• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Vivre dans le mensonge, vivre du mensonge ?

Vivre dans le mensonge, vivre du mensonge ?

Si ça se trouve, y'a bien un au-delà de la Démocratie à rechercher, la vraie démocratie (directe) présentant des risques connus (lire par exemple sur ce sujet : "Problèmes de la démocratie grecque" de Jacqueline de Romilly.)

 

La démocratie est bien un processus, un horizon, un mode de vie, qui pourrait bien nous porter au-delà d'elle-même. Mais pour cela, il faudrait vivre dans un monde clair et ouvert. Il faudrait vivre en véritable démocratie et travailler collectivement constamment sur ses défauts et ses risques afin d'améliorer sans cesse notre constitution.

 

Or, nous demeurons éternellement englué dans un magistral mensonge, tellement énorme, qu'il passe et perdure. Nous demeurons dans un monde cloturé. C'est : "la cloture de l'imaginaire social et politique" dont parle Cornélius Castoriadis et le conformisme atteint des sommets inégalés.

 

« La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce la consommation et au divertissement [ndlr : et à Facebook !], les esclaves auraient l’amour de leur servitude ...  »

 

La phase d’Aldous Huxley dans son livre "Le Meilleur des mondes", n’a jamais été aussi vraie qu’aujourd’hui.

Les gens sont totalement impuissants politiquement, mais l’histoire inverse leur est contée dans les structures éducatives, culturelles et médiatiques (pilotées par le pouvoir et l’idéologie dominante) et ce mensonge n’est pas perçu en tant que tel par la majorité.



"Nous sommes en démocratie", cela signifie : c’est nous qui avons le pouvoir, nous, le peuple. Eh bien, non, c’est faux, nous sommes mécaniquement et dans les faits totalement impuissants ! Mais malgré tout nous admettons l’inverse depuis deux siècles. Ce mensonge nous place donc perpetuellement au point-mort de la démocratie et nous empêche de faire progresser quoique ce soit. Notre destinée ne nous appartient pas et nous souffrons en silence.

 

Mais pourquoi admettons-nous avoir le pouvoir puisque nous n’en avons pas une seule goutte ?

 

Le génie de la propagande et des menteurs professionnels s’explique parfois difficilement, mais il y aurait des choses aussi, on le sait, du côté de la servitude volontaire, du consumérisme et d’un capitalisme qui a su se mettre au service de nos pulsions, de notre égoïsme et de notre passivité.

 

Ça fait bien longtemps qu’il nous faudrait tourner le volant à 180 degrés, mais des forces semblent nous en empêcher. Les structures éducatives et culturelles et les médias ont bâti une sorte de "mur culturel", et le peuple, dans son ensemble, manque d’éducation populaire et donc d’outils pour se défendre. (Voir la conférence de Franck Lepage : "L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulue" - Inculture I)

 

La population effectivement ignore tout des mécanismes du Pouvoir, elle est nue, désarmée, et elle semble incapable pour le moment de se défendre (et il est impossible de déterminer quand et comment cela pourra prendre fin). La population prend tout dans la face en ligne directe sans bouclier, sans répliquer. Le pouvoir et sa propagande agit frontalement sur la population selon un cercle vicieux sans qu’elle soit en mesure de comprendre quoique ce soit de ce qui lui arrive. Si je percevais une population un minimum habillée et armée face au Pouvoir et à la propagande (c’est presque la même chose), je serais : optimiste, oui. Mais dans l’état actuel de l’ignorance, je ne peux qu’être pessimiste, comme je le serais pour ma vie, si j’étais nu au pôle Nord. Et internet ne semble pas changer la donne tant que ça.

 

Il faut donc continuer de chercher par tous les moyens comment abattre ce "mur culturel". Chacun doit se sentir responsable de l’éducation populaire (tous ceux, au moins, qui percoivent, voir comprennent assez bien le mensonge global dans lequel nous vivons).

 

Voici une vidéo qui compare la démocratie athénienne à la fausse démocratie d’aujourd’hui.

 

 

Cette vidéo repose sur un tableau situé à l’adresse suivante :

https://docs.google.com/spreadsheet/pub?key=0AhAmxGY-VaJ8dHU4MmVIYlhwSEpqS21LSTl6M3BET2c&single=true&gid=0&output=html

 

Cette autre vidéo (27 minutes) se focalise sur la première colonne du tableau pour dire ce qu’est une démocratie afin de prendre conscience de l’écart astronomique avec aujourd’hui :

 

 

Et enfin, cette conférence théâtralisée (déjà diffusée une fois sur AgoraVox TV au début de l’été 2013) tente de mettre le tout dans un cercle logique avec une progression qui va de A à Z, avec un personnage qui incarne le peuple et un médecin philosophe qui le prend en charge (et qui tente un traitement de choc, vu l’heure qu’il est).

 

 

Nous n’allons pas dans le mur, nous sommes déjà encastrés dedans.

 

Le moment est donc dépassé, de sortir la tête du sable, de sortir de la caverne et d’admettre qu’on s’est fait avoir comme des bleus.

 

Marchons ensemble, maintenant, sous un soleil de plomb et tentons de faire pousser quelque-chose dans ce désert politique que nous avons nous-mêmes créé.

 

Bon courage à tous,

 

Sylvain Rochex, décembre 2013

 

Tags : Démocratie




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • 2 votes
    dom y loulou dom y loulou 9 décembre 2013 16:09

    la première phrase de votre article est déjà fausse


    jamais la démocratie athénienne n’a été directe


    les patricïens n’accordaient pas de droit de vote à la plèbe et certainement pas aux esclaves



    rien à voir avec l’arbre à palabres ou le principe que chaque voix compte chez les athéniens

    le principe est Celte en europe et... bien plus ancien encore

    • 4 votes
      Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 décembre 2013 16:29

      "la première phrase de votre article est déjà fausse"


      L’auteur fait cependant des phrases, lui. Vous avez des problèmes avec votre clavier ?

    • vote
      chtouille 9 décembre 2013 16:42

      mon chien ne vote pas et c’est bien comme çà.


    • 7 votes
      Lord Volde lord volde 9 décembre 2013 18:34

      L’Arbre à Palabre est ce lieu où en Afrique, on se retrouve le soir venu dans un village, pour entamer une discutions longue et parfois houleuse, mais aussi pour conter, pour organiser la cité, ou encore pour parler de chose plus légère…C’est le lieu du discours et du logos, de la parole et de l’écoute.
      C’est aussi cet arbre majestueux, d’une belle envergure, sous lequel la fraîcheur de l’ombre permet de s’y reposer l’esprit en le projetant dans la méditation : en général, le karité, le cédratier, le manguier, ...dont les feuilles sont persistantes. La vie du village est régie sous l’arbre à palabre : mariages, conflits fonciers, justice, bons offices, conseils, informations diverses, Le village est ainsi scruté sous toutes ses coutures. Il s’agit véritablement d’une gestion collective du village. La cohésion de la collectivité villageoise est ainsi assurée tout comme sont assurées la paix, l’entente et la fraternité entre habitants du même village et les villages avoisinants. 


    • 5 votes
      Morpheus Morpheus 9 décembre 2013 20:01

      Les patricien et la plèbe, c’est à Rome.
       
      Avant de dire des bêtises, lisez un ou deux livres, dom y loulou.
       
      Je vous recommande :
      - Principes du gouvernement représentatif, de Bernard Manin
      - La Démocratie athénienne à l’époque de Démosthène, de Mogens H. Hansen
      - Démocratie. Histoire politique d’un mot, de Francis Dupuis-Déri
       
      Très intéressants et très instructifs
       
      Morpheus


    • vote
      Machiavel 9 décembre 2013 22:48

      Sommes nous en démocratie ?
      On descend en bas et on monte en Haut et l’année dernière nous étions au bord du précipice et cette année nous avons fait un pas en avant j’en passe et des meilleurs Tartines .
      Jésus crie et la caravane passe ...


    • 2 votes
      Lord Volde lord volde 10 décembre 2013 11:54

      @ Faf fafaf faf....


      Les colonisation des pays d’Afrique est une réalité qui échappe à tous faffy intellectuellement indigents. Les multinationales absorbent les richesses des états néocolonisés en y instaurant un système de régulation et de conservation à trois volets dynamiques à travers le clientéliste, la corruption et le trucage des élections qui ont, pour effet contraire, le développement galopant de la misère économique, sociale, éducative et intellectuelle. 

      Cette partie du peuple africain maintenue à l’écart du système productiviste et élitiste de la FrançAfrique ne bénéficie au mieux que des miettes du banquet quotidien généré par la rapine et la captation des richesses des pays africains concernés.

      Les anglo-saxons ne sont pas en reste et exercent le même impérium dans les pays soumis à leur zone d’influence.

      La main d’oeuvre africaine bon marché est aussi encouragée à s’exiler dans les pays pratiquant le néocolonialisme, et ce, au détriment des nationaux et du pacte social et au profit des multinationales engrangeant toujours et encore des bénéfices démesurées bien mal acquis. 
       

    • 6 votes
      La Catalyse La Catalyse 9 décembre 2013 16:44

      D’ailleurs, je vous prie de m’excuser pour la paire de fautes d’orthographe, que j’ai vue après coup (contrairement à d’habitude, je n’ai pas assez relu) :

      « Le pouvoir et sa propagande agit frontalement sur la population »
      —> Le pouvoir et sa propagande agissent frontalement sur la population

      et « Or, nous demeurons éternellement englué dans un magistral mensonge »
      —> Or, nous demeurons éternellement englués dans un magistral mensonge


      • 7 votes
        Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 décembre 2013 17:08

        Je trouve votre démarche et votre propos intéressants, mais vous avez mis trop de choses dans cet article. Vous aviez de quoi faire trois publications, qui auraient attiré plus de visiteurs et de commentateurs. Là, vous abordez plusieurs sujets (ou le même sujet sous plusieurs angles différents) et c’est moins percutant. 


        Règle numéro 1 en communication : tenir compte de la paresse du récepteur. 

        • 5 votes
          ricquet ricquet 9 décembre 2013 19:16
          Ainsi :
          • Ni démocratie réelle (contrôle des gouvernants par les gouvernés)

          • Ni démocratie formelle (choix restrictif, parmi les cooptés des partis de pouvoir à l’affiche), donc choix restreint entre bonnets blancs et blancs bonnets.

          • D’autant que les vrais gouvernants en Europe sont les commissaires européens qui ne sont jamais intronisés par le peuple, et à fortiori révoqués...
            (Lire pour s’en convaincre les lois nationales d’ origine communautaire.
          Le constat est donc simple : La démocratie est un leurre. (inutile de tergiverser)
          Mais le mensonge remonte aussi à la nuit des temps (il suffit pour cela de comparer la genèse de la bible (Moïse en -1450 ans), avec les écrits sumériens (-2500 ans) (Lire le mensonge universel de Pierre Jovanovic notamment autour de la femme via Eve)
          En fait, révéler une supercherie pivot des civilisations monothéistes, c’est faire s’écrouler des pans entiers de 3000 ans d’histoire (Moïse affabulateur ?)...

          Dans la pièce "Electre", Jean Giraudoux aussi veut faire faire éclater la vérité à son héroïne, ce qui entraîne la mise à feux de la cité, mais :
          (Extrait :
          • "Je ne saisis jamais bien vite. Je sens évidemment qu’il se passe quelque chose, mais je me rends mal compte. Comment cela s’appelle-t-il, quand le jour se lève, comme aujourd’hui, et que tout est gâché, que tout est saccagé, et que l’air pourtant se respire, et qu’on a tout perdu, que la ville brûle, que les innocents s’entretuent, mais que les coupables agonisent, dans un coin du jour qui se lève ?"
          • Cela a un très beau nom, femme Narsès. Cela s’appelle l’aurore." )

          Nous sommes donc 2 populations (comme dans le film Matrix sorti en 1999)
          • Ceux qui sont sortis de la Matrice et qui partagent des vérités, des lectures, mais qui ne peuvent qu’observer le monde se déliter... (comme Néo, dont le passeport expire le 11/09/...),
          • Les dormeurs, qui ne marchent que dans les clous, et ne raisonnent plus qu’à travers la matrice comme des programmes ( Leur logiciel médiatique les conduit à voter entre FdG UMPS et FN, c’est à dire toujours dans les clous de la pensée autorisée et salvatrice pour le système.
          Là aussi de quoi faire 36 articles...

          • 8 votes
            Morpheus Morpheus 9 décembre 2013 20:22

            @ La Catalyse
             
            A mon avis, une bonne manière de présenter le régime politique athénien est de bien distinguer
             
            1) la SOCIÉTÉ athénienne, qui n’était PAS démocratique (puisque ni les femmes, ni les esclaves, ni les étrangers n’avaient de droit politiques - enfin, ils en avaient, mais de façon très limitée, contrairement aux citoyens, mais pour couper court, on peut dire "ils n’en avaient pas").
             
            2) les INSTITUTIONS POLITIQUES athéniennes, qui ÉTAIENT bel et bien démocratiques.
             
            En faisant cette distinction, on peut accepter les critiques qui portent sur les structures sociales, tout en rappelant que le contexte culturel ne peut pas être comparé au nôtre, sans être intellectuellement malhonnête ; il faut replacer les choses dans leur contexte. D’autre part, on peut développer une critique constructive par comparaison des institutions politiques athéniennes et voir les nombreuses procédures et les processus d’une VRAIE démocratie adoptées par les athéniens et qui ont fonctionné pendant deux siècles.
             
            En faisant cette distinction - qui est rigoureusement honnête intellectuellement - vous couperez court à la technique qui vise à faire valoir de prétendus arguments portant sur le choc culturel (donc émotionnel) par comparaison avec le monde "moderne" pour disqualifier un système politique très bien rodé et efficace.
             
            Il s’agit de faire comprendre que si ce système n’était effectivement pas accessible aux femmes, esclaves et étrangers, il n’en demeurait pas moins un système formidablement égalitaire, comme JAMAIS on n’en a vu dans l’histoire connue des hommes jusqu’à nos jours. Et donc, en adaptant ces procédures démocratiques à un système intégrant nos valeurs.
             
            Après, il y a aussi des arguments solides à développer pour casser ces arguties : 1) l’esclavage est tout aussi prégnant dans nos sociétés, même s’il a des procédures différentes (esclavage par la dette) ; 2) dans les pays occidentaux (riches), chaque citoyens (même minimexé) dispose, en équivalent énergétique (confort de vie moderne) entre 200 et 500 esclaves (en termes d’équivalence énergie travail) ; 3) que les étrangers n’ont pas NON PLUS de statut de citoyen (ils n’ont même pas le droit de voter pour leur maîtres, c’est affreux !). Il est donc hypocrite d’avancer ces arguties pour disqualifier le système politique athénien. On voit bien que la manœuvre vise à empêcher une vrai analyse de ce système.
             
            Cordialement,
            Morpheus


            • 4 votes
              fadosol 9 décembre 2013 20:41

              Continuez, c’est super.


              • vote
                QaviQeQuarQo davideduardo 10 décembre 2013 07:20

                C est vrai que cette critique de l esclavage n est pas infondé.


                Si on retire les femmes, les métèques et les esclaves 
                combien représentent ce qu il reste de la population totale...10% ? 20% de citoyens ?

                A ce niveau la, ce n est plus une différence de degré avec une "vrai démocratie" , mais cela devient une différence de nature.

                De même , on peut considérer les 80 000 membres du parti communiste chinois comme des citoyens qui décident des lois et qui se choisissent un chef , (comme ont fait les grecs avec pericles)
                La chine serait elle une démocratie ?


                De même dans plein de domaine il y a de la démocratie :
                Peut on parler de "démocratie d entreprise" quand les actionnaires décident du futur de la SA.
                Peut on parler de démocratie quand les bilderberger débattent et choisissent des axes d évolution pour nos sociétés,
                ou simplement nos députés....
                Ces actionnaires et députés ne peuvent ils pas aussi être vus comme des citoyens et les autres comme des esclaves ?


                Peut on vraiment parler de démocratie quand on ne prend pas en compte tout le demos ?

                • 2 votes
                  Morpheus Morpheus 10 décembre 2013 12:23

                  Oui, on peut parler de démocratie, si, comme je l’indique dans mon commentaire précédent, on fait la distinction entre la SOCIÉTÉ athénienne et le REGIME politique athénien.
                   
                  En faisant cette distinction, nous pouvons à la fois analyser les ressorts culturels de la société athénienne (et ce faisant, essayer de voir quelle différence il peut y avoir entre des "esclaves" à la mode antique et les esclaves ’par la dette’ modernes - ces derniers peuvent participier à la mascarade électorale), et également analyser les ressorts du système politique athénien et voir qu’il était effectivement démocratique et égalitaire, même si cette égalité ne concernait que les citoyens, c’est-à-dire environ 15 à 20% de la population athénienne.
                   
                  Lorsque l’on compare les deux systèmes, on peut voir que, bien que nous avons le droit de vote (le privilège considérable qui consiste à désigner nos maîtres tous les cinq ou six ans), nous n’avons AUCUN pouvoir ni contre pouvoir : les élus (maîtres politiques) ont TOUS les pouvoirs : ils écrivent les lois, votent les lois, modifient la constitution, dirigent la justice, la police, ils squattent les médias et... sont soumis aux banques et aux grandes multinationales (les vrais maîtres derrière la scène politique).
                   
                  On peut aussi voir quelles étaient les procédures athénienne pour EMPÊCHER une telle prise de pouvoir, et trouver là des idées fortes pour renverser le régime oligarchique où nous sommes.
                   
                  Mais peut-être préférez-vous continuer à vivre sous ce régime ?
                   
                  Morpheus


                • vote
                  QaviQeQuarQo davideduardo 10 décembre 2013 16:33

                  J aime l idée de réformer le capitalisme par du socialisme, mais je n aime pas les ideologues communistes ou trotskystes.


                  De même, j aime l idée des contre pouvoirs démocratiques, mais je me méfie de ceux qui auraient tendance a tomber dans l idéologie démocratiste.
                  Et faire croire que Athenes fut une démocratie parfaite participe a cela.



                  Pour moi, on peut apporter de la démocratie a.......
                  reste a savoir a quoi ?
                   la monarchie ou l aristocratie ?

                  On fera donc un espèce de régime mixte avec un des deux autres régime politique.

                  avec la cinquième république qu on appellera monarchiste) 
                  ou la cinquième république bis, voir la quatrième, ou la sixième de melenchon qu on appellera aristocratiques.


                  Auquel des ces deux régimes , aristocratique ou monarchiste pourront nous apporter nos contre pouvoirs démocratiques ?

                  Pour moi c est la question centrale.

                • vote
                  QaviQeQuarQo davideduardo 10 décembre 2013 21:41

                  Sinon , désolé de chercher la petite bette, on est quand même d accord sur les contres pouvoirs et c est le plus important.


                  A la catalyse, bravo , vos conférences ont le mérite d être clair et bien travaillées en amont

                • vote
                  QaviQeQuarQo davideduardo 10 décembre 2013 07:43

                  Ensuite, est ce qu on n idéalise pas trop cette idée de démocratie, quand Périclès est resté au pouvoir pendant 30 ans ?


                  Beaucoup d adeptes de la démocratie directe seraient les premiers a lui crier "dégage" aujourd’hui.


                  Périclès, qui fut un grand homme politique, me fait plus penser a un chavez ou a un degaulle, sorte de bon roi a la ligne politique clair et très sociale, qui en appelle régulièrement au peuple par une sorte de plébiscite. Celui ci faisant confiance a Périclès se contentera de suivre ses directives et ceux du parti démocratique.

                  • vote
                    QaviQeQuarQo davideduardo 10 décembre 2013 07:49

                    A noter que je ne critique pas le système athénien d un revers de main, 

                    mais la mauvaise vision que l on peut en avoir et de par celle ci, l idéalisation de la démocratie et le peu d emprunte réels que ces fausses idées auront sur la réalité.

                    • vote
                      Grand Pan grand Pan 10 décembre 2013 09:43

                      Voyons la démocratie des athéniens par Castoriadis ... ça mettra du monde d’accord ...


                      • vote
                        simplesanstete 10 décembre 2013 11:14

                        Le salarié s’exécute chaque jour . / et exécute les autres en retour....... le monde du silence qui se débat. Pour le reste, il y a mastercard de fantaisies, petit jeu singulier qui ne peut jamais joindre les deuxbouts dans une dite société, réellement anonyme dans les faits de l’effet où l’échange est déjà pré échangé, c’est le caca infernal infini des besoins.......gâtés et gâteux, çà vous rend.


                        • 1 vote
                          Arsene Icke Arsene Icke 10 décembre 2013 13:06

                          Très intéressant. L’approche est bonne et le gars est bon orateur. Cette mise en parallèle est très instructive pour les rares qui croyaient encore être en démocratie.
                           


                          • vote
                            La mésange La mésange 10 décembre 2013 15:23

                            Très bien, continuez ! Il serait bon d’avoir une vraie démocratie à notre époque. Nous sommes en ploutocratie dictaturielle et ça ne s’arrange pas. Un bon complément à Etienne Chouard, que l’idée du tirage au sort se diffuse le plus possible. Dès qu’il sera possible de s’échapper de l’UE jouons la carte de l’article 50.


                            • vote
                              chtouille 11 décembre 2013 10:11

                              C’était excellent par rapport à ce que je pourrais faire.
                              Sinon c’était très bien comme présentation et remise en place du sens de la démocratie. Agréable travail que chacun devrait avoir vu, avant d’avoir regardé Norman.


                              • 1 vote
                                christophe nicolas christophe nicolas 21 décembre 2013 19:34

                                J’avoue que c’est un débat intéressant. Je suis absolument contre la démocratie dans le sens où elle fabrique une forme intentionnelle de conquête du pouvoir. En revanche je suis pour la représentativité, absolument. Il faut un système qui met en haut ceux qui ont une forme intentionnelle de bonté gage d’esprit de vérité et faire la chasse aux esprits gagneurs qui sont dans le faux. Pour éviter les conflits stériles, il faut se rassembler autour d’une colonne de vérité unique.

                                 

                                C’est très simple mais certains sont radicalement opposés aux réalités de Marie et Jésus malgré les preuves or il n’y a pas d’autres solutions. Plusieurs colonnes de vérité créent la lutte donc une évolution spirituelle est nécessaire pour dégager un tronc commun sous la tutelle de la preuve, cela s’appelle une spiritualité de la connaissance. Il n’y a plus de conflit entre spiritualité et connaissance grâce à la théorie de l’intrication mais certains l’ont bloquée car ils veulent diviser pour régner, garder le contrôle, je vois que mes liens internet vers économie ont été pourries. C’est sans risque je vous le garantis et c’est humoristique.

                                 

                                La présidence française a été informée mi mai 2012 que les voyages spatiaux étaient faciles. c’est vraiment des lourds, il m’ont répondu par de la coercition psychologique, certains méritent des claques. Pas de bol pour eux j’ai élucidé l’antigravité qui est une conséquence et les énergies propres, renouvelables et gratuites, c’est une conséquence qui permet de prendre de l’énergie gravitationnelle, ce n’est pas si compliqué mais la mise au point demandera quelques dizaines d’années. Du coup, il faut prendre en considération l’abondance et on comprend mieux qu’il faut des esprits pacifiés mais dans la vérité pour garder notre liberté.

                                 

                                Vous croyez que les gugus d’en haut arrivent à comprendre qu’ils sont "has been".... mais pas de violence juste la bonté de leur dire qu’on sait qu’ils nous prenaient pour des crétins, les bons reviendront. ca va être drôle, irrésistiblement drôle. En attendant il faut préparer l’élévation spirituelle.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès