• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les gagnants et les perdants du coup d’État en Birmanie

Les gagnants et les perdants du coup d’État en Birmanie

Universitaire, spécialiste de la Chine et du monde chinois, le géopolitologue Pierre Picquart revient sur les causes du coup d’État en Birmanie. Il analyse l’impact du putsch au micro de Rachel Marsden.

Tags : Birmanie




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • vote
    michel michel 22 février 12:37

    Silence radio des démocraties..Macron n’en parle pas ni demande des sanctions sur la junte ?

     smiley


    • vote
      sls0 sls0 22 février 13:02

      Pendant longtemps l’armée a été toute puissante.

      Elle était très puissante au niveau du pays comme armée de dictature malgré qu’ils n’aient jamais complètement maté la révolte Karen depuis les années 50.

      Une armée toute puissante en Birmanie mais au niveau régionale ce n’est pas le cas.

      Il y a deux décennies la communauté internationale a commencé à parler des problèmes birmans. L’armée n’était pas de taille pour lutter avec une aide extérieure. Il ont fait un semblant de démocratie pour plaire à l’extérieur tout en gardant leurs avantages et leur puissance.

      Si 10-20 ans plus tard on met en cause leurs avantages, ils montrent leur puissance.

      Le problème junte militaire n’a pas été résolu lors du semblant de démocratie, il a été caché.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès