• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Virilité et un éloge de toutes les qualités masculines

Virilité et un éloge de toutes les qualités masculines

On vous fait croire que la vision féministe correspond aux désirs profonds de la majorité des femmes. C’est faux. Voici un point de vue véritablement féminin sur la virilité et un éloge de toutes les qualités masculines pour encourager les hommes à agir en accord avec leur nature et reprendre leur place dans la société. Il est temps que les femmes s’expriment dans l’espace public pour faire contrepoids aux idées féministes, qui sèment la division entre nos deux sexes, complémentaires par essence.

Tags : Economie Santé Droits de l’homme Médias Femmes Regard sur les médias République Féminisme




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Gollum Gollum 16 décembre 2017 19:09

    Bien féminine en effet…


    Pas foutue d’avoir l’idée d’avoir une sauvegarde externe de son PC portable en cas de crash d’autant plus que son PC était de bas de gamme et vieux…

    Vive l’éternel féminin ! smiley

    C’est une manie chez vous, matthius, d’aller piocher des vidéos dans les cercles réactionnaires religieux ? Aéropage… ici une copine à Sigaut..

    J’avais cru comprendre pourtant que vous étiez plutôt du côté Cheminade.. Apparemment non.

    Le fond de la vidéo. Beaucoup de vrai malheureusement avec des tentatives de récup. pour promouvoir sa religion.

    Curieusement elle voit la virilité dans les musées avec des images d’armures, de canons…

    Bon. Comme si la virilité aujourd’hui n’était plus possible. Pas d’images de navigateurs solitaires faisant le tour du monde en voilier, pas d’images d’explorateurs en Antarctique, de spationautes, de conducteurs de F1, etc…

    Pourquoi ? Sans doute parce que ces "virils" là sont virils pour eux-même et pas au service de… comme l’est un soldat ou un chevalier.

    Moi qui sors de ces milieux là je peux témoigner de la dévirilisation des milieux bigots perpétuellement en proie à la peur du péché, à la hantise de la damnation, à la soumission au clergé et à la parole pontificale. D’un conformisme absolu et d’une navrante absence d’ouverture d’esprit. Combien de garçons, encore vieux garçons, car ayant trop écouté leur mère, maîtresse chez elle de par un homme falot, et leur ayant inculqué la peur de la chair, du péché et des femmes… (la seule étant pure étant maman bien sûr)

    La chevalerie d’ailleurs n’est pas spécialement un phénomène chrétien. Quant à l’éloge de la Dame et aux troubadours c’est la civilisation occitane qui l’a mise en avant, civilisation mise à mal par la catholique.

    Bref, il y a un problème à notre époque en effet mais le remède proposé ne me semble pas le bon.

    • 1 vote
      Joe Chip Joe Chip 17 décembre 2017 13:14

      @Gollum

      La courtoisie c’est surtout un phénomène culturel qui correspond à la fin de l’âge d’or de la chevalerie. Les types sont désoeuvrés, l’héroïsme furieux des chevaliers se jetant sur l’ennemi est d’autant plus célébré dans la littérature qu’il a été à l’origine de déroutes militaires qui ont menacé un temps l’existence même du royaume. Toute la noblesse franque a été décimée sur les champs de bataille de la guerre de cent ans. A partir du XIVème siècle, elle est remplacée par une noblesse de robe qui ne cessera de prendre de l’importance au détriment de l’aristocratie guerrière. Cette idéalisation de la chevalerie d’antan est à la base du roman moderne (Don Quichotte). 

      Donc il est pour le moins paradoxal, mais révélateur, que l’idéal de "virilité" des réacs soit construit sur l’exaltation de fantasmes et de chimères qui, à l’époque, avaient précisément pour objet de sublimer la déchéance de la chevalerie à travers la célébration des valeurs courtoises : désintéressement, ascèse, patiente, abnégation confinant à l’oubli de soi... la surcompensation symbolique est évidente. 

      Evidemment, les vrais chevaliers ne vivaient pas comme ça, ils étaient violents, incontrôlables et impétueux, comme le démontrent toutes les tentatives de l’Eglise pour canaliser leur violence en codifiant la pratique de la guerre. 


    • 1 vote
      Heimskringla Heimskringla 16 décembre 2017 21:10

      La virilité, c’est trouver le subtil équilibre entre toute l’horreur et la beauté d’être un homme. 

      Une virilité caricatural, c’est une des choses les plus laides au monde. On peut en jouer bien sur mais y’en a chez qui c’est sérieux et perso je trouve ça flippant. 

      Un mec mec viril, c’est quelqu’un qui ferme souvent sa gueule et qui fait ce qui doit être fait. 

      Un mec viril, c’est comme un bon père de famille, c’est un peu sourd ou du moins ça fait le sourd.

      Un mec viril, il fait un regard à son mioche et le petit se calme direct alors que l’homme moderne, le métrosexuel, l’homme nouveau, lui file une tablette...

      C’est pas donné à tout le monde, pas à moi en tout cas, je préfère être un lâche.



      • 1 vote
        wendigo wendigo 16 décembre 2017 22:25

        @Heimskringla
        C’est pas donné à tout le monde, pas à moi en tout cas, je préfère être un lâche.

        ***

         Vous avez au moins le courage de reconnaître et de clamer votre couardise, ce qui de nos jours n’est pas rien.

         Perso je ne sais pas me concernant, je ne me suis jamais posé la question (c’est bien la seule chose sur laquelle je ne l’ai pas fait), je vis mon truc, je fais ce que j’ai à faire, sans me laisser distraire ou emmerder et surtout sans me laisser contaminer par la connerie ambiante, je fais ce que je dis, je dis ce que je pense (et je me fout de ce que les autres en pensent, ou encaissent la chose) je n’ai qu’une parole et les miens passent avant toute choses, toutes autres considérations.
        Je ne sais pas si c’est ce que l’on appelle "virile" , moi je dis juste que c’est être normal (enfin presque lol), ce décréter "virile" ou lâche, c’est, je crois, se permettre de juger, non pas soi même, mais juger les autres (puisqu’ils sont des points de référence) et je n’ai pas vocation à ce genre de magistrature.
        Pourquoi se bouffer le cerveau, commençons donc par être en accord avec soi, à être au naturel, car je pense que c’est cela qui manque aujourd’hui dans notre monde où tout le monde se prend pour un(e) autre. L’humanité a perdue le contacte avec le sol, elle n’a plus de repères, juste des illusions, pour ne pas dire des psychoses. Le politiquement correcte a joué un grand rôle dans ce merdier, mais je ne désespère pas, la nature reprend toujours ses droits. Et Féminité comme virilité sont des fonctions naturelles, que les psychopathes ne pourront abolir.


      • vote
        Heimskringla Heimskringla 17 décembre 2017 11:03

        @wendigo

        " Vous avez au moins le courage de reconnaître et de clamer votre couardise, ce qui de nos jours n’est pas rien."

        Je pense qu’il y’a clairement une possibilité de faire l’éloge de la lâcheté. 

        "Je ne sais pas si c’est ce que l’on appelle "virile"

        En fait, moi non plus 

        Je pense qu’il y’a un mythe du guerrier par contre : 

        "Les guerres modernes sont des lieux de transfert entre le masculin et le féminin, notamment en raison de la mobilisation morale, économique, militaire des femmes. De fait, ces guerres correspondent à des moments de crise d’identité masculine conduisant les hommes à se crisper sur l’activité guerrière perçue comme l’attribut majeur du masculin. A travers le cas de la France de 1944-1946, l’auteur observe que les lendemains de guerre sont des périodes de réaction masculine au cours desquelles les hommes consolident leur identité en s’appropriant et en généralisant au genre masculin l’image du guerrier, tout en minorant le rôle des femmes dans le déroulement du conflit. Ainsi ce serait sur les mythes du guerrier et du féminin réduit à la maternité que se reconstruirait la masculinité dans l’imaginaire d’après-guerre."


      • 1 vote
        Joe Chip Joe Chip 17 décembre 2017 13:37

        @Heimskringla

        Historiquement, la plus grande exaltation de la virilité correspond à la seconde moitié du XIXème siècle. A travers toutes les classes sociales, l’homme est assigné à un rôle de père, de producteur (ouvrier ou bourgeois) et de soldat. C’est l’époque ou les élites politiques et médiatiques se battent en duel pour des vétilles, où les aristocrates désoeuvrés cherchent noise pour "défendre leur honneur" (cf. le génial mathématicien français Evariste Galois mort en duel à 20 ans après avoir été "provoqué par deux patriotes"), où la boxe et la savate se répandent dans les catégories populaires.

        Tout cela culminera dans le fondu au noir de la première guerre mondiale qui enterrera cet idéal de virilité dans la boue des tranchées.

        C’est le réflexe inverse qui intervient au début de la seconde guerre mondiale : la démographie française est exsangue, les hommes, ou en tout cas une partie de la population masculine, se dérobent à leur "devoir" sacrificiel. Evidemment, les femmes feront les frais de cet abandon, surtout celles qui auront trop bien accepté l’occupant allemand... ou le "sauveur" américain.


      • 1 vote
        Hijack ... Hijack ... 16 décembre 2017 22:09

        Pas mal du tout son analyse à la vraie meuf ! J’ai beau écouter et ré-écouter, tout ce qu’elle dit est vrai, constaté dans la vie de tous les jours et ce, depuis pas mal de temps. En fait, plus le temps passe et plus ça part en couilles ; femmes devenues ni femmes ni hommes ... et pareil pour les hommes. Vrai surtout qu’un homme se virilise dans le bon sens avec de la féminité autour de lui /// Inversement, une femme en présence de virilité devient véritablement femme. Elle le précise bien, ce n’est pas la force physique, qui n’est qu’un détail, mais tout le reste qui fait l’homme. Pareil pour la femme, ce ne sont pas de gros seins qui font la femme, mais tout son être, son comportement, son attitude. J’ai rarement entendu une jeune femme parler aussi juste sur ce sujet, surtout de nos jours sur la toile.


        • 2 votes
          ldv07 ldv07 17 décembre 2017 17:22

          @Hijack ...

          "Elle le précise bien, ce n’est pas la force physique, qui n’est qu’un détail, mais tout le reste qui fait l’homme."

          De mes oreilles entendu (vrai de vrai) :

          "Moi mon mec fait pas la vaisselle ni le ménage ni s’occupe des gosses, je veux pas d’une tafiolle à la maison, quand il rentre du boulot c’est biere télé...."

          En effet la force physique n’est qu’un détail...


        • 1 vote
          Hijack ... Hijack ... 17 décembre 2017 20:32

          @ldv07

          Lol ! Je vois ... Il m’arrive de faire la vaisselle quand c’est nécessaire, mais c’est pas mon truc. Je viens de peindre les plafonds et il ne me serait pas venu à l’idée de demander à mon épouse de le faire ...(ça sentait trop bon ce qu’elle était en train de préparer, que je ne saurai). Les 2 sommes utiles l’un à l’autre et vice versa. Aucun ne se soumet à l’autre ni ne s’abaisse. C’est ainsi, c’est la nature. Cela étant, tant d’hommes font la vaisselle, langent les gosses ... pas pour ça que je les traite de tafioles, car il y a des tafioles paraissant viriles --- pareil, quand je vois des femmes peiner à faire semblant de jouer au foot, ça me fait de la peine ... à leur féminité (snif) ... non seulement, c’est moche (comme elles), c’est con, c’est ridicule. Que dire de la boxe, du rugby. Chacun son truc ... et tout le monde se portera bien. Mais c’est vrai que des forces du mal vous ont mis la tête à l’envers, bien que vous vous dites "insoumis" ... vous l’êtes tout à fait.


        • vote
          ldv07 ldv07 18 décembre 2017 10:10

          @Hijack ...

          "Mais c’est vrai que des forces du mal vous ont mis la tête à l’envers, bien que vous vous dites "insoumis" ... vous l’êtes tout à fait."

           ??????????


        • vote
          Belenos Belenos 17 décembre 2017 18:15

          Les femmes aiment parler très vite sans respiration entre les mots, souvent pour ne rien dire, c’est une des manifestations de l’hystérie.  smiley


          • vote
            Maître Cube 20 décembre 2017 15:13

            Traditionnellement la virilité est exactement le contraire de la « queutardise ». L’homme viril est toujours droit d’esprit et a de l’éthique et du courage.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès