• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Colère des policiers : « Monsieur Macron veut nous acheter »

Colère des policiers : « Monsieur Macron veut nous acheter »

Entretien du 18/12/2018 avec Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat VIGI-CGT-Police. Il dénonce les conditions de travail et de rémunération des forces de l'ordre confrontées depuis plusieurs semaines aux manifestations des Gilets jaunes.

Tags : Politique Justice Prospective et futur Manifestation Police Polémique Emmanuel Macron Gilets jaunes




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • 2 votes
    sls0 sls0 19 décembre 2018 16:52

    Je ne suis pas historien mais de mémoire je ne crois pas qu’il y ait eu un régime qui ait résisté lorsque les forces de l’ordre ont basculé coté peuple.

    C’est un syndicat minoritaire mais le vote policier c’est front national majoritairement. Les points de vue se rejoignent entre la CGT et le FN au moins sur ce sujet.

    Le fort complexe de supériorité du pouvoir risque de les empêcher de voir le risque.

    Affaire à suivre.


    • 6 votes
      Duke77 Duke77 19 décembre 2018 20:05

      @sls0
      La plupart des flics sont des vendus (malheureusement). La sélection est faite ainsi : pour les CRS, prêts à tuer leur mère lors d’une manif, les gendarmes, militaires avec le respect de la hiérarchie coute que coute (donc même si c’est un ordre con donné par un con, c’est pas grave : on applique), et les policiers nationaux sont divisés par la mixité sociale (de plus en plus de musulmans comme à la SNCF) qui les divise et fait que même dans un commissariat, si certains ne sont pas d’accord et les rebelles envers le système, ils peuvent vite être mal vus.
      Moi je dis : ils vont s’écraser vite fait dès qu’une annonce à la con sera donnée genre : on vous augmente de 3% et demi.
      On parie ?


    • 2 votes
      Croa Croa 19 décembre 2018 19:59

      Les policiers fonctionnaires de bases ne devraient pas accepter de primes car ça risque de leur faire perdre des droits. (Les cadres ainsi que les militaires sont baisés je pense ; à vérifier !) Cette histoire de primes sent mauvais. Le but n’est peut-être pas « d’acheter » les policiers mais plutôt de les rouler. D’un autre coté en étant du mauvais coté (celui de Macron) quand le code du travail a été démoli ils récoltent le fruit de leur trahison.

      Pour le moment les heures sup. sont dues. Si elles ne peuvent pas êtres payées en temps normal l’administration ajoutera des intérêts. Si l’administration ne paye pas du tout un recours est possible au tribunal administratif : C’est gagnant à tout les coups mais ça peut prendre des années.


      • 6 votes
        jeanpiètre jeanpiètre 19 décembre 2018 21:32

        l’essence de la police est d’être achetée, ils se plaignent juste sur le tarif


        • vote
          Vraidrapo 21 décembre 2018 11:27

          Pour nos bidasses en Afrique ou au Moyen orient... il y a aussi beaucoup à dire.

          A la fin, c’est 1% qui ramasse la mise mais, Dé-mo-cra-ti-que-ment comme disent les philosophes bien gras invités par les Media...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès