• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Les gros producteurs agricoles polluent

Les gros producteurs agricoles polluent

Les légumes (les patates surtout) produits en grosses quantités, tout comme les céréales, sont généralement nourris avec des nitrates qui finissent dans les rivières puis dans la mer, parce qu'ils en mettent trop et parce que le sol est retourné avec des herses rotatives qui détruisent le mycélium et la biodiversité du sol, sans mycélium ni suffisament de racines pour la retenir la terre part à chaque averse et avec elle les nitrates, les pesticides et les fongicides.

 

 

Pour une ferme de 200 hectares sur dix ans :

1260 tonnes de carbone en moyenne stockées dans les sols en agroécologie.

160 tonnes seulement en agriculture conventionnelle.

"Quand le sol mange du carbone il chie de l'azote."

Tags : Environnement Agriculture Climat




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • 1 vote
    juluch juluch 15 août 22:33

    C’est assez vrais......et il est bien tard pour renverser la vapeur.


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 16 août 04:41

      Pour tous ceux qui ont une maison et un jardin (même modeste), il faut savoir que la pomme de terre est relativement facile à cultiver. Dans la famille, on fait 150-200 kg par an en moyenne, de quoi tenir quasiment toute l’année (il y a juste un creu entre avril/mai et l’arrivée des nouvelles). Evidemment il y a des années moins bonnes voire pourries mais la philosophie est simple et s’applique à toutes les autres cultures : les années où il y en a moins, bah on en achète pas pour "compenser", on mange juste autre chose. L’idée est surtout de varier les cultures sachant que certaines fontionnent mieux que d’autres. Par exemple la tomate, cette année, c’est pas terrible. Ca a beau être une plante avec un système racinaire développé et venir d’un pays chaud (Mexique), ça a quand même besoin d’eau et l’arrosage ne produit jamais les mêmes effets bénéfiques qu’une pluie.

      Petite précision tout de même : bien qu’étant à la campagne et que par chez moi, tout le monde ou presque à un puits, un jardin de plusieurs centaines de m² minimum, bcp de gens (je dirais les 3/4 minimum et même davantage pour les tranches d’âges 25-45 ans) n’ont rien d’autre qu’un gazon anglais, avec des haies de photinias ou autres, quelques fleurs et 4 arbres qui se battent en duel. Très peu de gens font un potager, même basique. Dans une rue avec 50 maisons, nous sommes seulement deux à avoir des mares. Les gens préfèrent claquer 4€ le kilo pour des tomates dégueulasses d’Espagne et enrichir Carrefour plutôt que de se "faire chier" à s’occuper d’un jardin.

      A mon sens, le fond du pb est là. S’il y a des exploitations polluantes c’est parce que mêmes les gens qui pourraient cultiver eux-mêmes (il n’est donc pas question ici des gens en appart ou très pauvres qui n’ont pas le choix que d’acheter de la merde) ne veulent pas se poser de questions quand ils achètent : Ils vont au supermarché comme au Mc Do et les frites arrivent toutes prêtes avec le burger et le soda. Ils s’en foutent de savoir que les rivières sont polluées ou que ce qu’ils mangent, c’est de la merde. La seule chose qui importe c’est leur temps d’attente au drive ou à la caisse. Ils n’ont absolument pas conscience du plaisir de voir l’intégralité du processus, de la graine récupérée l’année précédente au semis puis la plante en croissance et floraison. Ils veulent le fruit bien mûr et tout de suite.

      Alors même si certains vont dérouiller avec la poursuite de l’inflation, ca va peut-être au moins avoir le mérite de pousser certains à changer de mode de conso en passant à la production directe. Ca a déjà commencé depuis quelques années...


      • vote
        Manuel 235 Manuel 235 16 août 14:58

        @Conférençovore
        Personnellement je ramasse des légumes sauvages au bord des forêts, des chemins ou dans les champs de vaches, je fais germer des graines et j’élève des crickets pèlerins, pour les nourrir : hautes herbes et légumes feuilles sauvages (plantain, cirse, pissenlit, vesce commune, etc), une ampoule eco halogen de 40w dans un boite en polypropylène (PP5) 47L (par exemple spaceo chez le roi merl1).
        Pour les patates j’ai pas essayer mais Yannick VD

        a une technique spéciale.


      • vote
        Conférençovore Conférençovore 17 août 06:07

        @Manuel 235
        J’ai regardé sa technique (il y en a tellement... on en apprend tous les jours). C’est intéressant mais j’ai des doutes sur plusieurs aspects :
        D’abord le côté pratique. Je me vois mal installer ce type d’équipement pour produire à "grande échelle" et je le mets entre guillemets parce que 150-200 kg/an, c’est à la fois beaucoup (ça demande qq rangées quand même, et puis il y a la problématique de la conservation dans le temps, à l’abris des rongeurs, etc) et peu : ça va nourrir 6-8 personnes mais guère plus. Or là, il ne nous parle pas de rendements : est-ce que sa méthode produit bcp plus, un peu plus, moyennement plus ? Combien faudrait-il de tours pareilles pour arriver à sortir la même quantité ? D’ailleurs, dans le commentaire sous la vidéo, il dit bien que les résultats ne sont pas fameux, que ce sont encore des expériences...
        Ensuite le coût : le cuivre coûte cher, le grillage aussi... 
        L’aspect esthétique dont je ne suis pas fan...
        L’aspect sécurité : je doute fortement qu’un syndic de copropriété accepte une telle installation sur un balcon. On parle là d’un paratonnerre... Et lui évoque même des antennes de 6 mètres de haut. D’une ça n’est envisageable qu’en dernier étage, de deux, aucun syndic n’acceptera de telles installations.
        L’entretien : il n’en est pas question ici
        L’argument écolo : il nous explique que l’electroculture permet de faire un potager sans engrais ni pesticides. Bon ok... mais d’une c’est contestable car il utilise bien des métaux, etc, de deux, il existe d’autres méthodes plus simples pour se passer des pesticides, de trois, il y a une mauvais interprétation de ce que sont les engrais ou plutôt un amalgame des engrais naturels (purée d’ortie, fumiers, etc) à ceux problématiques (chimiques, bouillie bordelaise, etc)

        Enfin il y a une petite touche complotiste avec cette histoire de censure du dico du mot "électroculture". J’ignore si c’est vrai mais bon...
        Il faudrait que je creuse le sujet mais j’ai tendance à prioriser (on ne peut pas tout apprendre) et explorer d’autres méthodes pour le coup réellement naturelles que certaines disons... exotiques.


      • vote
        Conférençovore Conférençovore 17 août 06:10

        Ceci étant, les résultats semblent intéressants quand on voit les tournesols de ce gars : https://www.youtube.com/watch?v=OADfal6OHFY


      • vote
        Manuel 235 Manuel 235 17 août 11:23

        @Conférençovore
        Je donne juste un lien pour ceux qui veulent tester, je pense qu’il vend du rêve des fois, ensuite il faut bien le placer par rapport aux énergies telluriques, comme peu de gens ont une antenne de Lecher on peut utiliser son smartphone si il a un magnétomètre (boussole) mais sa ne donne pas autant d’infos que l’antenne.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès