• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Sud Radio, 26 mars 2021 - Laurent Toubiana : "Il y a une surmortalité (...)

Sud Radio, 26 mars 2021 - Laurent Toubiana : "Il y a une surmortalité relativement faible en 2020, de 3,66 %"

Laurent Toubiana, épidémiologiste à l’Inserm était l'invité d'André Bercoff.



Laurent Toubiana - "Il y a une surmortalité relativement faible en 2020, de 3,66 %"

•26 mars 2021

Sud Radio

 

Tags : Information et Médias Santé Santé menacée Désinformation Covid-19




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • 11 votes
    medialter medialter 27 mars 10:10

    Tous les fdp qui, il y a un an, ont participé à l’hystérie collective, soutenu les délirantes directives gouvernementales, et ainsi contribué au confinement généralisé qui a foutu la planète à genoux (sans même parler des vieux qu’on a isolés comme des chiens en Ephad), mériteraient d’être tondus en public. Dans une civilisation normalement constituée, les gouvernements devraient être derrière les barreaux, ou, à minima, les populations devraient exiger leur démissions. Au lieu de ça, on a 80% d’ovins qui consentent à se faire vacciner, quand ils ne courent pas derrière les vaccins, alors que de nombreux spécialistes (baillonnés pas les MSM, il est vrai) préviennent de leur potentialité à devenir d’innombrables vecteurs à mutations. Dans le génocide qui vient, y en a un paquet qui n’auront pas volé leur sort


    • 3 votes
      wendigo wendigo 27 mars 21:30

      @michel

       On peut vous retourner la politesse, enfin le respect des morts quand l’état les faisait empiler à Rungis comme des carcasse, et incinérer à poil dans des sacs plastique arrosés de javel ; venir parler de "respect" c’est se foutre de la gueule du monde et il ni aura pas plus de respect pour les morts par vaccin, qui eux auront droit à un silence méprisant de la presse, des politiques et de leurs serviles séides !


    • vote
      Sentero Sentero 27 mars 10:20

      Une surmortalité en France de 3,66 % ...alors qu’en Russie elle est de 18% (source Rosstat)... fichtre... y a pas à dire Poutine s’est beaucoup mieux débrouillé que les bras cassés de LREM... quel champion... qu’est-ce que ça serait si, en plus, le gouvernement russe était aux ordres du BigPharma comme en France ???  smiley


      • 6 votes
        Vulpes vulpes Vulpes vulpes 27 mars 10:58

        @Sentero

        Sentero : alors qu’en Russie elle est de 18% (source Rosstat)

         

        Rosstat’s figures, published this week,1 showed 162 429 “coronavirus related fatalities” occurring in Russia in 2020


        The current population of the Russian Federation is 145,980,454 as of Saturday, March 27, 2021

         
         
        162.429 / 145.980.454 = 0,11%

      • vote
        Sentero Sentero 27 mars 11:54

        @Vulpes vulpes

        La surmortalité en général est de 17,9 % en Russie entre 2019 et 2020 : sources Rosstat...

        Sinon tiré de votre propre lien :
        "Other figures published recently by Rosstat show that Russia saw 323 802 more total deaths from all causes in 2020 than in 2019, with the excess heavily concentrated at the year’s end." "This toll, combined with lower immigration from former Soviet republics, led to Russia beginning 2021 with a population 510 000 smaller than when it began 2020."

        En gros d’après votre lien la population russe serait descendue de 500 000 personnes sur l’année 2020... mais officiellement sur cette baisse de 500 000 personnes seulement 97 400 seraient directement liées au covid... la grosse différence les pouvoirs publics russes ne l’expliquent pas vraiment pour l’instant et les médias russes alignés ne s’en soucient pas ...pourtant il faudra bien le faire à un moment... mais bon sans doute longtemps après que la crise soit passée au moment où on ne s’en souciera plus...


      • 6 votes
        Vulpes vulpes Vulpes vulpes 27 mars 12:02

        @Sentero

        Sentero : La surmortalité en général est de 17,9 % en Russie entre 2019 et 2020 : sources Rosstat...

         

        Pour ceux qui ne lisent pas couramment le russe, pourriez-vous donner le lien précis vers les statistiques que vous citez ?


      • 5 votes
        Vulpes vulpes Vulpes vulpes 27 mars 11:00

        L’article en question peut être consulté ici !


        • 4 votes
          Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 27 mars 11:52

          France, Covid-19 Plus d’un an de panique...

          Faisons le point avec Laurent Toubiana, épidémiologiste à l’Inserm

          Allons à l’essentiel, épouicétout

          1/

          La surmortalité

          des — 65 ans = NULLE

          2/

          En ce qui concerne les + 65 ans  : on n’a pas tenu compte des comorbidités pour faire les calculs

          3/

          Mon témoignage :

          les + 65 ans  :

          Par exemple, et à notre demande seulement, nous sommes "suivis" par les Mairies, pour les Canicules !

          Pour le Covid-19, réputé mortel, à nul autre pareil : NUL SUIVI

          CHERCHEZ L’ERREUR


          Vive la France (et félicitations à ses super dirigeants, du simple Maire

          au Président Macron)

          CQFD

          No Comment


          • 1 vote
            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 27 mars 12:08

            Vive la France (et félicitations à ses super dirigeants, du simple Maire

            au Président Macron)

            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
            @Mao-Tsé-Toung

            Le plus gros bluff excellemment relayé par tous les médias & "politiques" qui en parlent :

            La plupart des maires -à les entendre— seraient toujours exemplaires en France pour le Covid -19 notamment !

            CQFD

            No Comment


          • vote
            sls0 sls0 27 mars 13:09

            Qui a lu son rapport ?

            Dans son rapport il est écrit 9,88% de surmortalité.

            Mais, mais, mais, Toubiana estime que si c’est indiqué sur la fiche de décès covid comme cause c’est biaisé.

            Les gens auraient pu mourir de leur co-morbidité.

            Moins de morts chez les jeunes. C’est que les jeunes leur mort est souvent accidentelle, c’est pas en étant confiné qu’on risque d’avoir un accident de circulation dans son salon.

            Où j’étais avant un pays jeune et turbulent avec le couvre feu et l’interdiction de circuler entre les villes, la mortalité générale a diminué.

            La mortalité sur les routes était de 30/100000, les homicides qui se passent surtout de nuit et dans les endroits festif : 25/100000 habitants.

            Le covid c’est 31/100000 habitants.

            Si je suis le raisonnement de Toubiana le covid ressucite les morts dans les pays jeunes et turbulents.

            Il fait comme le Sarko pour présenter ses graphiques l’animal, en ordonnée l’échelle c’est de 60 à 100% ce qui fait qu’on voit les écarts, de 0 à 100% l’écart est beaucoup moins visible vu que la part des plus de 65 ans n’a monté en 10 ans que de 3,5%.

            Tout les ans je regarde le taux de mortalité pour mes calculs. Depuis 10 ans il était à 0,91%, pas d’influence de l’âge à priori. Pour 2020 il est passé à 0,912%, est-ce l’âge qui tout d’un coup impacte ou le covid ? Comme le pourcentage des plus de 65 ans a augmenté de 0,35% (chiffre du rapport) comme la plupart des années j’ai quelques doutes sur l’âge.

            Toubiana qui passe dans le film hold up, qui faisait partie des rassuristes, il peut être partial. En tout cas son étude sensée évacuer le soi-disant biais des certificats médicaux c’est un beau concentré de biais et d’interprétations douteuses.

            Pour les échanges futurs les injures et attaques personnelles ne me dérange pas. Si c’est pour discuter ce sera par rapport à l’étude de Toubiana.


            • 3 votes
              Vulpes vulpes Vulpes vulpes 27 mars 19:02

              @sls0
               

              sls0 27 mars 2021 

              Dans son rapport il est écrit 9,88% de surmortalité.

              En tout cas son étude sensée évacuer le soi-disant biais des certificats médicaux c’est un beau concentré de biais et d’interprétations douteuses.

               

               

               L’épidémie de Covid-19 a eu un impact relativement faible sur la mortalité en France. pp. 7-8


              Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020, 654 016 individus sont morts toutes causes confondues. Pendant la même période, 64 632 individus ont été comptabilisés comme morts attribués à la maladie Covid-19 (dont 44 852 hospitalisés). Un calcul sommaire estimerait que 9,88 % des morts seraient attribués à l’épidémie de Covid-19 parmi l’ensemble des décès recensés en France. Mais une telle estimation est entachée de biais de qualification. Comme nous l’avons expliqué plus haut, ce nombre est maximisé par la non prise en compte des comorbidités. En effet, les décès par Covid-19 ont frappé principalement des personnes fragiles souffrant d’autres maladies. La plupart d’entre elles seraient inéluctablement décédées en 2020, même en l’absence d’épidémie de Covid-19. On aurait alors attribué leur décès à une autre cause (diabète, maladie cardiovasculaire, insuffisance respiratoire, etc.).

               

              La « valeur attendue » en France en 2020 par rapport aux 3 dernières années (2017-19) est de 629 490 [628 010 ; 630 970] décès, soit un nombre de 23 045 décès en excès par rapport à l’intervalle de confiance. Ainsi, le passage de l’épidémie de Covid-19 aura causé en 2020 une augmentation d’environ 3,66 % par rapport à l’attendu. Mais tout change selon l’âge. […] ce sont les classes d’âge supérieur à 75 ans qui ont connu la plus forte surmortalité. Mais le point de bascule est antérieur. Il se situe entre 65 et 70 ans. Nous pouvons donc partager la population entre deux ensembles de plus ou moins de 65 ans, selon que les individus ont connu ou non une surmortalité en 2020. La valeur attendue en 2020 de décès d’individus âgés de plus de 65 ans était de 536 279 [528 939 ; 543 618]. La valeur observée pour cette classe d’âge a été de 561 538 décès soit un excédent de 17 919 décès. En revanche, la valeur attendue en 2020 de décès d’individus âgés de 64 ans et moins était de 93 211 [91 612 ; 94 809]. La valeur observée était de 92 478 décès. Les moins de 65 ans n’ont donc connu aucune surmortalité en 2020. Ainsi, le passage de l’épidémie de Covid-19 aura causé en 2020 une augmentation de 3,34 % par rapport à l’attendu pour la classe d’âge supérieure à 65 ans mais absolument aucune augmentation pour la classe d’âge des moins de 65 ans qui représente plus de 80 % de la population. […] Dès lors, l’excès total passe à 7 214 décès en excès seulement soit 1,12 %. Les moins de 65 ans n’ont toujours aucune surmortalité et la classe d’âge supérieure à 65 ans, on observe seulement 6 912 décès en excès par rapport à l’attendu soit un excès de 1,26 % par rapport à l’attendu en 2020.

               

               

              @sls0 Pourriez-vous donner des exemples précis de biais et d’interprétations douteuses, en indiquant la page également ?


            • vote
              sls0 sls0 27 mars 22:30

              @Vulpes vulpes
              Non, j’ai horreur de me répéter 


            • 1 vote
              Vulpes vulpes Vulpes vulpes 28 mars 13:57

              @sls0
               
              Je vous remercie pour votre réponse !


            • 1 vote
              BA 27 mars 17:53

              L’INSEE donne le nombre de morts en France, quelle que soit la cause de la mort.


              En 2020, il y a eu 55 427 morts de plus qu’en 2019.


              En 2020, il y a eu 59 235 morts de plus qu’en 2018.


              En 2020, il y a eu 65 498 morts de plus que sur la période 2015-2019.


              L’INSEE écrit cette phrase très importante : « Entre le 1er janvier et le 31 décembre, 668 883 décès sont survenus en 2020, contre 613 456 en 2019, 609 648 en 2018, et 603 385 en moyenne en 2015-2019 au cours de la même période. »


              https://www.insee.fr/fr/statistiques/4931039?sommaire=4487854


              • 3 votes
                wendigo wendigo 27 mars 21:25

                @BA
                 "le langage des chiffres a ceci de commun avec le langage des fleurs, c’est qu’on lui fait diree ce que l’on veut" ! (M.Audiard)
                 L’insee ne donne que des chiffres sans en donner les raisons !
                Il ne tient pas compte des phénomènes de "glissement" dut aux abandons dans les ephad, ni du nombre de malades graves qui n’ont pas eu accès à des soins adaptés pour des raisons bassement politiciennes etc etc
                 Si l’on prend en considérations ces chiffres, cumulé au vieillissement de la population ; il n’y a pas eu tellement plus de décès en 2020 que les années précédentes . Et ceci sans dire que sous l’appellation "covid" ont été mis pas mal de cas de maladies pulmonaires autres, les chiffres de la grippe en faisant foi !


              • 2 votes
                BA 27 mars 23:53

                Samedi 27 mars 2021 :


                En Ile-de-France, les services de réanimation vont être obligés de trier les patients. Quel patient allons-nous laisser mourir ? Quel patient allons-nous sauver ?


                L’alerte de 41 directeurs de crise de l’AP-HP : "Nous serons contraints de faire un tri des patients"


                Dans le JDD, 41 médecins réanimateurs et urgentistes alertent sur la réalité du terrain, face à la dégradation de la situation sanitaire. Voici leur tribune :


                "L’épidémie de Covid-19 est de nouveau en progression constante dans toutes les Régions, et l’Île-de-France se retrouve malheureusement parmi les Régions en première ligne. Dans les quinze prochains jours, les contaminations ayant déjà eu lieu, nous avons une quasi-certitude sur le nombre de lits de soins critiques qui seront nécessaires et nous savons d’ores et déjà que nos capacités de prise en charge seront dépassées au terme de cette période.


                Il est trop tôt pour que la campagne de vaccination puisse améliorer significativement l’évolution de l’épidémie pendant cette période critique. Nous rappelons, s’il en était besoin, que la vaccination reste l’arme essentielle à moyen et long terme. Tous les indicateurs concordent pour affirmer que les mesures actuelles sont et seront insuffisantes pour inverser rapidement la courbe alarmante des contaminations.


                Dans un but d’information et d’alerte légitime de nos concitoyens, de nos futurs patients et de leurs familles, nous souhaitons expliquer de manière transparente la situation à laquelle nous allons devoir faire face et comment nous allons l’affronter. Dans cette situation de médecine de catastrophe où il y aura une discordance flagrante entre les besoins et les ressources disponibles, nous serons contraints de faire un tri des patients afin de sauver le plus de vies possibles. Ce tri concernera tous les patients, Covid et non Covid, en particulier pour l’accès des patients adultes aux soins critiques.


                Nous n’avons jamais connu une telle situation, même pendant les pires attentats subis ces dernières années. Avant d’en arriver à cette période douloureuse mais proche, nous mettrons tout en œuvre pour en retarder l’échéance en utilisant toutes les ressources humaines et matérielles disponibles, en procédant à des évacuations sanitaires au maximum des possibilités même si celles-ci se réduisent de jour en jour du fait même de la progression de l’épidémie dans toutes les autres Régions.


                Nous utiliserons toutes les solutions innovantes qui pourraient permettre de limiter l’évolution vers des formes graves et de réduire la durée des séjours en réanimation. Ce tri se fera avec l’objectif permanent de garantir la disponibilité des ressources en soins critiques de manière collective, équitable, et homogène sur l’ensemble de notre territoire.


                Le tri des patients a déjà commencé puisque des déprogrammations médicales et chirurgicales importantes nous ont déjà été imposées et que nous savons pertinemment que celles-ci sont associées à des pertes de chances et des non-accès aux soins pour certains patients. Ces déprogrammations vont devoir s’intensifier dans les jours qui viennent, n’épargnant bientôt plus que les urgences vitales. Depuis plusieurs jours, nous sommes déjà contraints de peser soigneusement les indications de certaines techniques de recours exceptionnel comme l’assistance circulatoire.


                Nous, médecins impliqués dans la prise en charge des victimes graves de la pandémie, affirmons que nous serons présents auprès de tous les patients et de leurs familles pour les prendre en charge quelles que soient les difficultés de nos conditions d’exercice car c’est notre mission. Nous savons pouvoir compter sur la mobilisation sans faille de l’ensemble des soignants quelle que soit leur lassitude et malgré des conditions d’exercice qu’ils n’imaginaient pas connaître un jour. Nous ne pouvons rester silencieux sans trahir le serment d’Hippocrate que nous avons fait un jour.


                Les signataires :


                Bruno Riou, directeur médical de crise (DMC) de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) , Frédéric Adnet, Alain Cariou, Marie-Pierre Dilly, Jacques Duranteau, Olivier Langeron, Jennifer Sobotka, DMC de groupe hospitalier (AP-HP), Élisabeth Balladur, Sébastien Beaune, Anne Bourgarit-Durand, Olivier Corcos, Bruno Crestani, Benjamin Davido, Pierre Deblois, Olivier Drunat, Albert Faye, Renato Fior, Pierre Frange, Hélène Goulet, Anne-Sophie Grancher, Bérangère Gruwez, Emmanuel Guérot, Magali Guichardon, Olivier Hanon, Nicolas Javaud, Nadia Ladjouzi, Thibault Lecarpentier, Jean-Laurent Le Quintrec, Galdric Orvoen, Éric Pautas, Benoît Plaud, Pierre-Alexis Raynal, Éric Revue, Véronique Simha, Brigitte Soudrie, Dominique Thabut, Samir Tine, Jean Vidal, DMC de site (AP-HP), Hawa Keita-Meyer, présidente de la Collégiale d’anesthésie-réanimation d’Île-de-France, Dominique Pateron, président de la Collégiale AP-HP des urgentistes, Antoine Vieillard-Baron, Président de la Collégiale de médecine intensive et réanimation d’Île-de-France.


                https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/exclusif-lalerte-de-41-medecins-face-a-la-crise-nous-serons-contraints-de-faire-un-tri-des-patients-4034448


                • 3 votes
                  njama njama 28 mars 06:47

                  Comme il y a eu 613243 décès en 2019, ça nous fait donc une surmortalité de 22.445 en 2020 par rapport à 2019

                  l’effet Doliprane, restez chez vous... ?

                  c’est très loin de l’image d’une hécatombe qui fait florès dans les médias et chez les vaccinolâtres

                  en conclusion, c’est plutôt une bonne nouvelle...


                  • 5 votes
                    njama njama 28 mars 06:55

                    Le Dr Christian VÉLOT, généticien moléculaire à l’université Paris-Saclay et Président du Conseil Scientifique du CRIIGEN explique le risque de recombinaison virale des Vaccins…

                    (à 1’14) « … mais dès lors que l’on introduit du matériel génétique volontairement, du matériel génétique viral dans nos cellules, que ce soit de l’ARN ou que ce soit de l’ADN parce que la recombinaison virale se fait aussi bien entre virus à ARN qu’entre virus à ADN. On ne va pas le faire entre virus ARN d’un côté et virus ADN de l’autre. Mais 2 virus ARN ou 2 virus ADN peuvent s’échanger sans problème du matériel génétique avec une très forte efficacité. Dès lors que l’on introduit dans nos cellules du matériel génétique de façon volontaire, il suffit que l’on soit infecté dans ces mêmes cellules par un seul virus, de même nature, pour que la recombinaison se produise… »
                    (à4’00) > « … et donc il ne faut pas que le remède [les vaccins] soit pire que le mal  »

                    (4’23) https://www.youtube.com/watch?v=xBS9tMWElLs

                    COMITÉ DE RECHERCHE ET D’INFORMATION INDÉPENDANTES
                    SUR LE GÉNIE GÉNÉTIQUE

                    https://criigen.org/


                    • 6 votes
                      eau_du eau_du 28 mars 09:48
                      Voici la source du rapport
                      .
                      .
                      Bref c’est la preuve que malgré les interdictions / restrictions des remèdes efficaces comme l’hydroxychloroquine de la part du gouvernement Macron le taux de surmortalité est reste faible voire il aura été certainement même inexistant si le gouvernement n’avait dit aux français de rester à la maison (1er confinement) et de ne pas consulter son médecin traitant et de prendre un Doliprane en cas d’apparition des symptômes !

                      • 2 votes
                        BA 28 mars 19:07

                        L’INSEE donne le nombre de morts en France, quelle que soit la cause de la mort.


                        En 2020, il y a eu 55 427 morts de plus qu’en 2019.


                        En 2020, il y a eu 59 235 morts de plus qu’en 2018.


                        En 2020, il y a eu 65 498 morts de plus que sur la période 2015-2019.


                        L’INSEE écrit cette phrase très importante : « Entre le 1er janvier et le 31 décembre, 668 883 décès sont survenus en 2020, contre 613 456 en 2019, 609 648 en 2018, et 603 385 en moyenne en 2015-2019 au cours de la même période. »


                        https://www.insee.fr/fr/statistiques/4931039?sommaire=4487854


                        • 2 votes
                          eau_du eau_du 29 mars 22:45


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles


Publicité





Palmarès