• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Les commentaires de maQiavel



  • 9 votes
    maQiavel maQiavel 24 février 14:28

    Donc non seulement le prof racontait des bobards mais en plus il était en lien avec le cabinet de Marlène Schiappa ?  smiley Voilà qui donne raison à Norman, il y’a une stratégie derrière la mise en avant de ces thématiques. En même temps c’était évident mais avec cet exemple là on a une belle illustration.

    Noam Anouar est très pondéré dans son propos, il fait très attention à ce qu’il dit sachant que le moindre écart par rapport aux faits lui vaudra des plaintes. Ce qui est amusant, c’est qu’il se sent obligé de répéter à plusieurs reprises qu’il ne nie pas l’existence de problèmes à Trappes … ce qui n’empêchera de toute façon pas les sympathisants de certains mouvements d’affirmer qu’il est dans le déni et qu’il dit que tout va bien.  smiley



  • 3 votes
    maQiavel maQiavel 23 février 23:46

    @Norman Bates

    Invitation acceptée, l’ambiance ça me connait, avec mes potes islamo collabos, on va mettre le dawa à ton barbeuc, Mum ne va plus reconnaitre le Bates motel, on va lui donner un avant-gout du grand remplacement … 



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 21 février 21:11

    @perlseb

    Non, pas optimiste, combatif. Pour reprendre l’aphorisme de Victor Hugo, ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent. Oui, il y’a de réels dangers mais ce n’est pas une raison pour se décourager, bien au contraire, plus ils sont périlleux et plus il faut être déterminé. Maurass disait que le désespoir en politique est une sottise. Ce n’est pas du tout mon bord idéologique, c’est le moins qu’on puisse dire, mais je suis en total accord avec ça. 



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 21 février 16:46

    @perlseb

    « Les constitutions sont parfaitement anti-démocratiques »

    C’est le mot. L’antidémocratisme a atteint un niveau de perfection dans une constitution qui décrit par ailleurs la République française comme démocratique. Moi, ces quenelles oligarchiques me font rire, faut avouer que les mecs ont le sens de l’humour smiley

    « Etienne Chouard doit se morfondre de plus en plus ».

    Aucune raison de se morfondre, au contraire, cet état de fait ne doit qu’augmenter la combativité de ceux qui veulent changer les choses. Plus les choses sont catastrophiques, plus ça valide ses analyses. Et même s’il se morfond, d’autres continueront le combat. La vie est un combat. 



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 21 février 14:52

    @Antigone Polynice

    Merci pour cet article qui donne des éléments de contexte importants.

    En gros, grâce à une jurisprudence datant de 2008, il était devenu possible aux associations anti-corruption de se constituer en partie civile mais à condition qu’elles démontrent leur intérêt à agir pour un intérêt général. Mais comme cette démonstration pouvait poser des difficultés, des associations anticorruptions ont demandé une habilitation légale. Ce qui va effrayer un député UMP soucieux de sauver ses comparses ( voir lui-même ) empêtrés dans des magouilles et va le mener à déposer une proposition de loi qui interdirait une telle habilitation et toute action associative future. L’article qui date de 2012 s’arrête là mais j’imagine qu’après débats et modifications, il en est sorti en 2013 cette histoire d’agrément à renouveler tous les 3 ans … par le gouvernement lui-même  smiley . En bref, les députés ont mis échec et mat les associations anti-corruption. Si j’ai bien compris, tout se jouait en 2013 avec cette proposition de loi. Ce qu’on voit aujourd’hui avec Anticor n’en est que la conséquence.

    Et pendant ce temps-là, des associations de lutte contre le racisme et l’antisémitisme comme la LICRA peuvent se porter partie civile contre Dieudonné ou d’autres et toucher du pognon quand elles gagnent leurs procès, ce qui les incite à en intenter de nouveaux puisque de toute façon, elles n’ont rien à perdre et tout à gagner. C’est merveilleux on voit bien où vont les priorités. (Cela dit, selon l’article, ces associations sont aussi concernées par cette histoire d’agrément).

    Mais j’ai honte de ne découvrir ça que maintenant. Je vais tenter de m’informer un peu plus sur le sujet. Mais de manière générale, en terme d’indépendance de la justice, c’est vraiment n’importe quoi en France quand on compare aux pays anglo saxons. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 21 février 13:57

    @Eric_F

    « Ce n’est en effet pas une question de Constitution, mais de ceux qui l’appliquent et de la manière dont ils l’appliquent ».

    Si ça dépend de celui qui l’applique alors c’est un problème de constitution. Parce qu’une bonne constitution devrait prévoir la possibilité que les pires gouvernants arrivent au pouvoir. Une constitution qui ne serait fonctionnelle que parce que les gouvernants sont bons serait médiocre, son existence serait aussi absurde qu’un système immunitaire qui ne serait fonctionnel qu’en l’absence d’infections. C’est à ça que devrait servir une constitution, anticiper sur le pire en prévoyant des mécanismes de protection adéquat.

    Cela dit, je suis d’accord avec vous sur le fait qu’une sixième république qui ressemblerait à la quatrième n’apporterait que davantage de confusion. Mais qui dit sixième république ne dit pas forcément qu’elle doit être parlementaire.



  • vote
    maQiavel maQiavel 21 février 12:54

    @Antigone Polynice
    Est ce que vous connaissez les arguments qui ont mené à la promulgation de cette loi ? Et surtout, comment cela se passait il avant ? 



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 20 février 17:30

    « la loi française exige depuis 2013 que les associations obtiennent un agrément auprès du ministre de la Justice, lequel doit être renouvelé tous les trois ans. »

    Magnifique. J’aimerai savoir ce qui a justifié ce qui semble, à première vue, être une restriction de la liberté d’association. Comment cela se passait avant cette loi ? Est-ce que les associations anticorruption pouvaient déjà de se porter partie civile dans les affaires judiciaires ? Est-ce qu’il existe un article qui revient là-dessus dans le détail ? 



  • vote
    maQiavel maQiavel 18 février 14:23

    @personne

    « La problématique n’est pas d’être anti ou pro  »

    C’est très exactement la problématique. Et encore une fois, elle n’existe pas que sur ce sujet. Mais vous verrez de vous-même les réactions lorsque VL organisera ce débat. 



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 17 février 12:32

    @personne

    « Le fond, pour moi, était de répondre à la question ’peux-t’on dire que nous sommes en dictature sanitaire’ ? »

    Le truc , c’est qu’en France aujourd’hui

    , lorsqu’on pose cette question, on dévie inévitablement sur les vaccins et bigpharma, parce qu’il y’a beaucoup de soupçons de complots à ce niveau-là (c’est l’une des raisons pour lesquelles je ne parle même plus de la gestion sanitaire gouvernementale, pour ne pas dévier là-dessus). Et ne pas en parler aurait été tenter d’ignorer l’éléphant au milieu de la pièce, donc ça, on ne peut même pas le reprocher aux intervenants.

    Maintenant, soyons honnête, même s’il y’avait des personnes avec un fort background scientifique, ça ne changerait rien, beaucoup trouveraient les interventions insupportables parce que pro ou anti-vaccins. VL a dit qu’il allait organiser ce débat, redonnons-nous RDV à ce moment là et vous verrez de vous-même les réactions. Donc le problème se situe déjà en amont et tant qu’il ne sera pas réglé, vous pourrez faire débattre les plus grands spécialistes du monde qui utiliseraient les arguments les plus pertinents qu’il soit, vous ne le résoudrez pas. 

    Nous en sommes arrivés à un tel niveau de polarisation que la qualité des arguments est devenue secondaire, rien qu’écouter les arguments des personnes avec des convictions opposées devient quelque chose de positif, c’est malheureux mais on en est là. Sur la pandémie ce phénomène de polarisation est exacerbé mais il y’a plein de sujets qui sont devenus comme ça …



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 16 février 21:03

    @personne

    Il y’a un fond dans ce débat. On peut le trouver très faible sur le plan argumentatif, mais il y’en a un. Et c’est même ce fond là qui agite les esprits et qui se manifeste par des clivages.

     

    Les médias ne contribuent pas à créer un climat apaisé, c’est le moins qu’on puisse dire ( et comment le pourraient-ils, ce sont des organes tenus par une poignée de milliardaires et une caste d’éditorialiste qui ont leurs propres intérêts, TOUT est à refonder à ce niveau-là). Mais on ne peut pas rejeter la faute exclusivement sur eux.

    A une époque, les gens étaient ignorants par manque d’information, aujourd’hui c’est par son excès. Il y’a tellement d’infos que les gens ne savent plus où donner de la tête. Du coup, ils s’en remettent à des gourous qui leur donnent clé en main des grilles de lecture qui vont dans le sens de leurs sentiments, à priori, impressions, convictions profondes et ils n’en sortent plus quoi qu’il arrive, pour eux ça devient LE Réel et le contester génère de l’agressivité. Cette paresse intellectuelle, elle n’est pas de la faute des méchants médias, lorsque les gens s’enferment dans des bulles, c’est avant tout parce qu’ils recherchent une zone de confort, personne ne les force. Assez de la culture de l’excuse, nous sommes les premiers responsables de ce phénomène. 



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 16 février 20:14

    Et si au lieu de vous plaindre de telle ou telle autre personne qui vous est insupportable, vous vous demandiez pourquoi une simple expression vous insupporte.  smiley N’est-ce pas parce qu’elle exprime des choses qui vont à l’encontre de vos convictions profondes ? Et ça c’est devenu un vrai souci aujourd’hui, il y’a une véritable fracture des représentations qui a pour conséquences que des gens sont devenus tellement incapables d’écouter les arguments opposés qu’ils s’enferment dans des bulles réelles ou virtuelles avec d’autres gens qui ne pensent que comme eux. Et comme ils n’ont plus l’habitude de sortir de leurs bulles communautaires où ce sont les infos qui ne vont que dans le sens des convictions du groupe qui circulent, lorsqu’ils entendent des avis opposés, ça leur devient encore plus insupportable car ils n’ont plus l’habitude. Et ça ne concerne pas que la pandémie, mais sur ce sujet en particulier, ce phénomène de fracture a atteint son paroxysme.

     

    Je ne compte pas exprimer mon avis sur ce sujet sur le fond ( et de toute façon même si je le faisais je ne ferais d’ailleurs qu’aggraver mon dossier qui est déjà bien lourd sur ce site), mais ce que je vois dans cette vidéo, ce sont des gens en désaccord qui sont néanmoins capables d’écouter les arguments opposés et de tenter d’y répondre sans s’énerver et sans s’invectiver. Et avec la polarisation sociale qui va encore s’accentuer sur certaines thématiques, je dis que c’en est presque révolutionnaire. Et rien que pour ça je dis Bravo à Vincent Lapierre d’avoir organisé ça. Et ceux qui sont trop fragiles pour écouter des débats avec des points de vue discordants aux leurs devraient juste passer leur chemin et retourner dans leurs petites bulles au lieu de se frustrer comme des gosses qui veulent absolument exprimer leurs affects et dire qu’ils n’aiment pas sans jamais apporter le moindre argument. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 12 février 21:09

    Dans l’article « Selon nos informations, il n’y avait lundi pas de menace précise identifiée contre Didier Lemaire, ni sur les réseaux sociaux ni ailleurs. En dehors de celles qui auraient été rapportées par cette journaliste néerlandaise. Les menaces le visant trouveraient donc leur origine dans le reportage de la télévision néerlandaise. De tels propos ne sont pourtant pas formulés par les témoins apparaissant à l’antenne. Contactée, la journaliste néerlandaise qui a mené les interviews refuse de confirmer l’existence de ces menaces  ».

     

    Donc, si on en croit cet article, on ne sait même pas s’il a été menacé. Si c’est vrai, même moi je me suis laissé influencer en estimant à priori que les menaces étaient avérées. Bon ... 

     

    Sinon, oui, au regard de ses engagements politiques, on a clairement là un militant. Donc un homme dont on peut critiquer les propos en tant que tel …



  • vote
    maQiavel maQiavel 12 février 18:41

    @yoananda2

    « tu ne connais ni le futur ni mes intentions. »

     

    En effet, je ne me base que sur ce que tu écris, je ne parle pas d’autres choses que de ça.



    « Mais, plutôt que de me dire que c’est faible, tu pourrais me demander ce qui m’amène à penser ça. »

     

    Non. Si tu étais intervenu en me disant simplement que tu n’es pas d’accord avec moi, là je t’aurais demandé pourquoi ( inévitablement) parce que j’aurais été curieux de connaitre ton point de vue, et si tu l’avais exposé, j’aurais fait l’effort de le comprendre, c’est quelque chose que j’aime faire, explorer des perspectives qui ne sont pas les miennes.

     

    Mais tu es intervenu en me contredisant et en affirmant que certains mes arguments étaient grotesques. Ce n’est pas une question de sentiment et d’affects, ce n’est pas du tout mon genre d’être froissé par la contradiction, je n’hésite pas moi même à contredire ( ce que j’ai fait avec ce prof) mais par contre, quand on me dit que mon argumentation est mauvaise, je demande à voir, et il arrive que je ne sois pas du tout rigoureux dans mon argumentation mais dans ce cas, il faut me le montrer. Donc on est parti là-dessus, tu as contre argumenté, j’ai répondu et ainsi de suite. Et en chemin, je découvre que c’est la tienne qui est bancale. Mon intérêt s’est donc logiquement focalisé sur ça. 


    Dire "tu dis A mais moi je pense B", c’est différent de dire "A est faux, n’a aucune valeur ou est grotesque". Forcément, dans ces conditions là, je suis plus intéressé par ta réfutation de A que par le B que tu penses. 




  • vote
    maQiavel maQiavel 12 février 17:58

    @yoananda2

    Ce que j’essaie de t’expliquer, c’est que ce n’est pas une question de te croire ou de te soupçonner. C’est une question d’arguments. Je pourrais très bien te croire mais ça ne changerait rien au fait que ton argumentation est faible.

    Tout le monde peut brandir son intuition à tort et à travers, et c’est pour ça que ça ne peut pas avoir valeur d’argument. Tu peux toujours dire « ça ne veut pas dire qu’il suffit de dire "c’est mon intuition" et basta, ce sera mal connaître la nature de l’intuition que d’affirmer cela d’ailleurs  », mais au final c’est ce que tu fais puisque tu ne peux pas la justifier par des arguments, tu es obligé de dire « c’est ma pondération intuitive ». Tu peux toujours dire « Attention, je le redis, pas d’appel à l’autorité via l’intuition, mais pas non plus l’inverse, l’évacuation de l’intuition. Et je dis bien intuition, et pas instinct, impression, voyance, devinette ou je ne sais quoi  », mais au final, dans ta structure argumentative, ça revient à ça. Et même celui qui ne connait pas « la nature de l’intuition » selon tes termes pourrait dire tout ça. Comment on fait pour trancher ? Comment moi je suis censé faire la différence ? Bah y’a pas moyen, il faut juste croire yoananda2 quand il dit qu’il a beaucoup travaillé là-dessus et qui est convaincu que son intuition est supérieure  smiley . Je ne dis pas que je ne te crois pas mais qu’en termes d’argumentation, c’est faible, on ne peut rien faire de ça ... 

     

    Mais si tu peux mettre ça en argument, y’a pas de souci, c’est ça que je demande depuis le départ. Et sinon, bien sur que le vécu personnel n’est pas un argument pour plusieurs raisons, dont le fait que ce qu’on vit n’est pas forcément représentatif ou qu’on peut inventer tout et n’importe quoi, d’ailleurs on peut opposer un vécu à un autre pour le neutraliser.

     

    J’ai lu ton lien Fdesouche et je vais supposer que ce soit vrai ( parce qu’il y’a dejà eu de nombreuses intox sur ce site mais on va faire comme si ). Et donc ? Ca prouve quoi ? 



  • vote
    maQiavel maQiavel 12 février 17:04

    @yoananda2

    « Il y aura "contradiction" si je pondérais rien et que je garde l’un qui m’arrange et rejette l’autre qui m’ennuie ».

     

    Le truc, c’est que ton propos revient à ça. Et pour cause, tu ne peux pas mettre ton intuition en argument. Et moi je lis tes arguments, pas tes intuitions et c’est à eux que je réponds. Peut-être qu’il y’a une intuition très profonde mais tu ne peux pas exprimer en arguments mais dont toi seul a connaissance puisque c’est dans ton esprit, je le conçois, mais peut-être pas, je n’en sais rien, tout ce que je peux faire c’est m’en remettre à ton argumentation, et le fait est qu’elle est contradictoire, ça je ne peux rien y faire …



  • vote
    maQiavel maQiavel 12 février 16:54

    @yoananda2

    Je ne dis pas que l’intuition devrait être faible « à tes yeux » mais je dis qu’elle est faible sur le plan argumentatif. Parce que si tu me demande mon opinion profonde sur la question, je dirai aussi qu’elle est plus puissante que la raison. Seulement, elle n’a pas valeur d’argument dans un débat. Je ne vais pas prendre en compte ton intuition parce que tu me dis que tu as travaillé là-dessus …  smiley



  • vote
    maQiavel maQiavel 12 février 16:12

    @yoananda2

    « Mais ça ne change STRICTEMENT rien à mon affirmation initiale.Pas de contradiction en ce qui ME concerne. Simplement parc que pour moi, dans ma pondération intuitive la provoc c’est négligeable. »

     

    Voilà, ton intuition. J’avais compris dès le départ et c’est honnête de ta part de le reconnaitre. Maintenant, admet aussi que venir me contredire sur cette base, c’est faible …  smiley

     

    « Est-ce qu’il y a un risque d’auto-confirmation ? oui bien sûr. Il y a un RISQUE. D’ailleurs, toi, tu pondères ce risque à "très élevé" en ce qui me concerne à cause de tes biais me concernant. Tu ne fais rien de différent. »

     

    Pas du tout. Je vois juste que tu tries les sondages déclaratifs en fonction du contenu de la réponse, ce n’est pas une pondération intuitive, c’est un constat. Et lorsque tu viens me contredire en faisant ce tri sélectif, bah forcément, ça ne passe pas ... même s’il se peut que tu aies raison en définitive mais on n’en sait rien puisque tu n’as pas d’autres élément que ton intuition pour le montrer ... 




  • vote
    maQiavel maQiavel 12 février 15:59

    @yoananda2

    "Ça n’existe pas le terrain "rationnel", ou "purement rationnel".

     

    « Rationnel » ou « purement rationnel », ce sont deux termes différents qui ne signifient pas du tout la même chose. Et de fait moi je n’ai jamais parlé de terrain « purement rationnel », ce qui effectivement serait absurde, parce que je ne sais pas si cette pureté existe ou pas, moi là-dessus je suis agnostique. Cependant, le terrain rationnel, je sais que ça existe et pour cause, je sais ce que c’est. C’est un terrain conventionnel dans lequel on ne valide que l’argumentation rationnelle et qui permet de purger les arguments de l’irrationnalité que les interlocuteurs parviennent à percevoir ( ce qui ne veut pas dire qu’à la fin du processus il devient purement rationnel, rien ne garantit qu’il ne persiste pas des résidus d’irrationnalité mais qui sont tellement considéré comme des évidences incontestables qu’ils en deviennent invisibles). 

     

    On ne peut pas tout prouver formellement 

     

    Ce que je ne conteste pas et qui me semble une lapalissade car je ne suis pas un rationaliste ( le rationalisme philosophique considère qu’un raisonnement seul suffit à démontrer une vérité, ce n’est pas ma vision des choses ). 


     

    «  Je penses que si on te faisait passer un test de turing (sans te prévenir bien sûr), je ne suis pas sûr que le réussirait. »

     

    Tu m’as fait marrer. Non, je suis une personne mue par ses affects et ses émotions, un humain quoi … enfin j’espère  smiley … qui est aussi bourré de contradictions et qui a une ENORME part d’irrationnalité … mais qui fait l’effort de purger ses arguments de leur dimension irrationnelle sans toutefois y parvenir, c’est un effort constant de repérer dans ses propos la part d’absurdité logique ( et j’en ai, pour preuve j’en trouve parfois ou alors d’autres me les désignent, ce qui me permet de me corriger).



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 12 février 15:29

    Je rappelle aussi que la France et les Etats unis appartiennent à deux traditions juridiques différentes ( romano germanique pour la première et la common law pour la seconde). Mais malgré tout, la présomption d’innocence est appliquée aux Etats unis, elle est même constitutionnelle. Par contre, la présomption d’innocence y a beaucoup moins de garanties qu’en France, ça c’est une réalité qui pose un certain nombre de problèmes, qui frise dans certains cas la présomption de culpabilité ( ce n’est pas dit officiellement mais dans la pratique, ça revient presque à ça) et qui explique en partie l’existence d’une justice à deux vitesses avec d’un coté ceux qui ont les moyens financiers de se défendre et de l’autre ceux qui n’en ont pas ( quand on n’as pas les moyens, vaut mieux plaider coupable et négocier sa peine, même lorsqu’on est innocent ).