• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Taïwan : Jusqu’où iront les États-Unis face à la Chine ?
#99 des Tendances

Taïwan : Jusqu’où iront les États-Unis face à la Chine ?

Et si la visite à Taïwan de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, déclenchait un nouveau conflit aux conséquences mondiales ? En tout cas, l’armée chinoise est sur les dents, et le pouvoir de Xi Jinping ne décolère pas. Notamment parce que Pékin considère Taïwan comme une province séparatiste rebelle, qui doit tôt ou tard retourner dans le giron de la mère-patrie.

En effet, Taiwan est un territoire qui a été intégré à la Chine impériale depuis le 17ème siècle, cédé au Japon suite à une guerre en 1895, récupéré par la Chine à la suite de la Deuxième Guerre mondiale. En 1949, l’île a été le refuge des nationalistes chinois vaincus par les communistes. Et est devenue un État réclamant une souveraineté non reconnue par Pékin et aujourd’hui par la quasi-totalité des pays du monde.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie - qui était considérée comme improbable par de nombreux observateurs - l’humanité a appris à prendre très au sérieux ce type de menaces. Et forcément, on se pose plusieurs questions.

Jusqu’où ira la Chine ? Prendra-t-elle le risque d’envahir Taïwan et de dégrader ses relations économiques avec les États-Unis, son premier partenaire économique ? Que veulent les États-Unis ? Prendront-ils le risque d’ouvrir un nouveau front alors qu’ils sont déjà très impliqués, même indirectement, sur le terrain ukrainien ? La question des semi-conducteurs, composants chimiques absolument indispensables pour de nombreuses industries dans le monde, et dont Taïwan est le premier producteur mondial, entre-t-elle en ligne de compte ?

Pour bien comprendre ce qui se joue à Washington, Le Média a posé quelques questions à Chris dit “Politicoboy”, journaliste et ingénieur, co-auteur du livre “Les illusions perdues de l’Amérique démocrate”.

Tags : Etats-Unis Chine Taïwan




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • 2 votes
    DantonQ DantonQ 4 août 15:19

    D’habitude, je suis très hostile aux USA , car je sais que partout où ils veulent foutre leur nez ou leurs salles pattes, c’est pour destabiliser et foutre le bordel. 

    Cependant, sur le dossier de Taïwan, je soutient le droit d’un représentant de n’importe quel pays à venir en visite officielle à l’invitation des autorités taiwanaises. C’est une question de principe et de valeurs. La Chine n’a pas le droit d’intimider un représentant étranger qui viendrait en visite à Taiwan, c’est un état indépendant et démocratique, n’en déplaise à la Chine. 

    Il est important de montrer au régime chinois que leurs menaces ne font pas peur à qui que soit et qu’ils n’ont pas le droit de dicter la politique étrangère d’une nation libre et indépendante, fut-ce au prix d’une crise avec la Chine ! 

    Ce n’est pas aux nations libres de se soumettre au diktat chinois, c’est à la Chine de se faire une raison et d’accepter qu’elle n’a aucun droit sur Taiwan, fut-ce si ce sont des chinois qui habitent l’île...avec ce genre de raisonnement, jamais l’Autriche n’aurait retrouvé son indépendance vis-à-vis de l’Allemagne après l’Anschluss de 1938....ben oui, après tout : les autrichiens sont des allemands et parlent la même langue ! 

    Et si on suit le raisonnement chinois, pourquoi il y’a 2 congos : la RDC et le congo-brazzaville ? c’est le même peuple avec la même culture ! Pourtant, il y’a deux congos ! Selon la chine, les deux états devraient fusionner...

    C’est le monde libre qui doit se faire respecter de la Chine, pas l’inverse ! Et parce que la cause est juste, cela mérite de prendre le risque d’une guerre. 


    • 1 vote
      Buk100 Buk100 4 août 22:27

      @DantonQ

      d’un point de vue légal, Taîwan est une province sécessioniste, non reconnue par l’ONU. Sur le fond, je comprends votre point de vue mais sur la forme, c’est comme si la Russie envoyait, disons dans 20 ans, le président de la Douma au Texas, qui sera alors probablement un état indépendantiste, vu la tendance actuelle. Ou imaginez le président du Bundestag en voyage officiel en Corse en 2030. Y a de quoi irriter, même les régimes les plus progressisses


    • vote
      TchakTchak 5 août 07:48

      @DantonQ

      Oui, vous avez raison, sauf à parler du monde libre, qui est une grosse blague.

       

      On est pour le droit des peuples, ou on ne l’est pas, même si la frontière est difficile à trouver entre le droit de la nation à son intégrité et celui de sa partie avec un peuple qui revendique sa souveraineté. Taïwan fait toujours partie de la République de Chine, qui date de 1911 et a succédé à la Chine impériale. L’île n’a jamais fait partie de la République Populaire de Chine, qui date de 1949.

      Donc, oui, Tsai Ing-Wen est libre d’inviter qui elle veut. J’ignore si elle a une capacité souveraine de décision ou si elle est complètement à la main des US, un peu comme le Japon, mais je ne peux pas le dire à sa place.

      Ce serait malhonnête de reconnaître le droit aux Criméens à choisir leur destin et de refuser aux Taïwanais de choisir le leur. La solution intelligente serait de reconnaître l’existence de Taïwan et de la Chine Populaire, ou une structure fédérative entre ces deux entités conditionnée à la reconnaissance de la pleine existence de l’autre partie. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès