• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Jean Keim

Jean Keim

Je dis ce que je sais, je sais ce que je crois, je crois ce que je dis. 
Je sais donc je pense ainsi la pensée est un processus. 
Chaque être humain est un croyant, c’est inévitable, c’est inhérent au savoir. 
Il ne faut pas croire tout ce qui se dit dans les médias.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/12/2015
  • Modérateur depuis le 11/01/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 769 311
1 mois 0 11 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 3 3 0
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de réactions











Derniers commentaires




  • vote
    Jean Keim Jean Keim 28 décembre 2022 09:05

    @nono le simplet

    C’est le ‘’ici et maintenant’’ qui est essentiel... si le chauffage au bois vient à se développer, c’est en cours, compte tenu que le moteur en sera le profit ce sera une aberration de plus, avec des conséquences climatiques qui se révéleront quand il sera trop tard, la routine en somme.

    L’imagination et la lucidité ne vont pas toujours de paire.



  • 1 vote
    Jean Keim Jean Keim 27 décembre 2022 16:43

    @nono le simplet

    Je ne sais pas regarder une forêt en m3 sur pied, ni en planches d’ailleurs.

    Une forêt coupée n’est jamais remplacée par une forêt identique ; imaginons une portion de forêt rasée et remplacée par une autre forêt et ainsi de suite, le résultat au fil de temps dégénère parce que la nature a besoin de temps pour son devenir, tout ce que nous détruisons a été unique..., pas facile à percevoir.

    Chaque fois que l’homme se mêle de réguler son environnement, à chaque fois, tôt ou tard, il en paye le prix, c’est de plus en plus patent, même dans le domaine de la médecine.



  • 2 votes
    Jean Keim Jean Keim 27 décembre 2022 13:07

    @Jean Keim

    Il y a un autre aspect du chauffage au bois que peu de gens envisagent, celui de la valeur biologique et environnementale d’un arbre, le planter pour ensuit le couper pour se chauffer ne doit être qu’un pis-aller, mais pas un mode de vie, abattre un arbre c’est détruire tout un biotope, c’est finalement assez comparable à l’élevage en batterie.

    Un jour de conscience plus affûtée, nous considérerons un arbre comme un être vivant respectable.



  • vote
    Jean Keim Jean Keim 27 décembre 2022 09:20

    @Croa

    Ben ! suivant les régions, arrêtons d’être cons, arrêtons de brûler du bois.



  • 4 votes
    Jean Keim Jean Keim 27 décembre 2022 09:16

    Une vidéo sensée, merci !

    La plupart des écolos font de la pseudo écologie si c’est bon pour leur porte-monnaie, donc notamment si leur démarche (isolation, pompes à chaleur, panneaux solaires, voitures électriques...) est subventionnée par la collectivité, donc non pas pour des raisons réellement écologiques mais pécuniaires.

    Ceci dit, il faut quelques minutes pour couper et débiter un arbre en bûches ou en pellets, par contre pour avoir de nouveau un arbre exploitable, suivant les espèces, de nombreuses années sont nécessaires, ainsi si tout le monde se chauffait au bois nos belles forêts n’y résisteraient pas et réchauffement oblige (naturel et/ou anthropique peut importe) notre non moins beau pays se transformera en un nouveau Sahel, pour des tas de raisons mais notamment parce qu’une surface boisée est un aspirateur à pluie qui se relaie de proche, en proche, de forêts en forêts, jusqu’à l’intérieur des terres.

    Alors continuer d’utiliser les énergies fossiles classiques avec frugalité me semble la moins mauvaise option, en attendant d’autres sources d’énergie que la théorie scientifique envisage, mais que des considérations de profits économiques bloquent, même si le monde devait en crever.

    Le dieu pognon, de par sa stupidité abyssale, ne peut avoir que des visions à courte vue et à court terme, ses disciples pourront toujours se chauffer en brûlant des billets de banque, les derniers arbres deviendront des sanctuaires en attendant de mourrir de désespoir, orphelins de leur espèce.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Ses favoris



Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité