• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Macron et "le Gaulois réfractaire" : débuts d’une polémique

Macron et "le Gaulois réfractaire" : débuts d’une polémique

Emmanuel Macron était mercredi en déplacement au Danemark. Le président de la République a salué le développement du pays, estimant que "ce peuple n'est pas exactement le gaulois réfractaire au changement". "Nous avons tous quelque chose en commun, c'est cette part d'européen qui nous unit. Ce modèle danois nous inspire beaucoup", a-t-il ajouté.

Cette nouvelle déclaration controversée du président de la République a déclenché l'indignation de la classe politique qui n'a pas tardé à réagir.

Tags : Polémique Emmanuel Macron Danemark




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • 7 votes
    Zatara Zatara 30 août 12:39
    Bel Ami n’a aucune limite dans sa communication : tout et son contraire en quelques jours à peine (rien de nouveau quand on suit avec attention)...

    Remarque, pour sa pseudo rentrée et après l’affaire Benalla, fallait bien sortir quelque chose -du buzz- apte à purger les esprits en les focalisants ailleurs...
    Mais on ne change pas une formule qui marche : il continue donc de jongler avec les représentations identitaires, sociales, et politique comme un singe avec des quilles, au cirque, sans la moindre logique de fond....

    Dans son discours du 27 aout, devant les ambassadeurs, Macron a concédé qu’il ne pouvait exister de “peuple mondialisé”, il a parlé de “psychè profonde”, et du “retour des peuples”. Il a semblé critiqué la “mondialisation indifférenciée”. Il a parlé des “identités profondes” et des “imaginaires collectifs”, à respecter, à comprendre, à redécouvrir.

    Et le voilà aujourd’hui qui renvoit cette identité profonde à une lubie sur les gaulois (ça fait écho à l’un de ces grandioses "sujets" pré-présidentielle, lançé par Sarko au passage...).

    Ce mec suinte littéralement le mépris. Cela fait aussi écho à une autre sailli du chatré étalon : « Les Français détestent les réformes, il faut leur expliquer  » Même niveau de condescendance avec, comme très souvent, une touche d’infantilisation ("les enfants" en parlant aux mecs de l’EDF de foot), même foutage de gueule puisque le seul qui n’arrive pas à se réformer et qui est le problème, ce sont les institutions elles mêmes... Et il s’y connait, en infantilisation, le pépère...

    • 3 votes
      Zatara Zatara 30 août 14:02

      lédiz aind jenteulmane, le futur président de la république fr :

      https://www.streetpress.com/sujet/1486723160-macron-le-monde


    • 1 vote
      louis 30 août 17:14

      @Zatara
      que voulez , il ne sait faire que cela puisqu’il souffre d’un complexe de supériorité, il ne pourra guérir que s’il se soigne , mais visiblement il n’ en prend pas le chemin seules des élections pourront peut être le guérir , pour l’instant nous devons courber l’échine et subir .


    • 5 votes
      Perre Sanders 30 août 17:20

      @Zatara

      "Ce mec suinte littéralement le mépris."

      Je vois aussi une dimension infantile dans le fait de vouloir vexer ceux qui ne sont pas conformes à ses ambitions.

      Il ressemble de plus en plus au psychopathe que décrivait le Pr Segatori, psychiatre italien, en mai 2017


    • 2 votes
      Zatara Zatara 30 août 17:32

      @louis
      ça fait cher la séance de psychiatre.... les français sont certainement doué d’une grande patience... enfin, on va dire ça.


    • 5 votes
      La mouche du coche La mouche du coche 30 août 17:39

      Je ris quand je pense à tous les mougeons qui ont veauté pour lui. Vous la sentez la quenelle, les gars !!! Et ce n’est pas fini !!!  smiley


    • 6 votes
      Joe Chip Joe Chip 30 août 18:36

      @Perre Sanders

      Cette vidéo pénible est à l’origine de l’erreur stratégique de MLP durant le débat de second tour. Apèrs visionnage de cette vidéo (le "psychiatre" est en fait un contributeur de Casa Pound) ses conseillers l’ont persuadé que Macron était un petit enfant narcissique et fragile qui s’écroulerait mentalement face à une figure d’autorité / mère castrtrice, d’où les grigris vaudous et les simagrées grotesques que la candidate FN a multiplié dans l’espoir de le faire craquer.

      Sauf qu’on ne peut pas arriver à ce niveau de responsabilité en étant aussi grossièrement fragile et psychologiquement instable. Les interprétations psychanalytiques sont souvent intéressantes mais elles ne doivent pas être prises pour argent comptant ni être comprises comme un décryptage littéral d’une personnalité. 


    • 2 votes
      Perre Sanders 30 août 19:38

      @Joe Chip

      Le professeur Adriano Segatori, psychiatre et psychothérapeute, est membre du Département de Psychologie juridique et Psychiatrie Médico-légale de l’Académie Italienne de la Science médico-légale, et il est également chargé de cours en philosophie de la politique à l’université de Trieste.

      Je vous renvoie à sa courte fiche d’auteur des Editions Mimesis, à Sesto San Giovanni (Milan), qui ont publié quelques-uns de ses ouvrages, cela m’évitera d’entrer en matière sur vos guillemets et votre allusion à Casa Pound.


    • vote
      Joe Chip Joe Chip 30 août 20:29

      @Perre Sanders

      Un tas de charlatans sont diplômés en psychiatrie ou psychologie, et il est bien lié à Casa Pound (je n’ai fait aucune allusion, je l’ai dit) et à l’extrême-droite italienne. Je ne le signalais pas pour discréditer ses propos en tant que tels mais pour expliquer le fait que cette vidéo, relayée à l’époque par tous les sites de la "dissidentosphère", a été utilisée par des conseillers de MLP pour préparer le débat de l’entre-deux tour, ce que je trouve proprement hallucinant. Je l’avais d’ailleurs déjà dit ici-même.

      https://www.slate.fr/story/145347/macron-psychopathe-extreme-droite

      Le psychiatre s’est même fendu d’une « review » de l’une de ces pages, Casapound Gorizia, à qui il a attribué la note de 4 étoiles, accompagnée de ce message : « Ce n’est que le début / Nous élargirons encore le mouvement / La lutte identitaire / Ça commence maintenant ! ».

      Chargé de cour en "philosophie de la politique" ? Psychiatrie, psychothérapeute, psychologie juridique, philosophie, politique, médecine médico-légale.. tout ça, rien d’autre ? C’est une sorte d’honnête homme à l’ancienne donc, versé dans la science universelle ? C’est bien connu, les experts en rien, en particulier dans les sciences humaines, accumulent les diplômes et les titres honorifiques en carton pour se faire mousser et justifier leurs activités aussi floues que très rémunératrices en tant que "psychologue".

      Et en quoi ce bel argument d’autorité est-il censé justifier le diagnostic aussi péremptoire que foireux ("psychopathe") qu’il a livré sur Macron en se basant (je parle de mémoire) sur quelques " photos et une bio" ? Il a publié des livres ? C’est un argument ça ? Oulala il a une fiche d’auteur chez un obscur éditeur italien. 

      C’est du charlatanisme, et la psychanalyse est d’ailleurs assez bien réputée pour être une discipline, ou plutôt une matière (au sens anal du terme) qui se prête à toutes les manipulations de ce genre. 


    • 1 vote
      Joe Chip Joe Chip 30 août 20:49

      En outre, les conseillers de Macron constatant cette effervescence sur les réseaux sociaux autour de cette vidéo ont délibérément répandu l’info peu avant le débat que Macron quitterait le plateau si MLP venait "l’agresser". 

      "Macron menace : s’il sert de punching-ball à Marine Le Pen, il quittera le plateau au bout d’une demi-heure"

      On appelle cela tendre une perche. Et elle n’a pas hésité, elle a couru, se faisant ramasser sur tous les sujets (Macron reste un techno) et en passant de plus pour une incompétente agressive.

      Macron n’est pas un "psychopathe", un psychopathe ne peut pas atteindre ce niveau, d’un point de vue cognitif et fonctionnel, ce n’est pas possible, sauf à envisager ce mot de manière purement poétique. 


    • vote
      Zatara Zatara 30 août 21:08

      @Joe Chip

      En outre, les conseillers de Macron constatant cette effervescence sur les réseaux sociaux autour de cette vidéo ont délibérément répandu l’info peu avant le débat que Macron quitterait le plateau si MLP venait "l’agresser".

       smiley et tu le tiens d’ou ça ?


    • 3 votes
      Perre Sanders 30 août 21:33

      @Joe Chip

      "Macron n’est pas un "psychopathe", un psychopathe ne peut pas atteindre ce niveau, d’un point de vue cognitif et fonctionnel, ce n’est pas possible..."

      Bon, ben voilà... On en restera donc là, je ne peux pas ramer, je suis loin de votre niveau de connaissances, et de votre niveau de certitudes aussi.


    • 4 votes
      hase hase 30 août 22:58

      @Perre Sanders
      franchement,vous ne pensez pas qu’on s’en tamponne le coquillard du nom d’oiseau qui lui convient le mieux ?

      Il me semble plus urgent de réfléchir à comment le virer, ou bien lui tourner le dos, lui couper l’herbe sous les pieds, retirer le tapis sous ses pas, le bouder ou tout ça à la fois ? Lui, ses sbires, ses loyaux serviteurs mais aussi tous les complices qui envahissent nos champs ?


    • 1 vote
      Perre Sanders 31 août 00:48

      @hase

      "franchement,vous ne pensez pas qu’on s’en tamponne le coquillard du nom d’oiseau qui lui convient le mieux ?"

      Ce n’est pas une question de nom d’oiseau, mais d’un diagnostic, qui ne cesse de se reconfirmer et, de mon point de vue, ce n’est pas indifférent. Le Pr Segatori dit au printemps 2017 :

      "Lorsque Macron parle des pauvres ou insulte les prolétaires du Nord en les réduisant à être des fumeurs et des alcooliques, lorsque Macron dénigre les femmes en les rabaissant au rang d’ignorantes, nous revenons dans le discours parfaitement expliqué par Jacques Lacan.
      "Et il est vrai que son inconscient ne voulait pas vraiment le dire, mais son inconscient a parlé pour lui. Car il croit ce qu’il dit et ne peut pas s’empêcher de l’exprimer.
      "Macron se défend donc en modifiant le sens de ses déclarations — mais sans jamais exprimer de remords —, car il ne ressent jamais de culpabilité."

      C’est exactement ce que l’on constate avec le dernier (en date) de ses dérapages. Aucun regret et une "explication" à peine digne de la cour de récré : "C’était de l’humour".

      "Il me semble plus urgent de réfléchir à comment le virer, ou bien lui tourner le dos, lui couper l’herbe sous les pieds..."

      Je ne vois qu’un funeste destin l’enlevant à notre tendre affection pour l’empêcher d’aller au bout de son mandat. En attendant, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour le discréditer, par la parole et l’écrit, aux yeux de ceux qui croient encore en lui. C’est un travail de fourmi, mais c’est le seul qui soit à ma portée.

    • 2 votes
      thierry3468 30 août 14:14

      Macron ne doit pas oublier que les gaulois réfractaires ne plient jamais dans Astérix.Est-il encore nécessaire de parler de Jupi t’es rien ?


      • vote
        CoolDude 30 août 16:23
        Les Gaulois seraient-ils réfractaires au marketing du faux sentiment de "Liberté" dans les affaires que nous vend le Monarc ?

        Rooohhh...

        Avec une telle politique dite de "Progrès...", c’est clair que l’on devient vite réac !

        "L’activité persuasive, parce qu’elle peut être aisément démasquée, risque de provoquer chez le client des réflexes de défense - les spécialistes disent de "réactance" - le conduisant à ne point céder."
        Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois - Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens - 2002, page 71


        • 3 votes
          zygzornifle zygzornifle 30 août 16:26

          Bah il avait bien calculé son coup pour faire passer la démission du bulot a la trappe , une manœuvre de trader Rothschildien ....


          • 2 votes
            Eric_F 30 août 21:00

            @zygzornifle
            bof, se tirer une balle dans le pied pour faire passer un mal de dent n’est pas forcément une technique judicieuse !


          • 6 votes
            zygzornifle zygzornifle 30 août 16:29

            les gaulois réfractaire ? 


            Qu’il augmente de Smic les retraites le RSA de 100€ par mois , qu’il supprime les mutuelles en faisant rembourser la sécu a 100% et il sera adulé le Macron , pluis une sixième semaine de congés payés il aura son second quinquennat d’assuré dans 4 ans .... 

            • 3 votes
              Joe Chip Joe Chip 30 août 18:14

              Les élites françaises - même les plus légitimes et respectables - méprisent le peuple français, rien de nouveau. Ca fait partie de l’ADN du haut fonctionnaire, de la formation. Il y a ceux qui l’assument et ceux qui se contentent de le faire sentir. Macron est plutôt dans la première catégorie. 

              Au pays de l’égalité et des statuts, le mépris reste le dernier sentiment aristocratique toléré et le seul moyen de faire comprendre aux hordes de sans-dents qui sont les maîtres.

              Des "veaux" de De Gaulle aux "Gaulois réfractaires", c’est juste l’imagerie qui change en fonction du contexte. Macron colle au goût du jour en confessant sa fascination pour les pays dits "du nord", peuplés de "luthériens" économiquement vertueux et responsables préférant accueillir le "changement" plutôt que le subir ou tout casser quand ça ne peut plus durer (révolution, émeutes). De la Réforme aux réformes... 

              Sous la Révolution, précisément, les aristocrates les plus zélés s’étaient déjà assimilés aux Francs - grands, blonds, germaniques, nobles - tandis qu’ils identifièrent dans le tiers-Etat le peuple de la Gaulle originelle. Les Germains libres (les Francs) devaient dominer les Gaulois, race esclave, c’était dans l’ordre des choses. Les Révolutionnaires les plus dogmatiques reprirent à leur compte la comparaison infamante (un peu comme les afro-américains récupérèrent plus tard le terme "nègre") et prétendirent que la Révolution marquait la révolte des "Gaulois" contre leurs anciens maîtres et jurèrent jusque dans l’Assemblée Nationale de renvoyer "dans les sombres forêts de Franconie" (Allemagne) tous ces descendants putatifs des Francs qui avaient subjugué "nos ancêtres les Gaulois". 

              On peut sans doute voir dans cette opposition de "races" de maître et d’esclave les frémissements du racisme scientifique tel qu’il se déploiera ensuite tout au long du XIXème. Il est toujours amusant de voir les représentations inconscientes véhiculés par certaines formules, encore plus dans la bouche d’un Président de la République censé "représenter tous les Français".   

              • 1 vote
                Zatara Zatara 30 août 23:38

                @Joe Chip

                Au pays de l’égalité et des statuts, le mépris reste le dernier sentiment aristocratique toléré et le seul moyen de faire comprendre aux hordes de sans-dents qui sont les maîtres.

                Absolument... très bon post

                L’aristocratie a trois âges successifs : l’âge des supériorités, l’âge des privilèges, l’âge des vanités : sortie du premier, elle dégénère dans le second et s’éteint dans le dernier (Chateaubriand).


              • vote
                CoolDude 30 août 18:38

                Anonymous France Officiel // Appel Au peuple

                Ajoutée le 28 août 2018


                • vote
                  CoolDude 30 août 18:41

                  Des "fainéants" aux "Gaulois réfractaires", Macron aime piquer au vif les Français depuis l’étranger

                  https://www.youtube.com/watch?v=LmUDHPwbU4w&feature=youtu.be


                • 1 vote
                  rinbeau rinbeau 30 août 19:04
                  que le journal "Le monde" révèle l’affaire Bénalla, je m’interroge sérieusement !
                  Des casseroles en cascades dans l’entourage de Macron font les gros titres des merdias. Décidément mon petit doigt me dit que le petit Rothschild a déplu à ses patrons ! cette allusion aux gaulois n’est -elle pas un message qu’il se voit plutôt désormais comme Vercingétorix que Jupiter ! 

                  • vote
                    Le Celte le celte 30 août 20:07

                    César a parlé. 


                    • 1 vote
                      Le Celte le celte 31 août 07:54

                      Je rajouterais que Macron reste le seul vrai européiste dans l’âme et convaincu que le mur est la solution, faisant ainsi partie du clan germanique qui tient l’Europe par les c...... pour 1000ans !


                    • 6 votes
                      Eric_F 30 août 21:02

                      Le représentant des Français dénigre le peuple de son pays, en flattant comparativement le peuple d’un autre pays où il se trouve. On est vraiment bien défendu par ce gigolo !


                      • 2 votes
                        Eric_F 30 août 21:07

                        Je n’ai pas voté pour lui l’an passé au second tour, m’abstenant pour la première fois de ma vie à un scrutin présidentiel, la prochaine fois je me demande si je ne voterais pas contre lui, quel que soit le/la candidat/e en face !


                      • 4 votes
                        Perre Sanders 30 août 21:42

                        @Eric_F

                        Pour cela, il faudrait qu’il soit au deuxième tour, et c’est pas dans la poche.


                      • 3 votes
                        DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 31 août 04:36

                        Les Gaulois ne sont pas réfractaire au changement ... de Président !


                        • 2 votes
                          Qirotatif Qirotatif 31 août 09:06

                          Au-delà de la personne que les gens ont élu ou laissé élire - ce qui revient au même - au-delà de ses techniques de com qui fonctionnent à merveille - Combien d’articles ici, sur le "média citoyen" ? Ne tombons-nous pas nous-mêmes dans le panneau ? - au-delà de ses méthodes consistant à systématiquement dénigrer le Français depuis l’étranger - et quand il vise le "Gaulois", c’est le souchien qu’il cible ... l’homme mobile et connecté 2 points zéro ou le citoyen du monde fraichement débarqué qui prend, comme lui, les nations pour des hôtels ou des paillassons ne sont pas concerné ici - il y a évidemment un fond de vérité. Le Français est réfractaire au changement, c’est une évidence. Il aime son Etat providence plus qu’il n’aime ses propres enfants. Il le chérit par dessus tout et considérant les pays équivalents en terme de développement sa situation est unique au monde. 

                          Cela étant le Français déteste le changement aussi à juste titre, parce que celui qui lui est proposé va toujours dans le même sens (en même temps, le Français valide intégralement) : soit il n’est que purement sociétal, soit il ne va que dans le sens de la privatisation des bénéfices, de l’accroissement des inégalités. 
                          Le Français est également réfractaire au changement politique : Sa situation ne fait qu’empirer depuis 40 ans mais il se demande encore s’il ne va pas envisager peut-être éventuellement, "sur un malentendu" comme dirait Jean-Claude Dusse, d’enfin voter avec ses mains plutôt qu’avec ses pieds comme il le fait inlassablement depuis... depuis toujours, pour, 6 mois plus tard, se déclarer "déçu", se plaindre du résultat et proclamer qu’on ne l’y reprendra plus... enfin... jusqu’à la prochaine fois.

                          Les froggies comme on nous appelle à l’étranger barbotent dans une eau dont la température ne cesse de monter et tandis qu’ils sont en train de cuire, la seule question qu’ils se posent est "ne serait-il pas temps de changer le papier peint ?"

                          • 3 votes
                            Joe Chip Joe Chip 1er septembre 01:58

                            @Qirotatif

                            - il y a évidemment un fond de vérité.

                            Mais Macron joue toujours précisément sur cette notion ambigüe de "fond de vérité" pour stigmatiser ses cibles favorites (pour le dire brutalement, les prolétaires blancs des friches industrielles et la petite classe moyenne des périphéries). Il y a évidemment toujours un fond de vérité quand on appelle une ouvrière peu qualifiée une "illettrée" ou quand l’on fustige l’alcoolisme des "gens du nord". C’est le côté bourgeois de Macron, petit cuistre autosatisfait qui veut faire comprendre aux gensqu’ils sont principalement responsables de la situation dans laquelle ils se trouvent (ce qui peut se discuter, mais pas à coups de formules et d’expressions polémiques, encore moins dans la bouche d’un Président de la République, encore moins à l’étranger en vantant les qualités d’un autre peuple).

                            En revanche quand on veut établir une corrélation entre la délinquance et l’immigration, là, d’un seul coup, le "fond de vérité" n’existe plus, tout redevient "complexe" : on sort les statistiques, on pondère, les sociologues dénoncent "l’essentialisme" et le recours aux "raccourcis" en rappelant l’importance des "déterminismes sociaux".  

                            Le "changement" prôné par Macron et les élites françaises va manifestement bien au-delà de la critique (justifiée ou non) de l’Etat-Providence. Il s’agit - et l’assignation habituellement interdite à l’identité du peuple souche "gaulois" va évidemment dans ce sens - de "stigmatiser" la population majoritaire (comme tu le rappelles, migrants, cadres mondialisés, prolétaires des banlieues et foules cosmopolites sont exclues de facto de cette réduction ethnique) à travers les défauts, réels ou plutôt supposés réels, qui sont censées la caractériser depuis des temps immémoriaux. 

                            Ces Gaulois n’étaient qu’une bande de barbares hirsutes refusant d’intégrer la civilisation romaine et ses bienfaits (relire l’excellent album d’Astérix "Le domaine des Dieux"), tout comme ils refusent à présent d’intégrer la mondialisation anglo-saxonne synonyme d’ouverture économique et culturelle bienvenue (France rance). Et tant pis si les historiens et les archéologues ont démontré que cette image d’Epinal du Gaulois vivant dans le fond de sa forêt était complètement caduque... dans le fond la déclaration de Macron fait un peu écho à celle de Sarkozy sur l’homme africain "pas entré de l’histoire", mais là, évidemment, personne n’a osé défendre le "fond de vérité" dans les propos de Sarko...

                            Rappelons que le premier ministre s’est fendu plus tôt cette année d’une déclaration sur le fait que la langue anglaise était devenu de facto la lingua franca de la mondialisation et qu’il fallait donc s’y mettre, bon gré mal gré. On connaît la chanson : "Il n’y a pas d’alternative".

                            Et pour remonter un peu le temps, rappelons-nous Pétain qui dès les lendemain de l’armistice honteux conclu par le gouvernement français accablait les Français sous couvert de paternalisme. Hein, voilà ce que ça donne les congés payés, la farniente, la démoralisation collective, voilà ce qui avait conduit à la débâcle. Rien à voir, bien entendu, avec l’incompétence et la frivolité des autorités françaises de l’époque (dont Pétain faisait partie). 

                            Ces Gaulois n’étaient quand même pas trop réfractaires quand on les envoyait mourir par millions - au début de la guerre, à l’assaut à la baïonnette face à des tirs de mitrailleuse - sur les champs de bataille de la guerre 14-18. 

                            Et on pourrait remonter comme ça jusqu’à la Révolution voire un peu avant, on a déjà des citations "macroniennes" de Louis XVI :

                             "Les Français sont inquiets et murmurateurs, les rênes du gouvernement ne sont jamais conduites à leur gré […] On dirait que la plainte et le murmure rentrent dans l’essence de leur caractère. »

                            L’exaltation du fonctionnalisme tout "luthérien" des Danois sert également à rappeler en filigrane que le gaulois moyen souffre d’une autre tare congénitale le rendant incompatible avec la mondialisation : le catholicisme. 

                            Bref le gaulois blanc de culture catholique, le français de souche, quoi, dont il nie (dans la même intervention !) pourtant l’existence. En réalité, aux yeux des élites française, le Français moyen n’existe ontologiquement qu’en négatif, c’est assez hallucinant mais c’est comme ça. En revanche, s’il possède des qualités, c’est à titre strictement individuel, plus rien de "gaulois" dans tout ça...



                            • vote
                              rinbeau rinbeau 1er septembre 11:13
                              Macron s’excuse auprès de ses patrons d’avoir à gérer des gaulois et non des Anglos saxons. Ne m’éliminez pas encore, j’essaye toujours !
                              c’est une possibilité qui vaut ce qu’elle vaut !


                              • 1 vote
                                BA 2 septembre 08:17

                                Agnès Saal aurait bénéficié d’une seconde promotion dans la plus grande discrétion.


                                Nommée haut fonctionnaire du ministère de la Culture courant août, Agnès Saal aurait au passage été élevée à l’échelon spécial d’administrateur général, moyennant une généreuse contrepartie financière, selon Mediapart. 


                                Le 30 août, le Bulletin quotidien révélait que l’ex-présidente de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) Agnès Saal avait été nommée haute fonctionnaire à l’égalité, la diversité et la prévention des discriminations auprès du secrétaire général du ministère de la Culture. Un poste d’une durée de trois ans qui prend effet ce samedi 1er septembre.


                                La nouvelle a depuis fait grand bruit, eu égard au passé sulfureux d’Agnès Saal, suspendue de l’INA en avril 2015 pour ses notes de taxi jugées excessives (50 000 euros) et condamnée à trois mois de prison avec sursis.


                                Mais l’histoire ne s’arrêterait pas là, selon Mediapart, qui révèle qu’au passage, elle a été inscrite "à compter du 1er janvier 2018, donc rétroactivement, au tableau d’avancement à l’échelon spécial du grade d’administrateur général". 


                                10% d’augmentation


                                Or, cette inscription n’est absolument pas automatique et n’accompagne pas tout avancement de cet ordre dans la fonction publique. Elle relèverait au contraire d’une décision de l’employeur du fonctionnaire en question : en l’occurrence, le ministère de la Culture. 


                                Le fonctionnaire qui en bénéficie atteint le sommet de l’échelon D de la fonction publique, juste en-dessous du stade le plus élevé, le E, réservé aux inspecteurs des finances. Et récolterait, aussi, une généreuse contrepartie financière, équivalant à environ 10 % du traitement annuel du fonctionnaire mais aussi de ses indemnités retraite, selon Mediapart. 


                                https://www.bfmtv.com/politique/agnes-saal-aurait-beneficie-d-une-seconde-promotion-dans-la-plus-grande-discretion-1515692.html





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès