• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Référendum sur l’indépendance en Nouvelle-Calédonie

Référendum sur l’indépendance en Nouvelle-Calédonie

Les Calédoniens se sont rendus aux urnes ce 4 novembre afin d'exprimer leur choix sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie. La France a fait venir sa population pour empêcher toute indépendance.

Tags : France Politique Elections Prospective et futur Polémique




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • 1 vote
    emphyrio 5 novembre 07:36

    "La France a fait venir sa population pour empêcher toute indépendance"

    D’une part, les métropolitains n’ont pas le droit de vote à Nouméa, d’autre part le gouvernement a marqué un profond désintérêt pour ce référendum. Deux âneries dans la même phrase.


    • vote
      Sylvain Sylvain 5 novembre 12:03

      @emphyrio

      C’est plus complexe que ça, sans être caricatural comme peut l’être RT il est évident que l’immigration a joué un rôle important en Nouvelle Calédonie.

      Oui un métropolitain immigré n’a pas le droit de voter sur ce référendum mais si il a eu un fils née en Nouvelle Caledonie (un caldoche) ce dernier aura le droit de vote.

      En analysant la carte électorale on voit bien que c’est toujours la même province sud, majoritairement caldoche, qui a voté non, et la même province nord, majoritairement Kanak, qui a voté oui.

      Après je suis d’accord sur le fait que le gouvernement a bien gérer ce référendum de manière trés neutre.


    • vote
      Joe Chip Joe Chip 5 novembre 17:22

      @Sylvain

      Oui un métropolitain immigré n’a pas le droit de voter sur ce référendum mais si il a eu un fils née en Nouvelle Caledonie (un caldoche) ce dernier aura le droit de vote.

      Tu sais combien ça représente de gens sur une population en âge de voter dont les parents "immigrés" sont arrivés au plus tôt le 1er janvier 1994 ? 

      petit calcul :
      2018 - 1994 = 24
      2018 - 18 = 2000

      Donc en gros on parle d’une fourchette de population d’origine métropolitaine née en Nouvelle Calédonie entre le 1er janvier 94 et le le 1er janvier 2000 ; sans trop m’avancer, cela doit constituer quelques dizaines de personnes, pas de quoi influencer le résultat du scrutin.

      Mais en écoutant les médias et en lisant le Monde ce matin, on avait bien compris que c’était le non qui avait perdu malgré les 56% et que la dynamique de décolonisation devait se poursuivre jusqu’à son terme.

      Décidément, on a une pratique du référendum de plus en plus étrange dans ce pays ; quand les résultats ne vont pas dans le "sens de l’histoire" tel qu’il avait été prévu, c’est que les gens n’ont pas répondu à la question (2005) ou qu’ils l’ont potentiellement perdu même après l’avoir gagné, si bien qu’il faut recommencer tous les deux ans jusqu’à que le référendum soit perdu dans les urnes. 

      Je trouve au contraire que la neutralité du gouvernement dans cette affaire est factice. D’ailleurs, Macron n’a pas respecté l’article 5 de la constitution en refusant de prendre partie pour le "non".

      A ce compte-là autant s’épargner un processus qui n’a rien de démocratique et accorder aux Kanaks leur indépendance, puisque c’est de ça dont il est en réalité question et non de la Nouvelle-Calédonie.

      Et pourquoi ne pas entamer un processus de décolonisation similaire en Australie et en Nouvelle-Zélande ? La situation est rigoureusement la même, sauf que les Anglais, plus pragmatique que les Français, ont pratiquement éliminé les aborigènes, si bien que l’ONU n’y trouve plus rien à redire...


    • vote
      Sylvain Sylvain 5 novembre 17:53

      @Joe Chip

      Non tu n’as pas compris qui peut voter à ce référendum, tu as l’air de croire que les seules personnes d’origines métropolitaines qui ont pu voter à ce referendum sont celles nées en en Nouvelle Calédonie entre 1994 et 2000 ce n’est pas le cas du-tout.

      L’ensemble des personnes d’origine "métropolitaine" qui sont nées sur l’île peuvent voter ! De même que que l’ensemble des métropolitains qui vivent depuis plus de 20 ans en Nouvelle Calédonie, renseigne toi sur la sociologie de la Nouvelle Calédonie que tu semble meconnaitre, la part des "non indigènes" dans ce referendum est loin de "constituer quelques dizaines de personnes".

      https://service-public.nc/particuliers/papiers-citoyennete/elections/referendum-dautodetermination#modalite-2


    • vote
      Joe Chip Joe Chip 5 novembre 18:39

      @Sylvain

      J’ai très bien compris et je n’ai absolument pas dit ça, merci de prendre le temps de lire avant de rétorquer, et d’essayer de répondre sur le fond plutôt que sur la forme. 

      J’ai dit que les métropolitains que tu as qualifié d’"immigrés" arrivés après le 1er janvier de 1994 ne pouvaient pas s’exprimer à ce référendum et que leurs enfants nés sur l’île en âge de voter ne représentaient donc pas une "strate" électorale susceptible de peser sur le résultat. Je n’ai pas le courage de fouiller le net pour trouver les chiffres, mais ces gens d’origine métropolitaine nés entre 1994 et 2000 ne doivent pas être très nombreux.

      Je n’ai bien entendu jamais dit que les autres personnes d’"origine métropolitaine" vivant parfois depuis plusieurs décennies sur l’île ne pouvaient pas s’exprimer, il ne manquerait plus que ça !

      Tout a été organisé de sorte à ce le résultat de ce référendum matérialise le clivage ethnique et géographique entre les deux populations. Ce que je trouve amusant, c’est que la même logique (un peuple, une terre ) appliquée en métropole serait considérée comme discriminante et raciste. Là, plus de République universelle, d’un seul coup c’est la loi du sol et du sang qui prévalent. 

      Si le but est d’aller à l’indépendance ou l’autonomie des Kanaks, on n’a pas besoin de 3, 4 ou 5 référendums bidons dont les résultats seront ignorés. 


    • vote
      Sylvain Sylvain 5 novembre 22:27

      @Joe Chip

      Ok on se rejoint finalement sur les resultats. 

      Concernant le nombre de référendum ce sont les accords de Noumea qui fixe 3 référendum c’est effectivement bizarre comme processus mais qu’il faut respecter pour préserver le processus de paix. Si le non l’emporte au 3 référendum je n’ai aucun doute que les référendums seront respectés et que la Nouvelle Calédonie sera toujours française. 

      Sur ta comparaison avec la situation française elle a effectivement un certain sens, si lors d’un référendum futur les "francais de souche" étaient en grande partie (autour de 80%) d’accord mais qu’il perdait le référendum à cause d’un vote massif des personnes issue de l’immigration cela poserait autant question que ce referendum. 


    • vote
      Joe Chip Joe Chip 6 novembre 11:21

      @Sylvain

      Concernant le nombre de référendum ce sont les accords de Noumea qui fixe 3 référendum c’est effectivement bizarre comme processus mais qu’il faut respecter pour préserver le processus de paix.

      1° Non, ces accords ne fixaient pas 3 référendums, ils en prévoyaient la possibilité en fonction des résultats. Or, cette possibilité est devenue une obligation alors que les résultats reflètent pourtant un "gonflage" artificiel du vote kanak en excluant de facto une partie du corps électoral d’origine métropolitaine. 

      2° Je suis rarement d’accord avec l’UPR, mais Asselineau a raison d’affirmer que ce processus électoral absurde sert à dissimuler un abandon progressif du "caillou" par les autorités françaises.

      J’ajoute qu’on n’a pas entendu une seule proposition de la part des représentants Kanaks sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. Comment comptent-t-il assurer la souveraineté d’une "nation" de 100000 habitants dans un environnement aussi complexe et bouleversé par les projets chinois dans la région ? Comment vont-ils se protéger ? Que vont-ils faire de la population européenne largement majoritaire et "autochotone" à Nouméa ?

      Tout ce qu’ils font c’est recycler la rengaine habituelle sur les vertus de la "décolonisation" censées résoudre toutes les difficultés alors qu’on risque en réalité d’assister à un scénario comparable à l’Afrique du Sud.

      Si le non l’emporte au 3 référendum je n’ai aucun doute que les référendums seront respectés et que la Nouvelle Calédonie sera toujours française. 

      Faux, gonflées par cette "défaite" les Kanaks, conscients qu’ils ne pouvaient pas l’emporter dans les urnes, ont déjà fait savoir qu’ils poursuivraient le "combat" jusqu’à l’indépendance, quelques soient les résultats. C’est la raison pour laquelle ce processus référendaire est absurde. Donner un vernis démocratique à un processus d’ethnicisation est une pure hypocrisie.

      De plus, il est prévisible que l’ONU maintiendra la NC dans sa liste de territoire à "décoloniser" même en cas de victoire du "non" à l’issue de trois référendums.
      Comme je l’ai rappelé, cet acharnement visant une population de 200000 personnes d’origine métropolitaine sur un territoire équivalent à un département français me paraît surréaliste quand dans le même temps personne ne conteste la présence de millions d’anglo-saxons blancs qui ont éradiqué les aborigènes sans aucun état d’âme partout où ils sont passés (Australie, NZ, Tazmanie), et qui sont d’ailleurs toujours des sujets de la Reine et des membres du Commonwealth. 

      Les caldoches ne sont pas dupes de cette hypocrisie : 

      https://www.ncpresse.nc/ONU-decolonisation-de-l-Australie-de-la-NZ-et-des-USA_a2440.html

      Au fait. ...je me demande si les "peuples premier" d’Australie, de la NZ, des USA reçoivent des visites de l’O N.U pour une decolonisation de leur pays respectifs. Parce que avant de venir ici pour "observer" moi je pense que certains de ces membres "observateurs" auraient pas mal de menage a faire dans leur propre pays avant de vouloir nous donner des leçons de démocratie. Alors quand est ce que l’ONU va redonner l’Australie aux aborigènes, laNZ aux mahoris et les USA aux indiens (et j’en passe ) ? 

      Autant je peux comprendre le romantisme ethnique des Kanaks et leurs aspirations à l’autonomie, autant il faut être très clair sur le fait que ce processus de décolonisation est une pure mascarade du point de vue juridique surtout quand on invoque la primauté du droit du sol des autochtones. Evidemment, quand ces populations ont été lentement éradiquées ou conduit à un déclin irréversible, enfermées dans des réserves et dépouillées de leur droit, il n’y a plus de problème, et l’ONU valide la loi du plus fort (et du plus riche). 

      Sur ta comparaison avec la situation française elle a effectivement un certain sens, si lors d’un référendum futur les "francais de souche" étaient en grande partie (autour de 80%) d’accord mais qu’il perdait le référendum à cause d’un vote massif des personnes issue de l’immigration cela poserait autant question que ce referendum.

      Donc en gros il n’y a plus de République Française, et les identitaires ont raison d’affirmer que les musulmans constituent un peuple distinct appelé à rompre avec la population "de souche française". 


    • vote
      Sylvain Sylvain 6 novembre 13:37

      @Joe Chip

      1° Non, ces accords ne fixaient pas 3 référendums, ils en prévoyaient la possibilité en fonction des résultats. Or, cette possibilité est devenue une obligation alors que les résultats reflètent pourtant un "gonflage" artificiel du vote kanak en excluant de facto une partie du corps électoral d’origine métropolitaine. 

      Cette possibilité n’est absolument pas devenu une obligation, c’est uniquement si un tiers des membres du nouveau congrès le demande. Tout est encadré dans le texte, pas besoin de se faire des films complotiste en mode UPR...

      2° Je suis rarement d’accord avec l’UPR, mais Asselineau a raison d’affirmer que ce processus électoral absurde sert à dissimuler un abandon progressif du "caillou" par les autorités françaises.

      Les délires asselinien sans preuves...il ne sert à rien de débattre. 

      J’ajoute qu’on n’a pas entendu une seule proposition de la part des représentants Kanaks sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. Comment comptent-t-il assurer la souveraineté d’une "nation" de 100000 habitants dans un environnement aussi complexe et bouleversé par les projets chinois dans la région ? Comment vont-ils se protéger ? Que vont-ils faire de la population européenne largement majoritaire et "autochotone" à Nouméa ?


      C’est des questions légitimes qui doivent être débattu politiquement entre Calédoniens. Et alors  ? ça doit empêcher les gens de voter ?


      Faux, gonflées par cette "défaite" les Kanaks, conscients qu’ils ne pouvaient pas l’emporter dans les urnes, ont déjà fait savoir qu’ils poursuivraient le "combat" jusqu’à l’indépendance, quelques soient les résultats


      Bien sur que certains se battrons toujours pour l’indépendance,quand ais-je dis le contraire ? J’ai simplement dit que si le NON l’emporte dans les 3 référendums je parie que la Nouvelle Calédonie restera française, on en reparle dans 5 ans, si ce n’est pas le cas je reconnaîtrai sans problème mon erreur.  


      Concernant l’ONU et le Royaume-uni je te suis complètement, c’est absolument scandaleux et hypocrite. Mais c’est pas parce-que mon voisin ne se lave pas que je dois pas me laver moi non plus

      ...


      Donc en gros il n’y a plus de République Française, et les identitaires ont raison d’affirmer que les musulmans constituent un peuple distinct appelé à rompre avec la population "de souche française".


      Oui je suis persuadé que partout dans le monde si on fait venir sur un espace déterminé une population d’une origine étrangère commune en nombre très important et qui devient quasi majoritaire, cette dernière aura tendance à former un peuple distinct des "de souche".

      Après ça ne se cantonne pas à d’Islam, on parle d’immigration en général le processus serait le même si on importe des russes blanc orthodoxes ou des Congolais protestants.  

      En France je crois que oui dans certains quartiers la question peut très légitimement se poser vis à vis de l’Islam. 


    • vote
      Joe Chip Joe Chip 6 novembre 14:31

      @Sylvain

      Cette possibilité n’est absolument pas devenu une obligation, c’est uniquement si un tiers des membres du nouveau congrès le demande. Tout est encadré dans le texte, pas besoin de se faire des films complotiste en mode UPR...

      Tu peux jouer sur les mots ou me traiter de "complotiste" (je dois être le plus gros critique de l’UPR ici mais passons), tout le monde a compris qu’il était désormais impossible politiquement de ne pas tenir ces deux référendums. Les loyalistes auraient dû obtenir un score ridiculement élevé (de l’ordre de 70 ou 80%) avec des règles clairement défavorables, pour s’y opposer. Encore une fois, les dés sont clairement pipés et cette consultation est superficiellement démocratique. C’est uniquement cela que je dénonce, pas le fait que les Kanaks veuillent acquérir leur indépendance. Et c’est ce qui me fait questionner les intentions des autorités françaises sur le long terme. 

      Les délires asselinien sans preuves...il ne sert à rien de débattre. 


      Il arrive à tout le monde d’avoir raison, même à Asselineau. Quant aux "preuves", tu sais très bien qu’elles sont impossibles à fournir, au sens scientifique et rigoureux du terme, ce qui ne devrait pas interdire de débattre de ce sujet au lieu de se réfugier dans des postures péremptoires. Je connais assez bien ce sujet, j’ai d"ailleurs pris la peine de m’informer en consultant des médias néo-zélandais, australiens et même chinois pour avoir un point de vue plus large et moins "francocentré" sur la question. Etonnant que le caillou et ses 200000 habitants suscitent autant d’intérêts dans la région.
      Je réfute en tout cas totalement le mot "délire" qui n’est qu’une façon d’esquiver le débat, effectivement. 

      Bien sur que certains se battrons toujours pour l’indépendance,quand ais-je dis le contraire ? J’ai simplement dit que si le NON l’emporte dans les 3 référendums je parie que la Nouvelle Calédonie restera française, on en reparle dans 5 ans, si ce n’est pas le cas je reconnaîtrai sans problème mon erreur. 


      On parle d’une logique à long terme et là encore, ce n’est pas un délire de ma part, c’est le langage tenu par les indépendantistes, une partie des loyalistes et bon nombre d’observateurs régionaux. La consule générale d’Australie a d’ailleurs déclaré sur France Culture qu’elle était favorable à la fois à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie et au maintien de la puissance française dans la région car ils craignent l’emprise de la Chine dans ces territoires et cherchent donc à ménager la chèvre et le chou pour conserver une puissance occidentale (européenne) de premier rang pour garantir un équilibre régional des puissances.
      Il y a une différence entre délirer en mode complotiste et faire de la prospective raisonnable en se basant sur des éléments factuels ou plausibles.

      Concernant l’ONU et le Royaume-uni je te suis complètement, c’est absolument scandaleux et hypocrite. Mais c’est pas parce-que mon voisin ne se lave pas que je dois pas me laver moi non plus

      Les principes partagés au sein d’une organisation (ONU) doivent s’appliquer équitablement aux membres signataires de cette organisation, sinon ils deviennent par définition caduques. 
      Je parlais de l’Australie surtout pour démontrer la limite et l’absurdité juridique du concept de "décolonisation" quand on prétend l’appliquer sans tenir compte de l’histoire ou en faisant fi des réalités géopolitiques. Il serait évidemment absurde de "décoloniser" l’Australie, et de toute façon impossible, puisque le(s) peuple(s) autochtones ont été décimés depuis longtemps ou marginalisés.
      On sait très bien que ces revendications sont instrumentalisées à l’ONU par des puissances qui les instrumentalisent pour prendre le contrôle de certaines ressources ou pour faire reculer l’influence d’un pays dans certaines régions. De ce point de vue, les propos de la consule d’Australie reflètent l’évolution de leur position. Il y a 30 ans les Australiens voulaient tout simplement virer la France de la zone asie-pacifique, en accord avec les USA. Aujourd’hui, la progression de la Chine dans la région et la peur, relative mais réelle, de rester les seuls "européens" en cas de retrait des Américains face à la Chine potentiellement alliée au Japon, amène les autorités australiennes à tenir des propos plus mesurés sinon contradictoires sur la présence française, garante de l’équilibre régionale.


    • vote
      Joe Chip Joe Chip 5 novembre 17:02

      La France a fait venir sa population pour empêcher toute indépendance.

      Pauvre tâche, c’est exactement le contraire, les gens installés sur l’île après le 1er janvier 1994 n’ont pas eu le droit de s’exprimer à ce référendum. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès