• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Trump lance une guerre économique contre plusieurs pays

Trump lance une guerre économique contre plusieurs pays

Le protectionnisme est souhaitable. Seulement Trump lance une guerre économique cause notamment de sa finance et d'un de ses conseillers anti-chinois.

Tags : Economie Etats-Unis Entreprises Turquie Finance Union européenne Donald Trump Diplomatie




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • 2 votes
    cathy cathy 20 août 11:44

    Ce pasteur n’est qu’un arbre qui cache la forêt. La Turquie est un client-Etat des Etats-Unis, ce qu’on appelle aujourd’hui "allié". Les clients-Etats devaient une entière soumission à Rome contre un pays viable, administrations, savoirs, connaissances, constructions etc. Erdogan a oublié ce que veut dire, soumission, le coran a dû lui faire perdre la tête.


    • 1 vote
      mat-hac matthius 20 août 15:07

      @cathy
      Là on parle de l’union européenne aussi.


    • 1 vote
      cathy cathy 20 août 16:10

      @matthius
      Et oui, pour nous aussi, nous sommes un client Etat depuis la première guerre mondiale.


    • 7 votes
      BA 20 août 13:58

      Pierre Jovanovic explique ce qui s’est passé en Turquie, et c’est passionnant :


      1. Après 2 années de préparations minutieuses (prenez le pdf de la chronologie dans l’article suivant), le 15 juillet 2016, la CIA lance son opération "Coup d’Etat" pour sortir Erdogan du pouvoir et le remplacer par un opposant venant du "mystique" Mohamed Fetullah Gullen. Celui-ci est à la tête du mouvement progressiste Hizmet (traduction : "Service", leur site en français est ici). On pourrait un peu comparer les Gullistes à la franc-maçonnerie française du Grand Orient. Forte de 2 à 3 millions de personnes, majoritairement fonctionnaires d’Etat, policiers, militaires, enseignants, etc., la CIA a donc estimé que le peuple se rallierait massivement à Gullen et qu’Erdogan serait renversé en deux ou trois mouvements.

      1. Pour 1 U$ dollar, vous aviez 2,5 Livres turques (LT)

      1. Le peuple turc n’a pas suivi les militaires gullistes ni leurs chars, et la tentative de Coup d’Etat qui a duré 2 jours a fait long feu, explosant à la figure des Américains comme des Européens qui s’étaient bien gardés de hurler au scandale pendant ces 2 jours de flottement. Un vrai boomerang qui leur est revenu au visage, rempli d’explosifs de toutes sortes, dont diplomatiques. Bruxelles n’a même pas osé sortir un communiqué, c’est vous dire à quel point l’Union Européenne dépend des Américains.

      1. L’enquête des services turcs a établi que la CIA était bien à l’origine du Coup d’Etat avec la participation de tous les supporters de Fetullah Gulen qui, lui, suivait l’affaire de son exil lointain sur le sol américain. Erdogan a même officiellement accusé le général américain Joseph Votel, commandant des forces américaines, d’être avec les traîtres et de les avoir aidés avec tous les moyens de la CIA et de la NSA.

      1. En décembre 2016 (donc 5 mois après), Erdogan arrête le pasteur américain Andrew Brunson et sa femme, installés à Izmir, et le jette dans une prison de 10 m2 avec 8 autres prisonniers. Midnight Express. Erdogan l’accuse d’être non seulement l’agent de liaison de la CIA avec les Kurdes du PKK sous couvert d’activités évangéliques, mais également la courroie de transmission principale entre la CIA et tous les fonctionnaires qui ont pris part au Coup d’Etat. Depuis 20 ans, Andrew Brunson s’était en effet installé à Izmir pour évangéliser les païens (LoL).

      1. Pendant deux ans, Erdogan a ensuite conduit une vraie purge à la Midnight Express. Les prisons étaient pleines et les officiers et sous-officiers qui s’étaient révoltés ont vécu de sales moments. Certains ont été accrochés à un ventilateur pendant des heures. D’autres se sont réfugiés.... en Grèce, l’ennemi héréditaire !!! Environ 400.000 fonctionnaires ont été limogés, du simple instituteur jusqu’au général de corps d’armée, en passant par des professeurs d’université et bien sûr les journalistes d’opposition. Tout le pays a été purgé des "gullistes".

      1. Les relations diplomatiques ET économiques entre les Etats-Unis et la Turquie se sont évidemment sérieusement refroidies. Problème : l’armée américaine a une immense base aérienne à Incyrlik, remplie de forces spéciales, espions, pilotes, balistique atomique, interprètes satellites, etc.



      1. Pour 1 U$D, vous avez 3,5 Livres turques.

      1. Erdogan demande l’extradition de Fetullah Gullen car il est le symbole du coup d’Etat. Washington refuse.

      1. Parallèlement, les relations diplomatiques ET économiques entre la Russie, l’Iran et la Turquie ont subi un brutal réchauffement : les ennemis de mes voisins sont doublement mes ennemis. Oublié le pilote russe abattu.

      1. En 2017, Erdogan demande à Donald Trump d’échanger Fetullah Gulen contre l’espion de la CIA Andrew Brunson. Trump refuse.

      1. Humiliée par ce ratage phénomènal, la CIA a alors mis en branle son département de guerre économique avec une méthode déjà testée au Vénézuéla, sur la Russie, et en cours en ce moment en Iran : détruire la monnaie, la livre turque, afin de déclencher des révoltes dans la population. But ultime : que le peuple finisse par haïr Erdogan à cause d’une crise économique et pour une monnaie qui ne vaut plus rien.

      1. Persuadé que le gouverneur de la Banque Centrale turque (un ex de la banque américaine Meryll Lynch en poste à Londres dans la City) est à la solde de Washington, Erdogan le limoge en juillet 2018 et le remplace par le mari de sa fille. Un peu comme Macron nomme son petit Benalla Lieutenant-Colonel de gendarmerie.

      1. La CIA met la totalité de ses forces d’influence financières et médiatiques contre la monnaie turque qui s’effondre, au point de raser une grande partie des excédents monétaires (et bancaires) du pays en monnaies étrangères, principalement dollar.

      1. Washington impose des sanctions économiques contre Abdulhamit Gul, ministre de la Justice, et Soliman Soylu ministre de l’Intérieur !!!

      1. Ankara décide alors de prendre possession des Trump Towers de 40 étages à Istanbul : "President, Recep Tayyip Erdogan, to "seize Trump Towers Istanbul" as relations between the two nations continue to spiral downwards".

      1. Le 9 août 2018, des avocats d’Istambul, proches d’Erdogan, demandent à Washington de leur livrer 8 autres agents de la CIA qui se trouvent dans la base américaine d’Incyrlik OTAN. Malaise du commandant de la base aérienne qui stocke plusieurs bombes atomiques : "The 60-page criminal complaint specifically names Col. John C. Walker, Col. Michael H. Manion, Col. David Eaglen, Col. David Trucksa, Lt. Col. Timothy J. Cook, Lt. Col. Mack R. Coker, Sgt. Thomas S. Cooper, Sgt. Vegas M. Clark and others deployed to Incirlik Base, asking for their detention. However, those "individuals mentioned are not currently stationed at Incirlik’’".

      1. Pour 1 U$D, vous avez 7,2 Livres Turques !!! La livre turque se transforme en barrage gigantesque sur le point de céder et d’inonder toute l’Europe avec une nouvelle méga crise bancaire. Les banques allemandes, italiennes, espagnoles et françaises sont en première ligne.

      1. Le Qatar et l’Allemagne viennent au secours d’Erdogan. L’un avec 15 milliards de dollars, l’autre avec un renforcement des liens diplomatiques.

      1. Les traders américains ont reçu le feu vert pour attaquer la livre turque pendant la semaine. De son côté, Trump a déclaré que les sanctions économiques contre Ankara vont continuer, même si Andrew Brunson est libéré...

      1. Ce dimanche 19 août, Standard and Poors et Moodys, les deux agences de notation co-responsables de la crise mondiale et des escroqueries des banques, ont placé les Bons du Trésor turcs au même niveau que le papier toilette (ne faites pas de mauvais esprit, moi même je n’ai pas fait exprès, LoL) c’est à dire Ba3. Avec une prévision d’un rétrécissement de l’économie turque de 0,5% et une inflation de 22% en 2019. Message secret : il faut jouer à fond sur les différences de taux : - ) et les étrangler.


      http://www.jovanovic.com/blog.htm


      • 2 votes
        maQiavel maQiavel 20 août 18:56

        L’hypothèse selon laquelle des services américains étaient derrière la tentative de coup d’Etat en Turquie était celle qui m’était immédiatement apparue la plus probable. Depuis un faisceau d’éléments semblent renforcer cette hypothèse. L’éventualité selon laquelle les services russes ont participés au sauvetage d’Erdogan ne vient plus simplement de sites connus pour leur paranoïas du grand complot universel mais également de personnalités établies et respectables selon les canons des plateaux télés et qui ont un niveau d’obtention information plus élevé que la moyenne. Ça n’en fait pas une vérité absolue et incontestable mais un scénario à prendre en compte.

        Malgré tout, il y’a quelques incohérences qui fragilisent cette hypothèse. Erdogan a continué malgré toutes ses déclarations hostiles vis-à-vis des Etats unis à réclamer l’aide et le soutien de l’Otan dans son opération en Turquie et il est toujours aussi déterminé à renverser Assad. Et la Turquie ne montre aucun signe d’émancipation vis-à-vis de l’Otan (l’achat des S 400 est tout au plus un signe de méfiance). Certes, on peut targuer qu’Erdogan agit ainsi car la Turquie n’est pas prête à quitter brutalement le bloc américano -occidental pour des raisons économiques ( la Turquie est fortement dépendante économico-financièrement des pays occidentaux et des sanctions seraient catastrophiques) et sécuritaires ( en considérant qu’il n’est pas prudent de foutre les otaniens dehors alors qu’ils tiennent des pans sécuritaires du pays ). Mais alors pourquoi cette hostilité verbale ? Ce n’est pas prudent non plus. D’un coté de la surenchère verbale et de l’autre rien de concret dans les actes. Ce n’est pas là l’attitude d’un chef d’Etat vis-à-vis des gens qui ont voulu le renverser. C’est comme si, au lieu de chercher à réellement s’émanciper du BAO, les dirigeants turcs essaient de jouer sur tous les tableaux pour obtenir le plus d’avantages possibles des camps occidentaux et Russo-iraniens. Et que le parrain américain en a marre de voir son vassal lui mordiller les chevilles et lui livre une guerre économique pour le recadrer.

        Bref , l’hypothèse de l’implication des services américains décrite ici par Jovanovic reste selon moi la plus probable mais je ne rejette pas non plus une autre possibilité : Erdogan et ses collaborateurs ont laissé faire la tentative de coup d’Etat pour d’une part purger leur opposition interne et d’autre part se dégager une marge de manœuvre vis-à-vis de leurs alliés de l’Otan afin de pouvoir jouer sur tous les tableaux dans l’optique de leur visée politique néo -ottomane ( qui s’avère être un échec ). 


      • vote
        erQar erQar 21 août 15:21

        @maQiavel
        -

        maQ pour info avant le coup d’état, il y avait l’affaire ergenekon et bayloz

        https://www.google.fr/search?q=ergenekon&btnG=Rechercher&hl=fr-TR&gbv=1

        https://www.google.fr/search?q=bayloz+affaire&btnG=Rechercher&hl=fr-TR&gbv=1

        -

        Conclusion,, il est possible que les dirigeants turcs étaient dans l’incapacité de refoulé les entités en place.......le réseau trop puissant et intégré pour le faire vaciller... Pour info, il y en a encore, mais il se font discret.......... 


      • vote
        maQiavel maQiavel 21 août 17:38

        Salut erQar. 

        J’ai parcouru tes liens et j’avais lu des nouvelles sur ces affaires à l’époque. 

        Sinon , je ne parle pas de s’émanciper du BAO il y’a quelques années mais au moins depuis l’affaire du coup d’Etat. Je ne vois chez les dirigeants turcs aucun acte montrant qu’ils ont réellement la volonté de sortir de l’OTAN par exemple. Il n’y a que de la surenchère verbale. 

        Un gouvernement souhaitant réellement s’émanciper de structures qui le menacent joue l’apaisement dans les discours pour ne pas éveiller les soupçons mais pose des actes concrets. Là Erdogan fait exactement le contraire , ça m’interroge sur sa volonté d’émancipation et me fait penser qu’il essaie de jouer sur tous les tableaux , depuis les trois dernières années , on voit bien que la politique turque oscille comme jamais , on a la nette impression qu’il souhaite rester dans le camp occidentaliste mais à condition d’obtenir certains avantages , d’ou les discours enflammés contre les Etats unis mais qui ne se manifestent par aucun acte  ... 


      • 1 vote
        erQar erQar 21 août 17:41
        Ce message est pour les sakozistes

        -
        Que fait ce trou du cul en Turquie ??????????

      • 3 votes
        maQiavel maQiavel 21 août 18:20

        @erQar
        Si ça ne tenait qu’à moi il serait entrain de croupir en prison ( libyenne de préférence ) mais bon , puisque ça ne tient pas qu’à moi ... 


      • vote
        erQar erQar 21 août 18:48

        @maQiavel
        -

        Effectivement le systeme dollar tiens la turquie par les couilles, et il n’y a pour l’instant aucune marge de manoeuvre...

        Je crois qu’il y a un plan C, c’est à dire que les dirigeants turcs attendent le "SUDDEN STOP" (crise du crédit inter bancaire).......A ce moment, le pouvoir en place jettera les propriétaires (raison invoqué : faillite de la banque centrale) et un autre systeme autre que le SWIFT pourra être mis en place........après je te laisse la suite du scenario........surement énorme tanguage en perspective........ smiley

        -

        Pour l’instant le Qatar est en première ligne (plan B) et je dois t’avouer que le Qatar m’épate........


      • vote
        maQiavel maQiavel 21 août 21:28

        @erQar

        Bah c’était le moins que le Qatar puisse faire, la Turquie l’avait soutenu lorsqu’il a été mit sous embargo par les autres pétromonarchies du golfe. Sans parler du fait qu’il y’a eu des rumeurs de tentative coup d’Etat contre l’émir du Qatar qui aurait été fomentée par les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite et qui aurait été mise en échec par la Turquie qui dispose d’une base militaire sur place de 5000 hommes. Cela a été démenti par le Qatar mais je constate que parmi les revendications de l’AS vis-à-vis du Qatar, il y’avait la fermeture de cette base.


      • vote
        erQar erQar 21 août 22:18

        @maQiavel

        -

        en pleine crise de la monnaie turc, erdohan avait dit que "si vous avez des dollars, nous.........nous avons allah"

        -

        j’ai l’impression que cette phrase résume beaucoup de chose.........

        -

        A propos, si tu pouvais comprendre la télé turc.........tu serais sidéré par le complotisme ambiant smiley

        les images parle d’eux même :

        https://www.youtube.com/watch?v=MiXiB60cNyU


      • vote
        maQiavel maQiavel 21 août 22:30

        @erQar
        Ha ha ha , il faudrait traduire cette émission ... smiley 

        Je connais pas mal de turcs et j’ai remarqué qu’ils avaient tous un certain tropisme pour le complotisme. smiley


      • 1 vote
        erQar erQar 21 août 22:41

        @maQiavel
        -

        je suis complotiste mais parfois ça va trop loin.......mais je pense quand même qu’il vaut mieux trop que pas du tout smiley

        Quoiqu’il en soit les anti complotistes vont avoir des crises cardiaques si ils regardent la télé turc smiley


      • vote
        maQiavel maQiavel 21 août 23:17

        @erQar
        Si même toi tu dis qu’ils vont trop loin ... smiley


      • 2 votes
        Croa Croa 20 août 19:42
        Les États Unis ont un réel problème de sous-industrialisation. La nouvelle politique plus protectionniste qu’ils veulent mettre en œuvre est tout à fait légitime. Par contre la forme (la manière Trump si vous voulez) est plus contestable même si les américains peuvent se permettre ces manières peu diplomates vu qu’ils dominent encore le monde économique.
        En France nous avons le même problème. Mais pour nous le protectionnisme effectivement agressif de Trump ne doit pas être le notre ! Il faut lui préférer un protectionnisme solidaire plus ou moins négocié et planifié toutes nations ensembles afin de relocaliser fortement les économies de ce monde. C’est la solution incontournable si nous voulons revenir à un partage plus équitable des richesses mondiales, ce qui profitera à tout le monde. Les américains, de leur coté, pensent seulement à eux. Ces cons vont se mettre tout le monde à dos même s’ils ont un peu raison 

        • 3 votes
          DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 20 août 21:42
          Ce monde est érigé sur le principe de la réciprocité. La méchanceté des États-Unis de Donald Trump ne restera sans réciprocité :
           
          Les entreprises du monde entier vont s’éloigner des USA.
          Les entreprises éviteront de laisser entrer des investisseurs américains dans leur capital. IL n’y a pas longtemps, TOTAL dont le capital est détenu à 30% par des américains, a perdu des marchés en Iran ...
           
          Les entreprises soucieuses de leur indépendance éviteront d’utiliser des outils américains (phone et informatique) afin de se protéger contre les procès que les USA font à toutes les grosses boites du monde qui leur font de la concurrence ...
           
          Même les expatriés américains sont en train de se débarrasser de leur passeport américain car les USA leur réclament des impôts nouveaux.

          • 1 vote
            attilax attilax 21 août 23:32

            @DJL 93VIDEO

            "Ce monde est érigé sur le principe de la réciprocité."

            Hélas non. Ce monde est basé sur la loi du plus fort.


          • 1 vote
            Heimskringla Heimskringla 21 août 11:36

            Avant j’étais assez anti Américain mais plus maintenant au contraire, je pense qu’ils ont tout compris et que les retardés mentaux en fait c’est nous. 


            • vote
              egos 22 août 02:02

              R Erdogan teste à ses dépends les limites d’une politique de non alignement, 

              comme nombre de ses prédécesseurs, aveuglé par sa mégalomanie et les Mlds de $ accumulés par son entourage au moyen d’une corruption considérable appuyée sur des pratiques népotiques et clientélistes.
              Trop c’est trop surtout lorsque l’on tient, comme la Turquie un rôle militaire et diplomatique pivot dans la région,
              vouloir s’établir en puissance régionale autonome, tt comme l’Iran, l’Irak, la Libye il y a encore peu, dans un monde encore unipolaire, peut être bipolaire ds qqs années, révèle les sérieux troubles psychiques dont souffre le dirigeant turc.
              Dans les colonnes de la presse occidentale, et ce depuis plusieurs mois voire années, l’image de R Erdogan voisine celles de feu Hussein, Khadafi et ne pèse guère plus que El Assad ou Rohani.
              L’Empire radicalise ses méthodes et interventions, sans trop se soucier de l’impact médiatique des ses ingérences, à la manière des dictatures privilégiant la force brute qui sévirent en Europe, Amérique Latine, URSS etc.
              Une fois l’étape franchie et l’écueil surmonté, on en revient à des pratiques de démocratie formelles plus acceptables au plan international et au business ;
              Question de priorités.
              La Turquie doit se préparer à changer de tête et s’en trouver une nouvelle,
              cela s’avèrera plus difficile pour le président despote turc (éventuellement son entourage proche), 
              lui n’en possède qu’une malgré ses pouvoirs étendus.

              • 1 vote
                aldous aldous 22 août 03:58

                Trump : les États-Unis ne feront jamais défaut parce que vous imprimez l’argent


                • vote
                  Croa Croa 22 août 11:14

                  À aldous,

                  Oui c’est vrai pour le moment mais ton « jamais » est de trop. Si les américains peuvent se permettre d’émettre tous les $ qu’ils veulent c’est parce qu’ils ont réussi à imposer cette monnaie comme incontournable pour toute transaction internationale. Or certaines transactions commencent à se faire avec d’autres devises... Suite à quoi le $, émis en de bien trop grandes quantités par rapport aux richesses américaines, pourrait très bien s’écrouler un jour.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès