• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gilets jaunes : Faut-il donner la parole au peuple ?

Gilets jaunes : Faut-il donner la parole au peuple ?

Le RIC avait été évoqué lors des 100 propositions du pacte de Ségolène Royal. Macron n'arrive pas à calculer. Il ne sait pas non plus philosopher. Il pense le débat comme un QCM lui permettant de faire accepter les directives de l'UE.

La solution est la monnaie productive publique. En effet, la monnaie est privée. Afin de créer une monnaie publique, il s'agit de faire le ménage dans les banques par le Glass-Steagall Act de Roosevelt.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Franklin_Delano_Roosevelt#Pr%C3%A9sidence_(1933-1945)

La cinquième République a été défaite dès 1995 par le non respect du temps de parole. Puis les financements des candidats ont été largement réduits au passage à l'euro. Enfin, a été permis le putch Macron par des élections présidentielles et législatives la même année.

Rappel :

https://rutube.ru/video/c9e5163dbaf1f498c34af06180cc7819/

Tags : Politique Société Fiscalité Démocratie Elections Prospective et futur Manifestation Polémique Union européenne Présidentielle 2017 Libéralisme Gilets jaunes




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • vote
    barbarello 23 janvier 10:10

    C’est toujours avec tristesse, et irritation, quand je vois un bipède appelé "être humain", se montrer incapable de comprendre le mensonge des politiciens, leur forfanterie, et continuer à ramper devant eux en croyaaaaaaant, encooooore, comme une sorte d’animal domestiqué et parqué en somme. 

    La "Démocratie" vue par Ségolène Royal : "Nous ne ferons pas l’erreur de David Cameron"

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=TrpbBRBHqGk

    Et ils sont TOUS en tout cas à ma connaissance comme cela (et qu’on ne me parle pas d’asselineau ou mélenchon les enfumeurs sur ces points !) quand il s’agit de Ric, de démocratie, ils veulent garder le contrôle total et en caste d’ "élites". 

     !


    • vote
      mat-hac mat-hac 23 janvier 10:33

      @barbarello
      La démocratie vue par Ségolène Royal : Le participatif pour chercher les solutions.
      Aussi, si vous la suiviez sans croire Asselineau, Ségolène a dernièrement dit que l’UE prenait la mauvaise direction.


    • 1 vote
      barbarello 23 janvier 10:37

      @mat-hac

      Vous m’énervez... 


    • 2 votes
      Hieronymus Hieronymus 23 janvier 15:02

      @barbarello
      ne vous formalisez pas si vous ne parvenez pas à suivre les commentaires surréalistes de l’auteur
      la pensée de Matthius est simplement insaissable, elle transcende la raison ordinaire
       smiley


    • vote
      Baston Labaffe Gaston Lagaffe 23 janvier 15:43

      @mat-hac
      Dans ce cas : Ségolène 2022, VITE !



    • 2 votes
      Constant Danlerreur Constant Danlerreur 23 janvier 11:21
      Faut-il donner la parole au peuple ?

      .
      Uniquement si ce peuple est de gauche authentique, hélas, je constate avec effarement et consternation, que c’est loin d’être le cas avec tous ces nervis d’extrême droite communiste fascisto nazis qui le composent donc la réponse est claire, nette, sans appel, NON ! Mille fois NON ! Ist es klar ?
      .
      C’est une prérogative primordiale sinequanone pour conserver les valeurs de la gauche authentique au pouvoir. Et accessoirement rouvrir les goulags d’urgence pour y contenir tous les ennemis de ces valeurs hors d’état de nuire, va falloir prévoir de construire large !!!!
      .
      NO PASARAN !!!!!


      • 3 votes
         Saladin Saladin 23 janvier 14:50

        Regardez la tête que fait Debré quand il entend pour la première fois le gilet jaune avocat, il pensait avoir affaire à un de ces gilet jaune de chez Hanouna.


        • 1 vote
           Saladin Saladin 23 janvier 14:53

          Et si cette emmerdeur de Baffi est encore là, ça montre juste le niveau du peuple ? Non, de ceux qui regarde la télé ; pour une fois que je serais d’accord avec Moixe.


          • 2 votes
            Belenos Belenos 23 janvier 15:08

            L’écrivaillon Yann Moisi est vraiment un type à vomir. 


            • 1 vote
              Baston Labaffe Gaston Lagaffe 23 janvier 15:34

              @Belenos
              D’un côté je comprends sa peur de la rue et de la foule, après toutes les conneries débitées par cette sous race de protozoaire en public il a en effet de quoi raser les murs, à défaut d’être lui même fâché avec son rasoir, je ferais comme lui dans son cas, en plus avec sa gueule simiesque haïssable au point que ses propres parents ont regretté de l’avoir chié sur terre quand ils ont vu sa tronche improbable...
              .
              Par contre ce que MoixXx oublie de dire, c’est que la démocratie directe conduit plutôt au proxénétisme, vu que pour cet étron sortis des chiottes de BHL, la Suisse est une pute. (affaire Paul en skis)
              .
              Et c’est bien connu, la Suisse se porte tellement plus mal que la France qu’on se demande ici quand est ce que la coalition internationale vienne bombarder le palais fédéral pour sortir les Suisses du joug abject imposé par leurs 7 sages...
              .
              Attention quand même, la démocratie directe Suisse est à la mode, c’est à dire, bio, allégée, light, car le conseil fédéral se couche devant l’UE contre l’avis des citoyens et n’applique pas les initiatives populaires votées positivement par le peuple quand ça dérange des immondes ordures comme Cône-Bandit..

              .


            • 1 vote
              zzz999 23 janvier 16:40

              A entendre les collabos des banksters que sont la plupart des journaleux et surtout les éditorialistes on se demande comment on a pas déjà supprimé les élections ?


              • 1 vote
                Quasimodo 23 janvier 21:32

                Faut il donner la parole au peuple ?

                 Réponse : ils nous la vendent entre 2 pubs pour les couches culottes et les boites de raviolis ....


                • 3 votes
                  Hijack ... Hijack ... 24 janvier 00:06

                  A part l’avocat G.J ... tous des tordus, notamment le Moix !


                  • 3 votes
                    Qirotatif Qirotatif 24 janvier 03:36

                    Vla le casting !

                    - Debré... le fiston du rédacteur de la 5ième, grand profiteur du système durant des décennies et qui se dit "indigné" par les émoluments de l’autre c...) et qui fait semblant de ne pas comprendre

                     Ardicon qui ne s’améliore pas avec le temps au point de présenter le premier comme une "autorité"

                     Une membre de la France Soumise parisienne

                     Un député EM qui sourit "parce que tout va bien" 

                     Le "sniper" Baffie, comique du système par excellence, payé depuis des décennies pour rendre tout débat sérieux dérisoire.

                     L’édito de Blacky où il est répété (ça ne mange pas de pain) en préambule que le RIC permettrait de rétablir la peine de mort, d’annuler le mariage gay, mon Dieu... ce serait atroce !!!

                     Le minable Moix qui ose glisser sa définition du peuple ("c’est Macron") et qui a peur d’une société qui réagirait à l’émotion et aux fake niouzes (alors que lui, pas du tout hein...). Le minable Moix a, en revanche, un éclair de lucidité s’agissant de sa crainte de ce qu’il nomme "la foule".

                    C’est marrant comme tous ces "débats" sont systématiquement structurés de la même manière avec, au milieu de ces guignols, un GJ, un seul, de telle manière que son expression sera mécaniquement limitée à 1/8ième du temps d’antenne, sachant qu’il sera par ailleurs contredit par plusieurs opposants qui se relaieront pour saper ses arguments ou simplement occuper le terrain. C’est bien foutu... 


                    • vote
                      Qirotatif Qirotatif 25 janvier 09:38

                      @Zatara
                      Dans le monde du spectacle il faut distinguer le on du off. Pendant le temps d’antenne on peut, on doit même débattre (histoire de montrer qu’on est ouvert toussa toussa...enfin jusqu’à un certain point bien entendu) avec l’opposition, et dés que les caméras s’éteignent la bien-pensance se doit de mépriser souverainement (et le silence est le pire des mépris) la voix/e discordante.
                      Certaines personnes qui sont intéressantes dans leur démarche, démontrent une forme de courage (quoi que l’on puisse penser de leurs thèses respectives) qui leur coûte une exclusion sociale en off. Il arrive aussi que ces mêmes personnes soient profondément antipathiques dans la vie de tous les jours. Parfois c’est un mélange... Je ne crois pas qu’il y ait de complot pour isoler un invité en particulier, en tout cas pas chez CSOJ. Au contraire même : Nabe avait subi le même sort dans CSOJ mais à l’antenne même : l’un des invités avait refusé qu’il soit sur le plateau, de sorte que Taddeï avait du faire une entrevue séparée avec lui mais ce dernier n’a pas manqué de faire remarquer que c’était bien un de ses invités le censeur. 

                      En revanche, le spectacle est bien une mécanique marchande avec ses ressorts. Il faut que, sur l’écran du voyeur, se matérialise de la complicité mais aussi des échanges vifs autrement appelés "clashs" : c’est cela qui augmente l’exposition comme l’a démontré une SSII récemment avec le cas de Moix lui-même... et donc les rentrées pub. Dans ces émissions de merde  comme celles d’Ardicon, Hanouna, Ruquier...  l’idée n’est donc pas (ou pas seulement) de laisser parler les des invités qui, de toutes façons, n’ont généralement rien à dire, au mieux juste à vendre, mais de créer une dynamique donnant l’illusion d’un échange animé et ouvert. Souvent les productions font intervenir un ou plusieurs individus au capital sympathie important pour que le spectateur s’identifie à lui. C’est la raison d’être de la présence permanente des comiques qui en une simple remarque font paralyser les échanges. L’ennui est que celui, le seul souvent, qui tient un propos intelligent sera submergé de toutes parts, que ce soit par les saillies du comique, les interruptions des autres invités, les applaudissements ou réprobations du public ou encore l’animateur lui-même. Et si son propos est vraiment pertinent et que l’émission n’est pas en direct, il y aura toujours la possibilité d’"arranger" cela au montage (et Ardicon en est un spécialiste). Avec les gros plans ou plans plus larges pour lesquels le monteur va opter, etc., on peut facilement rendre quelqu’un sympathique ou inversement mais encore une fois, pas nécessairement de manière consciente, juste parce que les pros du milieu cherchent avant tout à ce qui va plaire au spectateur et donc l’annonceur.


                    • 2 votes
                      maQiavel maQiavel 24 janvier 11:06

                      Comme disait Paul Valery, il y’a plus faux que le faux : c’est le mélange du vrai et du faux. C’est exactement l’illustration de l’émission. On dit des choses vraies (qui ne sont en réalité que des lapalissades) mais on le mélange avec beaucoup de faux (particulièrement grotesques). Et se crée une indistinction qui donne l’impression que le faux devient vrai.

                      Debré c’est le pire de tous , il n’y connait rien au RIC mais il en parle comme un expert.  Je me suis arrêté lorsque Moix dit « Les démocraties directe ont toujours été l’apanage non pas de la démocratie mais de la dictature du peuple ». C’est à ce moment là que j’ai enfin réalisé que je n’étais pas obligé de m’infliger ces âneries … 


                      • vote
                        Soi même 24 janvier 18:47

                        La question qui se pose implicitement par l’insurrection des gilet jaunes, sonnes nous à nouveaux rentre dans nouveaux moyennage sociétal ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès