• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Qui est Etienne Chouard, l’icône des gilets jaunes ? Un "personnage (...)

Qui est Etienne Chouard, l’icône des gilets jaunes ? Un "personnage inquiétant", selon France 5

L’enquête anxiogène de "C Politique, la suite" (France 5) sur Etienne Chouard, "l’icône des gilets jaunes". Où l'on nous rappelle, pour la énième fois, ses liens passés, pourtant fort ténus, avec l'idéologue antisémite Alain Soral...

Il est l’un des hommes les plus influents du moment. Le RIC, le Référendum d'Initiative Citoyenne, c’est son idée. Qui est Etienne Chouard, l'idole des gilets jaunes ? Au-delà du référendum, pourquoi est-il aussi populaire ? Comment son blog est devenu une référence pour des centaines de milliers de personnes ? Portrait et décryptage en plateau.

Le commentaire du reportage, en plateau, avec Edwy Plenel et l'avocate pénaliste Marie Dosé. Où l'animateur Karim Rissouli n'oublie pas d'associer Etienne Chouard à l'extrême droite et au "complotisme"...

Tags : Alain Soral Etienne Chouard Gilets jaunes




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • 7 votes
    Serge ULESKI Serge ULESKI 6 février 17:32

    C’est du Plenel tout craché ! Ce type n’a pas d’estomac.... 


    • 8 votes
      Serge ULESKI Serge ULESKI 6 février 17:39

      @Serge ULESKI

      Je parle de son intervention sur Chouard....

      Quant à l’animateur..... une fiotte de plus... dans le PAF....


    • 5 votes
      Orwell Orwell 6 février 19:47

      @Serge ULESKI
      C’est une pourriture du genre flasque. 


    • 2 votes
      Ozi Ozi 6 février 20:08

      @Orwell
      Je ne l’ai pas trouvé insultant envers Chouard, par contre l’autre pénaliste

      à côté de lui semble en tenir une sacrée couche..


    • 2 votes
      mat-hac mat-hac 7 février 01:46

      La Constitution de 1793 prévoit qu’après le vote des lois par l’Assemblée nationale, celles-ci peuvent être soumises à référendum si, dans les quarante jours, dans la moitié des départements plus un, le dixième des assemblées primaires fait des objections3. Elle n’est cependant jamais appliquée.
      wikipedia


    • 25 votes
      maQiavel maQiavel 6 février 19:04

      C’est presque la totale avec la musique angoissante, l’association à l’extrême droite au complotisme et l’attribution de propos caricaturaux qu’EC ne tient pas. Soit, rien d’étonnant, on est dans la normalité de la médiocrité médiatico-politicienne avec le crime de la pensée par association et du prêt à penser qui ne veut plus rien dire. Je trouve même la diabolisation un peu soft, je n’ai pas entendu parler d’antisémitisme et de chambre à gaz par exemple.

      Ils peuvent toujours essayer de diaboliser l’homme, peu importe, EC a toujours eu la présence d’esprit de ne pas se poser en chef , la manœuvre restera sans effet. Ils n’arrêteront pas les idées, des centaines de milliers de gens se les sont déjà appropriés.


      • 2 votes
        manolo79 6 février 19:27

        @maQiavel bonne synthèse M. maQiavel. Jem sens obligé de partager la reaction d ER sur cette emission https://www.egaliteetreconciliation.fr/France-5-nous-avertit-attention-derriere-Chouard-se-cache-Soral-53728.html


      • 3 votes
        Orwell Orwell 6 février 19:45

        @maQiavel
        Z’étaient pas trop méchants , z’ont pas parlé de chambre à gaz lol 


      • 2 votes
        maQiavel maQiavel 6 février 20:11

        @Orwell

        Ah ben on en est là dans les médias français du XXIème siècle …

        @manolo79

        La conclusion de l’article de votre lien «  ce Système n’est pas réformable »montre bien une divergence fondamentale entre E&R et EC, une divergence qui s’appuie sur des visions de la société et de l’humain très différentes.

        Mais alors vient la question que certains se posent depuis des années : pourquoi E&R relaie EC ?  smiley


      • 4 votes
        pegase pegase 7 février 11:34

        @maQiavel
        -
        Oui mais vous vous rendez compte ? S’il parvient à faire réécrire la constitution et à imposer le RIC, s’en est fini définitivement de l’article 123 ex 104 ex loi 73 ... autant dire que ça doit faire grincer des chaises outre Manche et outre Atlantique, à la City, et dans les bureaux doré de la couronne britannique ...
        -
        La CIA a du affecter au moins 30 personnes à sa surveillance smiley


      • vote
        manolo79 7 février 13:43

        @maQiavel

        Je pense qu ER relait tous les personnes qui par leur combat agrémentent les theses d ER. Pour le cas d EC, ER relaie sa critique sans faille du regime représentatif. La divergence fondamentale que vous pointez entre les 2 visions vient selon moi de la naïveté dont fait preuve EC de part, je pense, sa meconnaissance des arcanes du pouvoir actuel. L ideal d ER, en tout cas de son patron, est, si j’ai bien suivi, l intervention d un despote éclairé qui prendrait le pouvoir de force, là où EC pense, sincerement j imagine, que l on puisse changer de regime de manière pacifique, que Macron va accéder à cette revendication de RIC en toute matière declenchable facilement etc. Je pense que même l obtention de ce "seul" vrai RIC necessiterait la même violence que celle dont aurait besoin le despote. Et selon moi, malgré les dixaines d éborgnés jusque là, de la violence necessaire, on en est encore très loin.


      • 1 vote
        maQiavel maQiavel 7 février 16:57

        @manolo79

        Sur la violence, EC est beaucoup moins naïfs que vous ne l’imaginez, il sait très bien que rien ne changera sans rapport de force et par conséquent sans violence. La divergence avec E&R ne se situe pas là mais au niveau du projet de société.

        Pour E&R, du moins pour son patron, le pouvoir est incarné en des individus. Pour changer les choses, il faut donc changer des individus et placer les meilleurs possibles au pouvoir, d’où cet attrait pour le fascisme, le national-socialisme et le despotisme éclairé , le tout agrémenté d’analyses racialo_ communautaires. 

        EC est un institutionnaliste (c’est le courant qui selon moi a la meilleure compréhension de ce qu’est le pouvoir et la façon dont il se déploie). Pour ce courant, changer les individus ne changera rien puisque les nouveaux feront pareil, on peut couper toutes les têtes oligarchiques mais d’autres repousseront. L’institution étant un point clé dans le déploiement du pouvoir, les institutionnalistes considèrent qu’il faut changer les institutions pour changer les choses, on en arrive ainsi au républicanisme, au démocratisme etc.

        Là je fais une petite synthèse simpliste mais on a là deux univers mentaux totalement différent menant à des projets de société selon moi inconciliables. Mais ils peuvent effectivement se rejoindre dans la critique du parlementarisme. Ceci étant, la critique c’est 20 % de l’ensemble ,les 80 % qui restent c’est ce qu’on souhaite mettre à la place.

        Est-ce que E&R le relaie pour sa critique du parlementarisme ? Peut-être. Mais le fait est qu’en le faisant, malgré les mises en garde d’EC qui souligne clairement sa différence, ils créent un amalgame entre les deux visions du monde qui est extrêmement préjudiciable. Certains paranoïaques vont même jusqu’à dire qu’E&R est un épouvantail conscient de son action de pourrissement. 


      • vote
        manolo79 7 février 20:16

        @maQiavel

        merci maQiavel pour ce retour. Il est clair qu ER n’a jamais mis en avant le RIC parce que j imagine, trop pragmatique sur le pouvoir des medias sur une majoritaire masse de gens au sein du parc des électeurs. Par ailleurs ER ne s implique pas beaucoup dans l expression du regime salvateur mais beaucoup plus dans la critique du regime actuel. De mon côté j aspire à un changement de régime pour permettre aux citoyens de contrôler leurs elus (nécessaires je pense dans un 1er temps vu le niveau de domestication des citoyens d aujourd’hui) par du revocatoire notamment (merci EC), ce qui implique d avoir des représentants, que je ne souhaite pas issus d un tirage au sort (dans un premier temps d environ 10 ans :). Je vois l envie de despote éclairé d ER comme une étape pour permettre une Constitution qui nous previendra de tout abus de pouvoir, et là EC se fera un plaisir de denoncer tout detail qui conduirait a ce genre d abus. Alors certes, je ne suis pas sûr d ER sur cet elan de Democratie porté par EC mais je trouve que les 2 se combinent actuellement à merveille. Une fois que j ai dit ca, je suis bien emmerdé parce que je ne vois pas le leader, le despote émerger. Je me raccroche a l idée que s il arrivait nous serons devant le fait accompli en qq heures. En attendant il n y a qu à admirer Macron dans son exercice et puis son successeur etc.


      • vote
        manolo79 7 février 20:57

        @maQiavel

        de votre côté, quel regime vous conviendrait et comment envisagez vous le passage de l’actuel vers celui ci ?


      • vote
        manolo79 7 février 21:21

        @manolo79 je viens de tomber sur cette analyse d AS, très à propos de notre discussion : https://youtu.be/XSY87JR7P6Q 3ieme question (je deviens relou ok) : que penses tu de l idée selon laquelle un EC qui prône le RIC puisse, de par son aversion a la violence, servir de renouveau a la contestation contrôlée ?


      • vote
        manolo79 7 février 21:23

        @maQiavel le tutoiement.. je vous prie de m excuser.


      • vote
        vesjem vesjem 7 février 22:08

        @maQiavel
        "pourquoi E&R relaie EC ?

        "
        parce qu’il a compris beaucoup de choses que tu n’as pas encore saisies


      • vote
        maQiavel maQiavel 7 février 22:47

        @manolo79
        On peut se tutoyer , pas de souci. 

        E&R ne fait pas de proposition de régime car pour son chef, la question institutionnelle est périphérique : pour lui le problème, ce sont les individus et les réseaux. Sinon Soral a déjà expliqué que pour lui tout vaut mieux que le système actuel donc il brasse large.

        Sur la violence, Soral est à côté de la plaque. Déjà le rapport à la violence d’EC est bien plus complexe que ce qu’il suppose, voir cette vidéo. Ensuite, si on admet que l’usage de la violence est une possibilité, encore faut-il déterminer s’il est nécessaire de l’utiliser, avec quels moyens, quelle intensité et pour parvenir à quelles fins ? La violence est un outil et il faut une stratégie pour l’utiliser. Utiliser la violence, juste pour le plaisir de la violence c’est stupide, c’est la meilleure manière de se mettre hors-jeu. Soral veut la violence pour arriver à quoi ?

        Sinon, moi ce qui me conviendrait, ce serait un régime mixte entre représentation parlementaire et démocratie ( le RIC et quelques organes composés de citoyens tirés au sort ) avec à la tête un monarque présidentiel. Un régime avec un pouvoir central suffisamment fort pour faire face aux féodalités financières, bureaucratiques, communautaro -religieuses et j’en passe mais qui admet à sa périphérie une large autonomie locale selon le principe de subsidiarité. Pour y parvenir, il faudrait réussir à mettre en place le RIC. Et la seule façon d’y arriver, c’est de contraindre ceux qui sont au pouvoir de l’accepter. 


      • vote
        maQiavel maQiavel 7 février 22:48

        @vesjem

        C’est surtout que Soral est un chef d’entreprise qui a été l’un des premiers à comprendre comment fonctionnent les nouvelles opinions publiques issues d’internet. En relayant EC et d’autres qui sont populaires dans ces nouvelles opinions publiques, il essaie de s’associer à leur popularité, quand bien même ils défendent des idées très différentes et que ça les pourrit.

        Et c’est excellent pour les grands médias puisque toutes les alternatives crédibles se retrouvent ainsi polluées.


      • vote
        manolo79 8 février 07:02

        @maQiavel ta convenance en matière de regime me convient :) et donc la contrainte de ceux qui sont au pouvoir d accepter ce RIC va ou doit prendre quelle forme ?


      • vote
        vesjem vesjem 8 février 10:13

        @maQiavel
        sont but final étant quand même de rendre son réquisitoire sur l’ "empire" compréhensible par le plus grand nombre
        le camp adverse dispose de moyens bien plus considérables pour diffuser sa propagande et sa coercition


      • vote
        maQiavel maQiavel 8 février 12:33

        @manolo79
        Une forme insurrectionnelle , je pense qu’il n’y a pas le choix. Mais comme dit EC , tout va dépendre du nombre de gens qui prendront la rue. 


      • vote
        manolo79 8 février 22:05

        @maQiavel

        tu parles d un déferlement populaire massif dans le cadre d une manifestation ? De blocage de ports ou de voies de transport ? Ne plus payer ses impôts ?Je ne suis pas sûr de comprendre. Qu entends tu par forme insurrectionnelle ?


      • vote
        Julot_Fr 10 février 18:02

        @maQiavel
        Chouard ne sera pas diabolise mais au contraire mediatise comme on le voit en ce moment. car il sert le pouvoir en tant qu’imbecile utile gentil. C’est a dire qu’il est accepte par les GJ mais n’est pas un vrai combattant. Plutot que de prendre le pouvoir puis obtenir le RIC, il prefere eviter la confrontation et accepter le dialogue sur le RIC avant d’avoir le pouvoir. Ca permet au gouvernment de faire trainer dans la duree ce qui est contre productif.

        Note : (A part francois Boulot), les media font emerger :
        soit les imbecile utiles (ex : chouard)
        soit les imbecile abrutis qui ne seraont pas capable de gerer le negociations (ex : E. Drouet)


      • 1 vote
        sls0 sls0 6 février 20:01

        Michel Collon avait prévenu que cette émission serait certainement à charge contre Chouard.

        C’est effectivement le cas mais comme j’étais prévenu je m’attendais à pire.

        C’est assez léger.

        Dans l’ensemble c’est une émission intéressante.

        Dans un monde parfait on peut viser la perfection.

        Comme on vit dans un monde imparfait le correct c’est déjà pas mal. L’émission est correcte.

        Comme je suis allergique aux oeillières, je regarde aussi ceux qui ne pense pas comme moi. Dans un monde parfait il est possible de rester dans son microcosme de pensées, mais comme on vit dans un monde imparfait, il faut aussi douter de soi.

        Cela dit je reste dans l’ensemble avec mes idées d’origine mais au moins je les ai confrontées aux dires opposés.


        • 3 votes
          Ozi Ozi 6 février 20:04

          Franchement je m’attendais à pire, au final, aucunes critiques sérieuses des arguments de Chouard ni des revendications des GJ, juste une tentative risible d’amalgame avec les clowns d’extrême droite qui ont tellement raconté de conneries ces 10 dernières années sur le net qu’ils en deviennent les meilleurs alliés du système pour tenter de discréditer une pensée qui de toute façon dépasse très largement la seule personne de Chouard...

          Bref, rien de bien sérieux..


          • vote
            Sentero Sentero 6 février 21:09

            Bon je ne vais pas cacher que si je n’étais pas "Charlie" je ne suis pas non plus "Gj"... ou "RIC" quant à Chouard dont je ne connais pas bien les idées je me souviens tout de même d’une vidéo (vue sur AgoravoxRT) dans lequel je l’avais trouvé plutôt démago... il disait un truc du genre : pour les déclarations de guerre yaka faire voter les gens et ceux qui ont voté pour la font... (d’abord si des retraité(e)s ou des handicapé(e)s votent pour la guerre je ne vois pas trop comment on pourrait les forcer à la faire) mais surtout comment savoir QUI a voté pour et QUI a voté contre sans violer ce qui est selon moi une clef des libertés populaires... le secret du scrutin... donc voilà une idée qui peut sembler simple et sympa de prime abord mais qui sur le fond est extrêmement dangereuse (en cas de guerre tournant mal quoi de plus facile de prendre la liste de ceux ayant voté contre la guerre et les considérer comme des traîtres pacifistes saboteurs...)


            • vote
              jeanpiètre jeanpiètre 6 février 21:27

              @Sentero
              vous êtes pris dans le mécansime, les retraités ne voteront pas la guerre si ce sont eux qui s’y collent, c’est la vertu de ce genre de dispositif, tellement différent de celui que nous connaissons. la limite est effectivement que comme le troskisme ou le communisme , il faut que ce système soit généralisé à la planète, comme le libéralisme aussi , bien qu’il arrange la structure mafieuse de l’ensemble des entités de pouvoirs. attendons que les robots bossent, fassent la guerre et les comptes et l’idée reviendra , pour l’instant, nous avons encore des représentants du pouvoir qui font spectacle et ne veulent pas quitter la scène


            • 3 votes
              maQiavel maQiavel 6 février 21:35

              @Sentero
              Est ce que vous pourriez retrouver le passage ? 
              Parce que j’aimerai savoir dans quel contexte il l’a dit : est ce qu’il s’agissait d’une proposition politique concrète ou est ce que son propos s’inscrivait dans une diatribe très générale contre les déclencheurs de guerre ? 


            • 1 vote
              Sentero Sentero 7 février 18:47

              @maQiavel

              Ça y est j’ai retrouvé l’interview en question... très intéressante d’ailleurs et Chouard semble plutôt sympathique... c’est vers la 42e minute... il envisage une loi du genre... "pas de guerre sans referundum"... et "tous ceux qui votent oui doivent la faire sans exemption"... (très bonne idée dit-il) donc finalement il envisage qu’on puisse organiser un referundum à bulletin non secret... 10 ans de réflexion sur la question pour en arriver là...

              Autre détail qui me fait tiquer : il affirme qu’un RIP ne servirait à rien sans un contrôle préalable des médias... il parle d’abord de "nationalisation" puis se reprend et utilise le terme de "socialisation"... je me demande vraiment ce qu’il entend par là.

              Autre affirmation discutable... l’insécurité au Vénezuela est provoquée par les riches qui "payent des gens pour tirer dans le tas"... bien sur bien sur... la plupart des pays d’Amérique latine sont violents et n’ont aucunement besoin que des riches payent des sicaires pour tirer dans le tas, le narcotrafic, la misère les inégalités et la corruption suffisent largement à expliquer la violence en Colombie, au Brésil, au Mexique, en Amérique centrale etc... mais bien sur au Vénezuela c’est différent... la violence y vient forcément des riches... c’est quand même un peu caricaturale...

              https://www.youtube.com/watch?v=L0aB_P0nFnk


            • vote
              barbarello 7 février 20:02

              @Sentero

              Je n’arrive pas à trouver l’émoticon "cerveau actif et critique", du coup j’ai écrit ça. 


            • vote
              maQiavel maQiavel 7 février 21:20

              @Sentero

              J’ai vu votre lien. Non ce n’est pas une proposition concrète, c’est un exemple.

              Pour pouvoir comprendre le propos d’EC , il faut comprendre un certaines choses : sa proposition politique concrète est que ce n’est pas aux représentants de fixer les règles de la représentation car il y’a un conflit d’intérêt. C’est le rôle qui doit être dévolu aux représentés. Les citoyens doivent donc être constituants puisque c’est la constitution qui fixe ces règles. Mais devenir un citoyen constituant ne se décrète pas , cela passe par un apprentissage et c’est le rôle des ateliers constituants : un cadre dans lequel des individus s’entrainent à rédiger la constitution. C’est ça le cœur de son propos.

              Une fois qu’on a compris ça, on comprend mieux le sens de son propos dans la vidéo que vous avez mise en lien. Dans cette interview, EC explique à son interlocuteur qu’écrire des articles de la constitution engendre un processus de transformation. Et il donne un exemple « Quand j’écris pas de guerre sans référendum, je suis entrain de me transformer , je deviens le patron , je deviens ce que je devrais être , je deviens le souverain. Quand j’en parle avec un copain et qu’au bout de deux minutes il me répond que ceux qui votent oui au référendum ils vont la faire , quand on fait ce petit geste là on se transforme en profondeur ».

              Ce n’était donc qu’un exemple, une fiction théâtrale amusante pour illustrer son explication, il ne dit pas dans cette vidéo « il faudrait que ceux qui votent oui à un référendum contre la guerre aillent la faire » , comme si cela devrait être inscrit dans la constitution. Il ne fait d’ailleurs jamais ce genre de recommandation puisque dans son système, c’est aux citoyens de décider du contenu de la constitution. Si vous assimilez son propos à celui d’un chef politique avec un programme à appliquer, vous ne le comprendrez jamais. Il ne donne que des exemples de ce que les citoyens pourraient écrire dans la constitution pour régler tel ou tel autre problème. Des exemples qui sont d’ailleurs parfois très brouillon et ce n’est pas involontaire : quand on commence à écrire des articles de la constitution, c’est très souvent brouillon , ça va dans tous les sens et il explique d’ailleurs très souvent qu’il ne faut pas s’en effrayer car c’est un apprentissage et qu’il est normal qu’au début ce soit laborieux.



            • vote
              barbarello 7 février 21:31

              @maQiavel

              Mon cher maQiavel, les points importants et qui ne sont pas anecdotiques loin de là mais constants et déclinés de bien des manières chez "le nouvel Etienne"  sont les 2 autres qu’il pointe du doigt. 
              Je ne sais pas comment vous vous y prenez avec vos capacités pour, si souvent, si régulièrement, être comme planant, oublieux de l’essentiel, et donc à côté de la plaque... Vous le faites exprès, c’est cela ? 


            • vote
              barbarello 7 février 21:33

              * "il" de "il pointe du doigt", dans mon commentaire, c’est @Sentero


            • vote
              maQiavel maQiavel 7 février 21:52

              @Sentero

              Pour la socialisation ou plutôt la mutualisation des médias, il l’a déjà expliqué ce qu’il en pense dans plusieurs vidéos mais je ne saurais pas les retrouver. En gros, il s’agit de faire des médias un secteur indépendant du marché et de l’Etat. Il répond à ceux qui affirment que les résultats des référendums pourraient être manipulés par les médias en expliquant comment pourraient être organisés les médias pour minimiser ce risque, encore une fois c’est un exemple , plus sérieux que celui de la guerre par référendum mais un exemple tout de même. Pour plus d’information, je vous renvoie à cet article.

              Sinon de manière générale (car je n’ai pas envie de revenir sur le cas spécifique du Venezuela dont nous avons déjà noté des désaccords inconciliables sur la situation dans ce pays ) , évidemment qu’EC peut affirmer des choses discutables ( et je demande bien qui ne ferait jamais d’affirmations discutables d’ailleurs ). Ce qu’il dit n’a rien d’indiscutable, il n’est pas le détenteur d’une vérité absolue et éternelle, il y’a d’ailleurs beaucoup de gens parmi ceux qui adhèrent à sa proposition phare qui sont en désaccord avec lui sur d’autres choses qu’il a dites ici et là. Encore une fois, ce n’est pas un chef de parti , prendre ses propos pour en faire une sorte de ligne politique n’a pas de sens.

              Dernière précision : EC ne s’exprime pas comme un maitre de conférences en philosophie devant ses pairs à peser, sous peser chaque terme utilisé et chacune de ses tournures de phrases pour ne pas amalgamer ou essentialiser des catégories, c’est monsieur tout le monde qui essaie de se faire comprendre de monsieur tout le monde , ce n’est pas France culture qui s’adresse aux habitués de France culture. Par exemple, quand il dit « les riches », c’est un raccourci , une simplification qui ne veut rien dire dans un cadre universitaire mais qui est compréhensible par l’homme de la rue comme une catégorie d’individus ayant des intérêts matériels à défendre et qui ont les moyens d’agir sur l’appareil d’Etat pour les préserver. Il fait beaucoup de raccourcis, de simplifications, d’exagérations surtout lorsqu’il s’emporte mais plus que la forme qui peut être brouillonne , c’est le fond de son propos qu’il faut saisir.


            • vote
              barbarello 7 février 22:10

              @moi même  smiley 

              En effet c’est le fond de son propos qu’il faut bien saisir chez le nouvel Etienne
              Car depuis le temps où ce cher Etienne démocratisait remercions le mille fois 
              1.l’idée du tirage au sort de personnes en charge de questions politiques
              2.ce n’est pas aux gens au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir 
              3.nous ne sommes pas en démocratie
              4.cultivez votre jardin
              5.point barre
              bien de l’eau a coulé sous les ponts, et bien des points 6 7 8 9 etc etc etc ont été rajoutés au fond de son propos, qui ont rendu son propos à présent très "typé" disons, je veux dire en cela, "typé", que très largement au delà de la question démocratique et populaire, et de celle des institutions. 


            • 1 vote
              Sentero Sentero 8 février 00:07

              @maQiavel

              J’ai lu ce que vous avez écrit sur la "mutualisation" des médias... mais je ne vois pas trop où vous voulez en venir... imaginez-vous que cette mutuelle de l’information de masse puisse avoir le monopole de l’information ? ... ou qu’il s’agisse juste d’une mutuelle d’information qui serait en concurrence avec les chaines stations journaux privées existants ?

              Dans le 2e cas et bien cela ferait juste un groupe multimédia de plus dans le PAF et il réunirait probablement assez vite la pesanteur d’un service public à la marchandisation de l’information d’un groupe privé.

              Dans le 1e cas il faudrait sans doute des lois particulièrement liberticides pour empêcher des personnes privées (en France) d’informer leurs compatriotes avec les moyens privés qu’ils désireraient utiliser (type radios TV libres, internet...) mais de toutes façons pour exercer un monopole effectif il faudrait aussi des moyens techniques sophistiqués pour empêcher les informations (par internet ou par satellites...) venant de l’étranger d’influencer les citoyens électeurs (type brouillage des ondes et intranet national)... cela ne me parait pas vraiment réalisable ni souhaitable.

              Dans les deux cas je ne crois pas non plus qu’une mutuelle (même émanant des citoyens) arriverait à faire respecter le "pluralisme éditorial" et le "pluralisme effectif des opinions des journalistes"... il existe déjà des systèmes mutualistes dans d’autres secteurs et il me semble qu’ils ne sont pas exempts d’opacités et d’abus alors qu’on pourrait penser que leurs statuts devraient les en préserver (ex les mutuelles étudiantes type MNEF).

              Le risque à mon avis est de revenir au système représentatif que le RIC cherche à éviter... concrètement une mutuelle de l’information à laquelle tous les citoyens cotiseraient seraient une machinerie énorme (d’autant plus si elle exerçait un monopole de l’information... j’ai d’ailleurs du mal à imaginer combien de salariés travailleraient dans ce type d’organisation mais bon) qu’il faudrait gérer comme une grosse administration... surement pas par des référendums réguliers (et difficile d’imaginer des réunions d’actionnaires de millions de citoyens) mais par une sorte de conseil d’administration (on en revient plus ou moins à un système représentatif) qui finirait par piloter ce groupe comme une entreprise profitable (une carrière comme une autre) sans mettre forcément en avant l’intérêt (du) public et la pluralité de l’information... 

              Je suis plutôt pessimiste je sais.


            • vote
              mehdite mehdite 8 février 00:11

              @barbarello
              "Je ne sais pas comment vous vous y prenez avec vos capacités pour, si souvent, si régulièrement, être comme planant, oublieux de l’essentiel, et donc à côté de la plaque..." 
              mi figue mi raison ... ça te rappelle rien ? 

              Kof kof !


            • vote
              Belenos Belenos 8 février 01:46

              @Sentero

              Le problème des médias est probablement le plus complexe de tous. II est à noter que les entreprises dites "de presse" n’ont jamais été considérées par la loi française comme des entreprises ordinaires, mais qu’elles ont toujours été soumises à des obligations et des restrictions spécifiques liées à leur pouvoir d’influence politique. http://ldh-midi-pyrenees.org/2015/06/la-liberte-de-la-presse-en-france-depuis-la-revolution/

              Cependant, il faut garder à l’esprit qu’à partir du moment où la liberté d’expression est garantie légalement et même constitutionnellement, au moins par principe (elle est depuis toujours mieux garantie aux Etats-Unis qu’en France), le problème ne se situe plus qu’au niveau de la réglementation du financement des entreprises médiatiques. Et c’est à cela qu’il faut s’attaquer principalement (même si les lois de confort communautariste affectant la liberté d’expression en France devraient bien entendu être abolies). 

              Cependant, pour pouvoir parler du droit des médias et proposer de le faire évoluer (ou pas), il faut partir d’une certaine connaissance de la situation actuelle et de son encadrement par la loi du 29 juillet 1881. La voici exposée dans ses grandes lignes avec ses compléments plus récents qui visent (mais de manière insuffisante à mon sens) à garantir un minimum de pluralité dans l’information (la loi du 23 octobre 1984, dite loi “anti-Hersant” et la loi du 1er août 1986) https://www.vie-publique.fr/actualite/dossier/rub1816/liberte-presse-france-quel-cadre-legal.html

               


            • vote
              Belenos Belenos 8 février 02:47


              "La presse est en crise, et cherche à réinventer son modèle économique. Dans ce contexte difficile, certaines entreprises de médias ont fait le choix du statut coopératif."
              https://www.inaglobal.fr/presse/article/et-si-les-cooperatives-etaient-l-avenir-de-la-presse-10266



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès