• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La crise sanitaire a mis en lumière un problème de « suradministration » (...)

La crise sanitaire a mis en lumière un problème de « suradministration » privée française

Loïk Le Floch-Prigent, ancien grand patron du CAC 40, s’interroge dans Le Désordre mondial sur le recours aux sociétés de conseil privées dans la crise sanitaire.

Tags : Politique Entreprises Prospective et futur Précarité Covid-19




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Norman Bates Norman Bates 4 février 17:30

    Je me permets ce furtif passage par cette barquette surgelée (la 4ème du jour, bravo) pour signaler à son livreur, le ravi de la crèche ségolâtre, celui dont le zizi devient (un peu) dur lorsqu’il pense à la ségosphère, sa sphère promise, qu’il a acheminé ce jour deux barquettes en modo, l’une sur Véran au Sénat, l’autre sur McKinsey, dont le contenu a été publié sur Avox ces dernières 24h...ça fait un peu genre double emploi...

    Putain c’est dingue...c’est à croire que ces grossistes du surgelé sont 24/7 dans la cabine de leur camion frigorifique au point d’être totalement déconnectés du reste du monde...


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 4 février 18:30

      @Norman Bates
      Tu n’as jamais vu une de ces émissions de RMC machin sur les "routiers de l’impossible" ? J’ai pas la télé mais je suis tombé dessus une fois sur YT.Ce sont des sortes de concours entre truckers :
      Matt conduit son 38 tonnes à travers les routes verglacées du Manitoba et doit livrer une cargaison de fours micro-onde. Mao suit la même route mais son chargement est constitué de milliers de toiles réalisées par un peintre copiste imitant de grandes oeuvres à destination d’importants clients de la côte ouest.
      Matt est un normie, il enquille les miles sans trop se poser de questions. Mao n’hésite pas à lui faire des queues de poisson voire dégonfler les pneus de la concurrence pour arriver le premier.
      C’est amusant le temps d’un épisode... au-delà, c’est pathétique.


    • vote
      Norman Bates Norman Bates 4 février 19:59

      @Conférençovore

      Je pense même que le vieillard névrosé et égocentré est capable de préparer des bocaux remplis d’huile et de clous qu’il balance dans un virage s’il se sent suivi par son "concurrent" joufflu pour l’envoyer dans le décor...
      La description de cette émission est alléchante, il manque juste au casting mon idole Magali Berdah (voir mes nombreux articles (un seul) sur le sujet) pour captiver complètement mon temps de cervelle disponible...
      Je ne sais si les deux stakhanovistes de chambre froide méritent le titre de "trucker", je les imagine pas vraiment participer à un mouvement massif pour la bonne cause comme à Ottawa...
      Ce sont des camionneurs au volant de petits porteurs équipés de moteurs Diesel des années 80 qui te dispersent les particules nocives en noirs nuages opaques lorsqu’il y a urgence pour livrer une barquette prometteuse...
      Niveau zèle, le joufflu est capable de faire halte sur une aire de repos pour évacuer le trop-plein contenu dans sa vessie pendant que l’acariâtre ancêtre s’équipe d’une bouteille en plastique pour se soulager en roulant...
      Barquette über alles, verdammt !! smiley


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 5 février 01:41

      @Norman Bates
      "Je pense même que le vieillard névrosé et égocentré est capable de préparer des bocaux remplis d’huile et de clous qu’il balance dans un virage s’il se sent suivi par son "concurrent" joufflu pour l’envoyer dans le décor...

      "

      Tu ne crois pas si bien dire. Suite à un de mes messages (et du Glaude) signalant qu’il y avait un document complet sur Juan Branco mais que ce gourdiflot avait préféré mettre un extrait d’une minute bien putacliquesque sur la seule Buzyn, messages que le gourdiflot a bien lu, il a mis en modo l’entretien complet en question (je l’ai d’ailleurs plussé pour la forme, +1 actuellement).
      Problème : Il ne passera pas et pour cause. Dans son texte d’accompagnement (le Moa vexé en a mis un...) il choisit un angle d’attaque débile sur le fond (flinguer Branco sur sa soi-disante jalousie envers les Macron, Attal et cie...), enfin "le fond"... faut le dire vite... mais en plus, il traite à plusieurs reprises Branco d’"espingouin", un qualificatif équivalent à "macaroni" pour les Italiens ou "bicot" pour les Maghrébins, bref un terme dégradant et ouvertement insultant. Cet abruti fait d’ailleurs une charge sur plusieurs personnes d’origine espagnole (Valls, Hidalgo... bon, je ne suis pas en désaccord avec l’idée que certains "républicains" venus de l’autre côté des Pyrénées ne brillent pas par leur adhésion à la France). Manifestement notre spécialiste en transport frigorifique a une dent contre les Espagnols... bref... mais surtout, il n’a même pas la présence d’esprit de se demander si ce qualificatif injurieux ne va pas bloquer à lui seul la publication. Je ne serais pas étonné même qu’il vienne se plaindre de censure...

      La bêtise de ce vieux schnok ne cesse de me surprendre...


    • vote
      Norman Bates Norman Bates 5 février 03:10

      @Conférençovore

      Ah oui, je viens de découvrir le...hum...la "chose"...finalement je comprends mieux le recours systématique au copié-collé parce que là...on dirait un tableau réalisé au pistolet à peinture avec un lancer de tubes de gouache à l’arbalète pour les finitions...
      Bon, j’arrête d’être taquin...certaines personnes écrivent comme elles éructent, elles n’y peuvent rien...
      Bon, le spectacle de désolation est quand même informatif puisqu’on y apprend que "Mélecnchon" est "espingouin"...franchement je ne savais pas...d’ailleurs je me demande qui est ce "Mélecnchon"...
      Oui une barquette qui n’arrive pas à bon porc engendre toujours des jérémiades, des louches bien pleines de ouin-ouin...
      Gageons que le présent constat (à l’amiable) échangé ici n’échappera pas à la vigilance pointue de l’intéressé et qu’il retirera du circuit sa barquette pour une fois fait maison...avec les moyens du bord...n’attendons pas une marque de reconnaissance de sa part à l’adresse de ceux qui "sèment la terreur"...
      La "chose" périmée d’origine enlevée il n’y aura pas d’accusation de censure envers ceux qui n’ont pas validé la proposition...ni de remontrances à l’encontre des pousse-barquette et pousse-au-crime... smiley


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 5 février 04:36

      @Norman Bates
      Mélenchon a 3 grand-parents espagnols et un italien. Le vieux schnok a tiqué il y a qq jours dans je ne sais plus quelle émission (chez "baba" je crois) sur le fait que Merluche a dit qu’il avait appris l’espagnol quand il était adulte, parce qu’il fallait "s’ouvrir au monde", comprendre "contrairement à vous les renfermés sur vous-mêmes, racistes et... blablabla gauchiatique habituel" alors qu’il était né à Tanger et y avait vécu jusqu’à 11 ans et que l’espagnol y était largement pratiqué.

      Ni une ni deux, pépé y a vu un horrible mensonge de la part de la merluche. Evidemment avec lui, c’est 1 ou 0. Impossible d’imaginer un truc intermédiaire du genre "il avait qq bases en espagnol quand il était jeune et a pris des cours plus tard pour se perfectionner et parler couramment". Bah non, trop subtil. Il fallait forcément que ce sale "espingouin" de Melenjon ait menti intégralement de A à Z pour se faire passer pour un homme ouvert à la diversité (comme s’il avait bsoin de cela... ridicule !), épuicétout, CQFD.

      Depuis cette brillante "découverte", la vieille carne fait une fixette sur ce détail (qu’est-ce qu’on en a à branler ?!?) totalement insignifiant et scrute le moindre faux pas des "espingouins" au point d’en pondre un... une "chose"... qui évacue au passage le fond du discours de Branco qui est pourtant l’essentiel. Mais non...
      Saluons tout de même l’effort rédactionnel du vieux schnock : cela faisait longtemps qu’il n’avait pas dégoupillé un texte avec une approche disons... originale... bon certes, complètement éclatée, mais pour une fois que ce n’était pas du pompé intégral... je trouve qu’il y a du progrès. smiley


    • vote
      JL 5 février 09:16

      La crise sanitaire a mis en lumière un problème de « suradministration » privée française

       

      Maintenant, McKinsey Décide De Vos Libertés Et De Votre Santé

      • 2 votes
        Djam Djam 5 février 14:53

        Mais oui mais oui ! Nous sommes noyés dans un océan administratif qui, par ailleurs, prend des forces colossales depuis peu puisqu’il se transforme en administratif-en-ligne. 

        Or, il faut rappeler ici que lorsque dans une société l’administration devient pléthorique cela indique un glissement vers un régime... totalitaire.

        Lecture conseillée : "Bureaucratie" de David GRAEBER... un incontournable pour comprendre que les états (dé)unis ont beaucoup d’avance en ce domaine et ce, contrairement à la croyance des français qui croient qu’il est plus facile de faire des affaires aux EU.

        Pour déposer des statuts d’entreprise, oui... mais on a intérêt ensuite à avoir beaucoup de fric pour payer les avocats d’affaires qui vous défendront contre les méthodes de l’administration américaine qui n’a pas son pareil pour extorquer de l’argent au moindre petit problème, à la moindre plainte. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès