• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Benalla & ses acolytes : affaire d’état enfin reconnue par certains (...)

Benalla & ses acolytes : affaire d’état enfin reconnue par certains journalistes - Le point avec #cdanslair 12.02.2019

Benalla : des affaires russes à l'Élysée ? #cdanslair 12.02.2019

C dans l'air

Ajoutée le 13 févr. 2019

 

Il était l'homme de l'ombre d'Emmanuel Macron. Celui à qui l’on doit la paternité de beaucoup de formules du chef de l’État, dont le célèbre « Make our planet great again » ou l’expression « premiers de cordée ». Le conseiller spécial du président de la République Ismaël Emelien a annoncé hier son départ prochain de l'Élysée. Dans les colonnes du Point, le trentenaire a justifié ce choix en affirmant vouloir se consacrer à des projets personnels, notamment la sortie d'un livre « fin mars début avril ». Une explication qui ne convainc pas l'opposition. « Soit il rentre en politique parce qu'il y a un affaiblissement du personnel d'En Marche pour jouer d'autres rôles, soit il est pris dans l'affaire Benalla », a affirmé le député LFI Alexis Corbière, interrogé par France info. Une opinion partagée par Esther Benbassa, sénatrice EELV de Paris, membre de la commission des Lois, qui enquête sur l'affaire Benalla. « Il doit y avoir des raisons. Personne ne part pour un livre », a souligné la sénatrice, soupçonnant que la démission d'Ismaël Emelien est due à la crainte d'une prochaine mise en examen dans ce dossier. Le nom d’Ismaël Emelien est régulièrement cité dans l’affaire Benalla depuis les derniers développements dans l’enquête judiciaire sur les violences du 1er mai. Réputés proches, les deux hommes auraient gardé contact après les révélations cet été par Le Monde des agissements de l’ancien garde du corps place de la Contrescarpe. Les enquêteurs s’interrogeraient notamment sur le rôle joué par Ismaël Emelien dans la diffusion sur les réseaux sociaux d’images provenant de caméras de surveillance, donc supposées confidentielles, montrant la scène sous un autre angle, pour riposter aux accusations du journal. Interrogé par le quotidien du soir, Alexandre Benalla avait reconnu avoir remis une copie de la vidéosurveillance de la place de la Contrescarpe à « un conseiller communication » du Palais, avant d’ajouter : « Je crois qu’ils ont essayé de la diffuser et de la fournir à des gens, pour montrer la réalité des faits. » D'après Mediapart, des bornages téléphoniques laissent penser qu'Ismaël Emelien est le conseiller qui s’est vu transmettre par l’ancien chargé de mission de l’Élysée un CD-ROM contenant les images obtenues illégalement de la préfecture de police de Paris. Si l'enquête le confirme, Ismaël Emelien pourrait être mis en examen pour « recel de détournement d'images issues d'un système de vidéoprotection » et « recel de violation du secret professionnel », comme c'est déjà le cas d'Alexandre Benalla. Des faits punis d'un maximum de cinq ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende. Néanmoins à ce jour, le stratège du président n’aurait été entendu ni par la justice, ni par les enquêteurs. Et selon l’Élysée, il n’y aurait aucun rapport entre les deux évènements : « Ce départ résulte d’une logique d’usure normal au bout de vingt mois d’exercice du pouvoir et après une crise aussi violente que celle des Gilets jaunes ». Au final, ce départ est le quatrième intervenu en quelques semaines au sein du groupe des « Mormons », comme s’étaient eux-mêmes qualifiés les très proches d’Emmanuel Macron. Il intervient alors que l’affaire Benalla connaît de nouveaux rebondissements notamment dans le volet russe. Hier, Mediapart a révélé que celui-ci avait négocié, s'enrichissant personnellement à cette occasion, plusieurs contrats avec des oligarques russes proches du Kremlin avant comme après son départ de l'Élysée. Alors qui est d’Ismaël Emelien le conseiller d’Emmanuel Macron sur le départ ? Quelles sont les raisons de son départ de l'Élysée ? Enfin quels sont les derniers rebondissements dans l’affaire Benalla ? Invités : Christophe Barbier - Editorialiste politique à L’Express Laureline Dupont - Chef du service politique de l’hebdomadaire Le Point Jean Garrigues - Historien, spécialiste de la vie politique et auteur de « La République incarnée de Léon Gambetta à Emmanuel Macron » publié chez Perrin Jean-Dominique Merchet - Journaliste à L’Opinion, spécialiste des questions de Défense et Diplomatie. Son dernier ouvrage « Macron Bonaparte » est paru aux éditions Stock

----------------------------------------------------------

C dans l'air
Ajoutée le 9 févr. 2019
Les rebondissements se succèdent dans l’affaire Benalla et les derniers développements nous emmènent bien loin de la place de la Contrescarpe et de l’intervention musclée le 1er mai dernier de l'ex-garde du corps d’Emmanuel Macron. Après l'épisode des passeports diplomatiques en décembre et celui des enregistrements des discussions entre Alexandre Benalla et Vincent Crase, révélés par Mediapart la semaine dernière, le parquet national financier (PNF) a confirmé hier l’ouverture d’une enquête pour "corruption".

 Selon Mediapart, ces investigations portent sur un contrat de protection rapprochée signé entre la société de Vincent Crase - ex-employé de LREM et gendarme réserviste - et un sulfureux oligarque russe Iskander Makhmoudov, contrat qui aurait été "négocié" par Alexandre Benalla, "du temps où il était à l'Elysée". Pour l’occasion, cinq gardes du corps auraient été recrutés. Parmi eux, un militaire qui aurait signé pourtant un contrat certifiant qu'il est libre de tout engagement. Le ministère des Armées a annoncé hier qu’il est "suspendu à titre conservatoire de ses fonctions, avec effet immédiat, en attendant que la lumière soit faite sur ces allégations". Sa compagne, la chef du groupe de sécurité du Premier ministre, a démissionné de ses fonctions afin d’"écarter toute polémique", a indiqué de son côté Matignon.

La commissaire divisionnaire Marie-Elodie Poitout avait été entendue mercredi par la brigade criminelle. Objet de cette audition, d’après Le Parisien : établir si la supposée entrevue d'Alexandre Benalla et de son ami Vincent Crase, le 26 juillet 2018, dont des extraits sonores ont été publiés par Mediapart, a eu lieu à son domicile. L'intéressée, questionnée par le cabinet d'Édouard Philippe, aurait fermement démenti. Les services du Premier ministre ont par ailleurs réfuté avoir saisi le parquet de Paris, qui avait diligenté lundi une perquisition dans les locaux de Mediapart. Ils ont également indiqué qu'aucune écoute administrative n'a été autorisée "sur cette période" concernant Alexandre Benalla, Vincent Crase, Marie-Elodie Poitou et son compagnon. Ce qui entretient le mystère quant à la nature des enregistrements.

Alors où, comment et qui a enregistré les discussions entre Alexandre Benalla et Vincent Crase, diffusées par Mediapart ? Que contiennent les sept enregistrements transmis à la justice par le site d’information ? Qui est Iskander Makhmudov, au cœur du contrat russe ? Jusqu'où ira l’affaire Benalla ?

 Invités :
Yves Thréard, directeur adjoint de la rédaction du Figaro
Caroline Michel-Aguirre, journaliste, cheffe adjointe du service enquêtes à L’Obs
Jean-Dominique Merchet, éditorialiste à L’Opinion, spécialiste des questions de défense et de diplomatie
Jean Garrigues, historien, spécialiste de la vie politique et auteur de "La République incarnée de Leon Gambetta à Emmanuel Macron"

Benalla, l’oligarque russe et les enregistrements #cdanslair 08.02.2019

Tags : France Droit Politique Société Justice Russie Emmanuel Macron Alexandre Benalla




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • 8 votes
    Simple citoyenne Simple citoyenne 13 février 21:04

    J’écoute attentivement cette émission et, malgré l’analyse intéressante sur chacun "des protagonistes", tout le long de cette émission on entend parler d’eux (d’Emelien et les autres) comme d’une équipe de "surdoué" l’un est musicologue, l’autre est intellectuel, c’était une bande de potes qui se soutient etc.., mais on n’en peu plus des qualités données par ces journalistes politiquement corrects, à une bande de guignols qui n’ont simplement fait que profiter d’une situation à Élysée et utiliser des outils de grande personne qu’ils n’ont pas su maitriser ! Une bande de trou du cul. arrogant dont on dresse le portrait de personne intelligente ! Système de bien-pensant et du politiquement correct, où on a vraiment du mal à dire, qu’en fait ces gens ne sont pas des surdoués ce sont des imposteurs et des profiteurs !

    Pire, c’est cet Emelien qui n’a cessé de mépriser le peuple ( en plus de Macron), avec cette bonne idée de vidéo, " Le pognon de dingue" !

    Mais dites-le, les journalistes à la fin, que ce ne sont qu’une bande d’imposteurs, c’est simple non ! Il y a des milliers de blessés et une dizaine de morts, suite à la révolte des Gilets jaunes et concitoyens, et c’est ça, les surdoués ! Mais ils se foutent de nous, c’est une honte oui !



      • 3 votes
        Hieronymus Hieronymus 14 février 09:20

        @ Mao

        j’ai vu en modo que vous essayez de faire passer un article sur Onfray

        Onfray : "Nous sommes gouvernés par des crétins" - Gilets Jaunes VS Macron : qui est légitime ?

        mais ça risque de ne pas passer parce qu’à la suite vous incluez les 2 vidéos de la conférence de Benedetti "Gilets jaunes, la révolution qui vient" avec le sulfureux Soral, j’ai déjà essayé de publier il y a 2 semaines, en vain => refus
        peut être que si vous laissiez juste Onfray, ça passerait..
        enfin c’est vous qui voyez smiley


        • 1 vote
          Simple citoyenne Simple citoyenne 15 février 13:49

          @Hieronymus Les Vidéos d’Alain Soral passent il n’y a visiblement pas de censure, ce serait dommage, toujours de bonne analyse du reste !
           


        • 1 vote
          Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 15 février 16:41
          Simple citoyenne 15 février 13:49

          @Hieronymus Les Vidéos d’Alain Soral passent il n’y a visiblement pas de censure, ce serait dommage, toujours de bonne analyse du reste !

          °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
          @Simple citoyenne
          Voici l’article en question :
          (qu’en est-il des VOTES ? Merci )
          OUI, grand dommage, car le débat qui devrait s’en suivre me parait des plus opportuns en ce moment !

          Merci pour votre contribution

          ++++++++++++++++++++++++++
          Onfray : "Nous sommes gouvernés par des crétins" - Gilets Jaunes VS Macron : qui est légitime ?
          DATE DE CRÉATION DE L’ARTICLE :
          13 février 2019
           

          Rubrique : Politique

          Michel Onfray prend souvent un malin plaisir à malmener la Macronie : critiques acerbes, diatribes et pamphlets se succèdent depuis déjà longtemps* ! D’autre part en tant que commentateur assidu de la vie publique française, le phénomène Gilets Jaunes ne pouvait pas le laisser indifférent. La Macronie au Pouvoir s’est elle coltiné ce mouvement, dès ses premières manifestations, prétendant qu’il était infiltré par "l’Ultra-Droite".

          *Voir mes nombreux articles qui ont relayé ces publications

          "L’Ultra-Droite" visée par le Pouvoir macronien est-elle composée notamment par Soral, Ryssen, & une certaine Extrême-Droite "historique" (voir les vidéos qui suivent).

          1/

          Qu’en est-il vraiment ?

          2/

          Que faut-il penser de l’interprétation du mouvement des Gilets jaunes par cette "Ultra-Droite" ?

          Merci

           

          https://www.youtube.com/watch?v=LtxXErvnTG8

          Michel Onfray Nous sommes gouvernés par des crétins

          ------------------------------------------------

          https://www.youtube.com/watch?v=WkQewvSVSp0

          Gilets jaunes, la révolution qui vient – Avec Soral, Ryssen, Bourbon et Benedetti
          Ajoutée le 30 janv. 2019
          Le samedi 19 janvier 2019 a eu lieu à Rungis, devant plus de 500 personnes, une grande réunion publique sur le thème : « Gilets jaunes ou la révolution qui vient ! ».

          Les intervenants étaient Hervé Ryssen, Yvan Benedetti, Jérôme Bourbon et Alain Soral (Élie Hatem était représenté par Cyriaque de Vulpillières).

          ------------------------------------------------

          https://www.youtube.com/watch?v=mif5BRaKsZI

          Gilets jaunes, la révolution qui vient – Les questions du public (Soral, Ryssen, Bourbon, Benedetti)

          Ajoutée le 30 janv. 2019


        • 2 votes
          wendigo wendigo 14 février 13:50

          L’affaire benalla est une poupée russe, plus on en trouve plus on en découvre !



            • 1 vote
              Sozenz 14 février 16:01

              @Sozenz
              ainsi que la relation que benalla avait avec le logeur de daech .. jawal

              il y a un moment , faut mettre tout ce petit monde au placard ;


            • 1 vote
              Sozenz 14 février 16:16

              sinon , être auprès de la présidence pour la gloire de la France , le bien des français ... si si , ça doit être tentant et même enthousiasmant 

               si c est pour faire les suce boules , de voir la France se faire détruire , et en plus voir qu on risque de bientot se faire lyncher ou poursuivre pour traitrise , c est clair que ça ne donne pas envie de bosser auprès d un président .




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles







Palmarès