font les lois).

    Monsieur A présente un sondage qui montre qu’une majorité de la population est hostile au voile et s’en sert pour promouvoir son interdiction. Là Monsieur B lui répond qu’un Etat de droit n’est pas une dictature de la majorité, et le fait qu’elle désire ou désapprouve quelque chose ne suffit pas pour restreindre les droits individuels. Monsieur A lui explique que cette hostilité est très forte et que c’est la paix civile qui risque d’être menacé. Monsieur B lui répond que rien ne permet aujourd’hui d’affirmer que le voile menace la paix civile et qu’on ne peut pas s’appuyer sur des extrapolations et des analyses prospectives pour réduire les droits individuels, il faut du concret.

    Monsieur A monte alors un plan. Il fonde une organisation anti islam, et attend. Un attentat islamiste a lieu et il saute sur l’occasion pour envoyer son organisation ratonner autant de femmes voilées qu’il est possible. Ensuite, il retourne voir monsieur B et lui dit voilà, là maintenant on a du concret, les troubles sociaux se multiplient à cause de ce voile islamique et pour ne pas qu’ils en arrivent à leur paroxysme, il faut l’interdire. Monsieur B acquiesce, après tout, il est légitime de restreindre le droit de porter ce que l’on veut au nom de l’intérêt supérieur de la nation qu’est la paix civile, et ensemble ils votent son interdiction.

    Monsieur C s’était abstenu. Mais il a observé tout le petit manège de Monsieur A. Et comme il déteste les identitaires, il trouve là une fabuleuse occasion de les tailler en pièce. Il monte sa petite organisation anti fasciste et ses membres se mettent à ratonner tous les identitaires qu’ils peuvent. Il va voir monsieur B et lui dit voilà, les mouvement identitaires sont un problème, leur existence menace la paix civile. En toute cohérence avec sa décision précédente, monsieur B acquiesce, après tout, la paix civile est supérieure à tout. Mais monsieur A proteste, il hurle que ce ne sont pas les identitaires qui troublent la paix civile mais le mouvement anti fasciste violent et que c’est lui qu’il faut dissoudre. Monsieur C lui répond que dans ce cas, au lieu d’interdire le voile, il aurait fallu dissoudre le mouvement anti islam violent. On se retrouve donc maintenant dans un système où il suffit d’user de violence contre un ennemi pour réduire ses droits, en principe la loi est là protéger le faible contre le fort, maintenant le fort s’en sert librement pour disposer du faible à sa convenance. Et le problème, c’est que le plus fort ne l’est jamais éternellement et tout le monde maintenant se sent en insécurité, c’est la guerre de tous contre tous.  

    C’est une fable extrêmement caricaturale qui n’est pas là pour dire qu’il ne faut pas interdire le voile évidemment (elle est trop conne pour ça), elle n’a qu’un seul objectif, te faire comprendre que, oui, on peut toujours invoquer un principe pour promouvoir un changement ou un statut quo, mais ces principes sont généraux et impersonnels, ça veut donc dire qu’il faut faire très attention à ce qu’ils ne se retournent pas contre soi. C’est en connaissance de cause que dans un débat parlementaire, ceux qui proposeraient l’interdiction du voile viendrait avec des arguments incomparablement plus solides que monsieur A, et qu’ensemble avec monsieur B et C, ils analyseront bien plus méticuleusement toutes ces justifications et toutes les conséquences pour acquiescer ou pour réfuter sa proposition dans le cadre de la rationalité juridique, ce n’est pas une question d’arbitraire, c’est pour ça que dans certains cas, en changeant un principe sur un aspect, c’est toute l’architecture juridique qui est modifiée avec des conséquences notables sur plusieurs autres aspects qui n’avaient rien à voir avec le premier, il y’a une logique qui se déploie. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 18:29

    @yoananda2

    « C’est ce que je disais plus haut ; C’est un point de vue. Pas le seul.  »

    C’est celui qui s’impose en droit précisément, et il y’a toute une rationalité derrière qui se déploie, ce n’est pas une question de "je fonctionne comme ceci ou comme cela". Si évidemment on souhaite conserver un Etat de droit parce que dans le cas contraire, toutes ces débats sur le voile n’ont aucun intérêt, que ceux qui souhaitent d’ autres régimes les proposent et on débattra pour déterminer si les principes qui en résulteraient seraient meilleurs ou non. 

    « Il me semble si je ne m’abuses qu’on a interdit le port des signes religieux pour les représentants de l’état (les fonctionnaires) non ?  »

    C’est exact.

    « Il me semble qu’ils ont du se poser le même genre de questions qu’on se pose ici non ? »

    Oui, d’ailleurs, je pense que beaucoup de gens devraient lire les débats sur la loi de 1905 qui sont d’une grande qualité avant de donner son avis.

    « Je suppose qu’ils se sont dit que s’il l’interdisaient ça n’empêcheraient pas les gens de croire ce qu’ils voulaient, mais que ça serait mieux pour la société en général. »

    Alors oui, les législateurs ont pensé que ce serait mieux pour la société en général bien évidemment mais ce qui a présidé à cette mesure, c’est le principe d’égalité. Si tous les citoyens sont égaux en droit, alors l’Etat doit les traiter également indépendamment de leurs convictions religieuses. Donc, l’Etat doit être neutre religieusement. Comme les agents publics remplissent un office de représentation de l’Etat, ils se doivent de véhiculer cette neutralité religieuse dans le cadre de leur fonction, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas porter de signes religieux. 

     

    « Si on a repoussé l’expression religieuse de la sphère étatique, pourquoi ne pourrait-on pas la repousser du public, et la "confiner" au privé. »

     

    Ce n’est pas impossible dans l’absolu. Mais comme je l’ai dit, dans un Etat de droit, la liberté ( donc "le droit de" ) doit rester le principe de base, et toute exception doit être dûment justifiée. Quelles sont les justifications pour confiner l’expression religieuse à l’intimité ? S’il y’en a de valables, on le fait. Sinon, on ne le fait pas.



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 17:44

    @yoananda2

    Si on pense la liberté comme absolu métaphysique, ces enquêtes ne prouvent rien et pour cause, elles ne sont pas là pour étudier quoi que ce soit à ce niveau-là. Elles ont été élaborées pour estimer la proportion de femmes qui portent le voile contre leur volonté, ni plus ni moins. Et elles répondent à cette question qui est précisément celle qui nous intéresse dans tous ces débats sur le voile.

    Pour la liberté de culte et de conscience, c’est pareil, on ne parle pas de liberté comme un absolu métaphysique mais de « droit de ». Et plus haut je t’avais répondu à ce sujet que la liberté de culte inclut le droit de manifester en public des idées religieuses ainsi que le droit de porter des signes religieux ( et le droit de les critiquer ouvertement évidemment). Et je t’ai aussi dit qu’en la matière la liberté ( donc "le droit de" ) doit rester le principe de base, et toute exception doit être dûment justifiée. Donc la question est plutôt la suivante  : quelle est la justification de l’interdiction du voile ? S’il y’en a pas de valable, on interdit pas. Par contre s’il y’en a des valables, on l’interdit. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 17:13

    @yoananda2

    Oui elles sont déclaratives.

    «  Hors, une personne sous influence ne va pas forcément le savoir, encore moins le dire. Donc à priori sauf protocole très poussé, pour moi ça ne vaut presque rien ».

     Très bien. Je pourrais répondre "Qu’est ce qui prouve qu’elles sont sous influence ?" parce que c’est plutôt dans ce sens là que la charge de la preuve devrait fonctionner. Mais je vais plutôt

    répondre ceci. Qu’est ce qui prouve que toi et moi, lorsqu’on s’exprime ici on n’est pas sous influence ? Qu’est ce qui prouve que les électeurs lorsqu’ils votent ne sont pas sous influence ? Qu’est ce qui prouve que les femmes qui s’habillent légèrement ne sont pas sous influence ? Qu’est ce qui prouve que les femmes qui décident à un moment de ne plus porter le voile ne sont pas sous influence ? On pourrait étendre ces questions à tous les aspects de nos vies ( mais bizarrement, ce n’est que pour les femmes voilées qu’on les pose) et on ne s’en sortirait jamais car dans l’absolu, il est possible que nous soyons tous sous influence.

    C’est pour ça que lorsqu’on pense en terme d’organisation collective, on parle de « droit de », ça permet de se focaliser sur certains aspects précis. On ne parle pas de la liberté comme un absolu métaphysique mais du droit de poser un acte sans être contraint ( la contrainte en droit prend le sens d’obliger, de forcer quelqu’un à agir contre sa volonté). Et pour constater une contrainte qui oblige à faire quelque chose alors qu’on ne le veut pas, on n’a pas besoin de protocoles poussés, le déclaratif suffit.  Et de fait, rares sont les femmes qui portent un voile contre leur volonté en France. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 16:39

    @yoananda2

    Prenons le cas du voile. De nombreuses enquêtes montrent que dans l’écrasante majorité des cas, les femmes qui portent le voile en France le font par choix, celles qui le portent sous la contrainte sont extrêmement rares. Alors que lui, il dit que c’est le résultat d’une emprise communautaire. Donc il confond deux choses différentes.

    Je me base sur ces enquêtes et sur ce qu’il dit dans le lien que j’ai mis plus haut. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 15:05

    @Garibaldi2

    « Il y a bien entendu des boucheries non hallal à Trappes, ne serait-ce qu’au super-marché des Merisiers, où il y a également un rayon hallal. »

    On va juste vous répondre que vous êtes dans le déni et que vous expliquez que tout va bien, vous serez réduit à une sale gauchiasse crypto islamiste.

    « Je pense que vous voulez parler des islamistes terroristes. C’est bien différent des Musulmans.  »

    Boh, vous savez, visiblement ça dépend des points de vue. Si on considère que l’islam est un bloc insécable et par essence une religion politique totalitaire vectrice de violence, y’a les vrais bons musulmans qui pratiquent la doctrine et y’a les mauvais qui s’en écartent. Et au final, ce sont toujours les bons qui l’emportent, ce sont en quelques sortes des élites en devenir d’une grande communauté musulmane en puissance fondamentalement antagoniste à la France.

    Vous allez peut-être me répondre que ce point de vue a toute la structure d’une croyance pseudo religieuse et vous aurez raison. Il n’en reste pas moins que ça structure la pensée d’un certain nombre de gens et pour la valider, ils vont sélectionner dans les textes de la tradition islamique et dans l’histoire tout ce qui va dans le sens de cette croyance. C’est pour ça que lorsque vous allez leur dire « c’est bien différent des Musulmans », ils vont juste bomber le torse en affirmant fièrement que vous ne connaissez pas le sujet, et que ce sont les minorités qui font l’histoire.  smiley



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 14:41

    @yoananda2

    Dès ta première réponse, tu es parti sur des HS par rapport à ce que j’exprimais en me parlant de compassion et en me posant des questions rhétoriques qui en sont et qui en même temps n’en sont pas, et tu me reproche de ne pas y répondre, comment veux-tu que je comprenne quelque chose d’aussi paradoxal ?

    Visiblement, tu n’as rien compris à mon premier post. Ici on parle d’une soi-disant emprise d’islamistes à Trappes, pas d’insécurité, ça c’est un autre sujet, donc pourquoi je ferai un appel au fantasme d’insécurité ? Mes posts sont fait de mots, il faut les lire, pas les « ressentir », si je ne parle pas d’insécurité, ça ne peut pas être au cœur de mon message. J’ai structuré mes deux premiers posts en quatre parties.

    1. J’ai commencé mon post en mettant en lien une vidéo qui montre que ce monsieur tient des propos factuellement faux. Et c’est ça qui décrédibilise son propos à la base. 

    2. J’ai mis en lien un article sur ses formulations qui sont caractéristique d’une tendance idéologique mais je n’ai jamais prétendu que c’est ça en particulier qui suffit à décrédibiliser son propos, on peut avoir l’idéologie qui est la sienne et tout de même dire des choses vraies. Par contre ça permet de le situer. Et c’est pour ça que je ne me suis pas arrêté là, j’ai aussi dit que dans le contenu de ses phrases sur le voile ou le halal, il confond ce qui relève d’une emprise communautaire et ce qui relève de choix individuels. Et à partir de ce constat de confusion, il devient difficile de donner du crédit à l’ensemble de son propos, puisqu’on ne sait pas s’il ne va pas interpréter à chaque fois comme une emprise communautaire des comportements que des musulmans vont décider d’adopter de leur plein gré. C’est ça le cœur de mon propos, parce que lorsqu’on fait cette confusion, les solutions qu’on veut apporter sont forcément d’ordre autoritaire, voir totalitaire et il s’avère que ce monsieur demande l’intervention de l’Etat.

    3. Je montre qu’il y’a des habitants de Trappes qui ont des descriptions très différentes des siennes, pas pour dire qu’eux disent vrai et lui dit faux mais pour faire entendre un autre son de cloche.

    4. Je conclus en parlant de la rhétorique catastrophiste qui selon moi parasite le traitement de certains problèmes.

    Donc non, je ne me suis pas contenté de dire "ho, ce prof emplois certains mots qui le classent de tel bord smiley , il suffit pourtant de lire ce que j’ai écrit. J’écris ça et je vois quelqu’un ( toi ) qui me parle de compassion et de christianisme, et qui me fait part de ses affects à mon égard en m’accusant de ne me préoccuper que des musulmans et qui sous entends que je suis malhonnête, comment veux tu que je réagisse ?  smiley Que je fasse abstraction de tout ça pour répondre à des questions rhétoriques tout en comprenant qu’elles n’en sont pas vraiment ( les questions rhétoriques de Schrödinger)  ? Et malgré tout, j’ai quand même eu la patience de répondre à un certain nombres de tes questions et là en bas malgré ma démotivation étant donné le ton que tu as pris dès le départ, si c’était un autre intervenant que toi, je me serai mis à faire de l’ironie, parce que ça donne l’impression d’une personne qui est énervée parce qu’elle entend des propos qui contredisent ses convictions profondes. 

    Oui, tout le monde a des affects mais à quoi bon les exprimer puisqu’on ne pourra pas en discuter ? On va débattre de quoi, de sentiments ? Et surtout, à quoi ça sert d’exprimer ses affects sur un interlocuteur ? Tout ce que ça donne, c’est créer de l’agressivité. Et c’est en partie pour ça que les échanges sur internet partent en vrille et que beaucoup se tirent, ils se rendent compte qu’ils n’apprennent rien et que ça ne sert à rien. Tu dis que c’est secondaire alors laisse tomber, ça ne fait que parasiter. Donc si tu veux qu’on discute calmement de la liberté de conscience, ne pose pas des questions qui sont rhétoriques qui en même temps n’en sont pas avec des piques interposés et pose-les simplement sans faire intervenir tes affects à mon égard et personne ne sera agacé par rien.



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 13:25

    @méditocrate

    Nan nan nan, j’ai dit y’a pas de coiffeurs mixtes épicétou. La coiffeuse est musulmane, ça veut donc dire qu’on a affaire à une spécialiste taqîya, on ne peut pas croire en ce qu’elle raconte. D’ailleurs, on voit bien qu’elle a une capuche qui, combiné avec le masque, fait office de voile intégral dès qu’elle sort, c’est une islamiste. Vous êtes dans le déni. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 12:49

    @Garibaldi2

    « Curieux que personne ne donne le lien vers cette vidéo dans laquelle le maire de Trappes dément les propos de Didier Lemaire  »

    Ça ne changera rien. Y’a pas de coiffeurs mixtes épicétou.



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 12:44

    @sls0

    « Vous êtes dans votre bain et vous trouvez que la température de l’eau est au top  ».

    Je ne pense pas que ce soit ce qu’il a dit puisqu’on retrouve dans ce post « Trappes a été une ville où les départ en Syrie ont été nombreux, ça c’est une réalité. » Ça, c’est le signe qu’il y’a bel et bien de sérieux problèmes dans cette ville.

    Le propre de la propagande catastrophiste sur une situation donnée, c’est de réduire tous ceux qui ne font pas le même bilan délirant qu’eux à des gens qui affirment que c’est le paradis sur terre. Si vous dites que tout ne va pas mal à Trappes, alors forcément vous dites que tout va bien et vous êtes dans le déni. Et vous aurez beau dire qu’il y’a des tas de choses qui ne vont pas, ça ne changera rien, ils vont l’occulter, simplement parce que c’est une propagande, donc ça se joue au niveau des affects.

    Ça m’étonnerait beaucoup qu’il y’ait des gens qui nient qu’il y’a des problèmes de radicalisation islamistes à Trappes. Le truc, c’est que la rhétorique catastrophiste va s’emparer de problèmes bien réels pour les amplifier de façon grotesque. Une enclave islamiste ? La Charia ? Des femmes interdites dans les cafés ? Pas de coiffeurs mixtes ? C’est délirant. Quand on lit ça, on a l’impression qu’ils parlent d’Idlib.  smiley



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 12:29

    @ken_le_sourd-vivant

    « Ma main à couper que les plus virulents anti-islam à venir seront des gauchistes isolés désenchantés  »

    C’est déjà le cas depuis un bon moment mais ils ne sont pas isolés, il y’a en France deux grandes tendances anti-islam, la mouvance identitaire à droite et une mouvance laicarde à gauche. Ce prof fait clairement partie de la seconde tendance.

    Mais effectivement, beaucoup dans cette seconde tendance l’avouent rarement en public par crainte de se faire accuser de racisme par leurs amis, ils déguisent leur répugnance des pratiques religieuses musulmanes en formulant des critiques sur un « islamisme » qu’ils se gardent bien de définir avec précision et en brandissant une laïcité de combat dont la tendance totalitaire et autoritaire ferait retourner Briand et Jaurès dans leur tombe. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 10 février 12:27

    @yoananda2

    Non mais tu veux qu’on aille sur les affects et les impressions malgré toutes mes réticences que j’ai formulé à plusieurs reprises, alors très bien, puisque tu en as envie allons-y et voyons où ça nous mène . Non, tu ne t’en fiche pas que ceux que tu nommes « maghrebozulmans » « pullulent » sur le sol français, ça t’emmerde grave et c’est pour ça que tu réagis de façon si émotive à mon premier post, tu te prétends apolitique mais tu ne l’es pas. Et maintenant, tu essaies de me vendre que c’est parce que je ne vais pas au fond que je t’agace alors que dès ton premier post tu étais déjà agacé.

    Et tu sais très bien par ailleurs que je réponds toujours sur le fond à des posts qui le méritent, mais là tu viens avec des piques et tu veux en même temps que je les ignore ? Toi tu as le droit de piquer mais pas moi ? Ce n’est pas le fond qui t’intéresse ici, tout ce que tu avais envie de faire, c’était de ramener mes critiques des propos de ce prof à ma personne, c’est de l’ad personam, d’où les nombreux HS qui n’ont rien à voir avec mon post de départ. Sois un peu honnête, à quoi ça sert d’esquiver comme ça, ça te rapporte quoi ?  smiley

    D’habitude, lorsque tu viens avec tes impressions je te répond cordialement que je n’y répondrai pas parce que ça ne mène nulle part, je ne réponds qu’aux arguments rationnels, pas aux affects. Mais là comme tu insistes, tu as gagné, à chaque fois que tu viendras mettre tes impressions sur la table, je te répondrai par mes impressions te concernant et rien d’autre. Et rien de ce que tu pourras dire ne pourra les changer, c’est dans mes tripes, c’est comme ça, tu ne peux rien y faire …



  • 4 votes
    maQiavel maQiavel 10 février 00:53

    @Tchakpoum
    "déni de réalité"

     smiley



  • 4 votes
    maQiavel maQiavel 10 février 00:28

    @Tchakpoum

    « Pas avec les attentats, ils sont tous signés allah ouakbar ces dernières années. »

    Vraiment ? Incroyable, moi qui pensais que les attentats étaient rastafaris, depuis le début j’ai tout faux …   smiley

    « Et le mode a changé : avant c’était une organisation qui préparait l’attentat, maintenant, c’est n’importe quel muslim qui prend un couteau ou une camionnette pour aller tuer quand ça lui chante. »

    Waaah, je ne savais pas non plus  smiley, heureusement que vous êtes là pour m’éclairer… 

    « Vous réclamez le droit absolu aux libertés individuelles. »

    C’est tout à fait ma position, c’est d’ailleurs pour ça que je suis pour la liberté d’éviscérer son prochain, c’est un peu mon rêve de faire des guirlandes de noël avec des tripes humaines …



  • 2 votes
    maQiavel maQiavel 9 février 23:39

    @micnet

    La marche est bonne pour la santé, elle valorise la marchandise, et puis en ces temps de crise pandémique, le prix des esclaves diminue sur le marché international de Trappes, on optimise comme on peut … 



  • 2 votes
    maQiavel maQiavel 9 février 22:50

    @yoananda2

    Ou alors , quand tu empiles une cigarette, un livre, deux big Mac et un briquet , tu peux toujours dire « Mais comment se fait-il que vous ne paniquiez pas, vous voyez bien que le briquet est là pour être allumé et constituer un immense incendie, bougez-vous bande d’islamo gauchistes dans le déni pathologique ayant la haine de soi ». Ouai tu peux le dire, c’est factuel, c’est la gentille angoisse contre la méchante raison et après tout, qu’est ce qui nous prouve que le briquet n’est là pour tout bruler dans l’absolu ? Rien. Bah voilà, CQFD. 

    Ou alors tu l’as mit là pour allumer la cigarette et tu avais juste l’objectif de la fumer avant de bouffer les big Mac et de digérer tranquillement en lisant un livre. Mé nan, ça c’est du déni de gauchiasse.  smiley

    Comme quoi, les métaphores, on en fait ce qu’on veut.