• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > L’ALU TOTAL : le danger des adjuvants aluminiques, 2 ans après

L’ALU TOTAL : le danger des adjuvants aluminiques, 2 ans après

Cela fait 2 ans que j'ai mis en ligne une vidéo très complète sur le danger de l'aluminium vaccinal. J'expliquais en détail que ces adjuvants n'ont jamais fait l'objet d'études de sécurité sérieuses, de surveillance post-commerciale, qu'ils sont en tous points expérimentaux et surtout très dangereux, en particulier pour le développement neurologique du nourrisson.

Le cas de l'aluminium est emblématique : il se produit exactement la même chose actuellement avec les nouveaux vaccins ARNm qui ne sont pas testés pour leur sécurité sur le long terme. La population vaccinée fera donc office de cobaye, au mépris de tous les codes de santé publique.
En 2 ans, j'ai vu ma vidéo être déréférencée - sans surprise - et nombre de mes commentaires explicatifs censurés.
En 2 ans, les études soutenant ces analyses se sont accumulées, et notamment celles qui concernent le lien entre aluminium et autisme, trouble du neuro-développement dont on sait aujourd'hui qu'il est provoqué par une activation immunitaire cérébrale précoce (activation microgliale). L'aluminium, neurotoxique notoire, semble pouvoir entrer dans le cerveau du nourrisson via les macrophages chargés de sa capture au site d'injection du vaccin, risquant de perturber son développement.

En 2 ans, les chercheurs publics ont vu leurs travaux censurés ou attaqués par des personnes non expertes : la guerre de l'information fait rage pour maintenir le plus longtemps possible le doute sur les effets neurotoxiques de l'aluminium, pourtant clairement démontrés... depuis les années 70 et la démence des dialysés.
En 2 ans, le spécialiste mondial de l'aluminium, le Pr Chris Exley de la Keele University, a analysé des cerveaux de personnes atteintes d'Alzheimer, d'autisme (1 million de téléchargements), de Sclérose en plaques et a comparé leur teneur en aluminium à celle de cerveaux sains, étude fondamentale publiée cette année dans Nature's Scientific reports. Pour lui, il ne fait plus l'ombre d'un doute que :

- "Nous pouvons affirmer aujourd’hui que la charge corporelle de l'aluminium et ces troubles chroniques sont associés sans doute possible."

- Sans l'aluminium, il n'y aurait pas d'Alzheimer. L'aluminium est alors retrouvé sous forme ionique (Al3+) à l'extérieur des neurones. Cet aluminium s'est accumulé dans le cerveau tout au long de la vie par l'alimentation et nos boissons principalement, jusqu'à atteindre un "seuil critique" (environ 3 microgrammes/gr de poids sec) considéré comme pathologique.

- L'aluminium retrouvé dans les cerveaux autistes a la particularité d'être très concentré à l'intérieur des cellules gliales, impliquant une très probable capture périphérique par les cellules immunitaires, mécanisme observé en cas de vaccination. Ainsi, de l'aluminium peut migrer dans le cerveau en cours de développement, et perturber son développement (détails à venir).

- Boire une eau riche en acide silicique (Volvic, Salvétat.. au moins 30 mg/L de Si, 1,5 litre par jour) élimine l'aluminium et semble être une piste très intéressante pour améliorer les symptômes d'Alzheimer. Evidemment, ce ne serait pas très lucratif...
Pour en savoir plus, voir une conférence récente du Pr Exley d'une importance capitale afin de comprendre l'étendue du problème que pose ce métal pour la santé publique :

Niveau scandales sanitaires... on ne sait vraiment plus où donner de la tête, le moins qu'on puisse dire est que la concurrence est rude.

Tags : Vaccins Scandale Santé menacée Autisme




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    




    • 2 votes
      News 1er décembre 2020 08:06

      Littérature scientifique qui en dit long à qui veut l’entendre.


      • 3 votes
        beo111 beo111 1er décembre 2020 19:19

        1000 merci Hypatie.

        Macron prévoit une campagne de vaccinations de masse à la fin du printemps. Une bonne occasion pour en discuter entre adultes, et de diffuser ces vidéo pour nourrir le débat.


        • 1 vote
          Tchakpoum Tchakpoum 2 décembre 2020 01:03

          @beo111

          En commençant par appeler cela une thérapie génique, et non un vaccin. Et encore, on peut parler de "thérapie" si elle ne contredit pas le primum non nocere. Mais pour la macronie idiosyncratique, le latin est sans doute devenu un ésotérisme complotisme, qui ne résiste pas au doute de Saint Thomas d’Aquin.

          Jusque là, je n’osais pas admettre que la politique des vaccins avait pour but de détruire la santé. Quoique qu’il fallait déjà faire semblant de ne pas le voir avec le passage aux 11 vaccins obligatoires de Buzyn sur les nourrissons (elle est médecin, nombre d’entre eux deviennent nos ennemis à la santé). Maintenant, on a explosé la barre.

          Je ne retrouve pas ce communiqué du fabriquant de cette injection détritique qui rappelle (ou explique) lui-même, qu’elle ne va pas éradiquer le virus, qu’elle ne va pas non plus arrêter l’épidémie. Le but (enfin, le but...) de ce produit est simplement d’armer le contaminer pour résister au virus.

          Macron joue sur du velours. On désespère de la fin du cauchemar avec lui. On découvre que l’UE est encore plus folle furieuse à détruire la santé avec ces traitement achetés sans évaluations et protégeant d’avance les fabricants des risques liés. Ou bien la droite encore plus acharnée à transformer la police en racailles en maintenant fermement sa loi "Sécurité globale" (il va falloir apprendre à lire en mode automatique l’inverse de ce disent les mots : fatiguant).



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès