• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’inflation peut-elle décarboner la planète ?

L’inflation peut-elle décarboner la planète ?

Au milieu d'un été catastrophique, l'inflation des prix de l'énergie peut-elle faciliter la transition énergétique ?

 

Tags : Ecologie Energie Prospective et futur Précarité Crise financière Inflation




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • vote
    wendigo wendigo 26 juillet 11:21

     Je sais que ce n’est pas le sujet mais ces temps de canicule (qui rit quand on ..) m’amène une question quand à la fiscalité .
    " pourquoi ne surtaxe t’on pas les femmes fontaines par temps de sécheresse" ?


    • 3 votes
      Norman Bates Norman Bates 26 juillet 11:48

      @wendigo

      Non ! je suis contre la surtaxe sur les femmes fontaines...j’en ai une au Bates motel, elle est ukrainienne...mais majeure, hein, je n’ai pas la même éthique qu’Hunter, le fiston de papa président, de papa sénile, de papa baveur...
      Je l’utilise pour passer la serpillère, arroser les (rares) plantations autour du motel, laver ma bagnole...l’autre jour elle m’a niqué un rétroviseur avec la puissance du jet, j’avais sans doute trop titillé le clito...
      Ah oui ça marche bien et c’est facile d’utilisation, plus simple que d’ouvrir un robinet et pour le refermer il suffit de lui glisser une photo de Poutine sous les yeux...
      Actuellement elle se laisse pousser une généreuse touffe pubienne pour activer la fonction brosse...avec un bidon de produit nettoyant je t’ouvre une station de lavage mieux que le nénéphant bleu...d’ailleurs quand tu observes son ustensile il y a comme un air de famille avec une trompe...
      Bref, non à la surtaxe ! je propose même un subventionnement spécifique à la femelle fontaine ukrainienne pour participer à l’effort de guerre du valeureux Zelensky, ce dernier n’étant pas le...dernier à se faire arroser.. ! smiley


    • vote
      wendigo wendigo 26 juillet 20:10

      @Norman Bates

       Bien vu, vous avez enfin trouvé un interet utile à cette gente.


    • 3 votes
      Croa Croa 26 juillet 17:46

      La transition énergétique est une arnaque. Le dérèglement climatique est réel mais ses véritables causes sont éludées et remplacées par un prétendu forçage radiatif et un coupable, le gaz carbonique (CO2). Il n’y a pas, en réalité, de liaison de cause à effet entre températures et combustions à partir d’énergies fossiles. La montée des températures et du taux de CO2 nous avertissent que la végétation et les sols sont malades, c’est tout, quoique déjà suffisamment gravesmiley 


      • 1 vote
        Croa Croa 29 juillet 18:38

        Croa (suite)
        D’ailleurs je viens maintenant de publier ça où il est question de nouvelles connaissances à propos du climat.


      • vote
        V_Parlier V_Parlier 26 juillet 19:04

        Ce titre me fait penser à d’autres questions du même genre : "Une guerre qui fait de nombreux morts peut-elle aider à décarbonner la planète ?", ou "une famine qui fait de nombreux morts peut-elle aider à décarbonner la planète ?" ou encore : "la stérilisation de gueux peut-elle aider à décarbonner la planète ?". On n’en est pas loin. Bon, de toutes façons le système se casse la gueule mais les "élites" tentent à la fois de trouver des prétextes et des motifs de consolation.


        • 2 votes
          paulau 27 juillet 17:48

          Électricité. La folie

          Electricité : pour la seule journée du jeudi 21 juillet 2022, la France a importé 7000 mégawatts. La France a payé cette facture 397 euros le mégawattheure ! ! ! Or les règles de l’Union Européenne obligent l’entreprise EDF à vendre à ses concurrents 42 euros le mégawattheure ! ! !

          Autrement dit : à cause de l’Union Européenne, la France vend son électricité à ses concurrents 42 euros le MWh, mais elle achète son électricité 397 euros le MWh !

          source : https://economiematin.fr/news-importation-electricite-ruine-france-cout-etat-butre ?


          • 1 vote
            BA 28 juillet 12:41

            A propos du pic pétrolier, nous allons maintenant subir la Grande Décroissance.


            Malheureusement, nous ne sommes pas préparés à subir cette Grande Décroissance.


            Et donc ça va faire très mal.


            Dernier exemple en date : l’Arabie Saoudite possède les plus grandes réserves de pétrole du monde. Elle avait dit qu’elle atteindrait son pic pétrolier en 2054. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, l’Arabie Saoudite vient d’annoncer qu’elle atteindrait son pic pétrolier en 2027 !


            Nous entrons dans une nouvelle période historique : la Grande Décroissance.


            Pétrole : l’Arabie saoudite annonce le pic de sa production dès 2027.


            Le prince Mohammed ben Salmane a annoncé, le 16 juillet, que la production d’or noir du pays devrait plafonner dans cinq ans, à un niveau plus faible que celui attendu.


            L’information a été moins commentée que le « check » échangé entre Joe Biden et Mohammed ben Salmane. Elle est cependant plus importante pour l’avenir énergétique de l’humanité. Lors de sa rencontre avec le président étasunien, le 16 juillet, le prince héritier d’Arabie saoudite a annoncé que la production de pétrole du pays devrait atteindre son pic — c’est-à-dire plafonner, avant de décroître progressivement — à 13 millions de barils par jour. Une fois ce niveau atteint, le royaume « n’aura pas la capacité d’augmenter davantage sa production », a précisé le prince dans un discours.


            Le seuil annoncé devrait être atteint en 2027, selon une récente déclaration du ministre de l’Énergie. Il est inférieur à celui que l’Arabie saoudite pensait jusqu’alors pouvoir atteindre. En 2004, la compagnie pétrolière nationale Saudi Aramco avait promis à un centre de réflexion et de conseil étasunien, le Centre pour les études stratégiques et internationales (Center for Strategic and International Studies), qu’elle serait capable de produire 10 à 15 millions de barils par jour « au moins jusqu’en 2054 ».


            La déclaration surprise de Mohammed ben Salmane pose question, dans un contexte où la demande en pétrole ne cesse d’augmenter. Quelque 100 millions de barils sont engloutis quotidiennement à travers le monde. Du secteur industriel à la chimie, en passant par le transport, nos sociétés restent extrêmement dépendantes du pétrole, véritable « sang » de l’économie mondiale. Sans efforts de décarbonation rapides et soutenus, la demande devrait atteindre 104 millions de barils en 2026, selon les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).


            L’Arabie saoudite joue un rôle clé dans l’approvisionnement du monde en or noir. Le pays est le deuxième producteur de pétrole au monde, derrière les États-Unis. En 2021, sa production atteignait 10,7 millions de barils par jour (Mb/j). Il possède également les plus vastes réserves de pétrole conventionnel de la planète.


            Dans une chronique pour Bloomberg, le journaliste et spécialiste de l’énergie Javier Blas émet deux hypothèses quant aux raisons qui ont pu pousser le royaume à revoir ses ambitions à la baisse. Le pays pourrait anticiper un déclin de la demande en raison de la lutte contre le changement climatique, et donc rechigner à investir des milliards dans le développement de sa production. Mais cette explication semble peu probable, le prince ayant présenté ce seuil comme « irrévocable ». « Si l’argent n’est pas l’obstacle, alors ce doit être la géologie », pense le journaliste.


            Le royaume peine à découvrir des champs de pétrole suffisamment abondants pour compenser le déclin de ses gisements vieillissants. L’annonce faite par le prince Mohammed ben Salmane pourrait traduire son inquiétude quant à sa capacité à augmenter de manière rentable la production. « Si c’est la géologie, et non une forme de pessimisme quant à l’avenir de la demande en pétrole qui fait obstacle à l’augmentation de la production saoudienne, le monde pourrait être confronté à une situation difficile si la consommation est plus forte que prévu », prévient le journaliste.


            Sans augmentation de la production saoudienne, « on peut douter que l’offre pétrolière mondiale parvienne à suivre la demande, toujours croissante, dans les années à venir, a commenté sur Twitter le spécialiste de l’énergie Maxence Cordiez, responsable des affaires publiques européennes au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). On peut se demander si l’Arabie saoudite parviendra même à atteindre 13 Mb/j en 2027 et à maintenir cette production. »


            Le paysage mondial n’est guère plus rassurant. La moitié de la production de pétrole existante provient de champs « matures », et donc voués à décliner au cours des prochaines années. Un grand nombre de pays pétroliers — comme l’Algérie, le Nigeria ou l’Angola — voient déjà leur production diminuer depuis plusieurs années, tandis que d’autres — comme la Russie — devraient entrer en déclin au cours de la décennie 2020. Les projections actuellement les plus optimistes, par exemple celle de la société d’intelligence économique Rystad Energy, identifient un pic inévitable de la production de pétrole, faute de réserves suffisantes, au plus tard au cours de la décennie 2030.


            Pour Javier Blas comme pour Maxence Cordiez, l’annonce de Mohammed ben Salmane offre une raison supplémentaire de décarboner notre économie. « Les perspectives d’offre étant déclinantes, soit nous adaptons notre demande de façon de façon volontaire et planifiée, soit elle devra s’adapter de façon forcée par le prix », juge l’ingénieur français. Cette dernière option, explique-t-il, promet d’être « douloureuse économiquement, en particulier pour les plus modestes ».


            https://reporterre.net/Petrole-l-Arabie-saoudite-annonce-le-pic-de-sa-production-des-2027 ?


            • vote
              juanyves juanyves 29 juillet 14:10

              @BA
              Si l’AS l’annonce pour 2027, c’est que très probablement elle l’a déjà passé et sans entrer dans ce débat l’extraction aujourd’hui commence à lui coûter plus cher.


            • vote
              juanyves juanyves 29 juillet 14:00

              Inflation juillet 2022 en Europe : 8,9%

              Details alimentaires, énergies, autres, par pays :
              https://zupimages.net/up/22/30/l3lp.jpg

              https://zupimages.net/up/22/30/z0hy.jpg

              https://zupimages.net/up/22/30/kv2z.jpg



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès