• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Crise migratoire : l’Europe et la Grèce face au chantage d’Erdogan

Crise migratoire : l’Europe et la Grèce face au chantage d’Erdogan

Nous aurons ici le point de vue de Courrier international confronté à celui de Valeurs actuelles.

A vous de deviner qui regrette que cette Europe semble "rester sourde aux cris de détresse venus de Syrie et d'ailleurs", et qui regrette que l'Europe se soumette au chantage d'Erdogan, en n'aidant pas vraiment la Grèce confrontée à l'afflux de migrants (Syriens, Afghans, Pakistanais... ) envoyés par la Turquie...

 

Courrier internationalCartes sur table | L’Europe face à la crise migratoire — 13 mars 2020

Depuis que la Turquie a décidé d’ouvrir ses frontières aux réfugiés afin d’exercer une pression sur l’Union européenne, la crise migratoire a repris de plus belle, avec une situation particulièrement tendue à la frontière greco-turque. Explications en cartes animées.

 

Valeurs actuellesValeurs raconte la situation à la frontière grecque et le chantage d'Erdogan — 12 mars 2020

Notre envoyé spécial Bastien Lejeune a été à la frontière gréco-turque pour constater la situation. Il décrit une police grecque extrêmement tendue, qui fait face à des tentatives d’intrusions des migrants et qui est abandonnée par l’Union européenne, censée être gardienne des frontières extérieures de l’union.

 

 

RT France évoque ici le sort de "Kastanies, un village du nord de la Grèce tout proche de la Turquie"

RT FranceGrèce : près de la frontière turque, les habitants de Kastanies démunis face à l'afflux de migrants — 12 mars 2020

Kastanies, un village du nord de la Grèce tout proche de la Turquie, a perdu la quiétude qui le caractérisait depuis la décision d'Erdogan d'ouvrir ses frontières au passage des migrants. Les habitants se sentent abandonnés par l'Union européenne.

 

Tags : Europe Société Immigration International Témoignage Grèce Violence Syrie Turquie Polémique Union européenne Migrants




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • vote
    ezechiel ezechiel 14 mars 14:36

    Erdogan, qui se voit comme le nouveau sultan de l’empire ottoman, envoie en première ligne ses armées de migrants islamisés à la conquête de l’Europe.

    Quand l’Europe était christianisée, elle pouvait s’unir contre une menace commune.
    Les Ottomans, qui ont colonisé et dévasté la Grèce, l’Albanie, la Hongrie, la Serbie, la Bulgarie pendant des siècles, et qui ont tenté de s’emparer de Vienne en Autriche (1529 et 1683) pour islamiser l’Europe, ont été repoussés et liquidés sous l’unité des coalitions catholiques (chevaliers des Dragons, les Templiers, ordre de Malte, Saint Jean de Jérusalem, etc...).
    Ce que l’Europe ne peut plus faire aujourd’hui face au retour de la menace turque, s’étant sécularisée par la maçonnerie, l’athéisme militant et l’anti-catholicisme.


    • vote
      Vraidrapo 15 mars 06:35

      @ezechiel
       voici, le temps de donner la parole à Serge... pas Gainsburg mais Reggiani !

      https://www.youtube.com/watch?v=hVkWgksDZDI


    • 1 vote
      Conférençovore Conférençovore 15 mars 03:19

      "Réfugiés", " migrants", "Syriens".... Cessons l’utilisation de cette terminologie mensongère. Dans leur écrasante majorité ces gens ne sont pas des réfugiés au sens où ils seraient éligibles au droit d’asile. Dans une écrasante majorité, ils ne sont pas Syriens. Concrètement, et dans d’écrasantes proportions, meme quand leurs demandes d’asile sont examinées, ils en sont déboutés. Ils ne viennent pas temporairement pour trouver un "refuge" mais pour s’installer définitivement quitte à le faire illégalement, voire en commettant des crimes.

      En outre, on peut observer à la frontière grecque des passages en force, des jets de cocktails molotov et autres joyeusetés, donc des agressions physiques contre les policiers et douaniers grecs, bref, des assauts. Certains de ces clandestins se sont donc transformés en assaillants et en criminels pour parvenir à leurs fins.

      90% des Grecs ne veulent plus les accueillir sur leur sol, même temporairement. Les Grecs ont le droit légitime de défendre l’intégrité de leur territoire et repousser ces assaillants et les pays membres de l’UE le devoir de les y aider. C’est aussi simple que cela.


      • 2 votes
        Conférençovore Conférençovore 15 mars 08:01

        @Conférençovore "En outre, on peut observer à la frontière grecque des passages en force, des jets de cocktails molotov et autres joyeusetés, donc des agressions physiques contre les policiers et douaniers grecs, bref, des assauts. Certains de ces clandestins se sont donc transformés en assaillants et en criminels pour parvenir à leurs fins."

        Quant à ceux qui accusent ceux qui font ce constat de "troller", de "péter une durite", d’" essentialiser" et autres procès d’intention grotesques, la réponse est simple et factuelle. Du reste à défaut d’exposer leurs véritables desseins, leur attitude met en lumière leur duplicité (ou leur bêtise dans certains cas) et comme ils sont confondus, il ne leur reste plus que ces procédés réthoriques fallacieux dont ils usent sans vergogne pour tenter de s’en sortir.

        Très simple donc à condition de bien lire chaque mot et de pas extrapoler abusivement (comme le font malhonnêtement ces individus en question) : Ces individus qui balancent des cocktails molotov et autres gaz lacrimos, pierres, etc (je parle bien de ceux-là) sur les Grecs pour rentrer en force sur un territoire où ils ne sont pas admis se sont bel et bien transformés en ennemis et, concrètement, en envahisseurs et ceux qui les soutiennent dans cette entreprise, au mieux des tartuffes, au pire des complices (donc également des ennemis ; pour les désigner très clairement : les autorités turques, les passeurs Turcs qui se nourrissent sur le dos de ces gens, certaines ONG) voire même des traîtres.


      • vote
        yoananda2 15 mars 09:14

        @Conférençovore

        "Réfugiés", " migrants", "Syriens".... Cessons l’utilisation de cette terminologie mensongère.

        sauf erreur tu n’as pas proposé de terminologie alternative, mais ton article suggère "envahisseur". Est-ce le cas ?


      • vote
        yoananda2 15 mars 09:29

        @yoananda2
        tu as répondu dans le post suivant


      • 1 vote
        Conférençovore Conférençovore 15 mars 10:46

        @yoananda2 Absolument et je précise bien que je parle très précisément des gens qui tentent de pénétrer de force à savoir, en utilisant la violence et pour s’installer. Cf. Définitions ci-dessous, ceux-ci sont bien des envahisseurs et des ennemis.

        Larousse :

        Envahisseur : qui envahit un territoire, un pays

        Evahir : Entrer en nombre et par la force dans un pays, une région, s’en emparer militairement : Les troupes ennemies ont envahi le nord du pays.

        Pénétrer quelque part en nombre, de manière abusive ou non autorisée ; occuper, faire irruption dans un lieu : Les manifestants ont envahi le ministère.

        Familier. Venir chez quelqu’un et l’importuner en occupant une place excessive, abusive, en demandant trop de son temps : Elle vient nous envahir tous les dimanches.

        Ennemi : Personne qui veut du mal à quelqu’un, qui cherche à lui nuire, qui lui est très hostile.

        Et encore, j’édulcore en ne parlant que des gens qui utilisent la force... Les autres sont des clandestins qui violent les lois des pays dans lesquels ils aspirent à s’installer (ça commence mal...).

        Clandestinité : État de quelqu’un qui mène une existence clandestine, en marge ou en violation des lois : Vivre dans la clandestinité.

        Inutile de recourir à des néologismes. Il suffit juste d’employer les bons termes.


      • vote
        yoananda2 15 mars 12:00

        @Conférençovore
        oui, mais tu comprends, s’il y a un bébé syrien dans le lot, on doit secourir TOUS ces gens !
        Tu ne voudrais pas être sorti de l’humanité par nos juges moraux, non ?

        Bien sûr qu’il y a un certain nombre qui forcent le passage et qui ne viennent pas pour enrichir l’europe. Mais padamalgame, la plupart viennent en paix nous enrichir de leurs diplômes.

        Plus sérieusement : pour moi le gros, et le problème principal, c’est l’invasion pacifique (le symétrique des guerres humanitaires), nos démocraties droitdelhommistes repentantes sont complètement désarmées face à un miséreux basané qui pleurniche.
        D’ailleurs rien qu’en lisant cette phrase certains vont avoir de l’urticaire ou la nausée.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès