• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Gilets jaunes : Débat Le Média

Gilets jaunes : Débat Le Média

On les croyait résignés. On disait la situation politique verrouillée jusqu’à la fin du quinquennat Macron. On pensait que rien ne leur ferait plus jamais battre le pavé. Ils se sont levés pourtant dans la France entière. Smicards, employés, apprentis, ils sont venus de Bretagne, des Hautes-Alpes, du Languedoc pour rappeler que la France existait encore avec son histoire révolutionnaire, qu’il y avait encore un caillou dans la chaussure du néolibéralisme mondial. Après cinq semaines de lutte sur les ronds points ou dans les beaux quartiers de la capitale, que vont faire les Gilets Jaunes ? Comment peser sur le pouvoir lorsque celui ci est décidé à ne céder que des miettes et ce après une répression d'une violence inouie ? Doivent-ils se structurer politiquement, lancer des listes européennes ? 

Invités :

  • Emmanuel Todd, historien, démographe
  • Jean-François Barnaba, gilet jaune
  • Geoffrey Denis, gilet jaune, fonctionnaire territorial
  • Sophie Wahnich, historienne spécialiste de la Révolution française
  • Eliot Donz, gilet jaune, étudiant en bijouterie, originaire de La Réunion

https://www.scribd.com/document/394450377/Les-revendications-des-gilets-jaunes

Pour éclairer le mouvement des gilets jaunes à la lumière de l’histoire très récente des mobilisations populaires, « La grande H. » reçoit Ludivine Bantigny, historienne de Mai 68 et de la société française depuis les années 1980, spécialiste aussi de l’histoire contemporaine de la jeunesse et des femmes. Tout en soulignant les spécificité de chacun des contextes historiques, L. Bantigny met en lumière les nombreux liens et similitudes entre les événements de 1968 et ceux que nous vivons actuellement. Dans les deux cas, les mobilisations ont suscité une politisation (en apparence) soudaine de populations qui pouvaient sembler jusque là résignées ou passives. Des revendications matérielles précises, liées aux conditions de vie et aux conditions de travail, ont débouché sur une critique générale et radicale de la représentation politique et sur l’exigence de démocratie réelle. Le mouvement de 2018 tire peut-être des leçon de l’expérience de 1968 et d’autres moments de lutte depuis cette date en maintenant une profonde méfiance à l’égard des porte-paroles. Contrairement à celle de Mai 68, la mobilisation actuelle ne s’appuye pas, pour l’instant, sur la grève, et n’est pas clairement soutenue par les centrales syndicales, même si des sections locales ou sectorielles sont souvent engagées dans la lutte. Ludivine Bantigny revient aussi sur l’histoire des mouvements de protestations et leurs effets depuis 1968, en particulier sur les manifestations de 1986 contre la loi Devaquet et sur celles – accompagnées de grèves – de 1995 contre le « Plan Juppé ». Elle rappelle aussi que, comme dans le cas de Mai 68, le déclenchement du mouvement des gilets jaunes a été précédé de toute une série de mobilisations, des grandes manifestations contre la loi El Khomri en 2016 à une longue série de luttes localisées. La montée des violences policières est très nette depuis le quinquennat de François Hollande : si la mort de Malik Oussekine, tué par la police en 1986, et la protestation massive qui s’en est suivie ont ouvert une période de relative modération de la part des forces de l’ordre, la politique de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve a inauguré une stratégie de la brutalité dont la mort de Rémi Fraïsse a Sivens a été l’effet le plus marquant (sans grande réaction de la part de la classe politique), et dont les violences disproportionnées infligées aux gilets jaunes constituent clairement la continuation. L’entretien avec de Ludivine Bantigny avec Julien Théry est suivi par une longue discussion avec le public.

Tags : Politique Fiscalité Justice Retraites Prospective et futur Médias Précarité Travail Liberté d’expression Monnaie Emmanuel Todd Finance Emmanuel Macron Gilets jaunes




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    




    • 1 vote
      Vraidrapo 22 décembre 2018 00:30

      Le germe de cette Crise sociale a été instillé dans la conception de l’UE.

      On nous rebat les oreilles à longueur d’antenne avec La Démocratie cependant lorsque Elle a été mise à mal, les thuriféraires du système se sont bien gardés de se révolter.

      Maastricht puis le Referendum de la Constitution en 2015en sont les exemples flagrants.

      On peut considérer que le mouvement des Gilets Jaunes d’aujourd’hui n’est que le Rattrapage, a posteriori, d’occasions manquées lorsque l’expression populaire a été bafouée. Cette vague de protestation a toute légitimité d’autant plus que la dernière présidentielle a été émaillée de manœuvres évidentes tant concernant l’Affaire Fillon que le financement occulte de µicron...

      Les Media (Guignols etc..) ont ridiculisé De Villiers lorsqu’il s’élevait contre Maastricht. Le renfort de Pasqua aux multiples casseroles n’a fait qu’ajouter à sa décrédibilisation.. Quel Gâchis mais quel gâchis !

      Et aujourd’hui, le moyen de faire marche arrière quand on voit le mal des Anglais qui ne sont pourtant pas dans l’Eurozone... ???

      Lorsque les Teutons décideront, eux, de quitter le navire sans crier gare... attention aux remous !

      La génération qui suit n’est pas dans la merde, je pense !


      • 4 votes
        manolo79 22 décembre 2018 10:01

        c est bizarre dans cette emission d un media qui se demarque des "medias", pas de RIC dans la liste des revendications GJ. Qu on devait voir dans un 1er slide mais on n a eu que 2 fois le slide ne parlant que, de ce qu ont obtenu les GJ. Pas de RIC, un invité sur une liste ue pour les prochaines.. élections, quelques jeunes GJ.... Ce media est un media de plus, le contenu de cette emission se voulant a la pointe de l information GJ est médiocre et sert une orientation des idées a vomir.


        • vote
          Belenos Belenos 25 décembre 2018 09:42

          @manolo79
          Il est beaucoup question du RIC et d’une manière très intéressante dans ce débat. Vos critiques ne sont pas justifiées. 


        • 2 votes
          ged252 22 décembre 2018 11:46

          Emmanuel Todd est une ordure, dans un débat avec Hervé eE Bras, ils se réjouissaient tous les deux, du remplacement de population ;

          .

          Il voit ce remplacement de population comme une victoire personnelle.


          • 1 vote
            Belenos Belenos 25 décembre 2018 09:43

            @ged252
            "Emmanuel Todd est une ordure"

            Non et cette insulte ne fait pas avancer le débat.


          • vote
            cypfor 22 décembre 2018 15:15

            Pourquoi interroger ce Barnaba qui depuis dix ans touche 2500 euros par mois payés par nos impots ! Il prétend en souffrir, qu’attend t il pour trouver un salaire avec travail efffectif, pour moins souffrir ?

            Retraité agricole, ma retraite est de 870 euros, veut il échanger ?


            • 1 vote
              Belenos Belenos 25 décembre 2018 09:49

              @cypfor
              Pourquoi interroger ce Barnaba qui depuis dix ans touche 2500 euros par mois payés par nos impots ! 

              Parce que c’est la meilleure manière de le faire travailler utilement au bien commun. Il parle avec intelligence, sa présence est précieuse. 


            • vote
              simplesanstete 22 décembre 2018 23:51

              Bref, trêve de blabla gôchiasse, y aura t’il UN front national face au casino cosmopolite en 2019 ? Les GJ sont paralysés & paralysants pour le moment, merci à l’éducation nation nulle et tous ses profs déprimés par la fabrique de crétins narrativants. / Mac(r)on & sa fine équipe roulent sur du velours. J’ai sonder les GJ sur mon rond point ils se croient encore en 40, le mot NATION est un gros mot et se perdent dans des doléances purement sociétales !


              • vote
                katarmor 23 décembre 2018 15:24

                @simplesanstete
                Il est vrai qu’en 1940 le Front National n’avait pas du tout le même sens qu’aujourd’hui ! Auriez-vous trop fréquenté les profs déprimés de l’Education nulle ?


              • vote
                Vraidrapo 23 décembre 2018 12:09

                Après avoir fait le tour de quelques Articles (commando policier d’exfiltration d’Eric Drouet, complicité Talonnettes-µicron, tache d’huile des Gilets Jaunes à l’Étranger...) et des commentaires...

                A la place de la famille Roteuch, parrain de µicron, j’aurais l’intelligence de lâcher en douce une petite centaine de Milliards d’Euros dans le Budget de l’État pour un sursis du statu quo social, le temps d’un quinquennat, elle a amplement l’opportunité de se refaire à partir du socle de dizaines de milliers de Milliards dont elle dispose... Un peu voir ce que vont faire ces "gens" et quand ils vont le faire !!



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès