• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > En juin 1793 pendant la terreur : Liberté, Égalité, Fraternité

En juin 1793 pendant la terreur : Liberté, Égalité, Fraternité

Dans un contexte de radicalisation de la Révolution française, la devise "Liberté, Égalité, Fraternité" est inscrite sur la maison de la Commune de Paris. Formulée pour la première fois par Robespierre en tant que telle, elle témoigne de l'ambition de la jeune République : fonder un nouveau contrat social basé sur la souveraineté populaire. Abandonnée sous le Directoire, elle devient la devise officielle de la Deuxième République, puis des suivantes.

Tags : France Histoire




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • vote
    maQiavel maQiavel 2 juillet 11:31

    Attention cependant à cette notion de « période de la terreur » qui peut laisser croire qu’un système de la Terreur incarné dans un système juridique cohérent et appliquée comme système de gouvernement a été mis en place pendant cette période. Comme le montre Jean-Clément Martin c’est une machine à fantasmes qui a été construite de manière intéressée par la classe politique de l’époque pour s’exonérer de ses propres responsabilités en faisant des robespierristes des boucs émissaires. Cette vulgate diabolisatrice a été reprise par les réactionnaires contre-révolutionnaires qui étaient trop contents de vouer la République aux gémonies mais aussi par ce qu’on appelle la « deuxième gauche » qui a fait de cette période la matrice des totalitarismes communistes et Nazis.

    Ça ne veut évidemment pas dire qu’il n’y a pas eu de massacres entre l’été 1793 et l’été 1794. Il y’a eu des massacres et ils étaient sanglants ( et au passage, des révolutionnaires se sont aussi fait massacrer, c’est ça la guerre civile, on se tue les uns les autres). Mais des massacres il y’en a eu des années avant cette période et ils se sont poursuivis bien après, dans le cycle révolutionnaire ce n’est donc pas une période particulière de déchainement de violence.


    • 3 votes
      ezechiel ezechiel 2 juillet 22:01

      @maQiavel "Attention cependant à cette notion de « période de la terreur » qui peut laisser croire qu’un système de la Terreur incarné dans un système juridique cohérent et appliquée comme système de gouvernement a été mis en place pendant cette période. "

      Pourtant, c’est bien ce qui s’est passé.
      Mentionné au début de la vidéo, à l’origine, la devise maçonnique était  : "Liberté, Égalité, Fraternité, OU LA MORT".
      Ceux qui n’adhèrent pas à la république ne sont plus considérés comme des êtres humains purs et doivent être exterminés ("Qu’un sang impur abreuve nos sillons").

      La Vendée catholique résistant à la révolution, ses habitants, femmes, enfants, vieillards, civils, ne sont plus considérés selon les critères des droits de l’homme comme des être humains, mais comme des brigands, et doivent être exterminés. Des armées ont été envoyées dans les villages pour tout brûler et ne plus laisser aucune trace vivante.
      Ce génocide a fait plus d’une centaines de milliers de morts.

      Avec la création des "colonnes infernales", des centaines de Villages sont brûlés, détruits, avec assassinat systématique de la population, empoisonnement de sources d’eau, scène atroce où des femmes sont réunies puis brûlées ou fusillées, tanneries de peaux humaines fabriquées à Étampes, Meudon, Pont-de-Cé, etc...

      A Clisson, le 5 avril 1794, des soldats du général Crouzat brûlent 150 femmes pour en extraire de la graisse : "Nous faisions des trous de terre, témoigne l’un d’eux, pour placer des chaudières afin de recevoir ce qui tombait ; nous avions mis des barres de fer dessus et placé les femmes dessus, (...) puis au-dessus encore était le feu (...). Deux de mes camarades étaient avec moi pour cette affaire. J’en envoyai 10 barils à Nantes. C’était comme de la graisse de momie : elle servait pour les hôpitaux".

      "J’ai égaillé les Vendéens de bonne manière...Plus de cinq cents, tant hommes que femmes ont été tués...J’ai fait fureter les genêts, les fossés, les haies et les bois ; c’est là qu’on les trouvait blottis. Tout a été passé par le fer car j’avais défendu qu’en les trouvant ainsi, on consommât des munitions. À mon arrivée à la Verrie, j’ai fait passer au fil de la baïonnette tout ce que j’ai trouvé."
      extrait du rapport du général Jean Baptiste Huché au général Turreau du 27 février 1794

      "Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort.
      Tous les brigands qui seront trouvés les armes à la main, ou convaincus de les avoir prises, seront passés au fil de la baïonnette. On agira de même avec femmes, filles et enfants...Les personnes suspectes ne seront pas plus épargnées. Tous les villages, bourgs, genêts et tout ce qui peut être brûlé sera livré aux flammes."

      Instructions du général Turreau à ses lieutenants - 17 février 1794

      Des documents d’archives historiques donnent l’ordre d’extermination de la population civile vendéenne (voir lien vidéo [05:45] en premier lien du commentaire).

      Extraits :
      "Le Comité de Salut Public a arrêté que les brigands doivent disparaître en peu de temps, non seulement de la Vendée, mais de toute la surface de la république."

      "Il n’y a plus de Vendée elle est morte avec notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l’enterrer dans les marais et les bois de Savenay. J’ai écrasé les enfants sous les pieds de nos chevaux, massacré les femmes, qui au moins, pour celles là, n’enfanteront plus de brigands."
      [...]
      "J’ai tout exterminé...nous ne faisons pas de prisonniers car il faudrait leur donner le pain de la liberté et la pitié n’est pas révolutionnaire."
      Rapport du général français républicain F.J. Westermann


    • 3 votes
      Joe Chip Joe Chip 3 juillet 11:49

      @ezechiel

      Des citations décontextualisées ou tronquées par des idéologues ne sont pas des "preuves", surtout quand certaines de ces phrases sont probablement des faux inventés par des historiens révisionnistes, dont la fameuse citation apocryphe de Westermann dont l’authenticité n’a jamais été établie et qui résonne quand même comme un aveu étrange. Ce serait bien une des rares fois dans l’histoire où un salaud aurait eu conscience à ce point de la portée symbolique de ses actes au moment même où il les accomplissait, au point de les assumer, de les décrire et d’en témoigner pour la postérité tout en les théorisant. 

      La thèse du "génocide vendéen" n’est défendue que par une poignée d’historiens affiliés au royalisme ou à la droite (très) conservatrice française. La meilleure preuve de son rejet par la recherche historique généraliste ne se trouve même pas dans les réfutations produites par les historiens "républicains" mais dans le fait que cette thèse n’a jamais été reprise ni appuyée par l’historiographie anglo-saxonne, pourtant extrêmement critique sur la Révolution et en particulier sur la période de la "Terreur".

      Que des conservateurs anglais ou américains anticommunistes ne veuillent pas avoir pour compagnon de route des historiens révisionnistes français en dit long sur le caractère douteux des éléments utilisés par ces derniers pour démontrer leur thèse.
      Rappelons enfin les chiffres. La "Terreur" au sens de la répression politique c’est quelques dizaines de milliers de victimes sur une population de 28 millions. Les violences concernent surtout Paris et Lyon, en province la situation est beaucoup plus calme même si la politique iconoclaste et "anticatholique" des révolutionnaires est mal vécue dans certaines régions. Les descriptions d’un pays à feu et à sang livré à la folie collective où le meurtre et la justice expéditive ont pris le pas sur toute forme de légalité sont des exagérations ou des manipulations de l’historiographie. 
      Les 200000 morts de la guerre de Vendée sont des victimes de guerre et d’exactions commises par les deux camps dans le cadre d’une guerre qui n’est pas que civile dans la mesure où les Vendéens étaient armés et financés par l’étranger.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 3 juillet 11:54

      @ezechiel

      Nan mais je ne vais pas refaire le match, je connais votre mode opératoire. Pour aller vite, vous ne sélectionnez que les faits qui vont dans votre sens en les interprétant de façon biaisée et lorsqu’on vous apporte des éléments qui vous contredisent, vous affirmez simplement qu’ils n’existent passmiley

      Moi je ne discute pas sur des bases pareilles, ça n’a aucun intérêt, adieu.


    • vote
      maQiavel maQiavel 3 juillet 11:58

      @Joe Chip

      Ah, pendant que j’écrivais mon post, le tien est arrivé. Je te souhaite bonne chance avec lui, moi j’en ai déjà fait l’expérience donc j’arrête là.


    • vote
      Joe Chip Joe Chip 3 juillet 14:05

      @ezechiel

      Et sur les "tanneries de peaux humaines" :

      https://clio-cr.clionautes.org/un-detail-inutile-le-dossier-des-peaux-tannees.html

      Bref une rumeur de guerre exploitée par les thermidoriens pour "charger" les jacobins puis reprise par les royalistes.


    • 2 votes
      pegase pegase 3 juillet 14:15

      @maQiavel
      -
      On ne peut pas parler de la révolution française sans parler d’Étienne Clavière, un agent anglais instigateur de la révolution française, où alors vous zappez 99% de l’histoire ...

      Ce n’est pas du complotisme, ça se faisait dans les deux sens, la France intriguait aussi pour déboulonner la couronne Britannique des Indes et d’autres colonies ... Et puis il y a eu la guerre de sept ans (1756-1763), donc peu de temps avant, première guerre mondiale selon certains historiens, démontrant un réel antagonisme entre les deux plus grandes puissances de l’époque, France et Angleterre ...

      J’établis juste le contexte qui a mené à cette pseudo révolution ...

      Voir cette très intéressante vidéo sur les "causes cachées de la révolution française" ...
      https://www.youtube.com/watch?v=v3Jj7Xc-_04&feature=emb_logo

      Étienne Clavière fut en 1790 à l’origine de la création des assignats, de la fabrication de faux assignats, et devint ministre des Finances, une première fois imposé à Louis XVI jusqu’à sa révocation le 12 juin 1792, une seconde fois d’août 1792 dans le ministère girondin jusqu’à leur chute le 2 juin 1793 ...

      Le bilan de ses ministères fut désastreux. Il avait notamment détourné près de deux millions lors de la liquidation de la Compagnie d’assurance sur la vie, et une somme au moins égale de la Caisse d’Escompte et il est probable qu’une partie importante de ces sommes servirent à financer des missions occultes à l’étranger, surtout en Angleterre. Il participa aussi largement aux trafics des barons de Breteuil et de Batz, qui alimentaient les caisses des Émigrés à partir des fonds publics. Enfin, il faut noter qu’une des plus grosses fabriques de faux assignats de l’époque se trouvait près de chez lui à Suresnes.

      Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_Clavi%C3%A8re

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Sept_Ans


    • 1 vote
      pegase pegase 3 juillet 14:20

      @maQiavel
      -
      Ce n’était pas une révolution, c’était une guerre tout court ...

      Olivier Bouzy (historien) détermine la fin de la guerre de Cent ans à cette époque là, soldé par notre défaite ... avec toutefois un court hoquet sous Bonaparte ...


    • 3 votes
      maQiavel maQiavel 3 juillet 14:40

      @pegase

      Nan mé stop. Je ne dis pas que votre anglais là n’a pas existé mais réduire 99 % de la révolution française à ses instigations … je ne sais même pas quoi dire… ah si : "vous avez raison" et "bonne journée".


    • 3 votes
      Joe Chip Joe Chip 3 juillet 15:22

      @pegase

      Franchement ne te sens surtout pas obligé de venir troller tous les échanges "sérieux" sur l’histoire.


    • 1 vote
      ezechiel ezechiel 4 juillet 01:55

      @Joe Chip "Ce serait bien une des rares fois dans l’histoire où un salaud aurait eu conscience à ce point de la portée symbolique de ses actes au moment même où il les accomplissait, au point de les assumer, de les décrire et d’en témoigner pour la postérité tout en les théorisant. "

      Tuer des impurs, c’est une fierté, c’est tout à fait assumé par les révolutionnaires, c’est même leur but, créer un Monde Nouveau en exterminant le Monde de l’Ancien Régime !
      C’est validé par la "loi d’extermination" du 1er octobre 1793, votée par la Convention nationale pendant la période appelée la « Terreur » durant la Révolution française, qui permet d’éliminer tout ceux qui s’opposent à la république.


    • vote
      Joe Chip Joe Chip 2 juillet 12:09

      Source :

      https://www.facebook.com/lvslmedia/posts/981858765608324

      La publication des liens que les "rédacteurs" du site utilisent pour leurs "articles" devrait être obligatoire, ne serait-ce que pour créditer les vrais auteurs des textes et des vidéos qui ont fait le travail. 

      Je rappelle que ces pratiques sont contraires aux règles du site : 

      https://www.agoravox.tv/ecrire/ ?

       Proscrivez tout contenu injurieux, outrancier, haineux (raciste, sexiste, homophobe) et commercial
      - Ne copiez pas de textes dont vous n’êtes pas l’auteur, même traduits d’une autre langue, sans l’accord de l’auteur
      - N’utilisez pas de photos qui ne sont pas libres de droits ou dont vous n’avez pas l’autorisation de publication par l’auteur
      - Ne faites pas d’article trop long, trop court, ou incomplet (qui renvoie sur une page externe pour lire la suite)
      - Vérifiez la véracité de vos affirmations
      - Citez toutes vos sources
      - Faites des citations courtes 


      • vote
        Quasimodo 5 juillet 15:45

        La devise de notre république : Liberté - Egalité - Fraternité est une grosse arnaque , il faudrait la remplacer par 1- Fraternité , 2-Egalité , 3 -Liberté ....



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès