• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La prison de la start-up nation : risques et pertes pour les citoyens, (...)

La prison de la start-up nation : risques et pertes pour les citoyens, profits pour les financiers

Ce qu'on va voir dans cette vidéo, c'est que le modèle d'entreprise proposé par le gouvernement et l'Europe des start-up nations profite uniquement aux marchés financiers et aux spéculateurs. Ce modèle de développement n'a pas pour but d'ouvrir le monde de l’entreprise, mais au contraire de favoriser sa prise de contrôle par la finance.

Tags : Entreprises Finance Bourses




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • 1 vote
    yoananda2 12 avril 2020 16:31

    D’accord, bon, t’es jeune, donc socialiste, tu penses comme on t’as appris à penser, comme les marchés veulent que tu penses, en définitive, ça les arrange que les gens croient comprendre l’économie, il payent les politiciens qui viennent leur dire "mon ennemi c’est la finance".

    Le marché capitaliste et l’état redistributeur fonctionnent main dans la main.

    Mais admettons, qu’est-ce que tu proposes contre la méchante finance ? redistribuer ses richesses fictives ? tu veux des actions de facebook qui ne vaudront plus rien si tout le monde essaye de les convertir en richesse réelle ?

    Tu veux plus d’appartements pour les pauvres et plus de pauvres, comme ça on va bétonner encore plus ? Tu veux plus de merdo-bouffe dans les super-marchés avec un SMIC plus haut pour que les prolétaires s’achètent plus d’iPhone (et que tes actions montent) et qu’on rase plus de forêts primaire pour avoir toutes les matières premières pour fabriquer tout ce que veux que les prolos puissent consommer ? Un yatch à St Trop pour chaque prolo ?

    Et comment tu proposes qu’on fasse de la création de richesse (pour tous les opprimés que tu défends) sans les marchés et sans le financier ? par une économie planifiée à la mode soviétique ? et tous ceux qui sont pas d’accord au goulag ?

    Vas-y, explique.


    • 2 votes
      Décoder l'éco azyx 12 avril 2020 17:39

      @yoananda2
      La "finance" n’est qu’une bulle. Bulle entretenue artificiellement par la BCE depuis 2015 à grands coups de QE.
      Cette bulle est dangereuse. SI elle se mettait à se retrouver dans l’économe réelle, elle ferait la plus grosse inflation jamais vue sauf, si on récupère ce fric pour rembourser la dette des États.
      C’est du pognon illégitime venant de planche à billet. Il faut le supprimer point barre en remboursant la dette. C’est comme ça qu’on supprime l’argent en trop.

      C’est simple : un impôt sur les transactions financières, sur le capital financier et les bénéfices à hauteur de ce qu’on fait pour l’économie réelle.

      Pour info, je ne suis pas socialiste mais Républicain. Ce n’est pas parce que je fustige la finance que je suis de gauche. Je suis pour un État fort qui défend des valeurs communes. Je ne suis pas pour la redistribution du pognon mais pour des services publics de qualité à destination de citoyen qui jouent le jeu de la République. Bref je suis antilibéral.


    • 1 vote
      Conférençovore Conférençovore 12 avril 2020 19:00

      @azyx

      "Pour info, je ne suis pas socialiste mais Républicain. "

      La République n’est qu’un cadre institutionnel, pas une doctrine. L’Iran et la Chine sont également des Républiques... Être "républicain" n’a aucun sens au-delà du fait que l’on est pas monarchiste, anarchiste ou autre. Au point où nous en sommes, il faut tout reprendre à la base. Es-tu Français avant tout ? Je pose la question parce que tu te dis favorable à un "État fort", or sans Etat... Qu’entends-tu par " État fort" ? L’Etat fr par exemple est pléthorique en effectifs ; il est très répressif avec une partie de la pop mais ultra-laxiste avec une autre ; notre PIB est pour moitié de la dépense publique ; la Fr a elle seule assure 15% de la redistribution sociale dans le monde. Concrètement nous avons un "État fort". Ce qui te pose problème est que celui-ci ne taxe pas suffisamment la finance. Mais en admettant qu’il le fasse, quel est ton projet derrière ? Serais-tu par exemple favorable à un protectionnisme éco (et on voit en ce moment à quel point c’est important) ? Serais-tu favorable à une préférence nationale ? Question vraiment difficile : Qu’est-ce que le peuple français pour toi ?


    • 1 vote
      Décoder l'éco azyx 12 avril 2020 21:34

      @Conférençovore
      Oui, je suis français avant tout. Peut-être à la place de Républicain devrai-je dire constitutionnaliste ? Je trouve cela primordial de se baser sur un socle commun (texte de loi) pour organiser une société.
      Bien sûr qu’un protectionnisme économique découle naturellement d’un État fort, puisque ce dernier doit se soucier en priorité de l’intérêt de son peuple. Le reste R.A.F.. Je pense que la préférence nationale n’est pas suffisante. Il ne faut pas "préférer" un jeune sous sa condition de naissance, mais le forcer à rentrer dans le contrat de la République.
      Pour faire simple : on manque cruellement de soudeurs. On en fait venir de l’Est pour remplir nos usines en laissant des dizaines de milliers de jeunes désœuvrés en banlieue, qui trouvent d’autres activités pour remplir leurs journées et leur porte-monnaie. Le contrat républicain, c’est de les envoyer en formation de soudure. Avec une rémunération décente, certes,mais sans laisser faire le "marché de l’emploi" régler le problème tout seul.
      Le peuple français est défini par le droit du sol. Ce dernier donne des droits et des devoirs qu’il serait bon de clarifier. Encore une fois, seul l’intérêt de la nation doit compter et devant les intérêts individuels.
      Oui, j’applique la même rigueur moral à l’individu qu’à la finance si c’est la question.


    • vote
      yoananda2 12 avril 2020 21:50

      @azyx
      jeune et idéaliste, qui veut refaire le monde ... comme nos hormones nous poussent à le faire à cet age la. Ca passera.


    • 1 vote
      Conférençovore Conférençovore 12 avril 2020 22:11

      @azyx "Bien sûr qu’un protectionnisme économique découle naturellement d’un État fort, puisque ce dernier doit se soucier en priorité de l’intérêt de son peuple."

      D’où l’importance de savoir ce que tu entends par peuple... mais tu y réponds après : "Le peuple français est défini par le droit du sol.". Donc pour toi, un Français est juste une personne née en France, soit juste une entrée dans un registre d’état civil, un numéro de sécu et... c’est tout. Ce n’est pas un reproche, attention... mais tu dis exactement la même chose que Mélenchon, Macron ("il n’y a pas de culture française"), Attali ou encore les communistes sur ce plan précis. Ta vision de la nation dont tu estimes pourtant que "seul l’intérêt doit compter et devant les intérêts individuels" repose uniquement sur une vision purement administrative : un texte (constitution), des lois, un principe (droit du sol) et fin de l’histoire.

      A mon sens, aucune nation au monde ne peut être pérenne avec une telle conception du peuple. Et comme disait en off notre ex-président, "cela finira en partition" ; je rajouterais juste : c’est même le but de certains...


    • vote
      Décoder l'éco azyx 12 avril 2020 22:18

      @Conférençovore
      Non, nous avons défini le droit du sol. Nous devons ensuite assumer la culture française et instruire les gens en fonction. Nos ancêtres les gaulois s’applique aussi à ceux dont les ancêtres ne sont pas de cette terre.


    • vote
      yoananda2 12 avril 2020 22:20

      @Conférençovore
      me trompe-je mais tu n’est pas toi même très porté sur la question raciale il me semble. Alors comment tu définis un "peuple" toi ? tu en es resté à l’assimilationisme républicain des années 70 ? en quoi est-ce différent du droit du sol au final (qui n’est qu’une formulation "administrative" de l’anti-racisme et son pendant assimilationiste).
      Il existe plein de définition, celle de Renan est pas mal, mais en plus simple, pour moi, je dirais : ceux pour qui tu es prêt à mourir. Et en ce qui me concerne, je ne suis prêt à mourir que pour ceux qui partagent mon sang. (condition nécessaire mais pas suffisante)


    • vote
      yoananda2 12 avril 2020 22:31

      @azyx

      Nos ancêtres les gaulois s’applique aussi à ceux dont les ancêtres ne sont pas de cette terre.

      1/ c’est parfaitement ridicule. Faut être très aliéné pour accepter ça, et je doute fort que les étranger qu’on accueille chez nous acceptent un mensonge aussi gros que si on leur demandait de re-croire au père noël à l’age adulte.

      2/ je doute fort, fort, fort, que ce fût le projet des dits gaulois quand ils allaient mourir sur le champ de bataille pour défendre les leurs que leurs descendants finissent métissés et une partie toujours grandissante de leur descendants direct remplacée. A l’époque on se battait pour ceux avec qui on avait des liens de sang (d’ou l’importance des mariages pour unifier des clans/tribus/royaumes), tout le monde était "raciste", c’était la norme.


    • vote
      Laconicus Laconicus 12 avril 2020 22:31

      @yoananda2
      "Et en ce qui me concerne, je ne suis prêt à mourir que pour ceux qui partagent mon sang."

      Ne pourriez-vous pas développer une profonde amitié avec une personne en dehors de tout lien sanguin ? Ou être amoureux d’une personne de race différente ? Ou défendre vigoureusement la vie d’une personne avec laquelle vous vous sentez en fraternité philosophique si elle se trouvait menacée par des personnes qui vous sont proches par le sang et l’ADN ?


    • vote
      Laconicus Laconicus 12 avril 2020 22:35

      @yoananda2

      Les Gaulois fragmentés en petites tribus ont été massacrés par l’armée romaine qui était à la fois plus unie et plus multiraciale. 


    • vote
      yoananda2 12 avril 2020 22:37

      @Laconicus
      question intéressante, nécessaire même.
      Non.
      Mais que je sache, je n’ai jamais interdit à personne de le faire. Par contre, ce qui me gène, c’est que moi on me l’interdit (plus ou moins directement, par différentes lois, pressions sociale, etc...)
      En fait, je vais te dire, si je me sens en "fraternité philosophique" avec des gens d’autres races ? et bien oui, la majorité de l’humanité en fait, puisque toute la planète pense comme moi (sauf l’occident ou je suis minoritaire). On conviendrait donc d’une commun accord qu’on devrait se battre à mort "nothing personnal", et que c’est très bien ainsi, dans le respect mutuel. On serait en fraternité philosophique, défendant chacun notre sang, et heureux de le faire.


    • vote
      yoananda2 12 avril 2020 22:40

      @Laconicus

      Les Gaulois fragmentés en petites tribus ont été massacrés par l’armée romaine qui était à la fois plus unie et plus multiraciale. 

      Oui, c’est très probablement un facteur qui a joué, un parmi d’autres.


    • vote
      Laconicus Laconicus 12 avril 2020 22:44

      @yoananda2

      A l’inverse de vous, je peux avoir une relation amicale avec un animal, un alien ou une fée, bien plus naturelle et spontanée qu’avec des cousins germains. 


    • vote
      yoananda2 12 avril 2020 22:48

      @Laconicus
      ta question était mal posée. Bien sûr que je peux avoir de relation amicale avec un animal, ou une planète. Tu me montreras comment tu peux avoir une relation amicale avec un requin ou un crocodile par exemple.
      bref, j’aurais pas du répondre.


    • vote
      yoananda2 12 avril 2020 23:01

      @Laconicus

      une fée

      quand c’est imaginaire, c’est plus facile. Les fées n’aiment pas les humains (sauf exception).

      qu’avec des cousins germains. 

      c’est parce que tu manques de compassion.


    • vote
      Laconicus Laconicus 12 avril 2020 23:22

      @yoananda2
      "ta question était mal posée."

      Non, je viens de la relire et elle est bien posée. 

      "bref, j’aurais pas du répondre."

      Diantre, et pourquoi donc ? Vous vous êtes fait une entorse d’un doigt de la main en frappant le clavier ? 

      "Bien sûr que je peux avoir de relation amicale avec un animal, ou une planète."

      Comme à peu près tout le monde. Mais vous avez déclaré qu’il vous semble naturel de risquer sa vie pour protéger ceux avec qui on a des liens de sang (exemple de la tribu à l’époque des gaulois), ce qui suppose que vous donnerez toujours préférence à votre famille au détriment des étrangers avec qui vous avez peu ou pas de liens de sang. Je vous ai indiqué qu’en ce qui me concerne, ce n’est pas systématiquement le lien du sang qui est prépondérant. Pour le dire autrement, mon "prochain de coeur" (que je sens faire partie de ma famille spirituelle) n’est pas forcément mon "prochain de chair" (celui dont le corps est génétiquement le plus proche du mien. Bien entendu, un instinct animal (que je ne trouve pas justifier de refouler) me pousse à défendre ma famille biologique "noyau" (enfants, frères et soeurs, parents) ; mais cela s’arrête là, et je pourrais préférer sauver un ami de race différente de la mienne plutôt qu’un cousin qui m’indiffère ou même que je considère comme un connard antipathique (par exemple si je ne pouvais en sauver qu’un seul sur les deux, d’une noyade certaine). 

      "Tu me montreras comment tu peux avoir une relation amicale avec un requin ou un crocodile par exemple."

      J’en serais bien incapable. Quelle étrange requête... Pourquoi me demander cela ?? Et pourquoi pas avec une étoile de mer ou une sauterelle ?   smiley (En revanche, avec un chien, un gorille ou un corbeau, ce serait possible et il existe de nombreux exemples de ce type de relation).


    • vote
      Laconicus Laconicus 12 avril 2020 23:26

      @yoananda2
      "Les fées n’aiment pas les humains (sauf exception)"

      Evidemment !   smiley


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 12 avril 2020 23:27

      @yoananda2 L’assimilationisme républicain des années 70 avait un sens... dans les années 70. Mais entre temps on a eu un demi-siècle d’immigration de masse et de peuplement, de regroupement familial et d’effet du droit du sol. Non, je n’ai pas d’intérêt spécifique pour la question raciale mais il est évident que agglomérer sans cesse des peuples aussi différents sur un même territoire pose le problème majeur de l’effritement du capital social. La Fr a évolué, pas comme c’était souhaitable, mais s’agissant du peuple, le plus gros problème à venir n’est pas son caractère multiracial.


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 13 avril 2020 00:27

      @Super Cochon "L’immigration , il y a ceux qui en parlent , et ceux qui là vivent au quotidien !"

      Ruuuuuuuuiiii. C’est bien.

      "Et la France n’a pas "évoluée" ........ elle régresse !"

      Une évolution, comme une progression n’est pas nécessairement positive. Qui t’as dit que j’estimais qu’il y avait eu progrès ?


    • 1 vote
      Décoder l'éco azyx 13 avril 2020 10:17

      @yoananda2
      Ceux qui n’acceptent pas ça ne peuvent pas être assimilés. Le principe d’une intégration réussie c’est de s’identifier au peuple de sa terre de vie. C’est le culte de l’individualisme et du "respect des cultures" qui empêche cette assimilation.
      Cette assimilation se fait par instruction à l’école. Cela permet d’assimiler les enfants. Encore une fois, on l’a laissé tombé avec la gauche.
      Ajoutons que c’est plus facile quand les gens partagent la même religion, mais ce n’est ni une condition nécessaire, ni suffisante.
      La norme "raciste" correspond, en effet à identifier comme égaux ceux qui nous ressemblent sur des critères physiques ou de sang. C’est plus facile, mais pas plus malin.
      Pour construire une nation, il faut partager des valeurs, la couleur de cheveux importe assez peu. C’est même plutôt contre-productif. le meilleur exemple d’absurdité est le programme bleu-marine : du néolibéralisme le plus crasseux côté économie, avec un verni de droit du sang histoire de faire croire que cela va régler le problème.
      En français ça donne : nous prônons l’esclavage moderne, mais juste entre nous donc ça passe.


    • vote
      yoananda2 13 avril 2020 12:54

      @azyx
      merci de répondre sans animosité (vu les sujets abordés, c’est rarement le cas)

      La norme "raciste" correspond, en effet à identifier comme égaux

      égaux en droit oui, on ne peut pas donner les même droits à toute la planète mais seulement aux habitants du pays, et en ce qui me concerne ce devrait être le lien du sang, à savoir, avoir une ascendance commune et rien d’autre.

      C’est même plutôt contre-productif. le meilleur exemple d’absurdité est le programme bleu-marine : du néolibéralisme le plus crasseux côté économie, avec un verni de droit du sang histoire de faire croire que cela va régler le problème.

      Oui.

      De toute manière, moi, je ne suis pas républicain, je ne partage pas les présupposés "de base". Et plus j’avance dans mes recherches moins je suis nationaliste (je suis déjà anti-étatiste à la base).

      Le fait est que les autres, je n’ai pas le contrôle sur leur vie, et je ne souhaite pas l’avoir. Ce qui me fait mal au cul, c’est simple, ce sont les lois qui m’empêchent de vivre ma vie comme je l’entends, alors que je ne fais de mal à personne.

      Un exemple ?

      Déjà, c’est très compliqué en France de parler de "race" sans risquer des ennuis judiciaires. Même sans appel à la violence. Suffit de dire par mégarde "les musulmans" ou lieu de "des musulmans" pour avoir de gros ennuis.

      Ensuite au travail, si j’ai moi envie de ne travailler qu’avec des blancs (je n’empêche pas Didier Raoult de travailler avec et pour des africain) je ne vois pas à qui je fais du mal ... qu’on ne me sorte pas l’histoire du "racisme systémique" et autres bullshit gauchiste de merde. Aux US, pays "libre", au moins autant que nous, en dehors de Hollywood et Newyork, les gens vivent en communauté raciale. En angleterre aussi majoritairement, et tout le monde trouve ça très bien. Tu noteras qu’en France des business purement asiatique ou arabe, ça existe sans problème, sans que ça choque personne. Des business "blanc" aussi pour une question de nombre, mais faut pas s’aviser de dire que c’est une préférence ! Et ça ça me gène beaucoup ces histoires de quota.

      Qu’il y ait des noir au gouvernement, je m’en fou, je ne suis pas républicain, je ne me sens même plus français (alors que je suis "de souche") mais gaulois, ce n’est plus mon pays (je l’ai cru parce que comme tu l’as si bien expliqué, on bourre le mou des gosses avec des contes à dormir debout, mais à un moment, le gosse il devient adulte et se réveille).


    • vote
      yoananda2 13 avril 2020 13:02

      @Conférençovore

      La Fr a évolué, pas comme c’était souhaitable, mais s’agissant du peuple, le plus gros problème à venir n’est pas son caractère multiracial.

      Je te fais grace de l’ethnostratification (en lien donc avec les inégalités) et de Robert Putnam (sur la baisse du capital social lié au multiracial).

      Qu’elle serait donc le plus gros problème "du peuple" ?


    • vote
      yoananda2 13 avril 2020 13:17

      @azyx
      Tu es dans une logique socialiste (même si tu t’en défends). Bien que je ne sois pas socialiste et bien que je n’aime pas les socialistes en général, je te le dis juste pour que prennes un peu conscience de tes biais, pas pour t’insulter. Le plus important quand on parle économie/politique, c’est d’avoir conscience de ses biais.

      Bulle entretenue artificiellement par la BCE depuis 2015 à grands coups de QE.

      Oui, pour ne pas que l’euro explose, et pour ne pas que les banques fassent faillite ... Donc si tu es prêt à assumer l’explosion de l’économie européenne, ok, sinon tu n’as pas bien compris les tenants et les aboutissants de cette "crise" (dérivée des subprimes US).

      Cette bulle est dangereuse.

      Tu m’étonnes ! Sauf que moi contrairement à toi (je pense) je l’ai dit AVANT qu’elle n’arrive que ce n’était pas la bonne solution et qu’on le payerait très cher. Je l’ai dit à partir de 2008 et tout du long. Mais maintenant c’est trop tard, les choix on été faits.

      SI elle se mettait à se retrouver dans l’économe réelle, elle ferait la plus grosse inflation jamais vue

      Oui, mais il y a peu de chances qu’elle le fasse. En fait, elle le fait déjà, mais ce n’est pas visible, à cause de la manière dont est calculé l’inflation. Mais ça, je pense que tu ne le sais pas.

      sauf, si on récupère ce fric pour rembourser la dette des États.

      Non. Aujourd’hui notre argent c’EST de la dette. C’est fini l’époque du standard or. On est post bretton woods. Si tu rembourses la dette, tu réduit la masse monétaire, et ton économie ne peut plus tourner (sauf si la vitesse de circulation monétaire notion que tu ignores aussi je parie compense, mais c’est impossible).

      C’est comme ça qu’on supprime l’argent en trop.

      Ho mais non. Si tu supprimes l’argent "en trop" mon pauvre, tu vas voir la gueule du salaire des fonctionnaires, tu vas voir la gueule des retraites des vieux (qui sont adossés pour partie sur des fonds de pension, et pour partie géré par l’état). Tu vas réduire l’activité économique avec laquelle on distribue les richesses réelles.

      Je crois que tu n’as pas bien compris comment fonctionne l’économie, quel rôle joue la création monétaire, et comment la richesse (par l’argent, pas la dette, la richesse réelle) se crée. Bon, moi non plus je n’ai pas tout pigé, mais il te manque des billes, et si on suivait tes recommandations, les gens seraient dans une misère noire. Je n’ai pas dit que la situation actuelle était bien, ni qu’il n’y avait pas de solution, je dis juste que tu te trompes sur les effets attendus de cette que tu proposes (en tout cas selon mon niveau de compréhension de l’économie)


    • vote
      maQiavel maQiavel 13 avril 2020 16:25

      @azyx

      Juste deux remarques :

      1) « Peut-être à la place de Républicain devrai-je dire constitutionnaliste ? »

      ------> Vous pouvez simplement dire « républicaniste ». Il existe en effet une conception particulière de la cité que l’on décrit comme le « républicanisme » et que l’on fait remonter à l’antiquité avec Aristote, Polybe, Cicéron et qui se poursuit à l’époque moderne avec Machiavel, Bodin, Rousseau pour ne citer que les plus connus. Il y’a eu des travaux très intéressants sur le républicanisme, notamment l’école de  Cambridge avec « Le moment machiavélien  » ou encore le dernier livre écrit par Jacques de Saint Victor et Thomas Brantome « Histoire de la république en France » qui inscrit le républicanisme dans le contexte français là où les anglosaxons avaient paradoxalement tendance à exclure la France de cette tradition républicaniste.

      Evidemment, cette tradition républicaniste n’est pas homogène, on peut différentier plusieurs idéaux types parfois très divergents mais on retrouve à chaque fois les mêmes prémisses et postulats de départ qui constituent le socle du républicanisme. Pour ma part, je me considère bien plus républicaniste que socialiste ou libéral (le républicanisme contient d’ailleurs les deux mais à des degrés divers et variables selon les tendances). Lorsque je lis votre premier post de ce fil et notamment vos références à un Etat fort et aux services publics, j’aurai tendance à vous qualifier de républicaniste à sensibilité jacobine.

      2) « Pour construire une nation, il faut partager des valeurs, la couleur de cheveux importe assez peu ».

      ------> Il existe en gros trois conceptions de la nation : la nation État, la nation-race ( ou la nation-ethnie si on a pas envie de faire polémique ), et la nation peuple.

      La première conception fait de l’État et de ceux qui l’incarnent les vecteurs principaux de la continuité nationale, elle est très présente en France pour des raisons historiques évidentes (concrètement la France a été construite par la royauté ). La seconde fait de la filiation biologique (et du donc du droit du sang) le socle de la continuité nationale qui établit une barrière simple entre le national et l’étranger, entre « eux » et « nous ». La troisième met l’esprit de la nation dans la mise en commun politique de ceux qui la composent.

      La première conception peut très bien cohabiter avec les deux autres. Par contre, entre la deuxième et la troisième, il existe une muraille infranchissable ( même si à la marge, certains originaux cherchent à les faire cohabiter) qui donne l’impression que la position adverse est complètement absurde. Rien que la notion de « peuple » est perçue très différemment dans ces conceptions : dans la troisième, le peuple est une construction sociale historique alors que pour la seconde, le peuple est un fait naturel observable directement ( du fait de caractéristiques phénotypiques) ou indirectement ( du fait de caractéristiques génétiques). Dans le troisième cas, l’appartenance à une identité collective découle d’une volonté collective, de l’adhésion collective à des valeurs communes comme vous dites alors que dans le second cas, cette appartenance ne se discute pas, elle est évidente et préexiste aux conceptions humaines.

      Donc, lorsque vous dites qu’il faut partager des valeurs et que la couleur de cheveux importe assez peu, moi je suis d’accord avec vous à titre personnel ceux qui s’inscrivent dans la perspective de la nation ethnie ne seront pas d’accord.

      Je précise que cette deuxième remarque n’est pas à amalgamer à la première.


    • vote
      Décoder l'éco azyx 13 avril 2020 21:19

      @yoananda2
      Merci, je pense avoir compris le principe de la création monétaire, et je suis tout à fait conscient qu’un remboursement de dette c’est une destruction de monnaie merci.
      Je nie l’utilité du marché financier et je pense que c’est une bulle qu’il faut dégrossir. Pour la dégrossir, il faut se servir de se pognon pour rembourser la dette et donc détruire ce pognon.
      Je suis persuadé que l’impact dans l’économie réel sera inexistant. La finance et l’économie réelle ne sont pas tant que ça imbriqués. D’ailleurs ce n’est pas pour rien que les actifs financiers ne rentrent pas dans le calcul de l’inflation.
      Si on suit mes recommandations, les gens ne seront pas dans une misère noire. Seuls les financiers perdront de leur puissance. et tant mieux.


    • vote
      Décoder l'éco azyx 13 avril 2020 21:22

      @maQiavel
      Merci infiniment pour ce commentaire ! J’ai appris grâce à vous !


    • vote
      yoananda2 13 avril 2020 21:31

      @azyx
      J’aimerais que vous précisiez.

      Je nie l’utilité du marché financier

      Je nie votre négation. Mais peu importe à la rigueur (vous ne voyez que l’aspect prédation, vous éliminez la fonction de gestion de la rareté, d’apport de liquidité, controversé il est vrai). Vous proposez de supprimer les marchés financiers, donc, quoi, vous voulez une économie planifiée ? si oui dites le clairement, sinon décrivez ce à quoi vous pensez, svp.

      La finance et l’économie réelle ne sont pas tant que ça imbriqués.

      C’est toute la question. D’après vous que financent les marchés ?

      D’ailleurs ce n’est pas pour rien que les actifs financiers ne rentrent pas dans le calcul de l’inflation.

      Ce n’est sûrement pas parce qu’ils ne participent pas à l’économie réelle ...

      Alors dites moi : dans la mesure ou l’épargne est la source d’une grande partie de l’argent qui part dans la finance, vous proposez en fait simplement une chypriotisation, on va piquer dans l’argent épargné des riches, c’est ça ? Jusqu’ou vous remettez en question la notion de propriété privée (vu que tout le capitalisme, la démocratie, et votre chère république reposent dessus).


    • vote
      yoananda2 13 avril 2020 21:36

      @azyx

      je pense avoir compris le principe de la création monétaire

      permet que je doute. En 3 lignes, tu saurais m’expliquer ce que tu as compris ? Au pire l’un de nous 2 apprendras sûrement quelque chose.


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 14 avril 2020 05:59

      @yoananda2 "Qu’elle serait donc le plus gros problème "du peuple" ?"

      C’est une question qui exige un développement très long. Disons que pour moi, les racialistes purs, en Fr, ont un défaut majeur : ils ne tiennent pas compte de l’évolution du peuple de Fr. Je ne dis pas que c’est bien ou mal mais une partie du peuple de Fr a admis le caractère désormais multiracial de celui-ci. Je ne vois pas comment on peut nier cette évidence. Ce que la majorité n’a pas admis c’est la dimension multiculturelle. Par exemple, il n’y a que des musulmans tenants de l’islam politique pour dire que "l’islam est une religion de Fr" (eux et un paquet de traîtres) mais pour l’écrasante majorité du peuple, c’est juste inadmissible.

      Je ne peux répondre en un mot magique à ta question mais il y a selon moi plusieurs gros problèmes (hyper-individualisme, consumérisme, acculturation, abrutissement, sous-fécondité, immigration de masse, etc) et parmi eux je n’identifie pas le racial comme central (du moins ça n’est qu’une conséquence d’un affaiblissement des élites fr) mais comprends qu’il puisse l’être pour d’autres.

      Les Fr ne sont plus maîtres de leur destin. Nos élites ont, depuis fort longtemps, un penchant naturel pour la traitrise et l’intelligence avec l’ennemi. Personne n’a de solution miracle pour changer cela. On doit en revanche établir un diagnostic honnête, sans idéologie (c’est tres difficile parce que nous partons tous avec des a priori) : celui d’un peuple qui se fractionne. Des lors il y a des solutions moins pires que d’autres qui se dessinent. Je note aussi que les Fr sont beaucoup trop dans l’analyse. Nous découpons les cheveux en quatre en permanence et cherchons une cause des causes unique rassurante : pour certains c’est constitution, d’autres l’immigration, d’autres le capitalisme ou encore le communisme. Tous pourtant détiennent une part de vérité mais excluent celle des autres. Du coup chacun s’accroche à son rocher casuistique comme une moule. Par exemple la crise que nous traversons : tout le monde est d’accord pour dire sue nous sommes gouvernés par des branques. Bon, OK, mais en 2022, vous allez, tu vas faire quoi ? Remettre une pièce dans le juke-box ou essayer autre chose ? Perso, c’est cela qui m’intéresse le plus. L’Histoire est dynamique. Les Fr en ont une vision figée et passive. Cela explique en grande partie notre déclin (vs. les sociétés d’Extrême-Orient et d’Asie du SE).


    • 1 vote
      Laconicus Laconicus 14 avril 2020 07:15

      @Conférençovore
      "Je ne dis pas que c’est bien ou mal mais une partie du peuple de Fr a admis le caractère désormais multiracial de celui-ci. Je ne vois pas comment on peut nier cette évidence. Ce que la majorité n’a pas admis c’est la dimension multiculturelle."

      Tout dépend de ce que l’on entend par "dimension multiculturelle". Les français aiment le jazz depuis longtemps. Ils font aussi un très bon accueil aux cultures d’Asie : méditation zen, manga, bouddhisme tibétain ou vietnamien, judo et karaté, cuisine thaï, etc.

      Ce que les Français supportent mal, c’est le tribalisme, qu’ils considèrent comme de la barbarie, que ce soit celui de certains musulmans ou celui des Roms. Ce n’est pas le couscous ou la musique tzigane qui leur pose problème, mais le fait de voir des femmes enfermées dans des sacs ou que des parents envoient leur enfants de 8 ans mendier dans les rues. Or, je pense précisément que nous ne devons pas considérer la barbarie comme une forme de "culture", sans quoi nous seront immédiatement piégés par la polysémie du terme "culture" (et on nous accusera d’être hostiles à la diversité culturelle sous prétexte que nous refusons, par exemple, l’excision). 

      Ensuite, concernant la dimension multiraciale, il faut bien comprendre que les Français acceptent volontiers une certaine proportion de diversité raciale au sein de leur population, mais pas forcément un abandon pur et simple de la prépondérance quantitative du morphotype européen (caucasien). 

      Je dirais donc que les Français acceptent une grande diversité culturelle (au sens artistique, littéraire, gastronomique, etc.) mais qu’ils n’acceptent d’abandonner ni leurs mœurs, ni leurs principes politiques, ni leur majorité raciale. 


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 14 avril 2020 09:34

      @Laconicus C’est bien ce que signifiait cette différence multiraciale vs. multicul que j’ai évoqué. Raison pour laquelle je pense que Yoananda et les racialistes en général se trompent complètement. D’ailleurs je pense que le problème vient de là chez les racialistes : ils partent d’une conclusion pour trouver une cause primitive. Chez notre camarade c’est le catholicisme (et un peu de judaïsme maranique), chez d’autres ce sont les côteries. On en sort jamais... La seule question est, je te la pose Gaspard, que proposes-tu pour en sortir ?


    • vote
      Décoder l'éco azyx 14 avril 2020 11:09

      @yoananda2
      Vous vous prenez pour qui exactement ?
      Allez regarder les vidéos de ma chaîne, vous y trouverez ce que vous cherchez.


    • vote
      Décoder l'éco azyx 14 avril 2020 11:20

      @yoananda2
      Les QE ne sont pas de l’épargne ! C’est de la création monétaire au service de la prédation ! L’argent qu’il faut détruire vient de ces QE qui ont créé la bulle.

      Non, je ne souhaite pas une économie complètement planifiée. Je souhaite uniquement sortir du "marché" tout ce qui relève des activités indispensables à la souveraineté nationale. Cela se définit politiquement. J’en ai une idée assez précise, mais c’est cela qui doit se discuter et faire l’objet d’un compromis acceptable.

      La gestion de la rareté, laissez-moi rire. Il ne s’agit pas d’une gestion efficace au fonctionnement des nations ou à la maximisation de l’utilité pour les citoyens. Il s’agit uniquement d’une gestion de maximisation du profit. Regardez la stupidité de la gestion privée du pétrole ou de l’eau. L’immense gaspillage juste pour faire du pas cher, aucun investissement avec une vision de long-terme.
      Regardez la gestion de la rareté du diamant. Les stocks immenses de cailloux bien planqués pour artificialiser la rareté.
      Bref, laisser la gestion de la création monétaire ou de la rareté à des individus plutôt qu’à des États, c’est donner le profit à un individu plutôt qu’à une nation. C’est idéologique, pas "mieux".

      Les marchés financent en plus grande partie leur propre bulle depuis 1999 et la fin de du Glass-Steagall Act. Cette bulle ne fait que de la prédation.Le seul but étant la maximisation du profit, il n’y a pas d’investissement dans le sens d’une amélioration. Uniquement de la prise de contrôle de l’existant. C’est ce que je dis dans ma vidéo.


    • vote
      yoananda2 14 avril 2020 12:53

      @azyx

      La gestion de la rareté, laissez-moi rire.

      il se trouve que je connais assez bien ce sujet, j’ai fait pas mal de recherches et j’ai écrit dessus, en particulier sur l’eau, et que je suis en engagé à titre local "contre" les marchés.

      Mais ce n’est pas pour autant que je nie leur rôle dans la gestion de la rareté.

      Je ne nie pas non plus, leur prédation. Simplement les choses sont un peu plus complexe que ce que vous disiez au départ. La preuve :

      Je souhaite uniquement sortir du "marché" tout ce qui relève des activités indispensables à la souveraineté nationale.

      Ha ben la, c’est autre chose que votre déclaration péremptoire sur les marchés, et la, ça se discute. Sauf que si vous suivez cette logique, à priori, vous allez finir par TOUT inclure, parce que tout est relié à la souveraineté nationale dans le monde actuel. Exemple : la bouffe, on voit bien aujourd’hui qu’il commence à y avoir des craintes sur l’approvisionnement en bouffe, et que c’est LE truc ou la souveraineté nationale rendrait plus serein. Ok, alors, on fait quoi ? on ne fais plus d’échange de bouffe à l’international ? on devient autarcique ? Mais après, il n’y a pas que la bouffe en soi, il y a les emballages, donc les usines de carton et de plastique, les camions pour les transporter donc les usines de construction de véhicule qui vont avec, et ... de fil en aiguille, on va devoir tout nationaliser et devenir la Corée du nord. Sachant qu’en plus on perds la division internationnale du travail, sans parler des ressources qui sont à l’extérieur du pays.

      Tiens, comment vous faites pour être souverain sur le nucléaire dans la mesure ou il n’y a plus d’uranium en France ? et comment vous faites pour être souverain sans la bombe ? (sachant que tous les pays "mineurs" sont colonisés économiquement de nos jours).

      Etc...

      Maintenant, j’ai une question simple sur la rareté. Parce que à vous entendre, seule la rareté artificielle existe.

      Vous avez sur terre une certaine production de cacao (je prends cet exemple, on aurait pu prendre le poisson ou ce que vous voulez). Bien sûr, on peut faire varier cette production, dans une certaine mesure (en plantant plus au détriment d’autre chose), mais supposons que la production est déjà maximale, et qu’on ne peut pas produire plus de chocolat, mais que la demande, vu que grâce à vos mesures socialistes, augmente jusqu’à ce qu’il n’y ai plus assez de cacao pour tout le monde. On produit 100, la demande est de 110, puis de 150, etc ... mais la production reste de 100. Comment, sans le marchés, vous allez gérer cette rareté au juste ?

      (et si vous voulez après ce cas très simple, on pourra s’amuser à regarder le cas de l’eau, en Australie par exemple, ou il y a de vrais pénuries, et chez nous aussi même si c’est plus "masqué").


    • vote
      yoananda2 14 avril 2020 13:02

      @Conférençovore

      Qu’elle serait donc le plus gros problème "du peuple" ?"

      C’est une question qui exige un développement très long. Disons que pour moi, les racialistes purs, en Fr, ont un défaut majeur : ils ne tiennent pas compte de l’évolution du peuple de Fr.

      Mais je suis totalement d’accord avec ça. Donc tu peux me faire la version courte smiley C’est quoi le plus gros problème du peuple ?

      Je t’avoue que ce n’est pas très clair dans la réponse qui suit. Ou alors j’ai lu trop vite. On dirait que tu dis qu’il y a PLEIN de problèmes, mais pas un principal.

      Maintenant je t’explique un truc. Le racial EST "central" parce qu’il y a des ramification dans tous les sens. Les inégalités SONT "centrales" parce que ça a des ramifications dans tous les sens. Le multicul EST "central" parce que ça ramifie dans tous les sens. Central ne veut pas dire "unique", et ne veut pas dire "le plus important". Ca veut juste dire que c’est un problème "majeur" et qui a des conséquences dans plein d’autres domaines.

      Ceci dit, tu as raison, les racialistes en font LE problème "principale" ou "racine", c’est à dire, le problème que si on le résolvait, tous les autres problèmes seraient résolus.

      D’abord, c’est faux, ensuite, ce n’est pas possible de le résoudre en France, parce que le "peuple" (bon, pour moi, n’importe comment qu’on le prenne en France il n’y a plus UN mais plusieurs peuples, racialement ou politiquement même si une majorité, c’est vrai, sont encore républicains, du moins en apparence) ne le veut pas, ne le peut pas.

      A toi maintenant.


    • vote
      yoananda2 14 avril 2020 13:04

      @Conférençovore

      Par exemple la crise que nous traversons : tout le monde est d’accord pour dire sue nous sommes gouvernés par des branques.

      ben non pas moi, mais c’est un détail.


    • vote
      yoananda2 14 avril 2020 16:32

      @azyx

      Vous vous prenez pour qui exactement ?

      Question légitime. Pour quelqu’un qui a étudié l’économie plus de 10 ans, lus quelques prix Nobel, et compris que les "petits jeunes" (no offense) qui arrivent avec LA solution, ben c’est plutôt à eux de montrer patte blanche que l’inverse.
      Je rappelles vos propos :

      Je nie l’utilité du marché financier

      L’économie c’est en grande partie la résolution de dilemmes. Il n’y a PAS de solution, juste des choix, en fonction de préférences.
      Donc oui, vu les déclarations que vous faites, je suis légitime à me demander si vous avez certaines bases.
      Rien de plus, rien de moins.

    • vote
      Laconicus Laconicus 14 avril 2020 16:39

      @Conférençovore

      "que proposes-tu pour en sortir"

      Ma réponse à cette question va bien sûr dépendre de mes énergies et comme je le sais, je me propose à moi-même de ne pas considérer mon approche comme la seule nécessaire. Cette précaution étant prise, je réponds qu’il faut se libérer de l’intoxication idéologique qui nous fait voir les choses à l’envers. Pas au point d’atteindre "une libération de la conscience des masses" (ce qui me semble une utopie et un moyen de se consoler avec des espoirs vains) mais simplement un changement des réflexes de pensée (les masses seront toujours conditionnées mais avec des idées moins absurdes et moins autodestructrices). De toute façon, c’est sur ce front que les forces adverses travaillent et c’est comme ça qu’elles ont pris le pouvoir dans la tête des gens au point de leur faire croire qu’ils désirent ce qui les anéantit.

      Concrètement cela signifie pour moi que tout passe par la réhabilitation de l’idée d’une souveraineté nationale fondée sur l’adhésion populaire, ce qui signifie que rien ne doit s’imposer à la France de l’extérieur, et que rien ne doit s’imposer en France à la population. Oui, je sais, ce n’est pas original. Et je ne dis pas que ça sera facile, c’est une remontée du courant idéologique.

      Je ne crois donc pas que tout passe prioritairement par la lutte contre le néolibéralisme, par la lutte contre l’empire de la marchandise, ou par la lutte contre la pollution, etc. Ces combats internationalistes ont certes aussi du sens. Mais sans souveraineté nationale fondée sur une adhésion populaire, RIEN ne sera jamais concrètement possible et tous les efforts seront dilués et récupérés par l’ennemi. C’est mon sentiment mais il ne faut pas trop perdre son temps à discuter pour savoir quelle est la meilleur stratégie : que chacun agisse conformément à ses impulsions profondes. Peut-être faut-il attaquer la bête de plusieurs côté à la fois. 

      Cependant, par rapport à la discussion avec Yoananda, je ne crois pas que l’identité raciale soit un axe de communication possible, tout simplement parce qu’il est immédiatement disqualifiant. Je reconnais le droit des personnes historiquement implantées sur un territoire de préférer vivre entourées de gens qui leur ressemblent mais il serait suicidaire de mettre cette revendication en avant dans un premier temps pour la simple raison que c’est le principal argument de dénigrement utilisé par l’ennemi au profit de sa propre campagne idéologique. Si on veut guérir un enfant malade, on ne s’approche pas de lui avec un masque de virus effrayant. 


    • vote
      yoananda2 14 avril 2020 16:52

      @Laconicus

      "que proposes-tu pour en sortir"

      Perso, je ne proposes rien. Je penses qu’il n’y a pas de solution, en tout cas, au problème "français". Par contre, localement, pour certains groupe, je pense qu’il peut y en avoir.

      Mais sans souveraineté nationale fondée sur une adhésion populaire

      Bon courage. Je penses que nous vivons une mutation historique et que ce n’est plus possible. Souveraineté, oui, sûrement, mais ça dépends de l’échelle chosie. Nationale ? non. Je parle de mutation militaire. Cf Bernard Wicht, cf Olivier Rey (et d’autres, mais pour l’instant ce sont ces 2 la principalement sur la notion d’état-nation).

      je ne crois pas que l’identité raciale soit un axe de communication possible

      Ha mais moi non plus ! J’en parle parce que j’en parle. C’est tout.

      Je reconnais le droit des personnes historiquement implantées sur un territoire de préférer vivre entourées de gens qui leur ressemblent

      Ca porte un nom : l’autochtononisme. C’est, je pense, la seule voie possible pour les gens comme moi. S’il y a une voie possible ... ce dont je ne suis pas sûr.

      il serait suicidaire de mettre cette revendication en avant dans un premier temps

      Et dans un second temps aussi.

      pour la simple raison que c’est le principal argument de dénigrement utilisé par l’ennemi au profit de sa propre campagne idéologique.

      C’est vrai, mais justement, pour ma part, j’estime qu’il faut cesser de soumettre à ces injonctions morales, et leur laisser le choix du terrain idéologique ou se déroule les batailles rhétoriques.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Décoder l’éco

Décoder l'éco
Voir ses articles


Publicité





Palmarès