• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Grève des pompiers : « Les pompiers n’en peuvent plus, le système craque (...)

Grève des pompiers : « Les pompiers n’en peuvent plus, le système craque »

Entretien du 15/10/2019 avec Yaël Lecras, vice-président du Syndicat des pompiers professionnels. Il était invité sur le plateau de RT France pour commenter la manifestation des pompiers du 15 octobre. Ils défilent à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer notamment une revalorisation de leur prime de feu.

Entretien du 15/10/2019 avec Jean-Marie Godard, journaliste indépendant. Il était invité sur le plateau de RT France pour commenter la manifestation des pompiers de ce 15 octobre. Les soldats du feu défilent à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer notamment une revalorisation de leur prime de feu.

Tags : France Droit Santé Santé menacée Grève Pompiers




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • 1 vote
    ahtupic 15 octobre 20:33

    Les pauvres députains se revalorisent : 33% d’un coup. De 900 à 1200€ bicause de la cherté des loyers à Paris. Pourtant, ce n’est pas le 1er avril, ni un fake news

    https://actu.orange.fr/france/assemblee-nationale-les-frais-d-hebergement-des-deputes-seront-mieux-rembourses-magic-CNT000001kdAZH.html



    • 1 vote
      Serge ULESKI Serge ULESKI 16 octobre 08:35

      Mâtons, flics, pompiers, médecins des hôpitaux publics, juges, enseignants, infirmières, aides-soignantes... pour les locataires de l’Elysée, de Matignon et des ministères (et pour ceux qui décident de leurs occupants présents et à venir : le monde des affaires, élection après élection - entreprises, multinationales, leurs conseillers et autres consultants en optimisation fiscale qui, tous, rêvent d’un Etat croupion), tout ce personnel « à la charge de l’Etat », personnel "non productif" car générateur de non-profit, d’aucun dividende - force-de-travail-symbole de la négation de tout ce à quoi ce petit monde aspire -, pour eux tous donc, tout ce personnel n’est qu’une charge haïssable, et d’autant plus haïssable qu’ils ne peuvent ni s’en passer ni s’en débarrasser ; reste alors le ressentiment à l’origine de ce mépris qui a pour réalité la distribution de salaires obscènes au regard de la nécessité et de la pénibilité de leurs tâches à tous.

      Comme un fait exprès, n’avez-vous pas remarqué ceci : plus un travail ne peut pas ne pas être effectué ( infirmières, flics, enseignants.. ou bien encore, on pensera à ceux qui collectent nos poubelles et nos déchets), plus ce travail est médiocrement rémunéré ; en revanche, plus un travail est superfétatoire dans le sens de « travail qui n’est d’aucun profit pour la collectivité , voire… néfaste à l’intérêt général » , plus il est rémunéré… et grassement.

      La raison en est simple : le « superfétatoire » remplit les poches des donneurs d’ordre à l’origine de la sélection et de l’élection de ceux dont la mission principale consiste à organiser, à partir du sommet de l’Etat, une politique de gestion de la pénurie car, fatalement, ce type de gestion c’est, à terme, moins d’impôts (car moins de redistribution, moins de droits, moins de devoirs envers les plus faibles) en faveur de ceux pour lesquels aujourd’hui c’est plus de profits.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès