• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La France et la Covid
#43 des Tendances

La France et la Covid

En cette rentrée, après la lecture du dernier ouvrage de Jonathan Sturel, je tenais à partager quelques réflexions sur les conséquences de l'épidémie en France : restriction de nos libertés, crise économique, atomisation des individus, surveillance numérique, etc. Tous ces facteurs, que nous observions depuis plusieurs années en France, se mettent en place, telles de nouvelles normes unanimement acceptées, depuis le 16 mars 2020. Avons-nous vraiment le choix ?

L'ouvrage "Coronavirus, autopsie d'un désastre politique" est remarquable : grâce à une analyse minutieuse des prises de paroles (Sybeth Ndiaye, Agnès Buzin, Olivier Veran, Emmanuel Macron, etc.) et du traitement médiatique de l'information en période de crise sanitaire, Jonathan Sturel met en exergue la somme de contradictions et de mensonges servies, pendant des mois, aux Français dans l'unique but de dissimuler l'incapacité des dirigeants à assumer une situation de telle ampleur... dont les proportions ne sont pas seulement justifiées par cette négligence, mais par le fonctionnement d'un système tout entier qui repose sur ces mêmes méthodes de manipulation, de dissimulation et d'infantilisation du peuple, la République des Lumières. Le monde de demain, après le Covid-19, pourra-t-il ressembler à celui d'avant ? Contrairement à ce qui était annoncé, à savoir que "pour la première fois dans l'Histoire la santé des hommes passe avant l'économie", l'étau se resserre pour les Français : le coronavirus est un prétexte bien trouvé...

La chaîne de Jonathan Sturel :

https://www.youtube.com/user/TheClaren86

Tags : Covid-19




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 17 septembre 01:41

    Le problème avec la p’tite c’est qu’il faut enlever l’ultracatho et l’anti-république pour retrouver de l’info.


    • 1 vote
      Yakaa Yakaa 17 septembre 11:01

      @sls0
      Pourtant elle est de pus en plus maquillée comme une actrice de films... "pour adultes", ce qui devrait vous plaire... smiley




    • vote
      sls0 sls0 17 septembre 12:15

      @Yakaa
      J’aurais dit maquillée comme une voiture volée 
      On a pas les mëmes idées en tête.
      Faites attention à vos projections, ici vous ne faites qu’indiquer vos habitudes sexuelles.
      Si on a une vie sociale, on a pas besoin de pâles copies que sont les filmes pornos.


    • 1 vote
      Étirév 17 septembre 09:42

      Le Covid-19, la démocratie, l’agenda mondialiste et ses « lumières »
      « il serait indispensable, disait déjà Marquis de La Fayette, d’être renseigné avec certitude pour redresser la politique et la débarrasser de l’abjection qui la mine en menant le monde à la débâcle »
      Effectivement, rappelons jusqu’à ce que tout le monde en est pleinement conscience, qu’après 1789, la France est passée d’une monarchie qui avait pour contre-pouvoirs tous les corps intermédiaires, à une oligarchie financière dénuée de tout contre-pouvoirs, le tout sous le vocable trompeur de démocratie, « vêtement » dont se pare le pouvoir, depuis, sous le prétexte qu’existe une représentation populaire, représentation qui est, dans les faits, c’est-à-dire concrètement, non pas populaire mais contrôlée par des partis politiques sous influence des puissances d’argent.
      De plus, René Guénon précise que définir la « démocratie » comme le gouvernement du peuple par lui-même, est une impossibilité, une chose qui ne peut pas même avoir une simple existence de fait, pas plus à notre époque qu’à n’importe quelle autre car il est contradictoire d’admettre que les mêmes hommes puissent être à la fois gouvernants et gouvernés, parce qu’un même être ne peut être « en acte » et « en puissance » en même temps et sous le même rapport. Il y a là une relation qui suppose nécessairement deux termes en présence : il ne pourrait y avoir de gouvernés s’il n’y avait aussi des gouvernants, fussent-ils illégitimes et sans autre droit au pouvoir que celui qu’ils se sont attribué eux-mêmes.
      Mais la grande habileté des dirigeants dans le monde moderne, ajoute t-il, est de faire croire au peuple qu’il se gouverne lui-même ; et le peuple se laisse persuader d’autant plus volontiers qu’il en est flatté et que d’ailleurs il est incapable de réfléchir assez pour voir ce qu’il y a là d’impossible. C’est pour créer cette illusion qu’on a inventé le « suffrage universel » : c’est l’opinion de la majorité qui est supposée faire la loi ; mais ce dont on ne s’aperçoit pas, c’est que l’opinion est quelque chose que l’on peut très facilement diriger et modifier ; on peut toujours, à l’aide de suggestions appropriées (sondages par exemple), y provoquer des courants allant dans tel ou tel sens déterminé.
      Toute élévation du type humain demande un régime aristocratique. La démocratie avilit en abaissant les bons, c’est une tyrannie qui s’exerce par un mouvement de traction morale, de bas en haut ; elle fait descendre, elle empêche les meilleurs de s’élever, elle abat les têtes qui dépassent le niveau des médiocres, empêchant ainsi l’éclosion des types supérieurs, elle supprime le respect, rend les petits, les médiocres insolents.
      Ce n’est donc pas pour rien que « démocratie » s’oppose à « aristocratie », ce dernier mot désignant précisément, du moins lorsqu’il est pris dans son sens étymologique, le pouvoir de l’élite. Celle-ci, par définition, ne peut être que le petit nombre, et son pouvoir, son autorité plutôt, qui ne vient que de sa supériorité intellectuelle, n’a rien de commun avec la force numérique sur laquelle repose la « démocratie », dont le caractère essentiel est de sacrifier la minorité à la majorité, et aussi, par là même, la qualité à la quantité, donc l’élite à la masse.
      Ainsi, le rôle directeur d’une véritable élite et son existence même, car elle joue forcément ce rôle dès lors qu’elle existe, sont radicalement incompatibles avec la « démocratie », qui est intimement liée à la conception « égalitaire », c’est-à-dire à la négation de toute hiérarchie : le fond même de l’idée « démocratique » c’est qu’un individu quelconque en vaut un autre, parce qu’ils sont égaux numériquement, et bien qu’ils ne puissent jamais l’être que numériquement. Une élite véritable ne peut être qu’intellectuelle, et c’est pourquoi la « démocratie » ne peut s’instaurer que là où la pure intellectualité n’existe plus, ce qui est effectivement le cas du monde moderne.
      Seulement, comme l’égalité est impossible en fait, et comme on ne peut supprimer pratiquement toute différence entre les hommes, en dépit de tous les efforts de nivellement, on en arrive, par un curieux illogisme, à inventer de fausses élites, d’ailleurs multiples, qui prétendent se substituer à la seule élite réelle ; et ces fausses élites sont basées sur la considération de supériorités quelconques, éminemment relatives et contingentes, et toujours d’ordre purement matériel. On peut s’en apercevoir aisément en remarquant que la distinction sociale qui compte le plus, dans le présent état de choses, est celle qui se fonde sur la fortune, c’est-à-dire sur une supériorité tout extérieure et d’ordre exclusivement quantitatif, la seule en somme qui soit conciliable avec la « démocratie », parce qu’elle procède du même point de vue.
      L’égalité c’est la fin d’une race, « tous dégénérés », « tous fous », tous égaux (et masqués) dans la bêtise ou dans la bassesse c’est la suppression de la hiérarchie des esprits !
      Précisons enfin que, dans la Franc-Maçonnerie moderne, nous trouvons l’existence d’une « Maçonnerie mixte » (ou « Co-Masonry », comme elle est appelée dans les pays de langue anglaise) qui représente tout simplement une tentative de transporter, dans le domaine initiatique lui-même qui devrait encore plus que tout autre en être exempt, la conception « égalitaire » qui, se refusant à voir les différences de nature qui existent entre les êtres, en arrive à attribuer aux femmes un rôle proprement masculin, et qui est d’ailleurs manifestement à la racine de tout le « féminisme » contemporain et « progressiste », qui ne fait que remplacer ici ou là, à des postes de pouvoir, des médiocrités masculines par des médiocrités féminines.
      Pour revenir à l’actualité, et finir de comprendre le but de toutes ses manœuvres hypocrites, sachez que dans l’objectif de hâter sa prochaine disparition volontaire, les autorités politiques en charge de la France relaient avec zèle, voire même anticipent, l’agenda mondialiste (débuté avec les « lumières ») et consistant à appauvrir matériellement, physiquement et moralement la plus grande masse des gens peuplant la planète.
      Aussi, la France qui n’a aucune politique, et encore moins de politique socialiste, dans le sens « social » du terme depuis quelques années déjà, est en revanche l’un des principaux fers de lance de l’agenda globaliste.
      Ainsi, l’hystérie politique quotidienne du gouvernement « Macron » dans la gestion du covid-19, gestion totalement déconnectée de son aspect médical, en est la plus évidente démonstration.

      Plus est claire et nette la vision du passé, disait le Général de Gaulle, et plus le présent s’éclaire.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès