• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Philippot : Il faut organiser le Frexit - La loi travail vient de l’Union (...)

Philippot : Il faut organiser le Frexit - La loi travail vient de l’Union Européenne (24/09/17)

Florian Philippot, vice-président démissionnaire du Front national, a répondu aux questions d'Hedwige Chevrillon, éditorialiste BFM Business.

Tags : Union européenne Florian Philippot FREXIT



Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • 3 votes
    bob14 bob14 26 septembre 13:05

    Trop de bon sens pour être compris des Français...


    • 6 votes
      Pyrathome Pyrathome 26 septembre 14:12

      @bob14

      Le maître à penser de Philippot, c’est Asselineau ( Sur lequel tu viens cracher tous les jours ici, où est la cohérence ?....)

      D’ailleurs, Philippot vient piquer systématiquement toutes les idées et analyses de FA pratiquement mot pour mot, il plagie même des textes entier par copier/coller.....

      Maintenant, si Philippot est vraiment sincère et qu’il va au bout de son bon sens, alors il ne lui reste plus qu’à adhérer à l’UPR.....


    • 3 votes
      bob14 bob14 26 septembre 14:21

      @Pyrathome....Le mètre à panser c’est Ah ce lino le vieux con sur Agora de la secte Une-Pute-Rigolote... !


    • 6 votes
      Pyrathome Pyrathome 26 septembre 14:31

      @bob14

      Merci de confirmer ton degré zéro de la réflexion et du raisonnement, tu démontres parfaitement ce que tu viens faire ici, troller.....

      Consternant, mon pôv vieux, si, si, vraiment.... smileysmiley


    • 3 votes
      bob14 bob14 26 septembre 16:02

      @Pyrathome...votre gourou est complètement fêlé..faut le remettre en psychiatrie rapidement...


    • 3 votes
      Pyrathome Pyrathome 26 septembre 20:29

      @bob14
       

      Premièrement, je n’ai pas de gourou, je ne suis encarté nulle part et je ne crois pas que FA en soit un ou alors tous les présidents de parti en sont...

       

      Dire qu’il est fêlé et bon pour la psychiatrie relève de l’insulte gratuite et méchante, c’est quoi tes arguments ???????

      Donne des arguties un peu pour voir, ça te changera un peu de tes interventions du niveau maternelle....

      En fait, t’es juste lamentable et sans intérêt, je ne sais même pas pourquoi je prends la peine de te répondre.....


    • 1 vote
      ged252 27 septembre 10:15

      @bob14

      .

      Bon une fois bob14 crache sur le FN, une autre fois il le défend,...,va savoir


    • 2 votes
      tatie danielle tatie danielle 27 septembre 16:59

      @Pyrathome

      on s’en bat les roubignoles de ton gourou môssieur le raëlien (ça rime bien aussi avec l’argentin, ton copain de bistrot gouroutisé).

      à ce tarif-là, ton gourou a tout pompé sur philippe séguin, bananos !

      tu es tellement raëlisé que tu ne te demandes même pas pourquoi c’est fifi et pas ton gourou aux 200.000 adhérents qui est invité pendant 3/4h chez la gourdasse de bfm à une heure de super grande écoute...

      il est encore passé où ton asselineau ? il donne une conférence à monguitou-sur-lot ou il se planque toujours sous son site wordpress ?

      je viens de te donner de quoi méditer pendant une semaine, pypy.
      tu peux aussi essayer de jouer aux billes, c’est un bon sport pour le désenvoutement. smiley


    • 2 votes
      yoananda yoananda 27 septembre 17:17

      @Pyrathome
      "Premièrement, je n’ai pas de gourou"

      c’est toi parle de "maître à penser". gourou est synonyme. Effectivement tu ne dis pas que c’est le tien mais celui de Phillipot.

      Tu peux donc en effet te cacher derrière ton petit doigt et dire que ce n’est pas ton gourou, mais bon ... ça fait un peu hypocrite. Assumes.


    • 1 vote
      Debrief 26 septembre 13:07

      Firefox : un cadre noir, pas de vidéo à jouer


      • vote
        Debrief 26 septembre 13:48

        @Debrief
        L’intégrale ici https://www.youtube.com/watch?v=6Skr-N7KaXY


      • 4 votes
        Qiroreur Qiroreur 26 septembre 14:04

        Il y a toujours un contraste saisissant (pour qui n’a pas la télé) entre l’évidence et la justesse des propos d’un Philippot et la nullité abyssale des crétins qu’il y a en face (apparemment il faut faire des études pour faire ce travail...). Ils s’y sont mis à plusieurs... on ne sait jamais, de fois que 0 multiplié par 3 donne un autre résultat que 0... 

        Cette interview est une synthèse : des questions à peine au niveau de Closer, un bon gros discours europhile anti-souverainiste à base de généralités et de fuites et qui s’écrase en deux minutes et enfin, cerise sur le McDo du journalisme, pour finir, le traditionnel coup du proche qui aurait dérapé en tenant un propos antisémite. Ah, là, elle ne lâche rien la teigneuse, penses-tu... un collègue grabataire aussi nul qu’elle est concerné, la démocratie et la liberté de la presse est en péril, no passaran... et vas-y que j’insiste bien pendant plusieurs minutes histoire que ça rentre : "souverainisme = nazisme, ça ya na être clair pour toi le téléspectateur ?

        • vote
          yoananda yoananda 26 septembre 14:27

          @Qiroreur
          "souverainisme = nazisme"

          C’est pas totalement faux non plus même si c’est outrancier. Souverainisme = frontière. Frontière = armée. Armée = guerre. Guerre = nazisme.

          Le nazisme n’étant qu’une idéologie comme une autre pour justifier la guerre. Il est celui qui a marqué l’histoire récente.

          Si on n’assumes pas que oui, être souverain ça veut dire qu’on assumes de devoir faire la guerre parfois, ben alors, autant pas l’être.

          Le cosmopolitisme à l’inverse lui promet la paix pour tous par la fin des nations, des frontières, et des idéologies (en les dissolvant dans le marché).

          Soit on assume d’assumer faire la guerre, soit, on est cosmopolite.

          Oui, ce que je dit est une caricature, mais c’est une caricature qui s’est historiquement vérifiée. Et même si elle est fausse, elle est partagée par le plus grand nombre aujourd’hui.

          Ou alors il faut démontrer que le souverainisme protège de la guerre mais la ... bon courage.

          Encore une fois, je pense que tu ne vas pas être d’accord avec moi, parce que, moi, je trouve que leur logique se tient (je ne dis pas que je la partage, je dis qu’elle se tient, que c’est une manière de lire l’histoire qui se tient et qui est consensuelle).

          En tout cas, moi, c’est ce que j’ai compris des reproches qu’on fait au souverainisme : sans souverainisme, y aurait pas eu de 1ère et 2ème guerre mondiale.


        • 3 votes
          Pyrathome Pyrathome 26 septembre 14:42

          @yoananda

          sans souverainisme, y aurait pas eu de 1ère et 2ème guerre mondiale.

          .

          Tu confonds souveraineté et nationalisme....

          Mais grâce au nationalisme Européen, on pourra goûter aux joies de la troisième guerre mondiale ?

          Cruel paradoxe ?

          À noter toutefois que le souverainisme n’engendre pas les guerres, c’est le nationalisme qui le fait, la Suisse est souveraine et n’a jamais attaqué personne....par contre, elle sait se défendre, elle....par rapport à la France et son armée de clochards macronisés.....


        • vote
          yoananda yoananda 26 septembre 15:40

          @Pyrathome
          tu lis ce que j’écris ou bien ?


        • 4 votes
          Qiroreur Qiroreur 26 septembre 16:28

          @yoananda
          Oui, il lit et il a compris la même chose que moi, et son exemple (la Suisse) est pertinent. 

          "C’est pas totalement faux non plus même si c’est outrancier. Souverainisme = frontière. Frontière = armée. Armée = guerre. Guerre = nazisme."

          Je vais être direct, le raisonnement est juste complètement con. Il y a guerre quand un peuple veut s’approprier le territoire d’un autre, le soumettre, l’asservir. L’armée n’est dans ce cas que l’instrument d’une volonté. Un couteau sert à couper des choses, on ne va pas se mettre à accuser le couteau parce qu’un type décide de l’utiliser pour en planter un autre... A ce compte-là on peut aussi dire que la chasse c’est une activité d’assassins. Ce pseudo-raisonnement est juste un truc des gens qui font la propagande européiste/mondialiste pour diaboliser une idée qui est pourtant évidente, saine et naturelle : Quand tu es dans ta maison, tu n’acceptes pas que ton voisin rentre sans frapper et te dise si tu as le droit de mettre les pieds sur ta table... 

          "Le cosmopolitisme à l’inverse lui promet la paix pour tous par la fin des nations, des frontières, et des idéologies (en les dissolvant dans le marché)"

          Tu fais du cosmopolitisme l’inverse du souverainisme. Le souverainisme signifie 4 choses concrètes : battre sa monnaie, maitriser ses frontières, avoir ses propres lois et avoir son armée. Il n’y a rien dans tout cela qui s’oppose au fait qu’il y ait des gens qui viennent d’autres pays et en acquièrent la nationalité, du moment qu’ils aient les mêmes droits et les mêmes devoirs. Là où il y a pb c’est quand les devoirs ne sont pas assumés, voire répudiés (je pense que le verbe est bon s’agissant de gens qui arrivent, obtiennent une nationalité, prennent les droits mais refusent les devoirs : ils répudient leur nationalité). 

          Comme le rappelle Philippot ici, le pouvoir doit s’exercer par le peuple pour le peuple (ou alors on déchire la constitution et en fait une autre où il est inscrit que le pouvoir doit s’exercer par l’élite pour l’élite... ça aurait le mérite d’être cohérent). Si le peuple ne souhaite pas que des millions de gens venus d’ailleurs avec des mœurs différents (voire opposés) débarquent du jour en lendemain cela devrait être concrétisé via référendum (Philippot plaide pour de la démo directe) : les 2/3 des Français estiment "qu’il y a trop d’étrangers", que "l’Islam est trop visible", etc (on retrouve cette proportion au travers de plusieurs sondages) et si demain on faisait un référendum avec la question "Souhaitez-vous un changement de la politique migratoire incluant une forte limitation voire l’arrêt du regroupement familial, la fin du droit du sol... ?" on aurait probablement une majorité qui répondrait "oui". 

          Quant au nazisme c’était un suprémacisme. Il n’y a pas cette notion de supériorité dans le souverainisme. L’inverse du souverainisme n’est pas le cosmopolitisme mais plutôt l’internationalisme (mondialisme, communisme...)


        • vote
          yoananda yoananda 26 septembre 16:46

          @Qiroreur
          on s’est pas compris, ou je me suis mal exprimé, ou tu ne comprends pas.

          Je re-tente.

          Souverainisme n’est évidement pas synonyme de guerre, sinon ... ben on n’aurait pas 2 mots.

          De même que la France est censée être une démocratie ... il y a une différence entre la théorie et la pratique, et il y a les dérives.

          Le souverainisme porte en lui les germes de la guerre. Il suffit juste des arroser comme il faut. Parce que le souverainisme impliqué, comme tu l’as très bien rappelé frontière, armée (la, c’est ça qui nous intéresses) et monnaie et lois (ça c’est que vends phillipot mais c’est hors sujet sur la polémique "souverainisme = nazisme - encore que).

          Ce que disent les européïstes, c’est que le passé de l’europe montre que le souverainisme fini TOUJOURS à un moment ou un autre en guerre, et qu’il ne faut plus retomber dans ce travers.

          Tu as le droit de ne pas être d’accord, mais de la à dire que c’est complètement con ...

          Le nazisme, je le redis, c’est une idéologie, nationaliste pour le coup (nation-socialiste, c’est comme le port salut, c’est écrit dessus). Le nationalisme étant une dérive (considérée inévitable en Europe donc vu le passé guerrier) du souverainisme.

          Peut-être que je comprends mal le raccourci "souverainisme=nazisme", peut-être que je comprends bien et que c’est con, mais moi, je ne trouve pas. Je trouve que c’est une vraie question.

          Il ne s’agit pas de nier que le souverainisme en mode de croisière ce n’est pas la guerre. Tout le monde le sait. Il s’agit de savoir si le souverainisme finit toujours par se crisper à un moment ou un autre, et par ... la guerre.

          Sachant que dans la situation actuelle, de tensions migratoire, de tensions religieuses, de tensions financières, de tensions économiques, on a le cocktail parfait pour une guerre.

          Le peuple qui réclame le souverainisme,

          moi, je comprends que du point de vue des "élites" ou des "européïstes", ça soit taxé de volonté cachée pour aller plus loin et retourner au nationalisme et donc à terme, à une guerre d’une manière ou d’une autre (même si la forme pourra être différente) : crispation identitaire ==> guerre à terme.

          C’est con comme raisonnement ? je ne penses pas.

          Si tu veux, la, dans le contexte actuel, ce ne serait pas une guerre au sens traditionnel du terme. Non pas parce qu’on ne le voudrait pas, mais parce que les technos ont changées. Il s’agit plus d’une guerre que certains qualifient de "moléculaire", ou de "guerre civile mondiale" etc... même si le souverainisme déclenchait une guerre civile (devine contre qui ...) ben ça ne serait pas autre chose qu’une guerre.

          Donc souverainisme = guerre = nazisme ...

          Je vais le dire autrement : le cercle vicieux de la violence. La violence appelle la violence. La violence "souveraine" appelle une escalade de la violence.

          D’ou la justification du cosmopolitisme.

          Tu peux dire que c’est con, mais, sauf si j’ai mal compris, con ou pas, tu ne les convaincra pas (les européistes) que c’est faux.


        • 1 vote
          Joe Chip Joe Chip 26 septembre 17:56

          Je suis assez d’accord avec yoananda. De la même manière que le libéralisme économique est intrinsèquement porteur de dérives "ultralibérales", le souverainisme peut déboucher sur le nationalisme quand il se conjugue à une volonté de puissance. Par contre je ne l’opposerai pas au cosmopolitisme (qui est un concept un peu fourre-tout) mais plutôt au multilatéralisme sur le plan politique.

          Pour ma part, j’ai beaucoup critiqué les souverainistes ici, je pense que c’est une idéologie dépassée et qui a de toutes façons connu trop d’échecs (92 avec Maastricht, 2002 avec Chevènement, 2005 avec le référendum voire 2017 avec MLP) pour être considérée comme une alternative sérieuse par les peuples, qui penchent de plus en plus à droite. 

          L’avenir est au multilatéralisme et à l’ethnolibéralisme. On voit partout l’affirmation identitaire (rejet de l’immigration) et le dogme néolibéral (défiance envers l’Etat-Nation centralisé) se renforcer mutuellement au nom de la défense du principe de subsidiarité. Les riches ne veulent plus payer pour les pauvres, les pauvres ne veulent plus être en concurrence avec les immigrés pour l’aide sociale ou au logement, tous rejettent la légitimité de la gestion par l’Etat (endetté et discrédité) qui est à la base du souverainisme.

          Donc on se dirige sans doute vers un avenir où les intérêts des néolibéraux et des ethnonationalistes vont converger de plus en plus étroitement et objectivement, car ils ont un ennemi commun (l’Etat-Nation). Les néolibéraux veulent déconstruire l’Etat social, les nationalistes identitaires veulent déconstruire la Nation au sens politique (français) du terme pour lui substituer la nation au sens historique, ethnique et linguistique du terme. C’est ce nationalisme là qui est en train de revenir sur le devant de la scène à travers le populisme, pas le "nationalisme des années 30" (bureaucratique, totalitaire) comme le sermonnent les médias. C’est à dire un nationalisme qui mélange aspiration identitaire et adhésion au néolibéralisme mondialisé. Cette évolution est déjà visible à l’est de l’Europe, en Belgique (avec la Flandres) et en Espagne (Catalogne). Toutes ces petites nations éprouvées par l’histoire et maltraitées par leur grand voisin (Russes, Espagnols, Français, Allemands...) se moquent bien de la souveraineté politique ou de la domination des USA, tout ce qu’ils voient c’est leur survie concrète en tant que peuple.

          Vérité dérangeante : les peuples sont prêts à tout accepter (renoncement à l’indépendance politique, baisse de salaire, de niveau de vie, perte de la sécurité sociale) en échange de leur sécurité culturelle et de l’arrêt de l’immigration massive. De ce point de vue, l’arrivée de plus d’un million de "réfugiés politiques" en 2015 va durablement marquer les esprits des européens.

          C’est ce que les souverainistes n’ont toujours pas compris. Leur paradigme "social-national" qui oppose l’Etat-Nation à l’Europe libérale est totalement dépassé.


        • vote
          Heimskringla Heimskringla 26 septembre 18:17

          @Joe Chip

          La fracture à laquelle on assiste dans le milieu "extrême droite" me fait penser justement un peu à ce que tu dis. 

          Une fracture entre la nouvelle forme "national libérale" avec comme exemple Israël et une ancienne plutôt très bureaucratique, j’irai jusqu’à dire une forme de communisme national et identitaire qui est à mon avis comme tu le dis bien, dépassée. 

           


        • 1 vote
          yoananda yoananda 26 septembre 21:48

          @Joe Chip
          merci Joe. Tu t’exprimes 100X mieux que moi, même si je ne suis peut-être pas totalement d’accord avec toi, je pense être assez proche de ce que tu dis.

          "cosmopolitisme" pour moi ça veut dire absence de frontière (pour un peu tout : plus de patrie, plus de différence homme-femme, pas de différence entre les races, entre les classes sociales). Peut-être je me trompe de définition mais c’est ainsi que je l’ai compris.

          Ce n’est peut-être pas le bon mot. Peut-être "mondialisme" serait plus adapté ou internationalisme, ou transnationalisme. Je ne sais pas exactement.

          "multilatéralisme" : tu peux préciser ? Je ne comprends pas bien ce que tu veux dire.

          Ce que nous disons rejoint les thèses de Barnard Witch qui penses que les état-nations se font grignoter par le haut par les transnationales et le libéralisme et par le bas par les mafias et les "identitaires" (ethnocentrés - de droite) ou les "localistes" et autres "alternatifs" (de gauche).

          Je pense en effet que le souverainisme patriote à la papa est dépassé et n’a pas grand avenir. Je pose souvent la question un peu partout : pourquoi l’échelon national serait-il mieux que l’échelon européen ou régional A L’HEURE ACTUELLE (évidement, je ne nie pas qu’historiquement il se soit imposé naturellement pour tout un tas de raisons, mais je pense que ces raisons sont beaucoup moins valables en ce moment) ? Ben franchement en dehors des "paskecécomça" ou "téconouquoi" j’ai pas trop de réponses qui tienne la route.

          Et comme tu le dis très bien l’ethnonationalisme ou ethnocentrisme rejoint le libéralisme (mondialisé souvent) dans sa lutte contre l’état. Car oui, il y a 2 écoles : ceux qui pensent qu’il faut changer l’état (qui ne valent pas mieux à mon sens que ceux qui veulent "une autre europe") et ceux qui veulent combattre l’état. D’ailleurs, combattre l’état est peut-être et même sûrement le meilleur moyen de le forcer à changer ...


        • vote
          Joe Chip Joe Chip 27 septembre 10:06

          @yoananda

          Oui, les souverainistes ne sont plus totalement rationnels. Il y a une part de pensée magique dans leur analyse de la situation, des conjurations (article 50 ! article 50 !), des formules, des tabous, et beaucoup de fétichismes (De Gaulle ! Le CNR !).


        • vote
          yoananda yoananda 27 septembre 10:23

          @Joe Chip
          Macron vient de proposer son plan pour l’Europe. Lui il parle de souverainisme, mais pour l’Europe ... ça va être compliqué pour les souverain nationaux de concurrencer ce discours. Ils auront beau dire l’Europe ça ne marche pas, l’Europe c’est le mal, il n’en reste pas moins que pour l’instant, une grande partie des problèmes sont nationo-national !

          Il proposes :

          * des groupes parlementaires trans-nationaux.

          * un impôt européen, un ministre du budget européen. Il n’a pas parlé (dans ce que j’ai lu) de dette européenne (je suis certain qu’il y pense, mais il a dû se dire que c’était trop tôt).

          * pour faire converger les modèles sociaux : fourchette de taux d’impôt sur les sociétés pour 2020 ainsi qu’un salaire minimum

          * une taxe sur les transactions financières

          * force commune d’intervention européenne (prélude à une armée) ainsi qu’un budget de défense + une police des frontières.

          Je trouve que ses propositions sont assez "rusées" parce qu’il donne une direction, mais ne va pas trop loin dedans, c’est assez mesure.

          Ces mesures en soi ne vont pas régler la lourde crise bancaire mais, je pense qu’elle pourraient suffire pour avoir un cap qui permette aux pays concernés (l’Allemagne notamment) d’avoir envie de la régler (eux seuls en ont les moyens).

          Donc je trouve ses propositions très intelligentes.

          C’est plus ou moins ce que j’avais dit : dès les élections allemandes, les européiste vont bouger, et j’avais anticipé une convergence budgétaire et sociale.

          Il y a en plus des mesures pour calmer les identitaires.

          Si Macron continue comme ça, il sera ré-élu dans 5 ans haut la main.

          Et les souverainistes et autres râleurs (dont je fais partie) en seront pour leurs frais et n’auront mourir de leur belle mort ! lol pendant que la construction européenne poursuivra sont petit bonhomme de chemin.

          Bien sûr, la, j’exagère un peu sur le coté idyllique. La crise Italienne va être un gros morceau à avaler. L’islamisation ne va pas se faire "tranquillou pépère". On ne sait pas encore comment va réagir l’Allemagne aux propositions de Macron (rien n’a joué).

          Mais ...

          Les critiques de l’Europe et de l’Européisme vont devoir monter d’un cran à mon avis. [Je ne penses pas qu’ils seront capable de le faire, en dehors des forums je ne connais personne qui porte cette critique suffisamment haut en qualité pour que ça perce médiatiquement]


        • 1 vote
          Qiroreur Qiroreur 27 septembre 12:09

          @yoananda
          Oui, je maintiens que c’est con, idiot si tu préfères (je dirais "con" à l’oral... c’est juste une commodité, tu sais bien que je ne te traite pas d’abruti) si on se situe du côté des gens qui colportent cette idée. Du point de vue de l’élite évidemment c’est bien joué : "regardez, les souverainismes ont muté en nationalismes et ont mené à la guerre les siècles passés... vous n’en voulez plus ? supprimons les nations", sans dire au passage que ces nations sont soumises à un pouvoir sur lequel les pop n’ont désormais plus aucun moyen de censure (par exemple les commissaires européens, eux-mêmes à la solde des lobbies des transationnales). 

          "Il ne s’agit pas de nier que le souverainisme en mode de croisière ce n’est pas la guerre. Tout le monde le sait. Il s’agit de savoir si le souverainisme finit toujours par se crisper à un moment ou un autre, et par ... la guerre."

          Je ne sais pas si tout le monde le sait, la propagande est si puissante que pour bcp, effectivement, ces raccourcis sont vérité. Pourtant, encore une fois ce n’est pas le cas. La Suisse, la Norvège et d’autres pays sont souverains et pourtant ont la neutralité pour base de leur politique extérieure. Un pays comme la France ne pourrait pas avoir la même politi

          Maintenant je pense que le souverainisme qui peut effectivement mener à un nationalisme belliqueux doit être considéré dans le contexte actuel. Et compte-tenu de la situation actuelle avec une tension permanente sur les ressources qui va s’accélérer, une démographie incontrôlée, les difficultés éco, crises financières, monétaires, écologiques, etc. il y a évidemment des risques de conflits. Mais il est absurde de faire des armées les responsables de la guerre en ignorant son deuxième volet, à savoir la défense. Prends le cas de St Martin, de toutes le zones où il y a des catastrophes naturelles et le chaos qui s’installe. C’est le déploiement de l’armée qui permet d’assurer un minimum de sécurité et donc l’équité et la priorité dans la distribution des vivres et soins. 

          Les européïstes utilisent cet argument de la souverainté comme potentielle source de violence mais font miroiter une belle carotte que serait la paix. Evidemment la carotte est au bout d’une ficelle et on est obligé d’être sans cesse "en marche" vers elle sauf que la seule chose qu’il y a au bout et tout le long du chemin c’est le maintien au pouvoir d’une élite avec toujours plus d’inégalités. Il faudrait aussi se demander pourquoi certaines puissances étrangères (EUA, RU) tiennent tant à ce qu’il y ait cette Europe tout en n’en étant pas membre. Après on peut penser que c’est pour le bien des peuples du vieux continent mais c’est croire à l’histoire de la marmotte qui emballe le chocolat. 


        • vote
          yoananda yoananda 27 septembre 12:50

          @Qiroreur
          on avance smiley

          Tu as bien compris que je me faisais l’avocat du diable. Je connais tous les contre-arguments que tu cites : oui il existe des pays neutres (d’ailleurs la Belgique était "neutre" il me semble quand elle s’est faite envahir par le 3ème reich, non ?). La France n’est pas un pays "neutre", et ne l’a jamais été (sauf erreur).

          "Il y a évidemment des risques de conflits."

          C’est toute la problématique. Les européistes/mondialistes disent que le souverainisme va augmenter ces risques. Bien qu’on soit dans le subjectif, leur raisonnement se tient : sans sentiment d’appartenance national, sans territoire à défendre, sans identité, sans armée même, avec l’interdépendance des marchés, avec l’union européenne, on diminue les risques de conflits (quelque soit leur forme).

          L’Europe c’est la paix !

          Je sais que c’est un slogan, qu’il est en grande partie creux.

          Oui l’armée permet aussi de gérer les ouragans, mais ça, les européistes s’en foutent un peu ! lol

          "c’est le maintien au pouvoir d’une élite avec toujours plus d’inégalités"

          Oui et non. Maintient d’une élite oui. Elite est synonyme d’inégalité. Mais pas de "toujours plus" d’inégalités non plus.

          Hors, ce n’est pas le cas : il y a plus d’inégalités EN FRANCE oui, mais pas dans le monde et pas dans l’UE. Les inégalités à l’échelle mondiale diminuent à cause de l’émergence d’une classe moyenne chinoise et indienne. Oui, certes, ça se fait au détriment de notre classe moyenne. Tu as le même processus à l’échelle européenne.

          Oui, l’égalisation des classes moyennes augmente les inégalités chez nous, mais les diminue globalement.

          C’est précisément, exactement, le discours "social" en France : prendre aux riches pour donner aux pauvres. Je l’ai dit 100X : un français moyen est un riche comparé aux autres. On lui prends pour donner au roumain moyen au grec moyen etc...

          Ha oui, on ne prends pas aux "super riches" français pour donner aux super pauvres roumains ... la belle affaire. Mais ça c’est un autre problème, lié au capitalisme et au libéralisme, et pas à l’europe. C’est le problème de la création de la richesse, c’est le problème de la croissance, de la dette, des politiques des banques centrales. Ca n’a RIEN à voir avec l’UE. Ce serait exactement pareil en France souveraine.

          Donc, NON, l’élite européenne ne crée pas PLUS d’inégalités que l’élite française, en fait, c’est même l’inverse objectivement.

          Maintenant, si la paix est à ce prix la ... c’est à dire, la fin de la démocratie, mais pas non plus le goulag, un régime festive et consumériste, ou il est juste interdit de trop critiquer le pouvoir (comme TOUS les pouvoirs de toute manière : en France la république n’est pas critiquable. Asselineau passe et tout d’un coup, le souverainisme ne sera plus critiquable), qui garanti la paix aux prix d’une aristocratie ...

          Ça ne te rappelle rien ? ... le roi qui IMPOSE la paix et interdit sa critique au prix d’une mise au pas de la souveraineté des seigneurs ...

          Ben tu penses peut-être que c’est con, ou idiot, ou ce que tu veux. Moi je pense que c’est un vrai débat.

          Ne t’y trompes pas, je suis souverainiste. D’ailleurs, je suis même localiste. Je ne suis pas particulièrement pour une souveraineté à l’échelle nationale. C’est peut-être pour ça que je comprends bien les arguments des europésites face aux nationalistes : on me renvoies exactement les même arguments à l’échelon inférieur, c’est à dire, les nationalistes (souverainistes si tu préfères) face aux régionalistes (dont je ne suis pas, je me poses justes des questions).

          Et la, si tu admet ça, si tu ne décrète pas ex nihilo que "la nation est l’échelon ultime de la souveraineté" alors il y a de vraies questions à se poser. Sur l’échelle de l’émergence du pouvoir politique stable et efficace en fonction de l’infrastructure technologique, sur l’influence de la démographie, sur la valeur qu’on accorde la paix, sur les limites qu’on met à la guerre, sur ce qui définit notre identité, etc...

          Tous ces débats sont évités par les souverainistes ou même les nationalistes, parce qu’ils partent sur un présupposé conservateur ou même réactionnaire : c’était mieux avant, retournons à ce qui a fonctionné avant.

          Moi, perso, je récuse ces pré-supposés. Le mode change. Je considère que ce qui était valable avant ne l’es plus forcément maintenant. Je me poses des questions.

          Et je me retrouve comme un con à critiquer les europeistes, les mondialistes ET les souverainistes et les nationalistes ET les localistes et les regionalistes !

          lol

          On me dit que mes questions sont con (c’est vrai que je suis souvent maladroit dans mon expression et que je suis pressé quand j’écris), mais on ne me dit jamais pourquoi ... (en donnant des réponses simples qui montrent que c’est con) on me réponds toujours à coté de la plaque ou par des "évidences" : évidences que justement je remet en cause !!! (et on tourne en rond et en round)


        • 2 votes
          Et Hop ! 27 septembre 16:18

          @yoananda

          Un pays qui veut affirmer sa souveraineté contre un état impérialiste provoque une guerre, effectivement. Il est obligé d’avoir une armée pour se défendre.

          Comme Khadafi, comme tous les dirigeants nationalistes arabes : 

          comme Mossadeg, comme Sadam Hussein, comme Mahmoud Ahmadinejah, comme Hugo Chavez, comme le Dr Bachar El Assad, comme Vladimi Poutine,

          Ce n’est pas le nationalisme qui est la guerre, c’est l’impérialisme.

          Impérialsme, stade suprême du capitalisme


        • 1 vote
          Joe Chip Joe Chip 28 septembre 11:07

          Il faut comprendre aussi que certains de nos débats autour de la souveraineté, de la nation, sont assez franco-français... c’est singulièrement le modèle de l’Etat-Nation issu de la Révolution Française (donc centraliste, universaliste, égalitaire, administratif) qui est en crise dans la mondialisation, pas les autres types de modèles nationaux :

          - nations définies selon des critères ethniques/historiques/linguistiques

          - Etat-Nation fédéral (Suisse, Allemagne)

          - nations continentales (USA, Chine, Inde, Russie...)

          - monarchies constitutionnelles et libérales

          - cités-Etats à caractère dictatorial (Singapour, émirats...) 

          Il n’y a que dans les vieux Etats-Nations et tout particulièrement en France où ce débat autour de la souveraineté et de l’identité prend une tournure aussi dramatique et existentielle.

          Donc la dialectique nationalisme/mondialisme chère à nos intellectuels français (anti ou pro mondialisme...) ne retranscrit pas tout à fait la réalité de la mondialisation qui reste largement compatible avec la nation voire avec un certain nationalisme libéral qui a le vent en poupe depuis quelques années.


        • vote
          yoananda yoananda 28 septembre 11:20

          @Joe Chip
          cette mise en perspective que tu apportes est remarquable et importante me semble-t-il.

          toute fois j’ai une question :

          l’Irak, la Syrie, la Libye : comment tu les situes dans ta classification ?

          je ne vois aucun critère qui permette de les situation dans tes catégories. Par contre, il me semble qu’elles rentrent bien dans l’opposition nationalisme / mondialisme.

          En tout cas, ce sont les destructions de ces "nations" qui exacerbe ce débat chez nous (je trouve).


        • vote
          Joe Chip Joe Chip 28 septembre 11:46

          @yoananda

          Ce sont des pays en guerre, donc instable par définition. Mais on peut quand même extrapoler dans le cas de l’Irak et de la Syrie qui sont à la base des Etats-Nations artificiels créés par les colonisateurs anglais et français. Tous les Etats-Nations arabes (qui étaient autrefois socialistes et laïcs....) ont été démantelés ou détruits sous les coups conjugués de l’impérialisme US et des monarchies islamistes.

          La Lybie est un pays tribal (que je connais moins bien donc je ne vais pas faire semblant...).

          Ce n’est pas une classification scientifiquement rigoureuse que j’ai faite, juste des observations.


        • vote
          Joe Chip Joe Chip 28 septembre 12:01

          D’ailleurs, en extrapolant toujours, c’est peut-être un avenir à la syrienne qui se dessine en France.

          Scénario catastrophe :

          - les banlieues islamisées échauffées par les frères musulmans se soulèvent sur le modèle des "printemps arabes"
          - l’Etat français tente de reprendre le contrôle en déployant l’armée
          - des Etats arabo-musulmans protestent devant les instances internationales en prétextant la défense des binationaux algériens, marocains, etc... l’Etat français est accusé de vouloir "tuer sa population" qui ne faisait que "défiler pacifiquement pour "réclamer des droits"...

          Dans le pire des scénarios, on pourrait voir une coalition de pays arabes se mobiliser pour intervenir directement sur le territoire français ou faire pression sur les Américains pour "protéger les civils". L’arme nucléaire ne protège évidemment pas d’un tel scénario...


        • vote
          yoananda yoananda 28 septembre 12:19

          @Joe Chip
          oui c’est tout à fait possible. Il faut juste rajouter un ingrédient : des "agents infiltrés" en costume de policier ou militaire ou gendarme tirent sur la foule.

          C’est comme ça qu’ils ont fait en Syrie.

          Sinon en France le scénario le plus probable c’est :

          1/ les banlieues descendent en ville et font quelques victimes plus ou moins graves

          2/ l’état déploie l’armée pour surveiller les "fachos" et prévenir tout retour des zeures sombres.

          3/ les médias accusent le racisme de provoquer la pauvreté

          retour à la case 1, ad nauseum.


        • vote
          Joe Chip Joe Chip 28 septembre 13:19

          @yoananda

          Cette histoire d’agents tirant sur la foule n’a jamais été prouvée.

          Sinon c’est un scénario possible (en raison de la binationalité), probable, je crois pas. En tout cas celui que j’ai décrit, je vois mal l’Etat déployer l’armée pour surveiller des "fachos" tandis que des insurgés prendraient le contrôle des quartiers. Quant au point 3, là je vois pas trop le rapport.


        • vote
          yoananda yoananda 28 septembre 13:30

          @Joe Chip
          j’étais en train de caricaturer la situation actuelle. [ca me semblait évident que c’était une caricature, donc je n’ai pas précisé, mais on est sur le net et les malentendus ...]

          Je vais être plus précis :

          1/ les racailles débordent des cités, et agressent un peu partout. Parfois c’est revendiqué comme terrorisme. L’ensemble est une nébuleuse "insécuritaire" (quand on te jette de l’acide au visage, que ce soit du terrorisme ou pas, ça te fait une belle jambe)

          2/ l’armée ne surveille pas les fachos/identitaires et la nébuleuse d’extrême droite, c’est l’état qui le fait, et il leur serre le kiki très fort depuis pas mal d’années. De l’autre coté, les racaille et terroristes sont trop nombreux, joue la stratégie des milles piqûres, et donc passent au travers des mailles du filet : donc même s’ils sont également surveillés, dans la pratique, c’est comme s’ils ne l’étaient pas

          3/ les médias prennent systématiquement le partis des "faibles" (socialement), c’est à dire, des racailles : ils masquent leur noms (fopastigmatiser), ils expliquent par les conditions sociales (conditions qu’ils attribuent aux racistes) et excuses. Les juges et les enseignants leur emboîtent le pas.

          Donc, en simplifiant, c’est comme si les racailles attaquaient les français mais que l’état fasse fermer la gueule des victimes et que les médias disent bravo.

          Tu rajoutes 2/3 affaires de buraliste condamné lourdement pour avoir simplement défendu son gagne pain avec un fusil et hop ...

          Tout ça, est une logique de moindre effort qui s’est mise en place au fil des années et donc on peut retracer l’historique par quelques évènements médiatiques symboliquement forts. Malik Oussekine, émeutes de 2005, affaire Dieudo, et quelques autres.


        • vote
          Joe Chip Joe Chip 28 septembre 14:17

          @yoananda

          Toujours en théorie, j’ai du mal à suivre sur ton point 3. Dans une situation où l’existence même de ces médias et la vie de ceux qui y travaillent seraient remis en cause, je les vois mal soutenir, même indirectement, ceux qui les menaceraient... je parle bien d’une situation insurrectionnelle avec des affrontements, etc., pas simplement d’émeutes urbaines suite à une bavure réelle ou inventée.


        • vote
          yoananda yoananda 28 septembre 14:39

          @Joe Chip
          moi je parlais dans la situation actuelle, ou, en effet, la clique journaliste/politique/juges peut encore se permettre de pisser contre le vent parce qu’elle a les moyens de se payer un pantalon et des chaussures imperméables.

          Dans la situation présente, les médias se sentent plus menacés par la fachosphère que par la musulsphère.

          En ce qui me concerne nous sommes déjà dans une situation insurrectionnelle : dans les 9 mois qui ont suivis l’attentat charlie hebdo, 1X par jour en moyenne (avec un pic très net pendant le ramadan) qq part en France la police ou les pompier ses sont fait caillasser. Dans le même intervalle, en région parisienne seulement, 1300 "agressions" (pouvant être de simples insultes) contre les militaires en faction ont été relevées. Sans parler des attentats déjoués, incivilités et autres petit crimes et délits.

          Ce que le gouvernement craint par dessus tout c’est l’emballement, l’escalade, si jamais les fachos répliquent. C’est pour ça qu’ils sont extrêmement sévère envers eux (d’autant que le milieu est bien atomisé et surveillé depuis belle lurette).

          Les médias / politiques vivent dans les zones vertes (cf classification de Klein : zones rouges à l’abandon, zones vertes sécurisées). Sauf manque de chance, ils se sentent en sécurité (en tout cas, Charlie Hebdo ne les a pas fait changer d’avis). Je pense qu’inconsciemment ils se disent "vu comment ils bossent activement pour les musulmans, ils devraient être épargnés".

          Si ça dégénère plus, je ne sais pas, il y a plusieurs scénarios possible, tout dépends de "quand" ça se produit.


        • 3 votes
          Heimskringla Heimskringla 26 septembre 17:29

          "Quant au nazisme c’était un suprémacisme. Il n’y a pas cette notion de supériorité dans le souverainisme. L’inverse du souverainisme n’est pas le cosmopolitisme mais plutôt l’internationalisme (mondialisme, communisme...)"


          Assez d’accord avec ça, encore que j’ai doute sur le fait que les nationaux socialistes voulaient asservir le monde ce qui est le cas du mondialisme de mon point de vue.

          La guerre a été souvent fomentée par les anti souverainiste. J’irai jusqu’à dire que ce sont les souverainistes qui encore aujourd’hui se battent contre la guerre voulue par Les mondialistes pour asservir le monde à leur vision délirante. 



          • 1 vote
            Croa Croa 27 septembre 14:49

            Cette vidéo est pourrie. Avec Firefox + Ablock+ ça ne fonctionne pas (cadre noir) ; Avec Chromium ça rame et des pubs « ZEISS » coupent régulièrement la projection de la vidéo.
             smiley QUELLE MERDE CE TRUC ! smiley
            *
            Si je rencontre un truc Zeiss dans un rayonnage le commerçant ne devra pas s’étonner de sa disparition ! smiley smiley smiley


            • vote
              berphi 28 septembre 13:27

              Jacques Sapir a été suspendu de publication sur le blog Russe Europe






Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès