• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Elon Musk humilie un journaliste woke de la BBC

Elon Musk humilie un journaliste woke de la BBC

Regardez cet extrait d'une interview donnée par le journaliste de la BBC James Clayton. L'interview a été diffusée en direct depuis le siège de Twitter à San Francisco, attirant plus de trois millions d'auditeurs.

Tags : Journalisme Réseaux sociaux Twitter Elon Musk




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • zzz999 16 avril 12:37

    On dirait un dialogue entre un soit disant complotiste et un soit disant fact checker.


    • Le Glaude Le Glaude 17 avril 21:18

      @zzz999
      .
      .
      Les Fact-Checkers sont des ESCROCS sans aucune compétence quelconque .
      .
      .
      D’ailleurs , l’Affaire Marlène Schiappa avec son Officine "Marianne" finançait clandestinement Conspiracy Watch de Rudy Reichstadt , grâce à de l’argent public !
      Ce qui prouve que ces Pseudo Fact-Checkers travaillent officieusement pour le Pouvoir en place !
      .
      .
      CITATION du Professeur Didier Raoult ........ " Complotistes et comploteurs. Je suis heureux de comprendre comment sont payés les "anti-complotistes" qui nous insultent (nous qui avons été bénévoles dans la crise Covid).Un des financements vient du fond Marianne créé pour lutter contre l’islamisme radical ! Même un "comploteur" comme moi n’ aurait pu l’ inventer !! . "
      .
      .
      https://twitter.com/raoult_didier/status/1648008203471298562?ref_src=twsrc%5Etfw
      .
      .


    • Pyrathome Pyrathome 18 avril 01:11

      @Le Glaude

      Bon là, plus aucun doute concernant les guignols "fuck checker", nous sommes bien en présence d’un ramassis d’ordures qui vivent sur le dos d’un martyr pour promouvoir leurs bobards soit disant "anticomplotistes"....
      Le comble de l’abjection ! et c’est même le torchon "Libération" qui balance, ils sentent le vent tourner dans les Landerneau....

      https://www.liberation.fr/checknews/fonds-marianne-la-liste-des-17-associations-beneficiaires-20230414_JGZKBKVNIRCDPIS43DDXGCGMRQ/

      Toute l’engeance au grand complet ! Mais quelle HONTE ! ça me fait vomir....

      Là, ils sont définitivement grillés ces escrocs....
      Raoult ouvre le feu !


    • christophe nicolas christophe nicolas 16 avril 14:15

      Les chefs d’entreprise qui font dans le technique sont rompus au dialogue et tranchent vite. Ils repèrent vite les "comiques" or les médias mainstream font dans la propagande ces temps ci, un métier parfait pour les "comiques".


      • JL 17 avril 07:48

        Excellent


        • JL 17 avril 08:29

          @JL
           
           ces journalistes sont facilement mis en difficulté, mais ils ne le savent pas, vu qu’ils ont l’habitude d’être ménagés par leurs invités : on peut y voir de la servilité ou une communauté d’intérêts.


        • TchakTchak 17 avril 08:37

          Méfiez-vous de vos sens qui piègent votre cerveau, on vous l’a toujours dit...

          https://twitter.com/Aliyah01150546/status/1647338926615535616

          .

          Après cette expérience de tromperie aussi facile, je reste étonné de ceux qui ne comprennent pas le danger à l’intrusion des programmes et machines dans nos vies :

          https://twitter.com/LaureGonlezamar/status/1644800303600922624

          Pour les plus pressés, si vous évitez les vidéos, matez quand même celui du robot Israélien.

          Et même si, pour ma part, je reste méfiant d’Elon Musk, qui a toujours moyen de mener un double jeu.

          Mais ceux qui ont toutes les raisons de se méfier, voire de rejeter un telle société n’ont pas voix au chapitre. Ceux qui dirigent le monde, avec les Etats qui n’y résistent plus, ne nous demandent pas notre avis pour nous l’imposer.

          .

          Bernanos avait pourtant déjà fait un examen de nos limites anthropologiques avec "La France contre les robots".


          • JL 17 avril 09:20

            @TchakTchak
             
             ’’Pour les plus pressés, si vous évitez les vidéos, matez quand même celui du robot Israélien.’’

            >
            Le développement des IA et autres robots m’inquiète. Mais je ne vois pas dans ce robot que vous signalez à notre attention ce qu’il y a de plus inquiétant que des tas d’autres choses.
            Ce pourrait bien être un humain dans un exosquelette.


          • Unghmar Unghmar 17 avril 11:23

            @TchakTchak

            Bonjour, la Laure commence par un avertissement et ce qui suit est précisément de la même veine. Ok on peu conditionner le cerveau, mais il ne faudrait pas se laisser avoir par toutes les vidéos à "effet waouh" qui suivent.
            L’industrie du cinéma a développé depuis des décennies de multiples techniques visant à créer l’illusion. Parmi celles-ci, on a :

            L’animatronique ( wiki ). Voir sur YouTube avec comme mot clef "animatronic". Exemple : https://www.youtube.com/watch?v=TLFxlOaKtUE

            La capture de mouvement ( wiki ). Voir sur YouTube avec comme mots clef "motion capture". Exemple ( 3min36 ) : https://www.youtube.com/watch?v=2CJ26DEu3E0

            L’image de synthèse ou 3D, bon, voir Avatar où quasiment tout est en 3D. Ou bien encore la facilité relative d’incruster des éléments 3D dans la réalité ( filtres téléphone portable oreilles de chat ).

            A partir de là, toutes les images d’Internet ( sans compter que les "deepfake" arrivent ) sont contestables. Certes les IA sont là, mais toute vidéo, si elle est montée ( succession de vues différentes ) est suspecte surtout quand il s’agit d’impressionner le chaland ( et surtout l’investisseur pour qu’il crache au bassinet ). En reprenant le fil de Laure Gonlézamarres, je peux dire que 90% est bidon.

            La première vidéo de Titan le robot ( et c’est précisé après dans son fil ) est un acteur dans un costume qui active des sons et lumières. Beaucoup d’amateurs font du "cosplay" et c’est utilisé dans les parcs d’attraction. Avec un peu de temps on peut se déguiser en Space marine ou bien faire de la promotion pour Transformer, etc. les exemples sont multiples.

            La deuxième vidéo ( avec la tête grise et les expressions ) n’est juste qu’un visage en animatronique que l’on peut voir miner quelqu’un ici : https://www.youtube.com/watch?v=3OHILYjsW7c. C’est pilotable à distance par télécommande ou par le biais d’un acteur en "mocap" ( capture de mouvement ) ou par un programme. Cela existe depuis des années.

            J’ai de très fortes suspicions pour le robot Atlas qui danse que ce soit de la capture de mouvement notamment parce que je ne vois pas d’ombre au sol. Atlas quand il est présenté en public, il tombe de scène. Les vidéo faites dans le laboratoire montrent des robots à la peinture rayée. Et il passe leur temps à refaire des scènes parce que leur robots se pètent la gueule tout le temps : https://www.youtube.com/watch?v=Ggk26a7GTbE

            Le "amazing robot from israel" est un faux qui vient directement de la chaîne Corridor Crew sur youTube qui visait justement à se moquer de Boston Dynamics et leur robot Atlas tout en mettant en évidence les dérives qui pourraient en découler. Voir ici le "making of" avec motion capture, incrustation 3D dans les prises de vues réelles, etc ... ( 5min34 ) : https://www.youtube.com/watch?v=zIdqiwHsuI8 ( voir là aussi : https://www.youtube.com/watch?v=TIlEYGFBECU )

            J’ai vraiment la flemme de chercher cette histoire de 29 personnes tués dans un labo. La superposition avec les robots qui dansent est grotesque en plus.

            Bref, les IA c’est vraiment pas ma tasse de thé mais un peu d’éducation à l’image serait pas mal parce que l’on fait gober pas mal de grosses conneries en ce moment pour vendre de la techno. Alors n’oubliez pas, vous êtes nuls, la machine va vous remplacer. ( message au patronat : les humains sont nuls, achetez nos techno )


          • TchakTchak 17 avril 14:27
            JL et Unghmar,
            .
            Je vous réponds à tous les deux pour éviter d’être redondant.
            Je commence par la conclusion : ce n’est pas parce que Gonzelamarres a commis des maladresses dans son développement que cela fait disparaître la question de fond.
            .
            J’ai indiqué l’ambivalence de Musk pour modérer l’impression qu’elle laisse d’exemplarité de sa part. Il est en période d’interrogation sur le devenir humain dans un monde dominé par l’autonomie technologique, seule la suite nous dira si c’est de circonstance pour mieux redéployer ses activités et reprendre avantage compétitif ou s’il est prêt à soutenir un débat public sincère là-dessus.
            .
            Pour Titan, Gonzelamarres a fait en effet un mauvais choix d’illustration : ce n’est pas un robot mais un exosquelette pour animation de foires et événements. C’est après coup qu’elle a rajouté son complément d’informations à son thread, justement pour essayer de corriger son erreur. Mais, oui on peut lui reprocher que c’est insuffisant.
            .
            Pour le robot Israélien, JL, c’était pour souligner l’avancée en autonomie du robot (discrimination entre les cibles, rapidité de décision, reconnaissance automatique des armes…). Mais c’est un faux, comme le renseigne Unghmar et c’est moi qui l’ignorais (je n’avais pas vérifié plus loin). Maintenant, j’apprends incidemment que l’on peut modifier l’image d’un personnage réel dans une vidéo (et pas simplement une photo), ce que je ne savais pas clairement (encore du développement du monde du faux). La blague de potaches de la chaîne Corridor Crew (intéressante à découvrir) contre les plantages de Boston Dynamics n’enlève rien à la rapidité de progression de cette entreprise (capacité du robot à évoluer dans la neige en terrain naturel accidenté, réussite de parkours y compris via des plans inclinés, etc…).
            .
            Donc oui, Unghmar, tant qu’à faire, autant bien s’informer sur la progression de l’univers des robots et des programmes numériques (dont le ChatGPT, sujet du moment). Mais cela n’enlève rien de la question de fond de Gonzelamarres que je remets ici :
            Nous pensons être l’espèce au sommet de l’évolution sur Terre… parce que nous avons-nous-mêmes défini ce qu’est l’évolution et les critères d’intelligence pour y être au sommet. Mais cette vision anthropocentrée, être celui qui décrit les règles du jeu et y participe, est nécessairement biaisée par la subjectivité et les limites naturelles de l’intelligence qui crée le système. Qu’est-ce que l’intelligence ? Une pensée complexe ? La conscience ? Survivre ? Avoir des émotions ? Prendre des décisions ? Transmettre ? Résoudre des problèmes ? La définition que nous en donnons n’est pas la bonne au sens de l’intelligence qu’est capable d’atteindre l’IA. Car la super IA apprend, retient, s’améliore, apprend encore, retient encore, s’améliore encore, dans un cercle infini. L’IA peut donc, contrairement à nous pauvres humains limités, accéder à TOUTE l’intelligence présente sur Terre, et plus encore. Elle peut s’approprier tous les savoirs, toutes les connaissances, toutes les pratiques de toutes les intelligences multiples du vivant, peut-être pourquoi pas de l’inerte, des forces créatrices, des dimensions et même, de l’insoupçonnable.
            .
            C’est un sujet philosophique et anthropologique, mais impérieux en même temps car c’est une révolution culturelle qui nous tombe dessus. Et je crains, pour ma part, que contrairement à celles précédentes que l’humanité a su digérer à son profit (inventions de la roue, des cités-Etats, de l’imprimerie, du moteur à explosion, etc…), celle de l’intrusion des programmes numériques & machines nous dépasse cette fois–ci, d’autant plus avec une caste mondialiste en formation commençant déjà à gouverner la planète. Moi, je vois que tout prend forme d’une mise en cage numérique, forme moderne de l’antique servage.

          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 17 avril 22:08

            @TchakTchak

            Je ne comprends pas ce qui vous inquiète dans ce que vous appelez "IA". 
            N’avez-vous pas toute votre vie utilisé des ordinateurs, des logiciels et des robots ménagers ou professionnels ? Quelle est la différence, exactement ? Je n’en vois aucune. En revanche, je vois que pendant la période covid, tout le monde ou presque s’est soumis au QRcode. Et c’est ça qui est effrayant : l’homme se comportant comme une machine, c’est effrayant. Pas une machine qui se comporterait comme un homme. 


          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 17 avril 22:27

            @Unghmar

            "Bref, les IA c’est vraiment pas ma tasse de thé mais un peu d’éducation à l’image serait pas mal parce que l’on fait gober pas mal de grosses conneries en ce moment pour vendre de la techno. Alors n’oubliez pas, vous êtes nuls, la machine va vous remplacer. ( message au patronat : les humains sont nuls, achetez nos techno )"

            Exact. J’aime bien aussi l’appel dramatique adressé au monde demandant le ralentissement du progrès vertigineux d’une technique par ceux-là même qui en sont les principaux promoteurs et bénéficiaires en milliards, pour montrer en creux à quel point cette technique va transformer la vie trop vite. Cela tombe idéalement pour faire monter les actions et rameuter les investisseurs en pagaille juste après les déboires de la Silicon Valley Bank. 

          • TchakTchak 18 avril 09:54

            @Gaspard Delanuit
            .

            On a déjà essayé d’échanger plusieurs fois là-dessus, mais ça ne marche pas...
            .
            Je ne comprends pas ce qui vous inquiète dans ce que vous appelez "IA"
            Notez que je n’ai pas utilisé l’acronyme "IA", doucement vos projections ...
            Le sujet n’est plus tant si les programmes et machines ont une intelligence, ou non, alors que vous vous obstinez à une différence qualitative avec celle humaine. Le sujet est : est-ce que les capacités cognitives humaines finiront par être absorbée par celles des programmes et machines qui les dépassent ?
            C’est ce qui en cours et ce que vous déniez (vous avez même comparé les capacités actuelles des machines et programmées à un thermostat de radiateur...).
            Alors que vous indiquez-vous même le problème :
            Et c’est ça qui est effrayant : l’homme se comportant comme une machine.
            Oui, justement : dans un monde orchestré par des machines programmées, les humains finissent par se comporter comme eux. C’est en ce sens que je parle de limites anthropologiques.
            .
            Prenez l’expérience Milgram : 65% des cobayes ont poussé les trois derniers boutons à 450 volts. On peut dire que ce sont des crétins, des idiots, des lâches, des abrutis, oui. On peut dire aussi que c’est un fait, une limite humaine, en prendre conscience pour informer et prendre disposition dans la société pour limiter les situations d’abus d’autorité & pouvoir. Sinon, ça recommence, comme le QR code auquel trop d’humains n’ont pas encore compris le piège qui s’impose à tous sans que personne ne puisse s’y opposer. Et les bandits se préparent à imposer l’identité, l’argent, des pass numériques : tout droit vers le crédit social chinois. Et vous serez coincé, comme tout le monde, thermostat de radiateur ou pas.
            .
            Quand un crime est commis, c’est parce que la victime est plus faible, physiquement, ou psychologiquement, ou idiote, ou les trois. Mais la société a pris disposition pour protéger les victimes, réelles et potentielles, avec la police et la justice. Ça semble évident, et ça l’est, car les sociétés ont intégré depuis longtemps cette inégalité entre les humains pour qu’elles puissent exister. Alors pourquoi ne pas aborder cette évidence que les capacités des machines programmées sont en train de dépasser celles mentales des humains, avant que l’inversion du rapport maître-esclave entre le système numérique et celui humain ne soit réalisé ?

            - - - - - - - - 
            Ici un politique qui tente courageusement d’ouvrir le débat, via le chatGPT. L’angle d’attaque n’est pas le même, mais le sujet reste les programmes et machines pouvant détruire les sociétés dont les humains ont besoin pour vivre.

          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 19 avril 04:38

            @TchakTchak

            "Oui, justement : dans un monde orchestré par des machines programmées, les humains finissent par se comporter comme eux."

            Certains humains peuvent tomber dans cette tendance, de même que certains humains vivant au contact du monde animal pouvaient autrefois se comporter comme des bêtes et traiter leurs subalternes comme des animaux. Dans les deux cas, le problème est le manque d’humanité, donc de culture. Et non la proximité de la bête ou de la machine. En ce qui me concerne, plus je me sers des machines et des programmes, plus je suis humain, parce que la machine extérieure me libère de mon propre comportement mécanique et de mon auto-programmation (tout comme un rapport sain aux animaux peut nous libérer d’une certaine bestialité). Je constate que c’est aussi le cas pour plusieurs personnes de mon entourage. Alors, pourquoi n’est-ce pas le cas pour tous les êtres humains ?

            Le sujet est : est-ce que les capacités cognitives humaines finiront par être absorbée par celles des programmes et machines qui les dépassent ?

            Je ne comprends pas ce que vous voulez dire, mais lisez-moi bien afin de comprendre pourquoi je dis cela. Toutes les machines ont été inventées pour dépasser les capacités mécaniques de l’homme, n’est-ce pas ? C’est aussi le cas pour le calcul mécanique, c’est évident. Or, je ne vois pas ce que peut signifier concrètement une absorbation des capacités cognitives humaines par un programme ou une machine (?) Mes capacités cognitives n’ont jamais été absorbées par aucun ordinateur (les vôtres si ?), pas plus que mes capacités motrices corporelles n’ont été absorbées par ma voiture, le train ou l’avion. Il est vrai que j’aurais de plus grosses cuisses si j’avais essayé toute ma vie de courir à la vitesse d’une voiture, mais cela aurait été vain. Et l’existence de l’avion n’est pas la cause du fait que je n’ai pas développé d’ailes organiques. Certes, je comprends bien qu’il existe un danger consistant dans le fait qu’un enfant puisse préférer rester devant un écran plutôt que d’aller découvrir le monde avec la totalité de son corps et de son âme, mais je ne crois pas que vous parliez seulement de ce problème. Donc, auriez-vous un exemple à donner pour incarner cette hypothétique "absorbation des capacités cognitives" qui constitue selon vous "le sujet" ? 



          • TchakTchak 19 avril 10:59

            @Gaspard Delanuit

            Soit. On continue à croiser des arguments qui se glissent entre eux sans pouvoir articuler un débat. Vous voulez m’expliquer la différence qualitative entre les capacités numériques & technologiques et celles humaines. Je veux vous expliquer l’invasion des capacités numériques & technologiques sur les capacités humaines pour choisir son existence et gérer la société. Rien de neuf par rapport à nos échanges précédents : on ne voit pas la même chose sur ce sujet. Donc bon, moi j’en reste là.


          • Unghmar Unghmar 19 avril 11:52

            @TchakTchak
            Je vous invite à aller voir l’entrevue avec Philippe Guillemant

            par NTD, notamment à 22min10 : https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/plan-covid-portail-d-entree-du-97274


          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 19 avril 15:17

            @TchakTchak

            "Je veux vous expliquer l’invasion des capacités numériques & technologiques sur les capacités humaines pour choisir son existence et gérer la société. Rien de neuf par rapport à nos échanges précédents : on ne voit pas la même chose sur ce sujet. Donc bon, moi j’en reste là."

            Vous avez une étrange façon de (ne pas) communiquer. Je vous demande (pour bien vous comprendre) de me donner un exemple d’invasion des capacités numériques & technologiques sur les capacités humaines et vous m’expliquez qu’on n’arrive pas à communiquer parce que vous voulez m’expliquer l’invasion des capacités numériques & technologiques sur les capacités humaines. Demander un exemple, ce n’est pas demander un rein ou un œil, donc où est le problème ? Bon, en même temps, ce n’est pas grave, hein. 


          • nono le simplet nono le simplet 19 avril 15:38

            @Gaspard Delanuit
            un qui demande des exemples et l’autre pas foutu d’en donner ...
            match nul, complètement nul ...
            ne me nourrissez pas smiley


          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 19 avril 15:58

            @TchakTchak

            "Vous voulez m’expliquer la différence qualitative entre les capacités numériques & technologiques et celles humaines."

            Et il me semble que j’y arrive (non ?), en vous donnant des exemples. 



          • TchakTchak 20 avril 06:07

            @Unghmar
            .

            Oui, j’avais regardé. C’est lui qui m’a fait découvrir que l’identité numérique est le cliquet sans retour sur le contrôle des humains, la mise en cage dont j’ai parlé plus haut.

            C’est bien expliqué ici, si ça vous intéresse : https://www.youtube.com/watch?v=wZ8QOk3jm7A

             .

             Dans la vidéo que vous me mettez en lien, je le trouve moins régulier, des propos intéressants que j’ai notés et d’autre moments où il rame. Mais je ne lui en veux pas : expliquer la singularité de l’intelligence humaine, je crois que personne n’y est arrivé. Il faut notamment pour cela sortir du paradigme matérialiste. Mais on vit de ça depuis 250 ans, son rationalisme a été un puissant moteur pour libérer les humains du malconfort. Il faut maintenant découvrir que rationalisme est aveugle à lui-même et qu’au bout, il y a un mur et qu’on y est. 

             .

            Sur l’extrait que vous me désignez, oui, il faut que le système s’effondre, il n’est plus amendable. Mais je suis dubitatif sur l’idée que quand on touche le fond, on remonte nécessairement. Parce que l’oligarchie (multinationales + banques + fonds de pensions) est en train elle-même de conduire une démolition contrôlée des économies nationales et des Etats eux-mêmes (dont un Macron est en train de faire le job). Ceci afin de reprendre en main numériquement, et de façon complètement centralisée, l’économie mondiale dans le cadre de la 4ème révolution industrielle. C’est le système totalitaire, le mur du rationalisme que j’évoquais : une société parfaitement gérée depuis une caste démiurgique et des individus dépossédés de tout, impuissants à conduire leur existence, si ce n’est de développer des performances utiles à la caste gestionnaire.

             .

            Le système totalitaire Russe a duré 70 ans, avant de s’effondrer. Celui Chinois a 100 ans et l’avènement du numérique ne fait que le renforcer. Les Chinois sont pourtant très intelligents. Donc on peut aussi toucher le fond et y rester longtemps...


          • TchakTchak 20 avril 06:37

            @Gaspard Delanuit
            .

             Je vous demande (pour bien vous comprendre) de me donner un exemple d’invasion des capacités numériques & technologiques sur les capacités humaines

            .

            Parce qu’il n’y a pas une nouveauté qui a changé le monde, c’est un phénomène progressif, à petits pas, passif, insidieux. Et les programmes et technologies, c’est un vaste univers, avec des points sans rapports évidents entre eux, mais qui contribuent à déposséder les individus, y compris de leur être.

             .

            - Le QR code covid : obligation pour les personnels de magasins et restaurants de surveiller une information médicale que les consommateurs étaient obligés de communiquer.

            - Les guichets automatiques : maintenant dans les aéroports pour livrer son bagage et s’enregistrer : extension de la vie sans interactions humaines.

            - Nos échanges ici et tous nos clics sur Internet enregistrés dans les data centers : nos vies privées enregistrées, commercialisées, pour anticiper des démarches marketing, d’ingénierie sociale, sans compter le contrôle des individus y compris de leurs opinions (une loi Française est passée, autorisant le suivi numérique du simple activisme militant, perçu maintenant comme mauvais).

            - Le GPT remplaçant possiblement le moteur de recherche (Google s’en inquiète) : vers la réponse-machine au lieu de l’exploration des sites avec différentes réponses, nuances, personnalités.

            - Exemple de Bardella que j’ai mis en vidéo : si la copie GTP a été classée 10ème pour le concours de barreau US, je n’aurais plus besoin d’avocat pour organiser ma défense si litige juridique => Une vaste panoplie de métiers bons pour la casse alors que tout le monde a besoin d’un job pour vivre, des humains en rebut, alors qu’une société a vocation a faire participer ceux qui en vivent.

            - Projet de gestion mondiale de la santé (en tout cas des épidémies), depuis l’OMS : plan sanitaires uniques à protocoles et médications identiques pour tous les humains, sans prise en compte des différences métaboliques individuelles des réalités de vies et culturelles différentes, encore moins de l’automédication, du soin par soi-même. Un type de projet démiurgique rendu possible avec le numérique, en réactif, impossible avant avec la paperasserie et la bureaucratie qui auraient été nécessaires. => Vers l’extinction des généralistes, de l’art de soigner, le génie du métier déplacé vers l’ingénierie hors sol, dans les labos des bigs pharmas, comme cela s’est produit dans le monde paysan après guerre, qui a perdu la maîtrise des semences et de la valorisation des variétés.

             .

            Bref, toutes sortes de ruisseaux qui convergent vers la société de Technos, remplaçant Demos, à gestion centralisée à la place d’une société en mode ruche d’abeilles à microdécisions constantes en écosystème de société.

             .

            Effets : paresse et atrophie intellectuelles, perte de sa singularité (personnelle, familiale, de la petite communauté), de sa créativité pour conduire son existence, autisme social et refuge dans le virtuel, perte du réel, de l’utilisation de ses sens pour le sentir et le vivre, avec pathologies idéologiques de compensation, liste non exhaustive.

            .

            C’est une tendance ancienne, avec le consumérisme de masse. Karl Polanyi avait déjà pressenti ce phénomène avec La Grande Transformation, le désencastrement des humains, dépossédés progressivement des sociétés dans laquelle ils vivent. Les humains (en tout cas Occidentaux) sont devenus mûrs pour que le numérique cueille l’affaiblissement des âmes et l’automatisation des comportements. On peut dire que ce que la révolution industrielle a commencé, celle numérique va le terminer. Je ne dis pas ici pas ici que le moteur à explosion et le numérique sont mauvais en soi. Toute invention a son ambivalence, souvent avec des bénéfices à court terme et des pertes induites se manifestant à long terme. Je crains que les effets culturels de ces deux inventions aient généré une puissance qui dépasse les capacités des humains créateurs, l’effet Frankenstein, si on veut.


          • TchakTchak 20 avril 06:52

            @Gaspard Delanuit

            Et il me semble que j’y arrive (non ?), en vous donnant des exemples. 

            Ici et dans des échanges passés, vous avez su indiquer que l’intelligence humaine n’est pas ce que la technologie peut faire. Pendant longtemps, il a suffit d’expliquer que l’intelligence était la rationalité, dont seuls les humains sont capables. Avec le jocker, jadis, qui était que l’âme humaine est divine pour clore la question. Le numérique n’est que du fonctionnement rationnel. Vous m’aviez utilement rappelé que l’intelligence ne se limite pas aux capacités d’adaptation et de résolution de problèmes.

            Maintenant, je n’ai pas lu précisément de votre part qu’est-ce que l’intelligence humaine. Mais je ne vous le reproche pas, c’est tout autant difficile de définir l’âme, l’esprit, la conscience… En même temps, c’est ce qui nous manque aujourd’hui, puisqu’on qualifie d’"intelligence artificielle" le numérique invasif sans pouvoir opposer une définition éclairante pour tous de l’intelligence humaine afin de nous préserver.

            Faiblesse dont profite un Yuval Hariri pour dire que le mental humain n’est que pâte à modeler pour croyances collectives qui sert de colle aux sociétés. Et c’est ce qui fait le bizness des zézétocs : les humains ne produisent que de la croyance, les sens nous trompent et nous encombrent, seule la science, que seul le système peut produire car il a le privilège des moyens nécessaires, peut décrire le réel et dire le vrai.

             .

            Peut-être aussi que l’intelligence "à vide" n’existe pas, en tout cas est vaine, mais qu’elle ne se manifeste que lorsqu’elle est reliée à celle du cosmos. Mais c’est impossible à expliquer avec le paradigme matérialiste (je deviens redondant ici avec ce que je disais à Unghmar plus haut).

            Les échanges avec vous et d’autres, (Gollum, Yoananda) m’ont confirmé que seul le paradigme moniste (ou en tout cas ce paradigme) peut replacer l’intelligence humaine et sa nécessité dans le réel.


          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 20 avril 09:29

            @TchakTchak

            Il y a beaucoup de choses intéressantes dans vos deux réponses. Je vais commencer par ceci :

            "Maintenant, je n’ai pas lu précisément de votre part qu’est-ce que l’intelligence humaine. Mais je ne vous le reproche pas, c’est tout autant difficile de définir l’âme, l’esprit, la conscience… En même temps, c’est ce qui nous manque aujourd’hui, puisqu’on qualifie d’"intelligence artificielle" le numérique invasif sans pouvoir opposer une définition éclairante pour tous de l’intelligence humaine afin de nous préserver."

            Précisément, j’ai déjà dit que la définition éclairante pour tous de l’intelligence est celle de l’Académie française : https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9I1608

            Ce n’est que sous l’influence du pragmatisme, du matérialisme et du progressisme anglosaxon qu’on a ajouté "faculté de s’adapter".

            Et, bien entendu, "faculté de comprendre artificielle" ou "faculté artificielle de comprendre" n’a aucun sens. Voilà pourquoi un véritable homme de culture français doit maintenir inébranlablement la position selon laquelle "intelligence artificielle" n’est pas plus français que "amour artificiel". "Intelligence artificielle" est une expression inventée par des commerçants et non par des savants ; c’est une pure appellation commerciale, tout comme l’appellation abusive "fonte d’aluminium" qui a été imaginée par des marchands de casseroles mais qui n’a jamais eu aucune réalité métallurgique.  

            Faiblesse dont profite un Yuval Hariri (...)

            Yuval Hariri est une simple version réactualisée de Claude Vorilhon (Raël) qui en a aussi profité à son époque (et qui en vit toujours). 



          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 20 avril 09:45

            @TchakTchak

            "Parce qu’il n’y a pas une nouveauté qui a changé le monde, c’est un phénomène progressif, à petits pas, passif, insidieux. Et les programmes et technologies, c’est un vaste univers, avec des points sans rapports évidents entre eux, mais qui contribuent à déposséder les individus, y compris de leur être."

            Tout en faisant les mêmes constats lucides que vous sur les effets, je pense qu’aucune cause maléfique extérieure ne peut déposséder un être humain de son être, mais qu’il peut arriver à des êtres humains de renoncer à leur être (à leur conscience et à leur liberté). Le diable ne peut pas voler votre âme ; mais vous pouvez la lui vendre et ainsi devenir un PNJ (personnage non joueur) : 
            https://www.youtube.com/watch?v=dvqjp1YXn6Q&t=2862s

          • Conférençovore Conférençovore 20 avril 10:18

            @TchakTchak

            « Une vaste panoplie de métiers bons pour la casse alors que tout le monde a besoin d’un job pour vivre, des humains en rebut, alors qu’une société a vocation a faire participer ceux qui en vivent. »


            Une vaste panoplie de métiers sont objectivement merdiques, inutiles, aliénants (comme caissière au supermarché ou guichetière dasn un aéroport) voire toxiques, que ce soit au reste de l’humanité, aux autres espèces ou à la Terre elle-même. Si une IA réussi à faire 10 fois, mille fois, un million de fois mieux que ce qu’un avocat ou radiologue expérimenté peut faire actuellement, il n’y a aucune raison de s’en passer.


            Je pense que tu prends le problème à l’envers. Si tu as besoin d’un avocat pour te défendre, qu’est-ce que tu cherches au juste ? Le contact humain à tout prix (que tu peux avoir autrement qu’à travers ce qui n’est qu’un échange commercial de service) ou bien la meilleure défense possible ?

            Des tas de métiers vont en effet disparaître mais ça tombe bien. Beaucoup sont des shit-jobs (un community-manager, je ne sais pas à quoi cela sert, un agriculteur ou un artisan, oui) remplaçables par des IA infiniment plus performantes. La vraie question est : comment et à quoi occuper tous ces gens ? Parce que, de toutes façons, être contre les IA en 2023, c’est comme être contre la voiture au début du siècle dernier. Ca va arriver, quoique l’on fasse ou dise. On n’arrête pas le progrès disait un vieux slogan. Si on le fait, d’autres (sans doute moins bienveillants) s’en empareront (c’est déjà le cas) et nous domineront voire nous exterminerons (et je ne dis même pas cela en plaisantant, c’est tout à fait possible).


            Alors à quoi occuper ces gens ? J’ai une réponse qui devrait te plaire. Servigne avait estimé qu’il faudrait 150 millions de permaculteurs rien qu’en Europe pour assurer l’auto-suffisance alimentaire de tout le continent et avec du 100% authentique et durable bio. Aucune IA ne pourra redonner vie à nos sols et sous-sols, traiter les énormes problèmes de pollution, remplacer les fibres synthétiques de nos vêtements (ultra polluants et à chaque cycle de machine à laver que l’on entame) et redonner du sens à la vie humaine. Au mieux l’IA pourrait être un outil décisionnel qui parviendrait à la même conclusion que celle d’un humain relativement sensé (comme toi ou moi) : nous devons de toutes façons changer, autrement nous allons disparaître.

            Alors si l’IA peut (et va... c’est juste une certitude) remplacer tout un tas de métiers du tertiaire et du secondaire qui ne servent en réalité à quasiment rien, ce sera un pas de géant pour une humanité qui pourra se concentrer à faire autre chose. Je pense même que c’est ce qu’attendent de nous certains observateurs venus d’ailleurs.


            Quant à Musk (comme Google), tu as raison d’être méfiant. Sa probable fausse prudence tient sans doute davantage au fait qu’il s’est fait doubler sur cette techno malgré ses immenses moyens. Et il n’est pas du genre à apprécier. Il a réalisé qu’il ne serait pas associé à ce qui s’annonce comme la probable plus importante révolution de l’histoire de l’humanité et l’a mauvaise. Je crois que l’explication à tout cela n’est pas autre chose qu’une triste et banale histoire d’ego.



          • TchakTchak 20 avril 15:31

            @Gaspard Delanuit
            .

            Précisément, j’ai déjà dit que la définition éclairante pour tous de l’intelligence est celle de l’Académie française : https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9I1608
            Mouais, c’est un peu du bubu qui balance une étude clinique pour montrer qu’il a raison, et si l’étude est démontée, il en balance une autre.
            Et, bien entendu, "faculté de comprendre artificielle" ou "faculté artificielle de comprendre" n’a aucun sens.
            C’est une affirmation de votre part, pas une explication.
            .
            Dictionnaire de l’académie :
            Faculté de comprendre, de concevoir, de connaître, et notamment faculté de discerner ou d’établir des rapports entre des faits, des idées ou des formes pour parvenir à la connaissance.
            .
            Sortons le capillotracteur.
            Dictionnaire de l’Académie : "comprendre" :
            Saisir par l’esprit des rapports entre des faits, des idées, des sentiments.
            Saisir par l’intelligence ou l’intuition

            Exemple avec AlphaGo Zéro, programme numérique imbattable au jeu de go (autrement plus complexe à programmer que celui du jeu d’échecs).
            Je vous laisse prendre connaissance :
            .
            Point de vue d’un technophile fanatique.
            "Saisir par l’esprit" : si ce n’est pas l’esprit qui saisit, le programme AlphaGo Zéro saisit des placements de pions comme un ensemble de faits et des scenarios comme d’autres faits pour l’emporter contre un humain.
            "Saisir des rapports entre des idées" : Chat GTP est capable d’éditer une synthèse de philo produisant des rapports entre des idées.
            "Concevoir" : AlphaGo Zéro et Chat GPT font l’activité humaine de conception d’un plan de jeu comme d’un texte.
            Connaître : ces deux programmes accumulent des données, équivalentes de connaissances par deep learning.

            Et l’Académie mentionne elle-même l’intelligence artificielle :
             Intelligence artificielle, ensemble de propriétés rapprochant du cerveau humain certains systèmes informatiques très évolués
            .
             Devant un convaincu de l’IA, votre affirmation "la faculté artificielle de comprendre n’a aucun sens", devient branlante.
            - Oui, mais seule la conscience peut comprendre
            - Peut être, mais si un programme peut réaliser la même activité que celle de comprendre, elle réalise une même activité que celle de l’intelligence, c’est pourquoi on dit qu’elle est artificielle, artifice, simili ...
            .
            Pas simple...

          • TchakTchak 20 avril 15:40

            @Gaspard Delanuit
            .

            je pense qu’aucune cause maléfique extérieure ne peut déposséder un être humain de son être,
            C’est pourtant ce que j’explique depuis le début de ce fil... Mais à part ça, tout va bien ! 
            J’ai quand même développé tous ces commentaires pour expliquer ce qu’il y avait derrière le mot avec lequel vous rassemblez tout : "maléfique".

            Après, certains résistent mieux que d’autres. Mais le jeu à "qui résiste le mieux ?" ne m’intéresse pas. Je m’intéresse à celui du "comment éviter ça ?". Parce que pendant ce temps, le contrôle numérique global (en tout cas en Occident) avance son chemin.

          • TchakTchak 20 avril 15:55

            @Conférençovore
            .

            Une vaste panoplie de métiers sont objectivement merdiques, inutiles, aliénants (comme caissière au supermarché ou guichetière dasn un aéroport) voire toxiques, 
            (...)
            Des tas de métiers vont en effet disparaître mais ça tombe bien. Beaucoup sont des shit-jobs
            .
            Déjà, ce n’est pas nouveau. Si dans le monde entier, les populations ont quitté le monde champêtre et bucolique pour aller travailler dans des vastes ateliers sordides pour des tâches stupides et répétitives en étant mal payés, c’est qu’il y a quand même des raisons. Et croyez-moi que ça me fait mal d’écrire ça, pour un ancien citadin bien content de développer mes activités champêtres.
            Des boulots de gratte-papiers ou de gardiens inutiles dans les administrations sont des shit-jobs qui existent depuis longtemps.
             
            Donc le vrai changement, avec l’IA, bien concret, ça va être des centaines de milliers ou millions de gens mis au rebut : c’est quand même le premier problème. Le monde meilleur que peut apporter l’IA, c’est juste hypothétique.
            .
            Alors à quoi occuper ces gens ? J’ai une réponse qui devrait te plaire. Servigne avait estimé qu’il faudrait 150 millions de permaculteurs rien qu’en Europe pour assurer l’auto-suffisance alimentaire de tout le continent et avec du 100% authentique et durable bio.
            Cool, je suis d’accord. Pablo Servigne écrit des bouquins. Klaus Schwab, Bill Gates, Larry Fink, et Cie, eux dirigent le monde, avec des Macron pour compradores. Et leur plan n’est pas du tout, du tout, celui de Pablo Servigne...
            Une histoire a dit que David a gagné contre Goliath, croisons les doigts pour l’avenir... 

            .

            Quant à Musk (comme Google), tu as raison d’être méfiant.

            https://www.sudouest.fr/economie/economie-du-numerique/intelligence-artificielle-qu-est-ce-que-truth-gpt-dernier-projet-d-elon-musk-14835122.php
            Bon, il a quand même jeté un pavé dans la mare avec son alerte sur les dangers du GPT et il a libéré pour l’instant twitter de la censure. On prend ce qui vient et ce qu’on peut.


          • TchakTchak 20 avril 15:59

            @Unghmar

            Ouais, ou bien une très chouette prospective en mars 2019 (avant le covid) de Deloitt, le plus grand cabinet conseil au monde :

            J’ai lu Pieces & Main d’Oeuvre pendant des années : j’ai peut-être un avenir de luddite qui m’attend...

          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 20 avril 19:47

            @TchakTchak

            "Devant un convaincu de l’IA, votre affirmation "la faculté artificielle de comprendre n’a aucun sens", devient branlante.
            - Oui, mais seule la conscience peut comprendre
            - Peut être, mais si un programme peut réaliser la même activité que celle de comprendre, elle réalise une même activité que celle de l’intelligence, c’est pourquoi on dit qu’elle est artificielle, artifice, simili ...
            Pas simple..."

            Rien n’est simple, mais il faut commencer par comprendre qu’il ne faut jamais discuter avec une personne "convaincue" de quoi que ce soit. 

            La compréhension ne se confond pas avec l’explication et encore moins avec la démonstration et encore encore moins avec la conviction ou l’acte de convaincre

            Donc je vous pose la question simplement : pensez-vous qu’un ordinateur comprend qu’il joue quand il joue au go et qu’il comprend qu’il a gagné quand il a gagné ? Ce n’est pas une question rhétorique : je veux savoir ce que vous pensez, vous (et je ne me soucie pas de ce que pourrait me répondre un fanatique, un idiot, une fou, une personne de mauvaise foi, un marchand, un publicitaire, etc.)

          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 20 avril 20:11

            @TchakTchak

            "Et l’Académie mentionne elle-même l’intelligence artificielle :
             Intelligence artificielle, ensemble de propriétés rapprochant du cerveau humain certains systèmes informatiques très évolués

            Oui et alors ? Je n’ai pas dit que la définition de l’intelligence comme faculté de comprendre était juste parce qu’elle était dans ce dictionnaire ni que tout ce qui s’y trouve est forcément pertinent et cohérent (en particulier ce qui a été ajouté récemment). Vous m’avez demandé quelle définition je proposais, je vous ai répondu, voilà tout.

            "Point de vue d’un technophile fanatique."

            Si nous avions tous les deux un échange se voulant constructif, par exemple sur l’éducation des enfants, est-ce que vous jugeriez utile de me préciser dans un long paragraphe le point de vue d’un pédophile fanatique ? Si vous le faisiez, je ne pourrais que vous répondre ceci : "Le fait de ne pas être assuré de convaincre un pédophile fanatique ne signifie pas que nos propos n’ont aucune valeur. Nous ne devons pas juger la qualité de nos réflexions en fonction des réponses que pourraient nous opposer des détraqués ou des personnes de mauvaise foi. Nous devons seulement nous aider mutuellement à progresser vers des énoncés justes." Les technophiles fanatiques doivent être remis à leur place et empêchés de nuire, comme les autres fanatiques. 


          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 20 avril 20:54

            @TchakTchak

            "Je m’intéresse à celui du "comment éviter ça ?". Parce que pendant ce temps, le contrôle numérique global (en tout cas en Occident) avance son chemin."

            Moi aussi.

            Et si nous voulons nous opposer au contrôle numérique global il nous faut nous organiser sur des bases solides.

            Il faut d’abord commencer par comprendre ceci : la propagande totalitaire se fonde sur un grand remplacement sémantique.

            Quand quelqu’un écrit un livre pour expliquer les dangers de >> l’intelligence artificielle <<, en employant cette expression, il contribue en réalité au totalitarisme numérique. Pourquoi ? Parce que le seul fait d’accepter la sémantique falsificatrice de l’ennemi, et plus encore de la répéter constamment sous prétexte d’en critiquer l’objet, revient à devenir esclave et l’agent de ce qu’on prétend combattre. 

            Il faut combattre avec intelligence l’artificialisation des relations humaines : or si vous acceptez d’employer l’expression >>intelligence artificielle<<, c’est fini, vous avez perdu immédiatement avant de livrer la moindre bataille ! Car si vous déclarez vous opposer aux excès de >> l’intelligence artificielle<<, il sera publiquement entendu que vous vous opposez à l’intelligence... et personne ne se ralliera à ce terne panache. Si vous vouliez lutter contre la torture des prisonniers, je suppose que vous n’accepteriez pas d’utiliser pour votre combat l’expression de "tortures humanitaires" inventée par les tortionnaires ; et si vous vous opposiez à la mise en esclavage sexuel de prostituées, vous n’utiliseriez pas non plus l’expression "amour commercial" inventée par les proxénètes. 


          • TchakTchak 21 avril 08:43

            @Gaspard Delanuit
            .

            pensez-vous qu’un ordinateur comprend qu’il joue quand il joue au go et qu’il comprend qu’il a gagné quand il a gagné ?

            Remplacez "technophile convaincu", par "avocat du diable". Un exercice de sophistique, si on veut, pour voir ce que ça donne.

             .

            Alors je continue avec ce jeu de rôle :

            Non, l’ordinateur ne comprend pas qu’il joue et qu’il gagne, vous avez raison. Un machine ou un programme numérique n’est pas un humain. Maintenant, son activité mimétique est meilleure que toute l’intelligence humaine possible à ce jeu, la machine est imbattable.

            On peut ainsi créer des profs GPT, qui produiront des cours certainement plus rigoureux que la très large majorité des profs humains (avec, pourquoi pas, même si ce serait plus lointain, des flics GPT dans les salles, des caméras qui surveillent et sanctionnent les chiants, par exemple par un retrait automatiquement de fric aux parents par les moyens numériques). Idem pour les avocats, les conseillers fiscaux, pourquoi pas des psy GPT, qui faciliteront une meilleure introspection sans le biais de la projection vers celui humain. Et puis le médecin généraliste, qui fait de toute façon ses diagnostics en mode logigramme peut facilement être remplacé par le GPT, plus performant déjà pour détecter un cancer. Et l’architecte, et le plan marketing du commercial, bref, c’est au minimum une grande partie du secteur tertiaire qui peut passer au GPT. Et même, pour les activités de transformation : j’ai vu passer une vidéo de snack Chinois (ou Japonais) qui, depuis commande sur une carte numérique, cuisine et apporte le repas demandé sans humains pour le faire.

             .

            Individuellement, cela permet d’obtenir des prestations gratuites, ou en tous cas peu onéreuses, à volonté, instantanées sans rendez-vous ni déplacements, approfondies comme on veut.

            Je peux devenir patron d’une société sans besoin des ressources humaines, celles des programmes et machines me suffisent.

            Un Etat peut aussi manager ainsi la population du pays avec les moyens numériques (juste un exemple parmi toute une déferlante qui vient : ce qui aurait été perçu comme indécent, scandaleux il y a quelques années, la gouvernance par le chaos de Macron, sa logique pompier-pyromane le rend acceptable, ça passe crème).

            Les grandes firmes à activités planétaires, les multinationales, peuvent conduire bien plus facilement l’économie du monde avec les programmes numériques, et avec les pénuries qui viennent (vraies ou fausses, les citoyens ne le savent déjà plus trop bien), elles sauront non seulement répondre aux besoins des consommateurs, mais aussi les gérer, les planifier. 

             .

            Est-ce que c’est bien ?

            Alors si ce n’est pas bien, comment décider quelles limites et avec qui ?

            N’est-ce pas un maléfice ?

             .

            Sans  compter qu’en scénario utopique, tout avoir pratiquement sans travailler détruit l’intelligence, rend con, c’est l’idiocratie. La loi naturelle est ainsi faite à laquelle les utopistes n’avaient pas songé. La encore le paradigme matérialiste, celui de l’avoir, qui nous enferme.

             .

            Avant de passer au message suivant, constatez qu’expliquer que les programmes et machines ne sont pas intelligentes ne résout pas le problème, qui est maintenant lancé, sans savoir où est le bouton stop, ou même la commande de contrôle (à moins qu’elle soit cachée dans la maison de Schwab et de ses potes).


          • TchakTchak 21 avril 08:58

            @Gaspard Delanuit

            Il faut d’abord commencer par comprendre ceci  : la propagande totalitaire se fonde sur un grand remplacement sémantique.

            Là-dessus, je ne peux qu’être d’accord. La mère des batailles est sémantique, ce qu’Orwell avait expliqué, ce que Macron en même temps et inclusif maîtrise continûment depuis sa première campagne électorale, ce que Annah Arendt avait développé (fin de la première vidéo mise en lien de mon premier commentaire de ce fil), ce que Goebbels a préconisé : Le jour où les mots n’auront plus de sens, nous aurons gagné.

             

            Faire mentir le sens des mots est ce qu’on apprend dans toutes les écoles de commerce : le marketing. Il n’est pas rare que le commercial soit bien meilleur psychologue que le psy lui-même.

             

            Je n’utilise guère le mot "complotisme", si ce n’est pour dénoncer son usage et j’engueule autour de moi quand je l’entend. C’est déplacer la raison de la vérité, vers celle de la doxa, du pouvoir constitué.

             

            Le mot nationalisme a été complètement détruit et retourné. Il vient du traité de Westphalie, le respect mutuel des nations, principe qui a créé tous les pays de la planète avec les peuples décidant comment y vivre, à la place des royaumes avec terres et sujets appartenant aux seigneurs et des empires. Avec l’opprobre jeté sur ce mot, reviennent les empires, en tout cas Washingtonien et oligarchique.

             

            Pas vu l’expression "tortures humanitaires". Je me souviens de "frappes chirurgicales", "dégâts collatéraux", "pacifier la zone". Mention spéciale pour la french expression : "droit d’ingérence", avec le premier mot qui mange le second, comme si on pouvait dire "droit au vol" ou "droit au viol", avant de pouvoir dire "vol" ou "viol".

            Ok, j’étais distant avec l’usage de l’acronyme "IA", maintenant, je ne l’utiliserai plus. Jawohl Herr Kaspard !


          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 21 avril 10:55

            @TchakTchak

            "la machine est imbattable."

            Toutes les machines que j’utilise sont imbattables par l’être humain : l’aspirateur, le lave-linge, le mixeur, la voiture, la chaudière, l’ordinateur, le téléphone, etc. Et ce n’est pas nouveau : même la catapulte et le trébuchet envoyaient des pierres plus loin que les soldats médiévaux les plus costauds avec leurs bras musclés. 

            En fait on devrait surtout s’interroger sur le niveau d’intelligence d’un humain qui tente de battre une machine dans la spécialité pour laquelle elle a été construite, et qui s’étonne du résultat. 


          • Pyrathome Pyrathome 21 avril 15:00

            @Gaspard Delanuit

            En fait on devrait surtout s’interroger sur le niveau d’intelligence d’un humain qui tente de battre une machine dans la spécialité pour laquelle elle a été construite, et qui s’étonne du résultat. 

            _

            On devrait surtout s’interroger sur le niveau de conscience des humains....

            Ce ne sont pas les innovations, les machines ou objets que nous créons qui posent problème mais ce qu’on en fait !

            Tant qu’on en fera des armes de dominance et de pouvoir au service du prince de ce monde et ses adeptes, on alimentera l’enfer sur terre....

            Citez une innovation majeure qui n’ait pas été développée directement ou indirectement en arme ( quelle qu’elle soit ) depuis une époque récente, disons deux siècles.... 


          • Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 21 avril 22:01

            @Pyrathome

            "Citez une innovation majeure qui n’ait pas été développée directement ou indirectement en arme"

            On en trouverait bien peu, mais ce constat s’applique aussi bien à ce que la nature a inventé et continue a inventer pour ses créatures. La prédation est une constituante fondamentale de la nature (même si ce n’est pas la seule car la coopération, par exemple, est aussi indispensable). L’être humain, créature dépourvue de griffes, de venin, de crocs efficaces, de poils urticants, de cornes, d’épines, de carapaces, et de toute arme naturelle ou protection performantes comparables à celles qui sont offertes par la nature aux animaux (et aux plantes), ne pouvait compter que sur son inventivité et son ingéniosité. Il est donc logique que cet être naturellement fragile ait dû se servir de son cerveau pour fabriquer des armes, afin de pouvoir défendre son corps vulnérable des prédateurs et de pouvoir lui-même capturer des proies pour s’en nourrir. Les êtres humains utilisent aussi leurs armes pour se battre entre eux, mais comme beaucoup d’autres espèces le font. Certains être humains ont aussi inventé la diplomatie, probablement en s’inspirant également du comportement animal. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès