• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > "Qu’esseuh-que ça veut direuh ?", gêné par une question, Mélenchon moque (...)

"Qu’esseuh-que ça veut direuh ?", gêné par une question, Mélenchon moque l’accent d’une journaliste toulousaine

Jean-Luc Mélenchon, en sortie d'hémicycle à l'Assemblée nationale ce mercredi, a été interpellé par une journaliste toulousaine après les perquisitions à son domiciles et dans les locaux de la France Insoumise. Embarrassé par la question, le leader de la France Insoumise a moqué l'accent de la journaliste, demandant ensuite une autre question, "formulée en français et à peu près compréhensible". Pour rappel, Mélenchon a été élu député dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Étonnant pour un Marseillais d'adoption de moquer, depuis Paris, un accent du sud de la France...

La journaliste Véronique Gaurel, qui travaille pour France 3, fait référence à des propos que Jean-Luc Mélenchon a tenus sur sa chaîne, en mars dernier, au sujet de François Fillon et Marine Le Pen ; les voici :

Chacun pourra constater que la journaliste ne raconte pas "n'importe quoi", contrairement à ce qu'affirme péremptoirement Mélenchon.

Invité dimanche 5 mars sur France 3, Jean-Luc Mélenchon n'avait pas boudé son plaisir devant les déboires judiciaires de François Fillon et Marine Le Pen. "Celui-ci ne veut répondre de rien, appelle à l'émeute contre la justice, l'autre, Mme Le Pen, qui refuse les convocations et montre du doigt les fonctionnaires de police qui veulent l'intercepter", ironisait le candidat à la présidentielle de La France Insoumise.

"Ces gens qui créent la pagaille sociale ou d'affrontements ethniques, maintenant créent la pagaille dans la République. Moi, je crois que la solution, la bonne, c'est la mienne, on sort par le haut, dans l'ordre, avec une constituante, on crée une nouvelle règle du jeu politique et on balaye tout ça, c'est bon", poursuivait-il.

Pour l'ancien sénateur, ces affaires symbolisaient "la décadence de la Ve République". C'est l'expression exacte qu'a rapportée la journaliste toulousaine, ce 17 octobre, avant de se faire congédier sans ménagement par l'ancien cacique du Parti socialiste.

Tags : Journalisme Discriminations François Fillon Langue française Marine Le Pen Jean-Luc Mélenchon




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • 7 votes
    zak5 18 octobre 12:29

    ah il a bonne mine l’arroseur arrosé


    • 8 votes
      Zatara Zatara 18 octobre 12:53

      Les accents historique français sont-ils nazis à la FI ? Michel Leeb 2.0 ? smiley quel tartuffe....


      • 1 vote
        sls0 sls0 18 octobre 15:39

        Il a eu une journée chargée.


        • 3 votes
          albert123 18 octobre 16:54
          D’un coté une journaliste fragile (c’est toujours fragile ces petites choses à la moraline exacerbée) qui s’offusque avec le reste de sa corporation pour rien.

          de l’autre un politicien trou de bal qui évite une question (qui lui met le nez dans ses propres déjections) par une moquerie bas de plafond.

          Que le niveau global est bas.



          • vote
            Hijack ... Hijack ... 18 octobre 20:09
            Lol ! On dirait du Morandini à présent, Avox.Tv
            On fait des sujets avec des mots ... comme ça ...
            Comme si c’est ce qu’il y avait de plus important à souligner.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès