• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La lente asphyxie du peuple Ouigour

La lente asphyxie du peuple Ouigour

Situation de plus en plus tendue au Xinjiang

"A en croire Pékin, une "foule" d’Ouïghours aurait assailli ce jour un poste de police à Hotan (ville située au sud-est de Kashgar), bilan quatre morts (version officielle diffusée par les médias gouvernementaux Xinhua et Radio Chine internationale).

 

La réalité est tout autre. Grâce au membres du World Uyghur Congress (WUC) nous en savons plus sur ces nouvelles "émeutes" (après les événements sanglants de juillet 2009 et de février 1997).

 

Selon le WUC, Pékin vient de nouveau de réprimer dans le sang un rassemblement pacifique de cette minorité turcophone, la plus importante de Chine, et de le déguiser en attaque terroriste qui aurait été perpétrée par des extrémistes, tout cela afin de se justifier, une nouvelle fois, auprès de la communauté internationale..."

 

21 juillet 2011, http://sylvielasserre.blog.lemonde....

 

Quelques éléments complémentaires peuvent aider à comprendre pourquoi la situation qui est faite au peuple ouïghour est très généralement peu évoquée dans le médias.

 

Le Tibet n’est pas la seule région de République Populaire de Chine à revendiquer, sinon une indépendance, du moins une véritable autonomie culturelle. Le Turkestan Oriental (Région autonome ouïghoure du Xinjiang) était, avant l’implantation massive de colons Hans, majoritairement habité par des populations turkophones musulmanes. La situation politique dans les deux régions peut, dans bien des cas, être comparée pour mettre en lumière des similitudes et des divergences.

 

La répression des mouvements des revendications ethniques et identitaires est justifiée le pouvoir chinois par la lutte contre le terrorisme, alors que des liens entre les organisations terroristes et les organisations pour le Turkestan Oriental n’ont jamais été clairement démontrés. Contrairement au Tibet, le Turkestan Oriental ne dispose pas d’un personnage ni d’une institution incontestée, capable de lui assurer une visibilité au plan international . Cela, ainsi que la mauvaise presse dont est victime l’Islam en Occident, pourrait expliquer la faible échos des revendications des populations du Turkestan Oriental.

 

La pression chinoise a provoqué et continue de l’émigration des "Ouïgours" vers divers pays d’Asie centrale (ils y seraient environ 1 million), d’autres moins nombreux vivent en communautés organisées dans des pays d’accueil, comme la Turquie, l’Arabie Saoudite, l’Allemagne ou l’Australie. http://cemoti.revues.org/60.

 

Des courants divers traversent cette diaspora qui tente de représenter le peuple ouïgour sur la scène internationale. La volonté d’alliance d’une majorité d’entre eux avec avec les Tibétains, les Mongols et les dissidents chinois a donné naissance à un "Comité allié Tibet-Mongolie-Turkestan Oriental" en 1994. Il ne fait pas l’unanimité au sein de la diaspora.

 

De même le projet de création en Asie centrale la création d’un "Ouïgourstan", sur le modèle des Républiques issues de l’URSS ne convient pas à la majorité des militants nationalistes qui se représentent le futur Turkestan Oriental indépendant comme un Etat-nation.

 

Des tensions se manifestent également concernant la place de l’Islam et le degré de laïcité dans ce futur état.

 

Ces divergences, ces luttes internes sont monnaie courante dans tous le mouvements de libération nationale.

 

Elles ne doivent pas nous empêcher d’informer sur la situation de ce peuple qui est comme d’autres, victime de la volonté colonisatrice d’une puissance étrangère.

Tags : Chine International Violence




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • 2 votes
    soulmanfred 18 août 2011 14:38

    Hummmm la paille et la poutre , la Guyane , la Nouvelle-Calédonie , les Antilles , la Polynésie et l’ensemble des territoires et départements d’outre mer ...


    Très courageux de pointer du doigt un lointain pays dont la culture remonte à plus de 10 milles ans ...

    • 3 votes
      yanos yanos 18 août 2011 15:24

      Ah bon il y’ a du terrorisme pour l’indépendance des dom-tom Oo
      Hohoho quelle rigolade !!


    • 3 votes
      nemesisnom 18 août 2011 15:56

      Oui effectivement le commentaire de soulmanfred est mal venu, dans la mesure où il nous dit que des problèmes plus proches devraient attirer notre attention, je tiens à dire que cela n’est en rien une raison pour oublier une éventuelle chasse à l’Ouïghour en Chine.

      Mais la Chine est bien différente de ces quelques îles colonisées, étant historiquement le bas de laine de L’Europe. L’empire chinois émergeant de l’empire mongol ayant conquis différent territoires au cours de leur histoire (L’Empire ouïghour de Mongolie et les royaumes qui lui ont succédé en Asie centrale ont connu une brillante civilisation, jusqu’à leur absorption dans l’Empire mongol au XIIIe siècle).

      La Chine est un pays complexe, multi-ethniques et multiculturelles, où on recensent officiellement 56 ethnies qu’ils appellent "nationalités" dans lesquelles on retrouvent d’autres sub-ethnies. Les Ouïghour ne sont d’ailleurs pas la 1ère minorité ethnique de Chine, il s’agit des Zhuangs, avec une population avoisinant les 16 millions d’individus contre 9 millions pour les Ouighours. Les Ouighours sont la 6e minorité ethnique du pays.

      L’ethnie majoritaire chinoise – les Hans – représente une population de plus d’un milliard d’individus. Mais entre eux la différence culturelle est considérable. Pour cette raison il existe un mot chinois «  ?? Mín xì » pouvant être traduit par « sub-ethnies » pour définir l’existence de plusieurs communautés au sein de la même ethnie.

      En principe, les Han sont groupés par leurs langues ou dialectes. Les Chinois du nord parlent le mandarin ; ceux au Sud du Yangtsé habitant la région shanghaïenne parlent le shanghaien ; les Cantonais habitant la région cantonaise parlent le cantonais ; les Mins habitant dans les provinces Fujian et Taïwan parlent la langue Min ; les Xiangs habitant la province Hunan parlent le xiang, les Gans dans la province Jiangxi parlent le gan, etc.

      Chez certaines ethnies minoritaires, il est possible de définir des sub-ethnies. Par exemple :

      • chez les Tibétains les trois sub-ethnies sont les Khampa (du Kham), les habitants de l’Ü-Tsang, les Amdowa (de l’Amdo). Cette définition correspond aux trois dialectes tibétains ;
      • les Zhuang sont en principe aussi groupés en deux par les deux dialectes : les Zhuang du nord et les Zhuang du sud ;
      • les Mongols de la Mongolie extérieure et ceux de la Mongolie intérieure ne partagent pas le même dialecte ni la même culture

      La politique de la Chine accorde aux ethnies minoritaires dans leurs régions des avantages tels que la non-limitation du nombre de naissances, des quotas d’admissions aux écoles et d’emplois dans le gouvernement et dans l’armée. Le chauvinisme Han est officiellement condamné et les 55 minorités disposent officiellement d’un statut égal à celui de l’ethnie majoritaire Han. L’ensemble des 56 ethnies constitue la Nation Chinoise. Certains, en Chine ou en dehors, considèrent que cette politique envers les minorités satisfait légitimement leurs revendications en leur donnant un rôle actif dans la république de Chine, d’autres la critiquent pour des raisons diverses .

      La Chine doit faire face à des mouvements indépendantistes au Tibet, au Xinjiang et, dans une moindre mesure, en Mongolie intérieure. Les indépendantistes tibétains comme les ouighours considèrent leur territoire respectif comme leur pays et ressentent la loi chinoise comme l’expression d’un Colonialisme.

      Quand à la demande officielle du 14e dalai-lama, non pas pour l’indépendance du Tibet mais pour une « autonomie réelle » ou « véritable autonomie », celle-ci est néanmoins perçue par les responsables chinois comme prônant une indépendance de facto, car seules la défense des frontières (l’armée chinoise étant expulsée du Tibet) et la diplomatie resteraient des prérogatives du gouvernement chinois.

      Toute personne, un minimum renseignée sur l’histoire du Tibet, devrait savoir que le système datant de l’ère féodal qui y prenait cours avant était plutôt de l’esclavagisme.

      La doctrine religieuse imposait la supériorité du riche seigneur et l’infériorité du paysan misérable, du moine inférieur, de l’esclave et de la femme. Présentées comme le résultat inéluctable de la succession karmique des vertus et des vices des vies passées.
      En fait, cette idéologie justifiait un ordre de classe féodal : les serfs devaient travailler gratuitement et à vie les terres du seigneur ou du monastère. Ils ne pouvaient se déplacer sans autorisation. Tout était prétexte à de lourdes taxes : mariage, décès, naissance, une fête religieuse, posséder un animal, planter un arbre, danser, entrer ou sortir de prison. Ces dettes passaient du père au fils et au petit-fils, et si on ne payait pas, on était réduit en esclavage.
      Les fugitifs et les voleurs étaient traqués par une petite armée professionnelle. Punitions favorites : arracher la langue ou l’oeil, sectionner le tendon du genou etc. Ces tortures n’ont été supprimées qu’en 1959, lors des réformes décidées à Pékin.

      Quand à Taïwan son status est particulier,

      La question du "statut de Taïwan" pose la question de savoir si Taïwan (y compris l’archipel des Pescadores) est un "territoire indépendant" constituant la République de Chine, ce qui est le cas dans les faits, ou si, au contraire, c’est une "province de la Chine" devant revenir sous l’autorité du gouvernement de la RPC qui n’y a actuellement aucun pouvoir. Le gouvernement de Taipei a été reconnu par l’ONU jusqu’au 25 octobre 1971, date à laquelle la RPC fut admise à l’ONU. Seulement 23 États membres de l’ONU reconnaissent officiellement le gouvernement de Taïwan, bien que davantage conservent des relations non-officielles avec lui.

      Actuellement, le statu quo est de rigueur et ne devrait pas changer dans l’immédiat avant des négociations politiques d’une part entre les Chinois taïwanais eux-mêmes et d’autre part les Chinois de Chine continentale


    • 2 votes
      Latigeur Latigeur 18 août 2011 17:10

      "Toute personne, un minimum renseignée sur l’histoire du Tibet, devrait savoir que le système datant de l’ère féodal qui y prenait cours avant était plutôt de l’esclavagisme"
      Le colonialisme a toujours utilisé un discours dévalorisant les peuples colonisés et prétendant leur apporter émancipation, liberté, et progrès social pour justifier ses exactions.


    • vote
      nemesisnom 18 août 2011 17:27

      Non ce n’est pas vrai le colonialisme n’a pas toujours utilisé ce discours, il n’en n’a pas toujours eu besoin !


    • 2 votes
      Latigeur Latigeur 18 août 2011 22:02

      "Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures".

      Jules Ferry, Discours devant la Chambre des députés, 28 juillet 1885.
      L’idéologie que résume là Jules Ferry est à mon avis le plus petit commun dénominateur de tous les colonialismes :
       Le colonialisme, au sens actuel du terme a été pratiqué notamment sous la Grèce antique et sous l’Empire romain, puis par les pays européens (suite aux grandes découvertes) entre le XVIe siècle, et la Première Guerre mondiale. Il a également été pratiqué dans les pays d’Asie, notamment au XXe siècle (expansionnisme de l’Empire du Japon en Mandchourie ou de la Chine au Tibet (cf colonisation du Tibet)), au Moyen-Orient (colonisation de la Palestine par Israël).

    • 1 vote
      Maldoror Maldoror 18 août 2011 16:19

      Attention tout de même, l’Eurasie est un terrain propice à l’instrumentalisation anglo-américaines qui ont tout intérêt à entretenir de l’instabilité dans ces régions. Et dans ce jeu la carte de l’islamisme est en bonne place.
      Quoi qu’il en soit je ne vois pas en quoi on pourrait y faire quelque chose si ce n’est désapprouver moralement.
      Quand BHL montrera le bout de son nez sur ce sujet ça sera mauvais signe.


      • 2 votes
        Latigeur Latigeur 18 août 2011 16:37

        La Guyane , la Nouvelle-Calédonie , les Antilles , la Polynésie et l’ensemble des territoires et départements d’outre mer ...Dans tous ces territoires, il n’y a pas de politique de remplacement des populations présentes par l’implantation massive de colons.

        Le moins que l’on puisse dire c’est qu’aux Antilles, par exemple, les indépendantistes restent très minoritaires. Faut-il imposer l’indépendance à des populations qui ne la souhaitent pas ?

        En Nouvelle-Calédonie sont prévues des consultations électorales successives portant sur l’indépendance du pays . L’Etat francais reconnaît la vocation de la Nouvelle-Calédonie à bénéficier, à la fin de cette période (2018), d’une complète émancipation.

        A ce jour, la poutre est dans l’oeil du régime chinois pas dans celle de la république française et ce n’est pas parce que la civilisation chinoise est ancienne qu’il ne faut pas critiquer la politique que mène actuellement son gouvernement.


        • 3 votes
          soulmanfred 18 août 2011 18:06

          Dans tous ces territoires, il n’y a pas de politique de remplacement des populations présentes par l’implantation massive de colons.

          Au Tibet non plus , en 50 ans la population a doublée ...L’espérance de vie passée de 35 à 65 ans ...Et ... Aux Antilles si les békés n’ont pas supplantés en nombre les autochtones (1% de la population) il possède néanmoins la plupart des richesses et le pouvoir ...N’oublions pas non plus qu’on trouvait déjà des Chinois au Tibet sous la dynastie Ming vers 1300 ...

          Evidemment taper sur la Chine qui n’est pas exempt de tout reproche est facile et à la mode , défendre la théocratie Tibétaine pour stigmatiser les théocraties musulmanes est aussi à la mode ... En France on exige la Laïcité mais pour les Tibétains non nous préconisons une théocratie , faites ce qu’on vous dit pas ce qu’on fait ...

          Le sujet est très compliqué et d’un côté comme de l’autre les raccourcis sont souvent faciles .

          • 2 votes
            Latigeur Latigeur 18 août 2011 19:26

             1 La vidéo concerne d’abord le peuple Ouigour qui est de religion musulmane
            -2 Ou avez vous vu que je défends la théocratie Tibétaine ?
            Dans les 2 cas, il y a bien une puissance étrangère qui étouffe des cultures indigènes et refuse à ces peuples le droit à l’auto-détermination.
            C’est bien un processus de colonisation qui se déroule là, que certains tentent de le justifier montre qu’ils ont une indignation orientée et sélective.


          • 2 votes
            soulmanfred 18 août 2011 18:13

            les indépendantistes restent très minoritaires


            Affirmation à l’emporte pièce ... Le colonialisme a toujours utilisé un discours dévalorisant sur les peuples colonisés qui prétendent à l’indépendance . smiley

            Désolé d’avoir utilisé une partie de votre citation mais faut pas tendre de perche non plus .

            • 2 votes
              Latigeur Latigeur 18 août 2011 19:11

              Affirmation à l’emporte pièce,
              Non elle s’appuie sur l’examen des résultats électoraux,
              en Martinique par exemple le président du Conseil général est autonomiste pas indépendantiste (En 1967, Aimé Césaire déclarait au sujet de l’autonomie : « Cette indispensable conquête du pouvoir politique par le peuple martiniquais, nous, le PPM, nous pensons qu’elle ne peut se faire par l’accession de la Martinique à l’autonomie dans l’ensemble français".
              Le 10 janvier 2010, une consultation de la population martiniquaise a eu lieu sur un éventuel changement de statut de leur département en une collectivité d’outre mer régie par l’article 74 et dotée d’un juste degré d’autonomie. Une majorité d’électeurs, 79,3 %, a répondu « non » à ce changement de statut.

              Enfin dire qu’une majorité de la population n’est pas indépendantiste n’a rien de dévalorisant pour cette population . La perche n’existe que dans votre esprit, il faudrait mieux expliquer cela.


            • 1 vote
              soulmanfred 18 août 2011 19:40

              Normal quand on tient les gens par les bour$e$ et qu’on écrase toutes revendications à grand coup de matraque ... La France n’a aucune légitimité historique par rapport aux Antilles qui sont le résultat de l’esclavage ....



              (article à charge bien sur)

              Il y a plus de 2 siècles d’écart entre l’appropriation des Antilles par les Français et l’appropriation du Tibet par la Chine ...

            • 2 votes
              Latigeur Latigeur 18 août 2011 21:27

              N’empêche qu’à ce jour, ils désirent le rester français. Je vous laisse l’appréciation qui consiste à dire qu’ils y sont tenus par des calculs financiers. Pour le coup, elle est très méprisante à leur égard.


            • 1 vote
              soulmanfred 18 août 2011 18:26

              J’espère néanmoins que la Chine sera un jour suffisamment mature pour régler une bonne fois pour toute le problème Tibétain , cela clouera le bec à pas mal de monde qui devront alors se tourner vers les colonies des pays occidentaux et s’en indigner de la même façon qu’envers la Chine à propos du Tibet , mais j’en doute ... Cela restera quand même compliqué puisque le Tibet représente 1/5 du territoire Chinois ... Allez demander à un pays occidental de se délester par humanisme d’une immense partie de son territoire ...


              • 2 votes
                Latigeur Latigeur 18 août 2011 21:40

                Les occidentaux, L’OTAN, ont imposé cela à la Serbie avec le Kosovo, dont la population était là encore à majorité musulmane.
                 Je serais pour ma part tout à fait favorable à l’indépendance de la Corse par exemple, le seul problème c’est que les indépendantistes corses ne représentent guère plus que 25% des électeurs.
                Je remarque également que ces indépendantistes peuvent exprimer leur opinion en toute liberté, ils ne sont poursuivis et sanctionnés que lorsqu’ils commettent des attentats.


              • 2 votes
                Latigeur Latigeur 18 août 2011 21:45

                Les défenseurs du régime chinois seraient plus crédibles s’ils avaient la même indignation contre tous les états colonisateurs de la planète ou la même "compréhension" des difficultés de ces mêmes états.


              • 2 votes
                soulmanfred 18 août 2011 23:13

                Les anti-chinois seraient plus crédibles s’ils avaient la même indignation contre tous les états colonisateurs de la planète...


                Désolé ...

                • 2 votes
                  TZ TZ 27 août 2011 15:01

                  Et c’est bien leur cas... Renseignez-vous, les défenseurs de la cause tibétaine ne sont pas anti-chinois, et sont contre tous les régimes oppressifs.
                  .
                  Il n’en va pas de même des défenseurs de la dictature communiste chinoise, qui sont toujours prêts à mettre le peuple de côté pour défendre une idéologie qui n’a pourtant strictement plus rien à voir avec Karl Marx.


                • 2 votes
                  Latigeur Latigeur 19 août 2011 14:56

                  Désolé de devoir me répéter :
                   "Le colonialisme, au sens actuel du terme a été pratiqué notamment sous la Grèce antique et sous l’Empire romain, puis par les pays européens (suite aux grandes découvertes) entre le XVIe siècle, et la Première Guerre mondiale. Il a également été pratiqué dans les pays d’Asie, notamment au XXe siècle (expansionnisme de l’Empire du Japon en Mandchourie ou de la Chine au Tibet (cf colonisation du Tibet)), au Moyen-Orient (colonisation de la Palestine par Israël)."



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès