• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Islande, miracle économique... et modèle pour les Européens ?

L’Islande, miracle économique... et modèle pour les Européens ?

L'Islande a mis en prison ses banquiers.

Nos reporters sont retournés en Islande, dix ans après la crise qui a ébranlé le pays lors de l’effondrement de son système bancaire. En quelques années, les Islandais ont tout remis en cause : structures financières, vie politique et organisation de la société. L’économie a rebondi de façon spectaculaire, tandis que la vie politique s’est profondément réformée et que les femmes ont pris une place grandissante dans la société. Un taux de chômage à 1 %, une croissance flirtant avec les 5 % du PIB, des salaires qui ont retrouvé leurs niveaux d’avant-crise et des investissements en hausse de 8,8 %... En Islande, le bilan économique de l’année 2017 a de quoi faire pâlir d’envie les Européens. Reykjavik, la capitale de l’île nordique, reflète ce dynamisme exceptionnel. Des grues s’activent sur le front de mer et de gigantesques projets architecturaux sortent de terre : salle de concert, centre de conventions, logements, commerces ou encore hôtels de luxe… C’est notamment l’explosion du tourisme au pays des volcans et des geysers qui a permis d’investir des centaines de millions d’euros dans la capitale. Mais pas seulement. Société civile hyperactive Après la grave crise financière de 2008 et l’effondrement du système bancaire, l’Islande a renoué avec la croissance en seulement quelques années. Si l’île aux 350 000 habitants a dû subir une cure d’austérité, elle a cependant pris le contre-pied de la plupart des mesures adoptées dans les autres pays frappés par la crise. Pendant près de dix ans, contrôles des changes et des capitaux ont été imposés. La petite île nordique n’a pas renfloué ses banques : elle les a nationalisées et a mis ses banquiers en prison ! Les six derniers procès de la crise de 2008 sont toujours en cours, instruits par un procureur spécial qui a enquêté sur plus de 200 cas. Olafur Hauksson est un peu le héros des temps modernes de l’Islande, le procureur sans peur et sans reproche qui a contribué à purger le système financier de son pays. Désormais, les Islandais surveillent leurs dirigeants de près, qu’ils appartiennent au monde de la finance ou à celui de la politique. C’est l’un des héritages majeurs de 2008 en Islande. L’électrochoc de la crise a conduit les Islandais à reprendre leur sort en mains, par méfiance envers les élites, mais surtout avec la volonté farouche d’avoir droit au chapitre. La société civile est devenue hyperactive et cherche à inventer de nouvelles formes de participation citoyenne. Des Islandais tirés au sort ont ainsi planché sur une nouvelle constitution. En 2016, le Parti Pirate, formation antisystème, a connu une impressionnante poussée électorale et, après les révélations des Panama Papers, des activistes ont réuni près de 10 % de la population du pays devant le Parlement pour crier leur colère. Ils ont obtenu la démission de leur Premier ministre, cité dans le scandale. Déferlante féministe Ce sont des femmes qui se trouvent à la tête de tous ces mouvements et qui ont été en pointe dans la conduite du changement. Au lendemain de la crise, des femmes ont été placées à la tête des deux banques les plus touchées par le crash, le Premier ministre démissionnaire a été remplacé par une femme, Jóhanna Sigurðardóttir, tandis que le pays tout entier s’interrogeait sur la nécessité de rééquilibrer les rapports entre les sexes. La déferlante féministe a ainsi touché tous les pans de la société : la politique, l’économie – les conseils d’administration comptent désormais au moins 40 % de femmes –, et même la religion – une jeune mère, Agnes Sigurðardóttir, a été nommée évêque en 2012, une première. Katrin Jakobsdottir, l’actuelle Première ministre du pays, et Sara Oskarson députée du Parti Pirate, sont devenues le visage de l’Islande d’aujourd’hui. En janvier 2018, le pays est allé jusqu’à imposer l’égalité des salaires dans les entreprises, avec obligation d’obtenir une certification, sous peine d’amende. Depuis plusieurs années, et même si les inégalités persistent, l’Islande caracole en tête du classement sur l’égalité des genres établi par le Forum économique mondial. Le pays du miracle économique pourrait bien devenir aussi un modèle sociétale inspirant pour les Européens. Un reportage de Séverine Bardon. Images Félix Vigné. Montage Olivier Marzin.

Tags : Economie Emploi Justice Monnaie Banques Crise financière Immobilier Islande Finance




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • 2 votes
    La mouche du coche 16 novembre 13:29

    Faut arrêter me délire. Le problème de ces "assemblée citoyennes" est qu’elles sont hautement manipulables comme nous le voyons. L’oligarchie mondialiste satatnique a profité de ces votes soi-disant "démocratiques" pour faire passer le mariage homosexuel. Ne nous faisons pas avoir par ce paradis venu du froid : s’il est relayé par les merdias officiels, c’est qu’il y a un loup.


    • 1 vote
      sls0 sls0 17 novembre 17:41

      @La mouche du coche
      Pour la couche du moche il n’y a que la politique des néocons qui est bonne, ce sont les représentants de sa secte.
      La vrai démocratie est interdite dans sa secte comme dans tout les sectes d’ailleurs.

      Où je réside des représentants de la secte de la mouche, ça ne manque pas, ne pas penser, on pense pour eux. C’est une vie de lobotomisés que vous propose la mouche et son monde.
      La démocratie direct, des pauvres qui réfléchissent mais c’est Sodome et Gomore.
      Sois pauvre et tais toi, écoute la parole du maitre.
      Les bibles en espagnol sont imprimées au USA, la CIA a dû leur avoir un prix.
      La mouche c’est un discours d’adepte, aucun libre arbitre, du copié/collé de phrases pré- établies.



      • vote
        pegase pegase 16 novembre 21:48

        Il font toujours partie de l’Otan, donc où est le "miracle ?


        • 3 votes
          egos 17 novembre 13:59

          Les paradis terrestres ont tous cette caractéristique commune,

          ils possèdent de multiples facettes, lumineuses pour la plupart,

          d’autres réfléchissantes qui elles ne laissent rien filtrer ou très peu.

          Et quoi de plus seyant que de mettre en avant des profils féminins, une société égalitaire et citoyenne pour séduire et amadouer le public.

          Parmi toutes qualités indéniables et les attraits de cette nation, des ressources de son économie (pêche, industrie de l’aluminium, ressources géothermiques, tourisme, secteur des services prépondérant) retenons un certaine discrétion ou modestie à l’égard de certains sujets :

          . pêche à la baleine (quota de 300 unités /an),

          . l’impact écologique des activités minières et industrielles

          . le rôle majeur tenu par les une économie d’arrière cour de société internationales intervenant dans les domaines IT (Gafa et ses myriade d’entreprises) dans la croissance retrouvée du pays, dont l’un des effets immédiat se transcrit, comme précédemment, dans le boom immobilier.

          L’Islande avec son sytème bancaire jadis sous tutelle ou caution d’Etat renouvelle une expérience récente (crise des subprimes) quant elle tint à peu près le même rôle lors de l’immense vague spéculative qui déstabilisa l’économie mondiale, ruina qqs spéculateurs, assécha l’épargne populaire en rompant ses engagements envers les créanciers de ses banques et instituts financiers.

          Qq condamnations de pure forme, un référendum constituant, une communication digne des meilleurs scénaristes d’Hollywood et le pays retrouva sa virginité,

          blanche comme la neige lorsqu’elle n’est pas couverte d’une d’une pellicule de scories volcaniques.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès