• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Bégaudeau : l’idéalisme de l’extrême droite et les impasses de la (...)
#27 des Tendances

François Bégaudeau : l’idéalisme de l’extrême droite et les impasses de la gauche

Soumaya Benaissa reçoit, sur Blast, l'écrivain François Bégaudeau à l’occasion de la parution de ses deux derniers ouvrages : Notre joie, fruit d’un échange avec un interlocuteur identitaire qui permet d’identifier selon l’auteur le lieu où "les extrêmes ne se rejoignent pas", et Comment s’occuper un dimanche d’élection dans lequel il prolonge une réflexion déjà initiée dans Une histoire de ta bêtise faisant du vote d’élection un geste très éloigné de la politique.

Tags : Politique Elections François Bégaudeau




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • 12 votes
    albert123 4 juin 15:33

    "le réel est du coté de la gauche"

    faut vraiment vivre sur un nuage pour oser balancer cela, c’est la gauche 3 doses sans doute.


    • 4 votes
      V_Parlier V_Parlier 4 juin 18:01

      @albert123
      C’est la gauche qui dit de voter Macron. Ou alors c’est celle qui crie "bourgeois bourgeois" et "lutte des classes" en voulant conserver la mondialisation. (Bon, les deux ayant encore d’autres points communs que tout le monde connait). Les autres gauches, en Europe il n’y a pas.


    • 2 votes
      quijote 4 juin 18:03

      @albert123

      Il faut être sous hypnose. L’hypnose collective, ça existe.


    • 4 votes
      V_Parlier V_Parlier 4 juin 18:20

      @quijote
      C’est une auto-hypnose en fait. C’est ça qui est terrible.


    • vote
      vaietsev1 4 juin 18:48

      @albert123

      Albert le dur , vous êtes encore à douter du savoir des personnalités publique ?
      Le réel est bien du côté de la gauche ,demandez à François Hollande ,lui tiendra les mêmes propos .
      C’est vous qui êtes perchées mon pauvre Albert ,vous seriez un étranger que je ne serai guère surpris .
      Retourne d’ou tu viens avec tes frères et reste y !

      Vassily


    • 7 votes
      mmbbb 4 juin 19:17

      @vaietsev1 la gauche est déconfite ! Le réel est qu Hollande a soutenu Hidalgo !
      Le reel est que Melenchon a dû faire le mariage de la carpe et du lapin avec ces timbres d ecolos .


    • 3 votes
      quijote 4 juin 19:19

      @V_Parlier

      Citation :"C’est une auto-hypnose en fait. C’est ça qui est terrible."

      Pas du tout d’accord. Je l’ai subie, cette hypnose. Elle ne venait pas du tout de l’intérieur mais de ma famille, d’une part, et des media et de l’éducation nationale d’autre part. Tous en rapport direct avec nos amis des loges... L’hypnose, elle est sortie tout droit des loges qui ont irrigué partis politiques, media et EN.


    • 3 votes
      V_Parlier V_Parlier 4 juin 21:26

      @quijote
      Je vous l’accorde. Mais très souvent ça s’auto-entretient, aux exceptions près.


    • 6 votes
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 5 juin 05:05

      @albert123

      ""le réel est du coté de la gauche" faut vraiment vivre sur un nuage pour oser balancer cela"

      C’est à ce moment de l’entretien qu’on est obligé de constater que ce gars, tout en étant assez vif intellectuellement, a quand même quelques fils qui se touchent dans sa tête. 


    • vote
      CoolDude 5 juin 21:25

      @Gaspard Delanuit

      Ca dépend de comment vous définissez la gauche !

      Son analyse social est digne d’un Bourdieu ! Rationnel, matérialiste et progressiste dans le sens ou il élève un peu le niveau de réflexion qui peut être révolutionnaire.

      Dans ce sens là, il est de Gauche.

      Plus simplement, si il critique le Capitalisme (le néo-libéralisme)... C’est de Gauche !

      Après c’est vrai que l’on a déjà entendu : "Mon Ennemi, c’est la Finance !"... Dans la série... Fin du Parti Socialiste Français !

      Pour vous dire que c’est peut être compliqué cette affaire.


    • vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 6 juin 02:58

      @CoolDude

      Non seulement c’est compliqué, mais c’est une bipolarisation désuète qui ne permet pas de poser les problèmes de notre époque. 


    • vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 6 juin 08:13

      @CoolDude

      "Ca dépend de comment vous définissez la gauche !"

      À écouter ceux qui s’en réclament, il s’agit du camp du Bien, mais qui ne se désigne pas ouvertement ainsi, par humilité et parce que c’est inutile de le préciser tellement c’est évident. 

      Ce camp du Bien s’oppose à la droite, le camp du Mal, qui ne se désigne pas ainsi, par lâcheté et sournoiserie. 

       smiley

    • vote
      CoolDude 6 juin 20:34

      @Gaspard Delanuit

      Non seulement c’est compliqué, mais c’est une bipolarisation désuète qui ne permet pas de poser les problèmes de notre époque. 


      Qui sont ?

      Je me demande si la finance fait parti de votre équation et a quelle point elle biaise le jeu, mais bon...

      La droite, n’est pas le mal, ils sont juste cons... conservateur. Donc continuons. Apparemment, ca fonctionne bien, enfin pour eux.

      https://www.challenges.fr/luxe/a-antibes-un-chantier-a-7-millions-pour-le-mega-yacht-de-bill-gates_813150


    • 3 votes
      TchakTchak 6 juin 22:54

      @CoolDude

      Plus simplement, si il critique le Capitalisme (le néo-libéralisme)... C’est de Gauche !

      La gauche est ultra libérale depuis 1983. Mitterrand a réconcilié les français avec l’argent, en promouvant le socialiste Bernard Tapie qui avait pour activité industrielle d’acheter des entreprises, dégraisser, les revendre et empocher le fric. Même la droite de l’époque n’aurait pas réussi ça. Mais la Mitte avait la pancarte "gauche", alors ça a marché. Il a placé Jacques Delors à la Commission Européenne qui a libéralisé les marchés, imposé l’euro avec le traité de Maastricht et la concurrence libre et non faussé, avec son pote Pascal Lamy. Il a placé Michel Camdessus au FMI qui a créé ces putains de programmes d’ajustements structurels : vous vendez vos actifs du pays jusqu’à remettre les dettes à zéro, alors ensuite on vous prête, aucun rapport avec un prêt d’investissement type plan Marshall. La gauche, c’est pratique : le capitalisme ne se voit pas. "Tonton, laisse pas béton". "Mon ennemi, c’est la finance".

      SI vous dénoncez des gros patrons capitalistes comme Bill Gates, Soros ou Albert Bourla qui se fait du fric en flinguant la santé de la population mondiale : vous n’êtes pas socialiste, mais complotiste.

      Si vous dénoncez Rockefeller, le premier empire capitaliste ou Rothschild la finance qui détruit l’économie : vous n’êtes pas socialiste, vous avez juste une petite moustache noire sous le nez.

      La gauche n’est PAS anticapitaliste : elle est turbo-capitaliste.

      Le président le plus socialiste de la Vème République a été Charles de Gaulle : les biens communs (nationalisations), une économie mixte, ou dirigée, avec des plans quinquennaux pour développer une économie nationale avec les grandes entreprises qui tire des commandes au PME/PMI du pays. Les équipements publics les plus avancés d’Europe. Sans compter la Sécu, dans un pays en ruine. En passant, c’est lui qui a décolonisé tout l’empire colonial, en commençant dès 1945 avec le Liban et la Syrie. La IVème République (12 ans quand même) s’est contentée de décoloniser la Tunisie et le Maroc (et l’Indochine, mais perdue avec Dien Bien Phu).

      "Je n’aime pas les socialistes, car ils ne sont pas socialistes, je n’aime pas les miens, car ils aiment trop l’argent". La droite qui lui a succédé n’a évidemment rien à voir avec le gaullisme.

      La droite et la gauche, c’est un truc pour vous laver la tête et replacer des élus aux renouvellements des mandats. L’extrême gauche ne sert que de voiture-balai pour la gauche turbo-capitaliste. Le FN ne sert que de placard-débarras pour la droite turbo-capitaliste. 


    • 9 votes
      mmbbb 4 juin 19:13

      Ce type est un fils de prof , lui même est universitaire , Il s en défend mais c est un pur produit de la petite bourgeoisie de gauche .

      la gauche actuelle , c est l immigration , le wokisme , l indigénisme , LGBT X

      la PMA pour toutes , la GPA le reniement de notre histoire et le prosélytisme d un relativisme culturel 

      Quant aux perles , il sait les enfiler et il parle beaucoup ce professeur .

      Dans ce media Uleski , lui a taille une veste ,entre gauchiste c est la nuit des longs couteaux .

      PS j ai survole la video " ENERGIE politique je ne l avais jamais entendu celle ci , elle se mesure en joule ?

      en fin de video , il confond education et transmission des savoirs .

      C est Herriot Edouard qui nomme en 1932 ’ l Education nationale"  un radical socialiste ! Et non pas un type d extreme droite !

      Quant a l acquisition des savoirs , je doute que les éleves comme Pascal , puisse « re "ecrire » seul le systeme euclidien,, Pour avoir des connaissances , il doit y avoir une transmission verticale ,

      Pourquoi dénier à nos aieux, cette intelligence , Tous les scientifiques de renom doivent à leur etude et leurs professeurs cette acquisition

      Ce type est l auteur du film " Entre les murs " le prof n a aucune autorite et les gamins ne savent pas rester concentres plus de 5 minutes . Ils ne cessent pas de déblatérer et de raconter n importe quoi ,

      ce film demontre le non sens de l educ nat actuel, dont le ministere a du mal a recruter les enseignants Le niveau baisse dans ce pays ! Il est aussi évident que ce prof est aussi un chantre de l inegalité , Les mioches de classes aisées iront dans des bonnes classes sortiront avec des diplomes valorisant Et il existe desormais des ecoles internationales

      POL POT avait raison sur un point , ces intellos sont des nazes un an dans les champs lui remettrait les idées en place a cette merde de gauchiasse 


      • 6 votes
        TchakTchak 4 juin 22:35

        Quand est-ce qu’on va sortir de cette droiche et de cette gaute ? La majorité des Français a bien compris cette imposture et soit elle a renoncé à voter, soit elle est réduite à chercher comment voter contre, au lieu de voter pour.

        Mais l’inertie des relais politiques comme « intellectuels » l’empêche. Les partis politiques sont réduits à de simples écuries électorales, aux réflexions programmatiques présentant des mensonges démagogiques pour séduire ou des renforcements idéologiques pour se distinguer. Les intellectuels produisent des discours conformes à une population devenue âgée sensible aux combats d’une époque révolue, aveugle aux nouveaux enjeux de société.

         Le vrai clivage, que l’on cache, se situe entre les mondialistes et les souverainistes qui ouvriraient les débats utiles dont la société a besoin. Mais jamais un Bégeaudau ne voudra pas y choisir son camp. Bien commode de blablater toujours un antagonisme dépassé.


        • 3 votes
          BA 5 juin 05:32

          Après l’académie de Versailles, c’est celle d’Amiens qui se lance dans le recrutement "express" d’enseignants par le biais de job dating. Une session est organisée à Beauvais le 20 juin. De quoi inquiéter les organisations syndicales.


          L’idée du "job dating" pour recruter des enseignants a fait couler beaucoup d’encre dans la presse et sur les réseaux sociaux. La polémique n’est pas prête de s’arrêter : après les académies de Versailles et de Créteil, celle d’Amiens met en place le même processus avec une journée dédiée à Beauvais, le lundi 20 juin.


          Sur Twitter, les réactions ne se sont pas fait attendre. « Délabrement », « destruction du service public de l’éducation », « profs au rabais »  : les accusations pleuvent. 


          Le rectorat explique l’idée de ce job dating par le besoin de pallier le manque de professeurs dans l’académie, notamment dans certaines matières comme l’allemand et les mathématiques, et dans certaines zones géographiques.


          L’objectif est de recruter des enseignants contractuels, un statut un peu particulier qui pourrait s’apparenter à un CDD dans le secteur privé. Les contractuels remplacent les professeurs absents pour quelques semaines, quelques mois, ou une année scolaire entière, et leur contrat peut être renouvelé si les besoins persistent. 


          D’après le recteur, les contractuels représenteront à la rentrée prochaine 4 % des effectifs du second degré dans l’académie d’Amiens. "Quelques dizaines de postes", assure-t-il. Mais faut-il encore trouver des volontaires pour occuper ces postes.


          "On a eu cinq ans de mépris de la part de Jean-Michel Blanquer, cinq ans d’attaque sur les professeurs, et aujourd’hui on se rend compte que le métier n’attire plus du tout, qu’on fait face à une crise du recrutement. Mettre en place un job dating, c’est bien un aveu d’échec", déplore Elie Guillaume, professeur de mathématiques à Amiens et représentant syndical de Sud éducation. 


          Le rectorat relativise, assurant plutôt que ces recrutements permettront d’attirer "les gens du monde de l’entreprise" dans l’enseignement, notamment pour les filières technologiques et professionnelles.


          Mais pour Sud éducation, la multiplication des contractuels participe à la précarisation du métier. "Je ne vais pas vous dire que je suis inquiet pour le niveau, parce qu’un contractuel est titulaire au moins d’un bac +3, et il n’est pas forcément moins bon ou meilleur que nous, précise le représentant syndical. C’est la précarisation et le manque de formation qui nous posent problème. Ils ne connaîtront leur affectation que fin août, voire début septembre. Ils peuvent enseigner de la 6ème au BTS. Ils l’apprendront au dernier moment, c’est ultra-violent pour eux, ils n’auront même pas le temps de prendre leurs marques ni de se préparer. Ils vont se retrouver devant une classe le 2 septembre sans même avoir appris à préparer un cours. On leur proposera des formations pendant l’année, mais pas avant la rentrée, et seulement de temps en temps, peut-être une journée tous les trois mois. Et tout ça sans savoir s’ils seront renouvelés l’année prochaine." 


          À noter que l’académie de Versailles promet, pour ces nouvelles recrues, une formation théorique de deux semaines au mois d’août. L’académie d’Amiens n’a quant à elle pas précisé si une formation similaire était prévue.


          Pour Antoine, professeur d’histoire-géographie dans la Somme, la multiplication des contractuels s’inscrit dans un projet politique. "S’il y a un vivier de contractuels important, les chefs d’établissement pourront choisir qui ils recrutent et choisir de ne pas les garder alors que les titulaires de l’Éducation nationale eux, doivent forcément être recasés, estime-t-il. Là, on leur demande de faire des remplacements de plus ou moins longue durée, mais dans quelques années, si on manque de titulaires, on aura partout des contractuels sur du long terme, qui seront sans cesse renouvelés. Au début, ça ne se voit pas trop, mais à moyen ou long terme, c’est destructeur." 


          Il regrette, comme son confrère prof de maths, le manque d’attractivité de la profession. "Il y a la question du salaire, de la multiplication des tâches, et aussi celle de la reconnaissance. On essaie d’être motivés mais c’est très dur d’être reconnu pour ce qu’on fait. La reconnaissance, on l’a par nos pairs, par nos élèves surtout, mais de la part de notre direction, de la plupart des parents et de la société en général, c’est plus compliqué."


          Enfin, il s’interroge sur les conséquences de la généralisation du statut de contractuels. "C’est un statut bâtard, qui ne va pas leur permettre de s’investir dans leur établissement, puisqu’ils viennent et qu’ils repartent. Monter les projets éducatifs, participer au conseil d’administration, qui va le faire s’il n’y a que des contractuels ?", s’interroge-t-il. 


          Et l’horizon ne semble pas vraiment se dégager : d’après Élie Guillaume, il y a cette année moins de candidats admissibles au Capes - le concours qui permet de devenir enseignant titulaire - que de postes vacants dans certaines matières comme les mathématiques ou l’allemand. Le recteur de l’académie d’Amiens assure que tous les élèves auront des professeurs à la rentrée. Le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, ne s’est pas encore exprimé à ce sujet. 


          Le sujet est même devenu l’un des thèmes de campagne des élections législatives. Dans notre émission Dimanche en politique, qui sera diffusée le 5 juin à 10h55 sur France 3 Picardie, quatre candidats picards ont présenté les solutions de leurs partis. 

          https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/oise/beauvais/un-job-dating-organise-a-beauvais-pour-recruter-des-profs-de-college-et-lycee-ils-vont-se-retrouver-devant-une-classe-le-2-septembre-sans-meme-avoir-appris-a-preparer-un-cours-2554884.html


          • 2 votes
            mmbbb 5 juin 09:00

            @@BA cela fait longtemps que l ecole publique emploie des branques .
            J ai eu des profs , vraiment des nazes notamment dans une matière essentielle les maths .

            Les profs absents suite à des dépression, une maladie suis generis de cette profession .

            C est l’égalité républicaine , république dont la sélection à l école est déterminante suivant votre catégorie sociale et professionnelle . mais cette égalité républicaine est promue par la gauche dont les mioches vont dans les bonnes écoles !

            Mitterrand a échoué en voulant ’ nationaliser " l ecole libre ou privée .

            L école publique a été sciemment déstructurée non seulement par la gauche et aussi par la droite .

            Cet auteur Begaudeau est l exemple de ce prof accompagnant la déliquescence de cette institution .

            Le pire est l hypocrisie générale , ce qui est confirmé par ce Monsieur Brihghelli agrégé de francais , il dresse un réquisitoire sévère de cette institution  verrouillée par l ideologie 
            il dénonce l excès de pédagogie et les conséquences délétères d avoir voulu tuer " le maitre " , il est l antithese de cet auteur Begaudeau
            Le ministre de l educ a peu de pouvoir , tout se passe dans l antichambre des syndicats . 
            Enfin ,, la petite bourgeoisie de gauche, celle qui est pour la mixité sociale dans les reunions dérogent à la regle, ils font en quelque sorte que leurs mioches soient dans des classes un mieux structurées 
            C est qu affirme M Brighelli et ce que j ai constaté à lyon , Une fille de fonctionnaire allant faire son cursus universitaire à la l universite catholique de Lyon .

            je passe souvent devant le lycée du parc a Lyon , lycee selectif , on est loin « d entre les murs » et du charivari des universites 
            Ces etudiants auront un débouche certain. 

            Begaudeaiu est un charlatan .


            A votre décharge, vous avez un nouveau public ( dans certaine classe, le radicalisme religieux tend  à s imposer , mais la gauche s en défend ,,il est denonce par un ancien proviseur de Marseille Bernard RAVET )  et vous avez des mioches des familles decomposées et aussi cette mixité sociale imposée , Il faut bien scolarisé ces gamins venus d autres horizons A St Genis les Olliers , les gamins de roms pissent dans les couloirs !
            Il est vrai que c est difficile à gérer ( le fils d une de mes connaissances est prof de math ) puisque vous êtes devenus la voiture balai de cette société dont le progressisme social doit être une vertu cardinale , vous met devant ces réalités 
            Il y a eu aussi ces affaires de gamins de transgenre ... Une fille garçocn ou garçon fille s est défenestrée dans son lycée .



            In fine , nous avons un système les plus inégalitaires et l éducation nationale n est plus le « creuset républicain » Excellents reusltats de cette décomposition , Lucien Rebatet aurait pu écrire de nouveau « DECOMBRE « décombre , le mot de notre situation actuelle ,

            ,



          • vote
            basile 5 juin 12:27

            @youki
             cracher sur une corporation qui subit la connerie des politiques n’est pas très fair play

            Les politiques et la corporation sont de mèche.

            Le ministre Bayrou était très proche de la patronne du syndicat.

            Une alliance de circonstance : d’un côté une économie qui a juste besoin d’une élite surperformante et d’une masse inculte obéissante. De l’autre une corporation qui a perdu le Nord idéologiquement et fournit au régime exactement ce qu’il attend : une élite très minoritaire surperformante et une masse amorphe, désarmée pour lutter contre le système (hors période gilets jaunes).


          • vote
            sylvain66 5 juin 13:22

            @BA
            ce qui serait intéressant, c’est de savoir pourquoi plus personne ne veut faire prof, alors que les conditions sont assez avantageuses.


          • 1 vote
            mmbbb 5 juin 16:19

            @youki Apprends à lire , les profs ont été aussi les maîtres d ouvrage de la destruction de cette institution .
            Mr Brigelli , je me répète , parce qu a priori , tu ne comprends pas, parle de l éducation nationale " de fabrique à crétin" 
            Ce type est prof , il connait les rouages , il dénonce aussi les nouvelles méthodes 
            La lecture globale qui a fait des ravages ect cetc 
            Quant à la mixite sociale , la France est devenue une auberge espagnole , les profs sont en grande majorite de gauche , il faut assumer les choix politique 

            Tu ne sais pas comprendre un texte ni savoir lire , alors exempte d ecrirte a charge des idioties .


          • 2 votes
            basile 5 juin 16:22

            @youki

             peut être qu’il y aurait plus de moyens pour les services publiques . 

            Très franchement, sincèrement, honnêtement et tout ce que vous voudrez, je ne crois pas qu’il s’agisse d’une question de moyens.

            Il s’agit d’un naufrage idéologique.

            Il convient de supprimer le ministère de l’EN (rattacher les indispensables au ministère de l’Intérieur ou de la Défense), interdire toute réforme pendant 10 ans, remettre au travail tous les profs. qui n’enseignent pas et polluent le système dans le ministère et les syndicats, interdire aux parents d’aller pleurnicher chez les profs, armer les profs. de bombes lacrymogènes dans les zones à risque, instaurer une discipline de fer.

            Fasciste ? Oui, au sens du rétablissement de l’Etat, mais j’assume.


          • 1 vote
            mmbbb 5 juin 16:57

            @youki fermes la tu es trop con ,tu sors de " la fabrique à crétin " . .
            L espoir de ce pays , ce sera une " oligarchie " , elle est en train de de dessiner et de prendre ses appuis ! 

            Toi ya pas trop comprendre  !


          • 1 vote
            basile 5 juin 17:24

            @youki
            ma fille à un Bac+5 , elle a tenté le coup de l’EN , ils l’ont embauché à temps réduit pour 1200 boules /mois 

            1200 € net pour débuter avec Bac+5, c’est une misère, inadmissible.

            Je n’arrive pas à y voir clair dans les salaires de l’EN. On dit que les profs français sont sous payés. D’un autre côté, j’ai lu un article qui explique que la charge des salaires des profs pour l’Etat est globalement dans la moyenne de l’UE. Mais répartie autrement : tout pour la retraite des profs en France, retraite nettement plus faible pour les profs ailleurs (Allemagne …) mais salaire bien meilleur en activité. Si c’est vrai, que disent les syndicats ? J’imagine qu’il n’est pas question de toucher aux retraites, il leur faut le beurre et l’argent …

            Quand je travaillais encore, je touchais un très bon salaire de vieil ingénieur, mais je sentais que ça allait se gâter pour les jeunes, qu’on s’orientait vers un système « soviétique » où tout le monde serait finalement payé 1000 balles, sauf les diplômés des GE. On y va doucement, avec le salaire universel.

            La faute aux boomers ? En partie, mais cette évolution des salaires tient à la mondialisation. Quand je travaillais, j’avais des relations avec un chef de BE slovène de mon groupe situé en Slovénie. Il ne gagnait pas le quart de ce que je gagnais avec la même qualification et un boulot comparable. J’avais pensé à l’époque que nos salaires allaient évoluer vers le sien (et pas le contraire).


          • vote
            quijote 6 juin 18:53

            @youki

            Peut-être que si on avait protégé ce "pays en échec" de l’arrivée massive de millions de très très très très pauvres qu’il a bien fallu prendre charge au nom des droits de l’homme, et qui ont donc mécaniquement appauvri ce pays, on n’en serait pas là. Et dès lors, "peut être qu’il y aurait plus de moyens pour les services publiques ." En fait, la France serait au niveau des pays nordiques. Qui nous sont passés devant. Parce qu’ils avaient pas à faire face à cette immigration défendue par les chienchiens. Et qui, quand ils ont décidé d’ouvrir leurs portes ( crise syrienne, "Refugees welcome" ), n’ont mis que 5 ans à se rendre compte qu’ils avaient eu tort. Et à refermer les portes.

            Nous, en France, grâce aux chienchiens très bien dressés, qui ont interdit de fermer la porte à qui que ce soit pendant 40 ans, et surtout pas aux africains très très très très pauvres, on doit subir un appauvrissement continu, une hausse de la délinquance et de la criminalité, j’en passe et des meilleurs. Parce que les chienchiens très bien dressés, ça pratique le racisme. Oh, un racisme très particulier... Le racisme le plus con du monde : "pas pareil, accueillir, pas pareil, accueillir, pas pareil, accueillir". Quoi qu’il en coûte...

            Et après, les chienchiens se plaignent : "on réduit ma pâtée ! Ouah, ouah ! Pas content !" Bah oui, chienchien : ta pâtée, faut la partager ! Les millions d’africains très très très très pauvres ( tu sais : "pas pareil, accueillir" ), ça mange aussi, ça a plein de besoins et d’envies : les mêmes que toi. Donc, on réduit ta pâtée. Pour payer leurs besoins et leurs envies. Moi, je suis contre. Mais toi, t’es pour.

            Eh ouais, chienchien : "Pas pareil, accueillir". Il est pas content, le chienchien ?


          • 1 vote
            basile 5 juin 12:08

            Ah Bégaudeau, brillantissime ! Les mots justes viennent comme l’eau d’un torrent.

            Fait penser à Soral.

            Bégaudeau le sait bien, et il en parle du Soral qui n’a pas que l’antisémitisme à vendre mais autre chose aussi, une révolte face au réel insupportable, tiens justement comme Bégaudeau.

            L’érotisme du racisme, bien vu. Il y a aussi l’érotisme de la torture.

            Le réel, la Justice, l’individu, les trois idoles de Bégaudeau, comment ne pas adhérer ? Comment peut-on ne pas être de gauche ?

            Ces trois idoles seraient ennemies du capitalisme selon Bégaudeau ? Faux, l’individu passionne le capitalisme, en tant que son unique source de revenus. Et le capitalisme a besoin de la science (le réel) au plus haut niveau pour produire de nouveaux objets séduisants. Côté justice, c’est moins clair, mais quand même, le business capitaliste a besoin de l’Etat de droit. C’est d’ailleurs dans les pays les plus "capitalistes avancés" qu’il marche le mieux. Pas simple le réel, hein, Bégaudeau !

            Mais le roman, l’idéal, le collectif, l’idée de Dieu, comment ne pas adhérer ? Comment peut-on ne pas être d’extrême droite ? C’est tout de même plus érotique que la morale pisse froid (et souvent hypocrite cf. l’EN de gauche source d’inégalités) de la gauche.

            Etre de gauche ou d’extrême droite ? C’est l’érotisme qui tranche. La gauche a perdu son pouvoir de séduction, elle a perdu le sens du réel. Le reste, on s’en fout un peu.

            Heureusement, l’art réunit tout le monde, gauche et droite. Bernanos, Chateaubriand, Céline, Zola, Hugo, Maupassant, Proust …


            • 1 vote
              sylvain66 5 juin 13:29

              la gauche, la droite .C’est très confus tout ça, des gens très différents se sont dis appartenir a ces deux camps, pour des raisons très différentes .

              Au point que ça sert surtout a diviser aujourd’hui, ce qui est très visible dans les commentaires .C’est une époque ou l’on cherche des boucs émissaires a la débacle en cours .AV est plutot un repaire "de droite" dans les commentaires et on charge la mule :

              la gochiasse, c’est le wokisme, macron, l’otanazie, le pass sanitaire et le vaccin obligatoire, l’islam, l’immigration... Bref des choses la plupart du temps contradictoires , ou l’on sent le besoin de créer un archétype du mal, on l’on met pêle mêle tout ce qui ne nous plait pas.

              Ce genre de processus, qu’on se dise de droite ou de gauche, est un processus fasciste .


              • vote
                méditocrate méditocrate 5 juin 15:21

                Merci Sophie, Bégaudeau est toujours passionnant et il appuie là où ça fait mal au jugé des "commentaires" ;)


                • vote
                  mmbbb 5 juin 16:46

                  @méditocrate pas du tout , Je m en contrefiche ! 

                  l ecole publique est devenue l ecole pour la plèbe , une forme de garderie , espace de jeux ou la transmission des savoirs est accessoire,
                  C est ce que Begaudeau démontre dans son film " entre les murs " .

                  Ni le fils de Fabuis ( Lycee le grand ) ni le fils d Hollande vont dans ces ecoles 
                  Les ecoles privées , eux sont saturées.

                  Les filles et les fils de bourgeois eux ont des débouches . Et ils peuvent aller dans écoles internationales .

                  Si ce tare de prof a un enfant , celui ci fera comme la fille de Régis Debray , le penseur de gauche qui pendant plus d une génération nous a vanté le système de Castro, cette fille qui rencontré les revolutionnaires à la table de son papa , a retenu la lecon de papa , a lu tous les livres de papa , elle est traideuse et elle vit aux USA.

                  " extrait "  La fille de l’ancien guérillero est une sorte de contre-révolutionnaire. Diplômée de HEC, Laurence se lance dans la finance : elle est trader à Wall Street et actrice des salles de marché du Crédit Lyonnais, puis de HSBC. Elle déteste Chavez et Mélenchon et a publié une biographie de Juan Carlos, roi d’Espagne, son roi de cœur. Dans Fille de révolutionnaires (Stock, 2017), Laurence Debray témoigne de son expérience de la révolution à travers l’engagement de ses parents." 
                  Fille de révolutionnaires de Laurence Debray, coll. La Bleue, éd. Stock

                  La je me marre  HEC , il est vrai , une école de débouché pour les prolos .

                  Il faut bien que Bégaudeau ait des têtes de linotte pour l ecouter , il se sentirait seul et il devrait cesser sa logorrhée. Il est comme Sartre , jadis , il a sa cour !


                • vote
                  méditocrate méditocrate 5 juin 17:12

                  @mmbbb
                  La preuve 1 que vous ne l’écoutez pas car il a un discours critique sur l’école. 2— que vous lui donnez raison car il reproche à beaucoup de regarder le réel par le petit bout de la lorgnette, l’anecdote, le fait divers, au lieu de convoquer la sociologie pour avoir une vision élargie des sujets. Vu de ma fenêtre la terre est plate... :)


                • vote
                  Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 5 juin 19:23

                  @méditocrate

                  "Bégaudeau est toujours passionnant et il appuie là où ça fait mal au jugé des "commentaires""

                  Bégaudeau est toujours passionné ou plus exactement énervé et il ressemble beaucoup à Soral en cela. Il est parfois intéressant car il n’est pas bête, mais il y a souvent dans ses interventions un moment où explose le grain de folie qu’il a dans la tête (ou dans le cœur). Une distorsion se produit presque toujours avec les personnes qui ont été initiées intellectuellement avec Marx et Engels. Tout comme chez celles qui sont passées par la case du freudisme. Et dans les deux cas, cela prend la forme d’une grande prétention. Assez franche chez les adeptes du marxisme, qui sont certains de détenir l’ultime clé de lecture de l’histoire ; plus sournoise dans le cas des freudiens, qui pensent de leur côté avoir trouvé dans la moisissure de leur cave le secret de l’âme humaine. 



                • vote
                  méditocrate méditocrate 5 juin 20:56

                  @Gaspard Delanuit

                  Par exemple dans cette vidéo ? Pour appuyer votre point de vue et qu’il devienne autre chose qu’une impression très vague lancée en l’air...


                • vote
                  Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 6 juin 00:01

                  @méditocrate

                  Par exemple dans cette vidéo quoi ? Vous voulez que j’indique la minute à laquelle surgit le grain de folie ?


                • vote
                  mmbbb 6 juin 15:14

                  @méditocrate je l ai écoute , plus desormais il me gave Je l ai deja dit et me repete c est un pur produit de notre systeme univesitaire tres orienté politiquement .

                  C est un idéologue , comme Meirieu que j ai rencontre puisque j habite pres de Lyon .

                  Je l ai ecrit , il est le réalisateur du " film entres les murs "
                  L antithèse de ce que décrit M Brighelli , je me répète , agrégé de francais ,
                  Lui aussi est de gauche enfin d une certaine gauche celle qui est honnie désormais par cette " neo gauche " .

                  M BRIGHELLI a les pieds sur terre , jadis notre systeme educatif etait intégrateur et il etait aussi un exemple dans le monde .

                  Le système éduactif à la " Bégaudeau" est en train s effondrer sur lui même .

                  L educ a du mal a recruter des profs : Il devrait y avoir un enthousiasme un emballement

                  je me répète notre systeme n a jamais ete autant inegalitaire 

                  Vous êtes

                  une tête de linotte , que puis je ? Rien
                  Que vient faire la sociologie
                  En ce sens je rejoins le prof Alexandre Laurent , si vous voulez des résultats des bons , il faut d excellents profs.

                  Comment m expliquer l enseignement des maths avec une approche sociologique !

                  ps par le petit bout de la lorgnette, je suis issu non pas d une famille bourgeoise mais du peuple , j ai echappé a cet enseignement a la " BEGAUDEAU "
                   j ai eu quelques profs qui se tenaient intellectuellement , un enseignement vertical , un exemple par le petit bout de la lorgnette en science mon prof m a appris que la fonction cree l organe et non pas l inverse.
                  une grande decouverte de C BERNARD

                  je doute qu un gamin puisse le decouvrir lui meme

                  Pauvre naze !


                • vote
                  méditocrate méditocrate 6 juin 18:12

                  @mmbbb

                  Donc, ce que vous voulez me démontrer c’est que vous avez lu un livre sur l’éducation, d’un agrégé donc légitime à vos yeux (Bégaudeau détient la même agrégation mais elle est sûrement moins légitime :) et que je suis une tête de linotte car je n’ai pas lu ce livre... Vous êtes mignon. Qu’est ce que je peux vous dire, c’est bien, lisez 2 livres, si possible avec des points de vues différents, et essayez de vous faire votre opinion ? (je lis que vous citez beaucoup, vous citerez moins quand vous penserez par vous-même...)

                  La lorgnette, je me suis peut-être mal fait comprendre, ça signifie qu’on essaie de ne pas faire de généralité sur une personne (Melle Castro p.e.) ou un fait divers parce que ça n’est souvent pas généralisable et ça ne dit souvent rien sur la société. On convoque la sociologie pour avoir des grands nombres et se sentir un peu plus à l’aise pour dessiner des mouvements dans la société.

                  Un enseignement vertical ne veut rien dire en soi. Si votre prof fait pleuvoir de la merde, vous aurez de la merde dans la tête... Et en terme de merde dans la tête Laurent Alexandre se défend pas mal ! :)


                • vote
                  méditocrate méditocrate 6 juin 18:15

                  @Gaspard Delanuit

                  Le ou les arguments dans cette vidéo qui contiennent la folie dont vous parlez.

                  Ou vous vous réfugiez encore dans l’ironie pour échapper au concret...


                • 2 votes
                  Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 6 juin 23:40

                  @méditocrate

                  Qu’il affirme que la "gauche" est le camp du réalisme devrait vous suffire comme preuve de sa dinguerie. Et on pourrait ajouter les sornettes sur l’érotisation du racisme (comme si le racisme était un problème en France). Et on pourrait continuer avec le fait qu’il ne comprend pas que s’il plaît à des jeunes hommes qui prenaient auparavant Alain Soral comme modèle, c’est parce qu’il a comme ce dernier un style masculin et autoritaire (en gros un peu fasciste) et que les jeunes hommes sont en quête de héros un peu couillus (au moins par la franchise du verbe) depuis que leur papa porte une robe à la maison. 


                • vote
                  méditocrate méditocrate 7 juin 11:06

                  @Gaspard Delanuit

                  Je me demande, à votre réponse, qui est atteint de dinguerie : "depuis que leur papa porte une robe à la maison" ???
                  Vous vous faites un plaisir érotique à lancer ces de bêtises ?

                  Je pense que vous n’avez rien compris aux motivations derrière l’un ou l’autre, ce n’est pas la masculinité autoritaire qui plait c’est la radicalité. J’irai même plus loin c’est la radicalité concrète.
                  Contre un trèèèèèès long désert de pensée unique pour l’époque Soral et de pensées creuses pour Bégaudeau. Les GJ sont une manifestation de ce besoin de retour au réel et au concret face à une politique élitiste déconnectée...

                  Les plus nombreux remerciements qu’à reçu Soral de la part des jeunes étaient sur ses analyses sociologiques de la boite de nuit, du concret pour le jeune qui ne comprend pas pourquoi sa soeur peu rentrer s’amuser mais pas lui...

                  De même l’intérêt de la pensée de Bégaudeau c’est de demander du concret et de la justesse face à cette bouillie de désinformation et de demie vérités déversée chaque jour dans les médias et qui empêche de penser un minimum droit.

                  Pour finir leur style permet d’aller droit au but, leur nature (leur passé punk en est la preuve) les libère des conventions de l’entre-soi parisien, mettre les coudes sur le table (et parfois des pieds au cul) et dénoncer sans détour l’éléphant au milieu du salon que tout le monde fait semblant d’ignorer par politesse et par consensus ça permet de commencer une discussion plutôt que de tourner en rond dans le commentaire.

                  Il affirme que la gauche est le camp du réalisme parce que dans sa grille de lecture de classe c’est la gauche qui sort les poubelles. C’est les premiers de corvées qui font tourner la société et donc qui la vive autrement que d’un hôtel à une villa sans poser le pied hors d’un espace climatisé...


                • 1 vote
                  Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 7 juin 13:14

                  @méditocrate

                  "Je me demande, à votre réponse, qui est atteint de dinguerie : "depuis que leur papa porte une robe à la maison" ??? Vous vous faites un plaisir érotique à lancer ces de bêtises ?"

                  Vous ne comprenez vraiment pas à quelle réalité je fais allusion par ces termes ?

                  "Je pense que vous n’avez rien compris aux motivations derrière l’un ou l’autre, ce n’est pas la masculinité autoritaire qui plait c’est la radicalité. J’irai même plus loin c’est la radicalité concrète."

                  La "radicalité concrète", c’est la virilité.

                  Faire "face à cette bouillie de désinformation et de demie vérités déversée chaque jour dans les médias et qui empêche de penser un minimum droit" c’est la virilité.

                  "Aller droit au but" et "dénoncer sans détour l’éléphant au milieu du salon que tout le monde fait semblant d’ignorer par politesse et par consensus", c’est la virilité.

                  Si vous n’avez pas compris ça, je pense que vous n’avez rien compris à la virilité. 

                  "(Bégaudeau) affirme que la gauche est le camp du réalisme parce que dans sa grille de lecture de classe c’est la gauche qui sort les poubelles. C’est les premiers de corvées qui font tourner la société et donc qui la vive autrement que d’un hôtel à une villa sans poser le pied hors d’un espace climatisé..."

                  Ceux qui "sortent les poubelles" et "les premiers de corvées qui font tourner la société" votent aujourd’hui en grande partie pour Marine Lepen. La "grille de lecture de classe" par laquelle Bégaudeau voit le monde est une prison mentale qui remplace le réel par de la merde mentale. 


                • vote
                  méditocrate méditocrate 7 juin 15:17

                  @Gaspard Delanuit

                  C’est sûr que votre grille de lecture doit pas vous surcharger les neurones, si sorti de l’analyse viriliste tout est de la merde mentale...

                  Votre fixation devrait vous alarmer cela dit :)



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès