• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Quand les produits chimiques polluent le sang des bébés : les dangers de (...)
#57 des Tendances

Quand les produits chimiques polluent le sang des bébés : les dangers de l’effet cocktail

Quand on prend le sang du cordon ombilical chez un enfant qui vient de naître, on va trouver une centaine de produits chimiques qui ne devraient pas être là !

Barbara Demeneix, professeure de physiologie au Museum National d'Histoire Naturelle, nous explique le danger de l'effet cocktail. (France Culture, 25-10-2018)

Transcription :

« Quand on prend le sang du cordon ombilical chez un enfant qui vient de naître, on va trouver une centaine de produits chimiques qui ne devraient pas être là !

L'effet cocktail c'est un mélange complexe de produits chimiques qui ne devraient pas être dans notre sang. 
La question qui est posée aujourd'hui : étant donné les centaines de milliers de substances auxquelles on pourrait être exposé, que sont les interactions entre ces différentes substances au niveau de notre physiologie ?

Chez des femmes enceintes ou chez les enfants qui naissent, on a mesuré les taux de produits chimiques dans le sang du cordon ombilical ; on a trouvé des centaines de produits chimiques. Et nous savons que ces produits passent la barrière placentaire, se trouvent dans le liquide amniotique, donc les enfants sont contaminés pendant tout le début de leur vie intra-utérine. 

La période de développement dans le ventre de la mère est très importante parce que c'est là où le cerveau se forme, c'est là où tous les organes se forment et se mettent en place. Beaucoup de maladies qu'on va avoir quand on est adolescent ou adulte ou quand on est vieux, ont pour origine cette vie foetale qui détermine toute notre santé d'adulte.

Quelles sont ces substances dangereuses ?

Eh bien ça peut être des plastifiants, ça peut être des retardateurs de flammes, ça peut-être des surfactants - c'est-à-dire des molécules qu'on utilise pour imperméabiliser des substances ou des rideaux -, ou des anti-taches sur les moquettes. On va les trouver dans l'alimentation, on va les trouver dans l'eau, dans les cosmétiques qu'on va mettre sur la peau, dans l'air qu'on respire.
Beaucoup de ces substances sont testées seules et n'ont pas d'effets seules. Mais quand on commence à les mettre ensemble, c'est là où on va commencer à voir des effets additifs, voire même synergiques. C'est-à-dire ensemble ils vont avoir un effet néfaste sur notre organisme.

Quelles sont leurs répercussions sur la vie après la naissance ?

Beaucoup de ces substances sont des perturbateurs endocriniens, qui vont agir et avoir des effets sur notre système hormonal. 
On constate une augmentation de l'obésité infantile ou de l'obésité chez l'adulte, on voit de la puberté précoce chez des enfants, on voit une augmentation massive des maladies neuro-développementales, dans certaines populations une baisse de QI, des cancers du système reproducteur. 

Que faire pour mieux comprendre les effets de ces molécules combinées ?

Il faut vraiment que les gens qui font de l'épidémiologie, les gens qui font des statistiques, commencent à utiliser beaucoup plus ce qu'on appelle des études "in silico", où on va essayer de comprendre comment des molécules interagissent ensemble sur une cellule ou sur un récepteur. 
Il va falloir utiliser de la bio-informatique pour mieux comprendre comment les différentes molécules vont affecter l'expression des gènes.
Il y a des champs de recherche énormes, mais je suis confiante que l'homme va pouvoir remporter ce défi. »

 

 

Un article de 2015 qui reste d'actualité, malheureusement : 

Scandale : Intoxication ! Comment notre santé est attaquée par le lobby de l’industrie chimique au sein de l’UE

 

Un article du 23 octobre 2018 (Le Télégramme) : 

Bébés sans bras. Ce qu’a dit la lanceuse d’alerte aux députés 

 

Un article du 26 octobre 2018 (la rédaction de LCI) :

Le métam-sodium, un pesticide "plus nocif que le glyphosate"

« Le métam-sodium est "un biocide à très large spectre, à la fois insecticide, fongicide, herbicide et nématicides", indique la préfecture du Maine-et-Loire. [...] 

"C'est un poison, un couteau suisse pour stériliser le sol. Sur la même molécule, vous avez un tue-vers, un fongicide, un désherbant et un antiparasitaire. (...) Tout ce qu'il rencontre succombe", explique à Franceinfo Bernard Jégou, chercheur à l'Inserm, directeur de l'Institut de recherche en santé, environnement et travail, et directeur de la recherche à l'Ecole des hautes études en santé publique. [...] 

(...) la France a déjà fait l'expérience de cette toxicité : en 2010, un agriculteur a contaminé une rivière du Finistère sur 12 kilomètres après avoir utilisé du Trimaton, un produit à base de métam-sodium désormais retiré, sur sa parcelle agricole. Plusieurs organisation avaient dénoncé cette pollution, qui aurait détruit 130 tonnes de truites dans une pisciculture. Aux États-Unis, en 1991, le déraillement d'un train avait engendré le rejet de 72.000 litres de métam-sodium dans la rivière Sacramento, tuant toute vie sur 50 kilomètres en aval. 

"Cette substance est plus nocive que le glyphosate, qui ne tue que les mauvaises herbes", explique Florence Denier-Pasquier, la secrétaire nationale de France nature environnement, dans Franceinfo. Le but est de tuer toute vie dans le sol. (...) Les deux substances posent surtout des problèmes différents. Très répandu et persistant, le glyphosate inquiète à cause de ses effets d'accumulation à long terme. Moins utilisé et peu persistant, le métam-sodium est, lui, immédiatement toxique."  »

 

Conférence Agora des Savoirs du 28 mars 2018 :

Cocktail toxique. Comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau ?

« Tous les jours, notre organisme absorbe et emmagasine une quantité croissante de polluants chimiques provenant de notre environnement. Ces produits toxiques ont des conséquences néfastes sur notre cerveau et sur celui de nos enfants dès leur conception.
Pesticides, plastifiants, désinfectants, retardateurs de flamme, agents tensio-actifs, filtres UV : ces polluants omniprésents contribuent non seulement à la multiplication alarmante des troubles neurologiques et des difficultés d'apprentissage, mais ils pourraient bien, dans un futur plus ou moins proche, être à l'origine d'une baisse globale des performances cognitives chez l'être humain – une première dans l'histoire de l'humanité.
Quelles mesures concrètes prendre, pour aujourd'hui et pour demain, afin que nous tous, adultes, enfants, petits-enfants, nous puissions rester intelligents et en bonne santé ?

Barbara Demeneix est biologiste et professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris. Internationalement reconnue pour ses travaux en endocrinologie sur l'hormone thyroïdienne et les perturbateurs endocriniens, elle est à l'origine d'une technologie originale et innovante permettant l'identification de polluants environnementaux. »

 

Tags : Environnement Société Santé Recherche Santé menacée Pollution Lobby Agriculture




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Nina K Nina K 27 octobre 18:22

    Sûrement des conseils intéressants dans cette intervention.

     

    « Comment éviter les toxiques du quotidien ? » Intervenant : Dr Laurent Chevallier, médecin nutritionniste Organisation : Josiane Marcelou et Marie-line Biason, Direction de la santé de la Ville de Narbonne Réalisation vidéo : Marc Deltour

    SOMMAIRE :

    • Introduction du Dr Courrèges (00’ 00)
    • Introduction du Dr Chevallier (02’ 54)
    • L’alimentation issue de l’industrie agro-alimentaire (06’ 54)
    • Additifs alimentaires (08’ 46)
    • Perturbateurs endocriniens (10’ 23)
    • Agir au niveau alimentaire (19’ 40)
    • Agir au niveau des emballages et ustensiles de cuisine (33’ 10)
    • Le vin (45’ 24)
    • Le plastique (46’ 30)
    • Polluants dans la maison (47’ 15)
    • Les vêtements (55’ 46)
    • Les jouets (58’ 45)
    • Les cosmétiques (1h 00’ 00)
    • Essence et diesel (1h 01’ 25)
    • Les médicaments (1h 02’ 55)
    • Les plantes et leurs pouvoirs thérapeutiques (1h 04’ 25)
      Les questions (1h 14’ 25)
    • Pesticides, Cancer, Usines de traitement des déchets, bouteilles en plastique, gluten, filtres à eau

    • 2 votes
      JL 28 octobre 11:37

      Merci Nina K pour ce post si important.

       

      Je rappelle que le gouvernement s’est empressé de dire qu’il n’y avait pas eu d’épandage de pesticides durant les périodes incriminées.

       

       Le métam-sodium est-il un pesticide ?

       

       Et a vraie question est : Y a-t-il eu oui ou non des épandages de métam-sodium dans ces campagnes où sont nés les bébés sans bras ?


      • 1 vote
        Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 octobre 14:00

        @JL


        Le métham-sodium, sous un nom qui à première vue n’est pas énormément affolant ni très alarmant, ( de prime abord, il fait penser un peu au sel) ce cache en réalité une très grosse merde sources.

        .. après nous disent manger de la mâche, car elle contient des oméga 3, .. mais tous ces sites à la cons, ne nous disent pas qu’elle est également traitée avec cette daube qu’est le métham-sodium voir le paragraphe : toxicité wiki.


        Je suis vraiment en colère contre nos politiques,car même si la France vient d’interdire récemment, le métham-sodium , plusieurs pays l’avaient déjà interdit avant nous :source . Je fais un immense effort pour rester calme, .. mais j’en n’ai vraiment ras le bol de l’incurie de nos politicards, car ce n’est pas la première foi qu’un produit est interdit à l’étranger, et continue hélas à être utilisé chez nous.

        L’exemple le plus frappant est celui du Médiator interdit en Espagne des 2003, .. et seulement en France qu’en 2009 !sources.. juste cette question, combien de ces responsables se baladent avec ce hochet  ?


        Tant que nous ne reviendrons pas aux séances de fouets sur la place publique !!!


        @+ P@py


      • vote
        JL 29 octobre 20:51

        @Gilbert Spagnolo dit P@py
         
         merci pour la réponse.
         
         incurie ? Non, corruption serait plus juste.


      • vote
        Nina K Nina K 29 octobre 21:14

        @JL

        Je n’arrive pas à comprendre comment on peut trouver normal de cultiver des végétaux (qui seront mangés crus) dans un sol gavé d’un produit chimique hautement toxique...


      • vote
        Belenos Belenos 29 octobre 21:41

        @Nina K
        Cuire le produit chimique ne résoudrait d’ailleurs pas sa toxicité. 


      • vote
        Nina K Nina K 29 octobre 23:09

        @Belenos

        Je voulais dire, on mange tel quel ce qui est récolté au contact direct du sol pollué...
         
         
        Pour ce qui est de la cuisson des légumes pour se débarasser des pesticides, j’ai trouvé ça (ça vaut ce que ça vaut...) :
         

        Légumes : quelle cuisson contre les pesticides ?

         

        Les résidus de pesticides présents dans les fruits et les légumes sont plus ou moins éliminés en fonction du mode de cuisson. Quelles sont les méthodes les plus efficaces, lesquelles le sont moins ?

         
        Le rinçage et l’épluchage restent le mode de prévention basique pour se débarrasser des impuretés présentes sur le végétal. Le simple fait de laver l’aliment permet d’éliminer une grande quantité des pesticides recouvrant la peau. Néanmoins, les produits - et plus exactement des traces de produits - ont pu être absorbés par la chair.
         
        Le Pr Pieter Spanoghe (université de Gand) a consacré une étude à l’influence des techniques de cuisson sur l’exposition aux pesticides.
         
        La friture est la méthode la plus radicale. Les résidus se dissolvent dans l’huile chauffée à haute température et sont détruits. Méthode la plus probante, mais pas la meilleure pour la santé (matière grasse) si elle est utilisée trop souvent.
         
        La cuisson dans l’eau bouillante permet de réduire considérablement la teneur en pesticides ( 70%).
         
        Laisser mijoter entraîne également une forte diminution ( 60%) des pesticides.
         
        Le grill et le wok n’ont en revanche que peu d’impact en raison d’un contact trop superficiel entre l’aliment et la source de chaleur.
         

        Le micro-ondes et le pochage permettent de conserver les nutriments mais aussi... les pesticides. Le micro-ondes peut même renforcer leur concentration suite à l’évaporation de l’eau.


         

      • vote
        Belenos Belenos 29 octobre 23:16

        @Nina K
        Intéressant. Ce qui élimine les agents chimiques a aussi tendance à éliminer les nutriments les plus fragiles ou présents en petites quantités.
        Bon, le minimum, c’est quand même un bon lavage, surtout de ce qui pousse au sol ! Et pas seulement pour les produits chimiques. 


      • vote
        JL 30 octobre 15:22

        @Nina K
         
         on va de charybde en Scylla ; : la friture c’est cancérigène ; la cuisson à l’eau bouillante comme dit Belenos, réduit dramatiquement la qualité nutritionnelle.
         
        Déjà que l’on sait qu’une pomme d’aujourdh’ui contient 10 à 15 fois moins de nutriments qu’une pomme d’antan : bonjour la quantité de pesticides qu’on absorbe pour l’équivalent d’une pomme de mon enfance !
         
         C’est effrayant.


      • vote
        Nina K Nina K 30 octobre 17:57

        @JL

        Oui c’est effrayant.


      • 1 vote
        zygzornifle zygzornifle 29 octobre 08:43

        Ouais et dès qu’ils ont mis le nez dehors c’est les 11 vaccins obligatoires ....


        • vote
          Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 octobre 12:24

          Certaines molécules chimiques, ..des gigantesques bombes à retardement, .. et nos « premiers de la classe » inféodés aux lobbies de ces très très puissantes industries, font le canard. Dur dur sera la chute, et ce hélas pour l’humanité,... mais temps que l’on mous bassine avec le disque de « feu l’idole des jeunes »,..et autres balivernes du même genre, ...c’est tout bonnement cette vieille chanson. En janvier 2009 J’ai écrits cet article :Fertilité en baisse... agressivité en hausse !

          .. le mentionné ceci :Nous sommes abreuvés de produits chimique, depuis l’ére de la chimie moderne plus de 85.000 molécules ont été mises sur le marché, hélas toutes ne sont pas innocentes et certaines ont des effets néfastes sur la santé des humains, et aussi sur celle des animaux !

          et quelques mois avant, j’avais écrits ses deux articles.

          En septembre 2008

          Substances toxiques dans les cosmétiques pour bébés !

          Les déodorants, responsables du cancer du sein ?

          @+ P@py


          • 1 vote
            Nina K Nina K 29 octobre 21:33

            @Gilbert Spagnolo dit P@py

            C’est fou ! Tous les produits industriels "de grande consommation" contiennent des produits chimiques toxiques pour l’organisme. Produits alimentaires (spécialement ceux destinés aux enfants...), meubles, cosmétiques, produits d’hygiène, vêtements, literie, peintures, moquettes, jouets, etc. Et si ce n’est pas le produit, c’est l’emballage qui est toxique...

            Et quand bien même des produits alimentaires ne contiendraient pas de produits chimiques néfastes, on fait en sorte qu’ils contiennent le moins possible de bons nutriments et bonnes vitamines naturelles...


          • vote
            Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 30 octobre 16:35

            @Nina K

            Je me demande pourquoi a-ton mit différents additifs, puisque maintenant il y a des pubs qui indiquent que chez Carrefour ou chez Casino que sur pas mal de produits alimentaires, certains ont été retirés !


            @+ P@py


          • vote
            Nina K Nina K 30 octobre 18:03

            @Gilbert Spagnolo dit P@py

            Sans compter les additifs des 11 vacccins obligatoires de Mme Buzyn... Ou comment amplifier l’effet cocktail chimique chez les enfants de 0 à 2 ans. smiley


          • vote
            jjwaDal 29 octobre 12:26

            Merci pour la mise en avant de cette vidéo qui rend accessible des informations "grand public" qui ont déjà plus de 20 ans pour un certain nombre d’entre elles. En 1997, "Our Stolen Future" détaillait déjà ce qui était déjà probablement en train de nous arriver, en partant de quelques constats.
            D’abord le système hormonal est très ancien et présente peu de différences entre espèces. Ensuite les récepteurs (serrures) sur lesquels les hormones vont se fixer (clefs) ne sont pas hautement spécifiques (malheureusement beaucoup de substances peuvent se faire passer pour des clefs) et enfin l’omniprésence de micro-polluants dans l’environnement.
            Les constats sur les animaux étaient accablants à travers l’ensemble des espèces observées (poissons, crocodiles, batraciens, oiseaux, mammifères), à savoir stérilités, déformations, comportements aberrants, homosexualité massive, etc... Le biphénol A était déjà dénoncé comme cancérigène (interdit chez nous en 2017 de mémoire) et on montrait en particulier chez le rat/la souris la possibilité de faire des homosexuels/lesbiennes à volonté en micro polluant la femelle gestante à un moment précis du développement du cerveau de son/ses petits (avant la naissance donc) avec des substances omniprésentes à doses variées dans notre environnement, dans notre alimentation, notre corps, le lait maternel, etc...
            Vu que ces produits se concentrent en passant dans la chaîne alimentaire, l’unique façon de se préserver est de se nourrir en bio et végétarien de préférence, de renoncer à la plupart des produits chimiques de notre environnement et de vivre de préférence au fin fond de la Mongolie ou du Tibet...
            On est pas dans le caca...


            • vote
              Nina K Nina K 29 octobre 14:51

              @jjwaDal

              Merci pour le commentaire.

              Dans nos rivières, de nombreux poissons ont tendance à changer de sexe. C’est la conséquence de la pollution de nos cours d’eau. Résidus de médicaments, pesticides, détergents... ce sont des perturbateurs endocriniens. S’il y a des conséquences sur les animaux, peut-il y en avoir sur les Hommes ?

              Reportage de Yacine BEN JANNETTE, diffusé sur Arte en 2011, dans l’émission Global Mag.

               

            • vote
              jjwaDal 29 octobre 19:38

              @Nina K
              "Peut-il y avoir des conséquences sur les humains ?". Ma conviction est que c’est inévitable et que c’est d’ores et déjà visible. Simplement, comme il est interdit d’expérimenter sur l’homme et qu’il n’y aura bientôt plus de primates pour le faire, la charge (impossible) de la preuve appartiendra aux victimes et face à des milliers de substances impossibles à étudier en combinaison et/ou au long cours (hors études épidémiologiques très peu financées) les industriels de la chimie n’ont rien à craindre. Aucun secours à attendre d’aucun gouvernement, il faut se débrouiller (j’ai un osmoseur pour mon eau de cuisson/boisson par ex). L’eau du robinet est majoritairement constitué de la molécule H2O. Mais on trouve de tout y compris des résidus d’hormones, anti-dépresseurs, pesticides, tout ça dans les normes bien sûr. Les cancers d’enfants ne sont que la partie émergée de l’iceberg.


            • vote
              Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 octobre 12:33

              Nous n’avons jamais été aussi près de livre d’Yves Paccalet :Ici.

              @+ P@py


              • vote
                louis 29 octobre 15:38

                je ne sais pas si c’est encore le cas mais a une époque une commune ayant sur son territoire une station d’épuration des égouts de la ville de Paris permettait a ses administrés de se servir des eaux usées pour l’irrigation des terres cultivable et des jardins, il a été procédé a une analyse de la terre d’un champs on produisait entre autre du maïs, ce champs s’est révélé tellement pollué qu’il a été interdit de toute production comestible pour au moins 20ans, mais je n’ai entendu parler des " jardins ouvriers "



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès