• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Du gauchisme aux sociaux traîtres : les adversaires du peuple, des GJ et de (...)

Du gauchisme aux sociaux traîtres : les adversaires du peuple, des GJ et de la souveraineté

Comment leur idéologie conduit à l'impuissance voulue, à l'échec et dans le pire des cas la trahison. Vidéo en direct avec Fadi Kacem, Michka et Max.

Tags : Politique PS Olivier Besancenot Front de Gauche Gilets jaunes




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • 3 votes
    maQiavel maQiavel 28 avril 13:11

    Quand on critique les droitards, on retrouve toujours des gens prompts à expliquer que la gauche et la droite n’existent pas et que ce n’est qu’un clivage factice instrumentalisé par les médias pour diviser le peuple. Ce qui est étonnant, c’est que beaucoup parmi eux passent leur temps à critiquer le gauchisme. Il faudrait savoir, la gauche et la droite existent ou non ?


    • 2 votes
      Heptistika Heptistika 28 avril 16:38

      @maQiavel

      Il est plus aisé de critiquer l’aliénation d’autrui que de se rendre compte de la sienne.

      Dans la mesure où la figure du "décomplexé" est devenu le nouveau politiquement correct, il part du postulat que ses positions doivent "aller de soi" et, usant de sa position dominante s’adonnera à touts les anathèmes, réductions et hommes de pailles dont il se plaignait pourtant naguère lorsque le rapport de force lui était moins favorable.

      Répetez le cycle ad vitam aeternam.


    • vote
      maQiavel maQiavel 28 avril 17:31

      @Heptistika

      C’est ce que je pense aussi.

      Mais je crois en outre que chez certains, cette affirmation de l’inexistence du clivage gauche / droite est une ruse rhétorique qui consiste à empêcher la formulation de toute critique de leur camp ( puisque la droite n’existe pas, elle ne peut pas être critiquée) tout en se permettant soi-même de critiquer le camp ennemi ( puisque la gauche existe, on peut l’accuser d’être à l’origine de tous les maux de la terre). Je ne dis évidemment pas que toutes les personnes qui prétendent que le clivage gauche droite n’existe plus sont dans ce cas de figure mais certains le sont, c’est une façon de ne pas reconnaitre l’existence d’un antagonisme. 

      En tous cas, je remarque que beaucoup droitards sont allergiques à l’antagonisme politique. Et pourtant, c’est quelque chose de normal que d’être opposé politiquement, on peut ne pas tous avoir la même conception du monde, de la société et de l’homme, c’est donc logique qu’il y’ait des oppositions. Et l’une des façons pour eux de ne pas accepter l’existence de l’antagonisme, c’est anathématisation : si on n’est pas d’accord avec eux, c’est forcément parce qu’on est taré ( dans le sens d’avoir une tare : on est soit un idiot, soit un manipulateur, soit un menteur, soit un hypocrite, soit un dégénéré etc., soit tout cela en même temps). Je crois que c’est aussi lié que ces gens là sont convaincu de détenir des vérités absolues, d’être les dépositaires du réel, de la nature ou de je ne sais quel principe supérieur et que par conséquent, seul un taré peut leur porter la contradiction. Ce n’est donc plus de leur perspective une question d’opposition politique mais de tares à exorciser. C’est une façon particulière d’aborder la confrontation politique. Les gauchistes ont également énormément de défauts mais eux, ils n’utilisent pas toutes les ruses possibles et imaginables pour ne pas accepter l’existence de l’antagonisme politique, au contraire ils l’embrassent ( et souvent de façon trop agressive et trop systématique).


    • vote
      micnet micnet 28 avril 18:19

      @maQiavel

      "En tous cas, je remarque que beaucoup droitards sont allergiques à l’antagonisme politique."

      ---> Bonjour MaQ, en ce qui me concerne, je fais partie des "droitards" et je revendique tout à fait l’antagonisme gauche/droite smiley


    • 2 votes
      Gollum Gollum 28 avril 18:22

      @maQiavel

      En tous cas, je remarque que beaucoup droitards sont allergiques à l’antagonisme politique.

      Le résultat de siècles de christianisme incapable de supporter une autre doctrine que la sienne.

      Quant à la manie de l’anathème ça vient direct des bons pères des premiers siècles.

      Une telle façon d’être, placée sur le plan sexuel... bon je finis pas ma phrase mais on m’aura compris.. smiley (Pluie de scuds à prévoir)


    • vote
      Gollum Gollum 28 avril 18:23

      @micnet

      Sincèrement vous n’êtes pas un droitard.. smiley


    • vote
      micnet micnet 28 avril 18:25

      @Gollum & MaQ

      Sincèrement vous n’êtes pas un droitard.. 

      ---> Alors tout dépend de la définition que vous donnez au mot "droitard" !


    • vote
      micnet micnet 28 avril 18:28

      @Gollum

      "Une telle façon d’être, placée sur le plan sexuel... bon je finis pas ma phrase mais on m’aura compris..  (Pluie de scuds à prévoir)"

       smiley smiley


    • 3 votes
      Gollum Gollum 28 avril 18:40

      @micnet

      Dans la mesure où vous restez courtois, êtes pour la discussion et pas dans l’anathème vous n’êtes pas droitard.

      Le droitard insulte, vocifère, traite les autres de traitre dès que l’autre dérive un peu trop de ses schémas mentaux. C’est un militant. Il est en guerre.

      Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé, notamment sur ce forum, est pure coïncidence fortuite. smiley


    • vote
      micnet micnet 28 avril 18:43

      @Gollum

      Ben merci smiley ! Pour moi "droitard" signifie "marqué à droite" politiquement mais j’attends la réponse de MaQ.


    • vote
      mat-hac mat-hac 28 avril 19:04

      @micnet
      Cherchez l’erreur : À droite on se dit innovant et conservateurs.
      C’est pas un conflit interne ça !


    • vote
      yoananda2 28 avril 19:18

      @micnet
      droitard = de droite + connard, ou bien droitardé.
      C’est l’ennemi politique de maQ, c’est à dire, qu’à choisir, si jamais ça dégénère, il préférera tirer sur un droitard que sur un migrant.
      Donc non, ça ne veut pas dire "marqué à droite". Le droitard, c’est symétrique du gauchiste. Ca se veut insultant.


    • vote
      yoananda2 28 avril 19:24

      @maQiavel

      Les gauchistes ont également énormément de défauts mais eux, ils n’utilisent pas toutes les ruses possibles et imaginables pour ne pas accepter l’existence de l’antagonisme politique, au contraire ils l’embrassent ( et souvent de façon trop agressive et trop systématique).

      Tu m’étonnes ! En tant que chien de garde du système, ils sont carrément encouragés par celui ci.

      Mais vu comment tu présentes la choses, on dirait presque qu’ils sont vertueux ! lol

      A l’inverse le "droitard", il risque la prison pour pensée non conforme.

      Faudrait peut être pas l’oublier dans ton "analyse" ... mais bon, en tant que droitophobe, fallait pas en attendre moins de ta part.


    • 1 vote
      Ozi Ozi 28 avril 19:53

      En France, le droitard est avant tout une personne en souffrance car les principes de la République Française sont pour lui une aberration, ce qui engendre chez lui des émotions lourdes et souvent très nocives comme la colère, la haine, ect.. Alors que le gauchiste est en exaltation devant ces mêmes principes...
      1/ La Liberté, le droitard abhorre la liberté, il aime l’autoritarisme, l’obligation, la raideur, la servitude, et dans des cas extrêmes l’asservissement...
      2/ L’Egalité, le droitard exècre l’égalité, il exècre même la réduction des inégalités, il aime la hiérarchie, l’écart, la supériorité, la discrimination...
      3/ La Fraternité, le droitard a de l’aversion pour la fraternité, qu’un sentiment de solidarité et d’amitié unisse les membres d’une même espèce comme l’espèce humaine est pour lui impénétrable, il aime l’hostilité, l’adverse, l’attentatoire...
      .
      La notion de souffrance est à sérieusement prendre en compte car elle expliquerait également le côté réactionnaire, ce besoin presque vital de s’inventer, de se rêver un passé idyllique, comme une forme de thérapie face au présent..


    • 2 votes
      yoananda2 28 avril 20:24

      @Ozi
      je suis assez d’accord avec ta description. En résumé le "droitard" est pour le mérite, le "gauchiste" pour l’entraide.
      Ce sont les 2 grands "pôles" opposés, le yin et le yang, de la même pièce.
      Je nuance ton dernier point : le droitard est pour la fraternité sélective, de clan, le gauchiste pour la fraternité universelle, de principe.

      En fait, tu as carrément J Haidt qui a fait une analyse multi-culturelle des différentes morales et il ressort qu’il y a 2 morales principales qui ressortent chez les gens et qu’on peut résumer très simplement :

      • la morale universelle, la règle d’or ou loi de réciprocité : tout le monde est d’accord la dessus
      • certaines rajoutent une 2ème règle morale fondamentale : le repect de la hierarchie.
      Ça revient à la séparation gauchiste/droitiste évoquée plus haut.
      Donc de ce point de vue il y a bien une différence fondamentale entre droite et gauche.
      Mais EN FRANCE, la droite était un droitisme économique mais un gauchisme racial, pour les racialistes ou le pro-race, droite et gauche sont confondus.
      C’est très simple en fait smiley si on sait changer sa grille de lecture.

    • 2 votes
      Heptistika Heptistika 28 avril 20:34

      @maQiavel

      Je dirais que tu mets bien en lumière une dissonance cognitive qui découle selon moi du caractère vertical de la droite et de l’horizontal de la gauche.

      Le vertical tendra à se sentir intrinsèquement supérieur (via l’argent ou le droit divin) et vivra la critique tel un affront de lèse-majesté. "Le pouvoir ne se discute pas, restes un peu à ta place."
      L’horizontal tendra à se sentir intrinsèquement vertueux (via l’acceptation de son prochain) et vivra la critique tel une injuste insulte. "Le pouvoir se discute, mets-toi un peu à ma place."

      L’un nourrissant l’autre en un cycle d’énervement perpétuel. Le droitard agacé (mais comment oses-tu !) frustre le gauchiste (mais écoutes bon sang !).

      Je pense que chaque côté use de rhétorique fallacieuse structurée en fonction de ses prismes fondamentaux respectifs.

      Pour ceux qui ne s’inscrivent pas dans la rhétorique que tu as soulevé, il n’est pas si étonnant que beaucoup s’y perdent. Faute de ne pas retrouver sur l’échiquier politique une offre reflétant leur sensibilité pourtant si profonde. Difficile de se positionner lorsque les seuls choix plébiscités s’avèrent être en dernière instance le productivisme/mondialisme de gauche face au productivisme/mondialisme de droite, le tout résultant en une confusion tous azimuts.


    • 1 vote
      yoananda2 28 avril 20:41

      @Heptistika
      j’aime bien ta manière de voir les choses.
      Petite nuance, j’aurais dit productiviste/nationalisme de droite plutôt.
      Quoi que, à bien y réfléchir, la droite est tout aussi mondialiste que la gauche maintenant : libre circulation des biens, des capitaux et mais pas tant des gens.
      Je ne sais pas trop finalement.


    • 1 vote
      Heptistika Heptistika 28 avril 20:52

      @Ozi

      "1/ La Liberté, le droitard abhorre la liberté, il aime l’autoritarisme, l’obligation, la raideur, la servitude, et dans des cas extrêmes l’asservissement... "

       Pourtant quand on écoute les conservateurs américains et leur ersatz français (LR), ils se posent en défenseurs ultimes des libertés. L’autoritarisme est synonyme de gauchisme (Left/liberal aux USA), de communisme, de Chine, de Venezuela, de Cuba, etc...

      J’y vois une profonde schizophrénie liée au christianisme (soyez parfaitement libres de choisir votre asservissement !) ou bien auriez-vous interverti les termes par mégarde ?


    • vote
      yoananda2 28 avril 20:58

      @Heptistika
      hum ... c’est plus compliqué que ça.
      Aux USA les républicains sont pour les libertés économiques, les démocrates pour la liberté des mœurs, il me semble.
      Ce qui fait que paradoxalement les républicains sont pro-mérite et donc hierarchie, dirons nous "naturelle" (dans le sens ou elle n’est pas imposée par un arbitraire, mais parle mérite personnel, donc la liberté)

      Est-ce que ça résous ton paradoxe ?

      En France les conceptions sont différentes je pense. La liberté en France ça serait d’avoir une pension de l’état pour pouvoir dire merde à son supérieur bureaucrate. (je caricature mais pas tant que ça)


    • vote
      Heptistika Heptistika 28 avril 21:00

      @yoananda2

      Les gens font partie de la libre-circulation des marchandises au fait, tout dépend de leur valeur.


    • 2 votes
      maQiavel maQiavel 28 avril 21:10

      @micnet

      Salut

      Ayant longuement discuté avec vous sur de nombreux sujets, oui, vous êtes plutôt « marqué à droite » comme vous dites mais avec beaucoup de modération tout de même. En tous cas, vous ne correspondez pas du tout au tableau que j’ai dressé.

      Au passage, il y’a plusieurs années nous avions longuement discuté sur le clivage gauche/droite, vous défendiez son existence alors que moi j’affirmais qu’il n’était plus pertinent. J’ai évolué sur la question et je vous donne rétrospectivement raison. smiley

      @yoananda2

      Tu dis que je suis droitophobe et j’admets ne pas avoir d’admiration débordante pour cette frange de l’échiquier, c’est le moins qu’on puisse dire ( quoiqu’historiquement, il y’a tout de même un certain nombre de pointure intellectuelle qui sont classées à droite et dont je reconnais la grande qualité d’analyse et de pensée, je suis très loin d’être maurassien mais Maurass par exemple c’est quand même autre chose que les droitards d’aujourd’hui et il y’a beaucoup d’exemples comme ça ). Mais toi, tu n’es pas gauchophobe ?

      Le droitard, il risque la prison pour pensée soi-disant non conforme ( et je me demande bien en quoi sa pensée est non conforme, elle était anti-conformiste au début de ce siècle mais l’eau a coulé sous les ponts, maintenant que la gauche n’a plus le monopole médiatique avec l’arrivée en force des droitards sur les grands médias et avec l’émergence des réseaux sociaux, cette pensée anti-conformiste est devenue on ne peut plus conformiste ) mais ça lui permet de se victimiser au maximum et de capitaliser là-dessus en prenant la posture du rebelle anti-système. Ces lois liberticides qui restreignent l’expression sont ses meilleurs alliés. 

      Sinon, j’assume parfaitement ce que j’avais affirmé sur un autre fil : si je peux sauver la vie de civils sur le point de se faire assassiner et que je n’ai pas d’autres solutions pour ce faire que d’abattre celui qui veut les tuer, je le ferais sans l’ombre d’une hésitation. Je serais même très fier de leur avoir sauvé la vie. Et ça ne change rien que celui qui veut les tuer est un droitard et que ceux dont je sauve la vie sont des migrants, dans ce contexte ce ne sont que des détails insignifiants pour moi.


    • vote
      Heptistika Heptistika 28 avril 21:16

      @yoananda2

      Je ne sais pas exactement ce que tu entends par "naturelle", en général je me méfie de l’appel à la nature.

      A mon sens il n’y a pas de mérite objectif, soit on accepte le darwinisme social sauce USA, soit on tente de déterminer un arbitraire en perpétuel changement. Je ne crois pas qu’il existe de position intermédiaire logically sound.


    • 1 vote
      yoananda2 28 avril 21:17

      @maQiavel

      Mais toi, tu n’es pas gauchophobe ?

      Et bien non, c’est la grande différence entre nous. Et tu sais pourquoi ?

      Maurass par exemple c’est quand même autre chose que les droitards d’aujourd’hui

      Ca je veux bien te croire même si je ne connais pas Maurass le badass ! lol


    • vote
      yoananda2 28 avril 21:19

      @Heptistika
      oublie le "naturel", c’était juste une manière d’imager leur idéologie.

      Pour le "mérite" la question n’est pas de savoir si tu y crois ou non mais que eux, c’est leur grille de lecture, et c’est ça qui les différencie des démocrates. Du moins, de mon point de vue. Tu peux contester que les républicains soient axés sur le mérite, mais dire que tu n’y crois pas est irrelevant.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 28 avril 21:23

      @Gollum
      Tu as vraiment des comptes à régler avec le christianisme. smiley

      Les chrétiens n’ont pas été les seuls à ne pas supporter d’autre doctrine. Et beaucoup de chrétiens ne correspondent pas à ce tableau. smiley

      Parfois, tu me fais un peu penser aux anti-islam mais avec le christianisme. smiley


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 28 avril 21:29

      @yoananda2

      Il y’a beaucoup de différences entre nous, c’est indéniable, mais je critique les droitards et toi tu critiques les gauchistes, je ne vois pas pourquoi ça ferait de moi un droitophobe et pas de toi un gauchophobe, j’y vois un double standard … 


    • vote
      Heptistika Heptistika 28 avril 21:42

      @yoananda2

      Non en effet je ne remets pas en question le "fait qu’ils voient les choses ainsi" en cela je te suis, ce qui me gène c’est le côté fondamentalement mutuellement exclusif de leur doctrine. Si les républicains sont pro-mérite selon un modèle hiérarchique, c’est alors dans leur liberté économique qu’ils sont schizophrènes.

      D’ailleurs les libertariens sont classés républicains mais soutiennent tout autant une liberté des moeurs comme les dems ainsi qu’une liberté économique. qui plus est ils sont constamment conspués par leur frères républicains WASP, pour leur manque de soumission au protestantisme et au corporatisme. Je crois que leur existence même défie ta définition du républicain, ainsi que celle du dem.


    • vote
      Ozi Ozi 28 avril 21:44

      @Heptistika : Pourtant quand on écoute les conservateurs américains et leur ersatz français (LR), ils se posent en défenseurs ultimes des libertés.
      Oui c’est bien pour cela que les pères fondateurs de la République ont posé trois principes et non un seul, puisque les exagérations comme la liberté d’exploiter son prochain est contraint par les deux autres principes.. Liberté qui chez les droitards souffrants aujourd’hui ramène inévitablement à la liberté d’autoritarisme, liberté d’obligation, liberté d’asservissement, dont les conservateurs américains et ersatz français comme LR sont les représentants ... Mais ils n’aiment pas la liberté puisque qu’il utilisent celle-ci pour la contraindre voir l’éliminer..


    • vote
      Guepe maçonne guepe 28 avril 21:48

      @maQiavel

      Bah pt que le gauchisme dépasse lui aussi le clivage droite gauche. smiley

      Après tout, dans la vidéo, le type dit etre le n°2 du PRCF et cette critique du gauchisme , on la retrouve y compris chez les mecs de gauche, notamment ceux qui se disent souverainistes, comme Onfray.


    • vote
      Heptistika Heptistika 28 avril 21:57

      @Ozi

      Hum, ok je suis d’accord avec ça. C’est donc bien dans leur délires de liberté qu’il y a anguille sous roche. Il est évident qu’une liberté d’autoritarisme est un oxymore que faire sien est déraisonnable.

      Les States font des transfers psychologiques sur des pays jugés comme autoritaires en une tentative d’exorciser leur propre névroses. la montée en flèche du "Whataboutism" depuis quelques années traduit de la position de pouvoir effective des "droitards" dans la sphère politico-médiatique. J’aimerais pas être à la place des fils qui se touchent de ceux qui le nient encore.


    • 2 votes
      micnet micnet 28 avril 22:12

      @tous

      En lisant les commentaires des uns et des autres concernant la signification de "droitard", si on résume, on comprend que cela se rapporte avant tout au comportement sectaire d’une personne plutôt qu’à son idéologie proprement dite.
      Dans ce cas, me concernant, je mets les droitards et les gauchistes exactement dans le même panier en ce sens que les uns comme les autres sont incapables d’accepter la libre expression des gens qui ne pensent pas comme eux. Les uns comme les autres diabolisent leurs adversaires en refusant la confrontation d’idées. C’est la raison pour laquelle je ne suis pas d’accord pour dire que la liberté serait une valeur spécifiquement de gauche car on peut citer autant de personnes classées à gauche qui s’opposent à la liberté d’expression de leurs adversaires idéologiques que l’inverse.
      Bref, les gauchistes et les droitards ont peut-être bien plus de points communs que vous ne le pensez smiley.

      Sinon concernant la différence gauche/droite, on peut la résumer en une phrase :
      La gauche, c’est la priorité donnée à la justice sociale tandis que la droite donne la priorité à la question identitaire.


    • vote
      yoananda2 28 avril 22:26

      @maQiavel

      j’y vois un double standard … 

      C’est ton droit, et moi ça me va smiley


    • 2 votes
      yoananda2 28 avril 22:30

      @micnet

      La gauche, c’est la priorité donnée à la justice sociale tandis que la droite donne la priorité à la question identitaire.

      C’est une manière de voir qui me semble tout à fait pertinente.

      Je dirais dans la même veine : Le gauchiste est intolérant sur les idées différentes, le droitard sur les gens différents.

      Y a une symétrie.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 28 avril 23:22

      @micnet
      En tous cas, aujourd’hui, le clivage gauche droite a investi les questions identitaires ( identité nationale et identité de genre et sexuelle principalement), cet investissement dans le sociétal me semble évident.


    • vote
      Heptistika Heptistika 29 avril 00:09

      @micnet

      La gauche, c’est la priorité donnée à la justice sociale tandis que la droite donne la priorité à la question identitaire.

       Je n’arrive pas à souscrire à ceci, le genre est une question identitaire et pourtant il est extrêmement connoté à gauche. La visite de n’importe quelle plateforme de discussion anglophone, sur des questions polémiques saura vous convaincre de ce qui nous attends à ce niveau. La virulence avec laquelle la question sociétale est omniprésente et cristallise la majorité des griefs est incroyable.

      L’identitaire n’est pas un concept assez cardinal et bien trop sujet à interprétation, je lui préfère celui d’ordre. ainsi je dirais :

      La gauche, c’est la justice tandis que la droite c’est l’ordre.

      D’ailleurs chacun tend à oublier qu’il n’y a guère de justice sans ordre, et guère d’ordre sans justice.


    • vote
      ZardoZ ZardoZ 29 avril 07:43

      @yoananda2

      Je viens d’apprendre que JaCouille la fripouille serait un gauchiasse... Les bras m’en tombent.

       smiley

    • vote
      micnet micnet 29 avril 08:23

      @Heptistika

      "le genre est une question identitaire et pourtant il est extrêmement connoté à gauche. "

      ---> Tout à fait, vous avez raison mais la gauche sociétale s’y intéresse précisément dans le but d’en finir avec l’identité "historique" telle que voulue par la droite

      "La gauche, c’est la justice tandis que la droite c’est l’ordre. "

      ---> Non car même si je vois ce que vous voulez dire, ces concepts tels qu’énoncés ne sont pas suffisants : la gauche recherche aussi à établir un ordre quant à la droite elle recherche aussi la justice !

      Compte-tenu de ce qu’on vient d’évoquer, je vous propose de le formuler comme ça :
      "Au sein d’une communauté, la gauche cherche à établir l’égalité entre les individus tandis que la droite cherche à assurer la continuité de son identité par la transmission de son héritage historique"



    • vote
      Gollum Gollum 29 avril 09:43

      @micnet

      Dans ce cas, me concernant, je mets les droitards et les gauchistes exactement dans le même panier en ce sens que les uns comme les autres sont incapables d’accepter la libre expression des gens qui ne pensent pas comme eux.

      Bien d’accord. smiley

      Pour moi gauche c’est surtout le refus des inégalités, ce qui a des tas de conséquences, et droite : mise en avant du mérite et récompense qui va avec.. (ce qui implique inégalités)..

      La formule républicaine est contradictoire : liberté va de pair avec inégalités (puisque ces dernières sont naturelles).. c’est de droite ; égalité c’est de gauche ; fraternité c’est en théorie de gauche...
      sauf que l’égalitarisme mine la fraternité..

      Bon on pourrait gloser des heures là-dessus.. sans faire avancer le schmilblick..


    • 2 votes
      maQiavel maQiavel 29 avril 12:23

      @micnet @Heptistika

      A mon sens vous avez tous les deux raisons.

      Oui, la gauche a une certaine conception de la justice qui s’articule autour de la valeur d’égalité, et c’est pourquoi en investissant le champ sociétal en cette période, elle vise l’égalité sociale/ sociétale et la fin des discriminations sur les questions de « race », de sexe et de genre. C’est dans ce contexte qu’ont émergé les SJW.

      Oui, la droite à une certaine conception de l’ordre qui s’articule autour la valeur de hiérarchie, elle investit le champ sociétal en faisant référence à des principes surplombants, que ce soit Dieu, la nature, l’essence nationale ou autre et aboutit par conséquent à des conclusions très différentes sur ces questions d’identité. 

      En tous cas, la grande différence qui est intemporelle même si elle peut prendre des formes différentes suivant les époques, tourne autour des principes d’égalité et de hiérarchie. 


    • 1 vote
      micnet micnet 29 avril 12:44

      @maQiavel

      Allez vendu smiley

      J’admets que vos définitions répondent le mieux à ces notions de gauche et de droite car ce que vous écrivez là demeure intemporel quelques soient les périodes. On retrouve bien l’horizontalité propre à la gauche au-travers de "l’égalité" et la verticalité propre à la droite au-travers de la "hiérarchie".



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès