• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le Transhumanisme, Utopie ou dystopie

Le Transhumanisme, Utopie ou dystopie

 

L'association Contre Courant SciencesPo organise une conférence débats : Le transhumanisme : Utopie ou dystopie avec Marc Roux et Miguel Benasayag.

 

Tags : Economie Société Liberté d’expression Transhumanisme




Réagissez à l'article

124 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Alexavis 26 février 2017 16:13

    @yoananda

    Derrière le transhumanisme ce cache l’eugénisme de demain, la marque de la bête de l’apocalypse de Jean 13 arrive ou sans être connecté il sera impossible d’acheter et de vendre avec une micro puce implantée dans la main. La promesse d’un homme nouveau ou amélioré pour viser l’immortalité sera la perte de son âme pour un monde sous dictature d’une élite sans scrupule.

    Attention danger, le virage sera sans retour ...


  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 26 février 2017 20:32

    @Zatara

    C’est le problème de tout concept que l’on ne définit pas précisément, c’est flou, on ne sait pas bien de quoi on parle. La notion d’hybridation du vivant qu’a développée le second conférencier est beaucoup plus nette et précise.

     

    D’après ce que j’ai compris, l’hybridation est un phénomène (ensemble de manifestation lié à une réalité que l’on peut observer et constater par l’expérience ) alors que le trans-humanisme est une idéologie (ensemble plus ou moins cohérent des idées, des croyances et des doctrines philosophiques, religieuses, politiques, économiques, sociales, propre à une époque, une société, une classe et qui oriente l’action ).

     

    -L’hybridation est l’ensemble des transformations physiologiques et anatomiques liées à la promiscuité des technologies (invasives ou non) et procédant par une extériorisation des fonctions biologiques.

    -Le transhumaisme est l’idéologie qui nait de la prise de conscience du phénomène d’hybridation et qui préconise l’utilisation consciente et rationnelle des technologies afin d’intervenir sciemment sur l’évolution humaine.

     

    C’est un peu la synthèse des deux conférenciers. Si on est d’accord avec cette description, il est déjà beaucoup plus facile d’en parler. Ca veut dire que l’homo habilis qui a découvert le feu a bien connu un phénomène d’hybridation mais n’est pas un transhumaniste car il n’avait pas conscience des conséquences que la cuisson de ses aliments allait avoir sur son évolution biologique.

    Donc d’accord avec toi. 


  • vote
    maQiavel maQiavel 26 février 2017 22:01

    @Zatara

    -Ok, soit un pacemaker par exemple. Un outil qui permet de réparer ou de remplacer une fonction biologique. C’est une réponse humaine à une panne de la nature.

     

    ------> J’ai aussi pensé au pacemaker ou aux prothèses. Comme pour les appareils auditifs, il y’a certainement un processus d’hybridation.

     

    -Donc, à la place de la réparation d’un élément de la "nature", pour le faire durer (n’y voit aucune prise de position, juste une tentative maladroite de description la plus neutre possible), il s’agit ici de dépasser les limites naturelles à l’aide d’une ingénierie dédié dans une optique d’amélioration de l’homme 

     

    ------> Voilà.

     

    -Alors je sais après on va nous dire que c’est dans une logique de "réparation", afin d’éviter les maladies tout au long de sa vie, voir consolider les os pour avoir moins de fractures, voir d’améliorer le cerveau pour que son gosse est toujours la moyenne à l’école.... put, des barres....le degré de connerie qu’il faut se manger pour en arriver à un postulat pareil.....

     

    ------> Mais attention : le dopage, les suppléments vitaminés (sauf pour les carencés), les protéines de substitution etc., ce n’est pas de la médecine de guérison. Il s’agit bel et bien d’une médecine d’augmentation.

    On ne peut pas confondre les deux types de médecine à mon humble avis. La première existe pour pallier à un dysfonctionnement alors que la seconde a pour objectif d’augmenter les facultés.

     


  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 26 février 2017 22:25

    @Zatara

    Ouais et les chinois ont des migraines … smiley

     

     


  • 1 vote
    Photon1976 24 février 2017 19:05

    J’ai trouvé cette vidéo hyper intéressante, je ne connaissais pratiquement rien du transhumanisme à part peut-être une version congelée réduite googlienne à la Demolition Man smiley.
    La partie sur les soldats augmentés ; je fais facilement faire le parallèle avec les soldats américains durant la guerre du Golfe (par exemple) qui étaient pour ainsi dire augmentés temporairement avec des produits dont la fureur des séquelles futures n’avaient d’égale que leur patriotisme exacerbé...
    Alors avec un pays tout entier derrière eux et prêts à mourir pour lui, peut-on dire que ces soldats étaient libres de leur choix ?
    Selon moi, que ce soit par procédé médicamenteux, génétique ou bionique..., tout pays ayant la possibilité d’améliorer les performances de ces combattants le fera et ces derniers accepteront par amour du drapeau et un peuple patriotique derrière smiley 


    • 2 votes
      izarn 24 février 2017 21:59

      Transhumanisme ? Déja tu es mort de rire...
      Il veut transcender quoi le mec avec ses petits neurones ?
      Tu sens le gros Attali et son gouvernement mondial...
      Dieu a dit : Si tu te prends pour ma gueule, tu vas en chier !

      Transhumanisme : L’art de se faire enculer...Ca fait transgenre, tu vois ?

      On te coupe la bite pour devenir femme ou l’inverse....

      T’es déja chez les tarés de la dernière heure....C’est du lourdingue.

      T’appelle le psy, tu prépares la camisole de force...Voir le goulag...

      C’est pas con le goulag...Ou le travail aux champs de Mao.

      Histoire que le mec arretes la dope...Ca calme.

      Bon j’ai pas vu la vidéo, mais je sens que c’est mal barré...Déja SciencesPo, c’est du lourd...

      Transhumanisme...ouaffhahahahha ! smiley

      Déja, bon....Je vais oser, mais je me sacrifie....


      • vote
        izarn 24 février 2017 23:16

        @izarn
        Il me semble que Miguel est plus proche de mes idées sur le sujet...


      • 4 votes
        gaijin gaijin 25 février 2017 11:31

        le transhumanisme en tant que projet ou philosophie c’est de la merde en branche il y a quelques décennies on se branlait l’esprit avec les voitures volantes la conquète de l’espace etc résultat on est toujours là a ne pas comprendre que la pensée linéaire est une illusion ...............
        essayons déjà de comprendre un peu l’humain et ensuite on reparlera d’un transhumanisme possible .....( ou pas smiley smiley )
        le transhumanisme en tant que réalité c’est autre chose l’individu connecté a la machine et dont le comportement est dicté par des algorithmes est déjà là sans comprendre que plus il y a de machine moins il y a d’humain .......


        • 1 vote
          Carmela Carmela 25 février 2017 17:26

          @gaijin

          Bonjour Gaijin,

          "essayons déjà de comprendre un peu l’humain et ensuite on reparlera d’un transhumanisme possible ...."

          J’ai envie de vous répondre par cette citation de William Shakespeare  :

          " - Tant pis si les fous ne peuvent parler sensément des folies que font les hommes sensés."  smiley

          Et ...

          A l’inverse de l’humain augmenté et de la pseudo-race des seigneurs humano-ides en fabrication sur $martphone en chaine, il me parait essentiel de sur-investir ces champs ci dessous si l’on veut sauvegarder notre humble nature humaine :

          "

          •  -Organiser et développer la redécouverte de la nature par tout public.
          • -Contribuer à la préservation des espèces végétales, animales et des populations d’insectes et oiseaux pour l’équilibre des écosystèmes.
          • -S’efforcer de redéployer les connaissances populaires et les « savoirs » traditionnels qui permettent aux populations d’utiliser la nature sans la détruire.
          • -Organiser la redécouverte et l’utilisation de plantes, techniques anciennes et récentes naturelles auprès de tous les publics
          • -Promouvoir des actions pédagogiques pour l’apprentissage de l’autonomie 
          • -Harmoniser son action avec les organismes publics ou privés qui poursuivent le même but "

          C’est bien ce qui se fait à l’heure actuelle, non ?

          Nous pouvons donc garder espoir sur l’avenir de l’humanité pour un peu que les grandes orientations transhumanistes soient elles aussi déviées et redirigées vers le bon sens commun ...c’est à dire, un bon contrat social revisité avec interdiction d’innover dans les téls portables ! smiley

          Sans oublier la première étape clé de cette année 2017 : rejoindre l’UPR

           smiley


        • vote
          crow le celte 25 février 2017 12:16

          Aller contre le transhumanisme c’est aller contre le bon sens. Nous le vivons depuis le premier silex. Le problème c’est que le flouze des grosses structures privées qui l’organisent actuellement, ne profite qu’à une petite élite ayant plus de droits que leurs adorateurs, càd nous pour la plupart
          Il y a fort longtemps, une découverte était partagée sans "contre-partie" pour la simple survie du clan, puis il a eu l’échange de "bons procédés" lors d’une démographie plus importante au km², à l’heure actuelle de la virtualité programmée on accède à la vente subjuguée et ça vous inquiète seulement maintenant ?...Youpiiii ! (C’est un signe d’expression ironique qui n’existe pas dans les émoticônes).


          • 2 votes
            Carmela Carmela 26 février 2017 08:46

            @yoananda

            Bonjour,

            "Le transhumanisme n’est pas un sujet annexe, il est le coeur même des problèmes actuels. Nous sommes en train de détruire la nature, pour la première fois, à l’échelle planétaire (on l’a souvent fait à l’échelle locale, on a de l’entraînement) parce que notre hybris technologique nous le permet.
            La mégamachine est en train de nous digérer."

            Excellent résumé qui doit être dit et répété... jusqu’à ce que ces nécessités biologiques et vitales à notre survie sur terre soient prises en compte par tous les cerveaux non dénaturés y compris chez tout parti politique... et l’agriculture familiale et paysanne qui en porte le substrat initial en est la figure de proue...

            Quand aux cerveaux malades, ils viennent de prendre de nouveau un tour d’avance sur nos réalités par l’accord du CETA en UE... smiley

            Il y a urgence en notre maison !

            Bonne journée à vous,


          • vote
            maQiavel maQiavel 26 février 2017 21:37

            J’ai terminé la conf et c’est la première fois que j’écoute exposé plus ou moins clair sur le transhumanisme. De par ma formation académique, je connais un peu l’impact des technologies sur la biologie humaine mais je n’avais jamais compris clairement ce qu’était le transhumanisme , c’était très flou dans mon esprit jusqu’à ce que j’écoute cette conférence , donc grand merci du partage.

             

            Mais j’ai une question : pourquoi est ce que le transhumanisme serait « mal » ?

             

            Quand j’écoute ce qui est dit du transhumanisme, j’ai l’impression qu’il n’existe que deux façons de s’y opposer de façon cohérente : par la critique religieuse et par la critique anarchiste !

             

            Mais dans des sociétés anthropologiquement libérales dans lesquelles il est communément admit que l’individu préexiste à la société qui ne lui apparaît que comme le résultat d’une association volontaire entre individus essayant de maximiser leurs propres intérêts, individu auquel on ne peut imposer d’autres règles que celle de ne pas violer la liberté des autres , quelles critiques peut –on faire du transhumanisme ?

            Si je dis : je suis libre de disposer de mon corps et donc de l’augmenter comme il me plait, que me répondrez-vous pour m’en empêcher ? Comment justifierez-vous la contrainte que vous exercerez sur moi ? 

             

            Je joue à l’avocat du diable mais ça me parait important …

             

            .

             


            • vote
              Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 février 2017 21:42

              @maQiavel
              "Je n’avais jamais compris clairement ce qu’était le transhumanisme , c’était très flou dans mon esprit jusqu’à ce que j’écoute cette conférence."

              Dans ce cas, pourriez-vous m’en donner une définition claire, si possible en une phrase ?   smiley


            • 2 votes
              Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 février 2017 21:46


              Je viens de voir que vous en donnez une définition plus haut (que je raccourcis) : "Le transhumanisme est l’idéologie qui préconise l’utilisation consciente et rationnelle des technologies afin d’intervenir sciemment sur l’évolution humaine."


            • vote
              maQiavel maQiavel 26 février 2017 23:00

              @Zatara

              Ouais , la religion pourrait l’interdire (et je rajoute aussi certains courants anarchistes pour les mêmes raisons qu’ils pourraient interdire la propriété privée ).Mais l’éthique médicale, je ne vois pas en quoi.

               

              https://www.conseil-national.medecin.fr/le-serment-d-hippocrate-1311

               


            • vote
              maQiavel maQiavel 26 février 2017 23:05

              @Zatara
              Oui , c’est possible. Et ? 


            • 1 vote
              jean mouche jean mouche 26 février 2017 23:09

              @maQiavel

              Mais j’ai une question : pourquoi est ce que le transhumanisme serait « mal » ?

               Le transhumanisme est mauvais car il va détruire la nature dans des proportions inédites. En coupant l’homme de la nature par le truchement de la machine il abolira ce petit reste de vergogne qui fait qu’il existe des barrières légales au saccage de l’environnement : Parcs naturels, lois littorales, espèces protégées .

              C’est aussi une disparition du fait de faire appel à son instinct et à sa raison en ayant recours à l’informatique pour tout questionnement, surtout si des microprocesseurs sont implantés directement dans le cerveau. Bien qu’en fait, pas besoin d’implanter puisque 90% des gens payent pour être pucés avec leur téléphone "intelligent à leur place"

               A terme, les derniers ilots où vivront les bio-conservateurs seront envahis pour accaparer leurs ressources naturelles restantes ainsi que leur "matériel génétique*", ou encore par simple mesure d’hygiène.

              * Pour tenter de régénérer une procréation artificielle qui sera à bout de souffle.

              C’est ce que je crains pour l’avenir, en attendant cette guerre ultime je taille des montagnes de silex en mâchant de la viande crue.



            • vote
              maQiavel maQiavel 26 février 2017 23:32

              @jean mouche

              Sur le lien entre écologie et transhumanisme voilà un article de Marc Roux qui traite de la question :

               

              « Tout d’abord, d’un point de vue technoprogressiste, il n’y a pas de contradiction nécessaire entre pensées transhumaniste et écologiste. Au contraire, des transhumanistes conséquents ne peuvent être qu’écologistes. Cela étant précisé, qu’est-ce qu’un transhumanisme technoprogressiste peut bien proposer en termes d’action pour aider à affronter les crises écologiques ? Le meilleur argument des transhumanistes me paraît être celui qui signale qu’un allongement radical de la durée de vie en bonne santé des populations est un facteur d’abord de décroissance démographique à long terme, puis, par conséquence, un facteur de diminution des consommations de tous ordres. De plus, il s’avère que les technologies qui pourraient permettre cette marche vers « l’amortalité » (génomique, thérapies géniques, médecine régénérative, …) ne sont ni les plus improbables, ni les plus coûteuses. L’article sur la Décroissance cité plus haut envisage aussi d’autres pistes plus spéculatives par lesquelles des pratiques transhumanistes pourraient contribuer à diminuer l’empreinte écologique humaine. Combinée à un effort politique et social pour nous libérer de nos modes de surconsommation, une « amélioration morale » ou mentale (moral enhancement), par la technique, pourrait nous aider à nous débarrasser de la tentation consumériste et de la fascination pour l’Avoir.

              Par ailleurs, les transhumanistes sont en faveur de progrès rapides en ce qui concerne les énergies renouvelables, l’efficience énergétique et le stockage de l’énergie. Les transhumanistes n’hésitent pas à envisager de permettre à certains de leurs congénères d’adapter leur biologie à d’autres planètes ou même au milieu sidéral [8]. Ne serait-il pas raisonnable de commencer en apprenant à nous adapter aux nouvelles conditions de vie dans notre propre maison ? »

              http://transhumanistes.com/transhumanisme-et-ecologie/


            • vote
              maQiavel maQiavel 26 février 2017 23:43

              @jean mouche

              Sur la disparition du fait de faire appel à son instinct et à sa raison , un autre article de Marc Roux : « De l’amélioration morale  ». 


            • vote
              maQiavel maQiavel 26 février 2017 23:44

              @Zatara
              Peut être. Et ? 


            • 1 vote
              jean mouche jean mouche 27 février 2017 00:10

              @maQiavel

              Le meilleur argument des transhumanistes me paraît être celui qui signale qu’un allongement radical de la durée de vie en bonne santé des populations est un facteur d’abord de décroissance démographique à long terme, puis, par conséquence, un facteur de diminution des consommations de tous ordres.

               J’arrive pas à avaler cet argument, pourquoi une personne qui sait qu’elle va atteindre les 150 ans en bonne santé ne ferais pas plus d’enfants, car elle pourra vivre plus longtemps avec ses enfants, voir jouer au foot ou aller pogoter en concert avec ses arrières-arrières-arrières petits enfants.

              C’est aussi la possibilité de monter une armée de son vivant par la procréation, tout homme pourrait pousser la démesure en aillant autant d’héritier qu’un roi d’arabie.

              Sur la consommation, un petit vieux au soir de sa vie réduit naturellement sa bouffe, ses sorties, ses voyages... sa consommation, le grabataire voilà un vrai décroissant (même si big pharma à décidé de lui faire bouffer 6 cachetons par jour plus ou moins de son plein gré.)

              Quid de monsieur super-augmenté du bulbe, le gars vers sa centième année voit qu’il lui reste 50 ans en bonne santé, et c’est parti pour les voyages, la grande bouffe, les bagnoles et surtout faire du business pour maintenir un train de vie donc amocher de plus en plus la planète.

              C’est de la pensée magique.

              L’europe va mal, il faut plus d’europe. Le système communiste est un échec, c’est parce qu’il n’était pas assez communiste.

              Le transhumanisme va nous foutre dans la merde, mais le transhumanisme va trouver les solutions avec des supers lingettes augmentées biodégradables qui sortiront d’un anus augmenté... Augmenté en diamètre surtout.

              Combinée à un effort politique et social pour nous libérer de nos modes de surconsommation, une « amélioration morale » ou mentale (moral enhancement), par la technique, pourrait nous aider à nous débarrasser de la tentation consumériste et de la fascination pour l’Avoir.

              Mon oeil, si on veut éviter la surconsommation ont fait lois pour interdire de vendre des merdes au motifs que c’est des merdes.

              Une fois encore c’est la pensée magique, on rêve tous d’une prise de conscience planétaire de la population pour moins polluer et être tous plus gentils.

              C’est de la pensée magique de croire que le tranhumanisme va être la source de cette improbable prise de conscience. Le but des grosses firmes sera toujours de vendre le plus de merdes inutiles possibles.

              Je vais aller dormir mais on peut continuer la conversation demain soir.


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 00:10

              @yoananda

              Le mal n’est pas un concept judéo- chrétien, c’est un concept moral et donc humain même si tous les humains ne l’évaluent pas de la même façon.

              Sinon, pourquoi le fait que le transhumanismene ne soit pas attaquable rationnellement serait un problème ? 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 00:29

              @Zatara

              -C’est proprement ahurissant de voir que cela s’érige sans le moindre esprit d’analyse dans une espèce de nouvelle religion....

              ------> Pour la route : « Transhumanisme et religion ». smiley

               

               

              -Un comité d’éthique digne de ce nom ne prendrait le risque de suspendre la santé de ses ouailles à un facteur purement technologique et/ou industriel sans qu’aucun retour à la "normal" ne soit possible

               

              ------> Bien sur que si, ça correspond à la délégation des fonctions biologiques qui est discuté dans cette conférence. Nous avons délégué une partie de nos fonctions digestive au feu , premier saut technologique du genre Homo. Ou est le problème ? On pourrait très bien déléguer d’autres fonctions, je ne vois pas en quoi cela poserait problème à un comité éthique puisque des technologies sont là pour prendre le relais…  smiley

               

              @jean mouche

               

              On peut bien évidemment être en désaccord avec ce qu’écrit Marc Roux  , par exemple concernant le lien sur l’amélioration morale , je suis en désaccord radical avec lui.

              Mais on voit bien qu’il y’a débat entre des points de vue opposés , le fait que le transhumanisme soit écologiquement néfaste (ou au contraire bénéfique) n’est pas une vérité objective ,ce n’est qu’un point de vue. Donc au nom de quoi interdire à une personne de s’augmenter technologiquement ? C’est ça ma question …

               

              @yoananda

              -moi, je n’ai pas de concept de "mal", et je me suis laissé dire que les asiatiques non plus dans leur culture

               

              ------> Mais si. Et toi, et les asiatiques avez le concept de mal, c’est juste que tu ne le sais pas. smiley

               

              Ne pas faire de distinction entre le Bien et le Mal, ce serait ne pas avoir de valeurs ou de morale et ça n’existe pas chez les humains. 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 00:34

              @yoananda

               

              -C’est un problème parce que nous vivons dans un monde sous coupe réglée par la rationalité. 

               

              ------> Tu ne m’as pas compris : admettons que nous vivons dans un monde sous coupe réglée de la rationalité et que le transhumanisme ne soit pas rationnellement attaquable, en quoi est -ce un problème ?

               

              Si tu as dit que c’est un problème, c’est que tu aurais voulu au contraire que le transhumanisme soit attaquable, non ? Pourquoi ? 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 00:40

              @guepe
              Ce propos n’est pas le mien , c’est celui de Marc Roux. 

              Lui dit que le transhumanisme serait bénéfique technologiquement et donne ses arguments, vous , vous pensez qu’il serait au contraire néfaste et donnez les votre. Moi j’écoute et je constate que rien n’est sur d’un coté ou de l’autre , que c’est très intuitif et qu’on ne saura jamais réellement. 

              En ce qui me concerne , je ne pense pas que le transhumanisme soit par nature néfaste ou bénéfique à l’écologie , je crois que tout dépend du système économique en place , c’est pour moi là le facteur déterminant. Mais c’est aussi très intuitif. 

              Pour le reste , ma première question reste en suspend ...


            • 1 vote
              Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 février 2017 01:08

              @yoananda
              "Rationnellement, le transhumanisme n’est pas attaquable. C’est la tout le problème." 

              C’est exact. Il est en revanche contestable d’un point de vue magique. Mais pour cela il faut comprendre ce qu’est la magie. 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 01:15

              @guepe

              On est bien d’accord, aucune technologie est mauvaise ou bonne, c’est l’utilisation qu’on en fait qui est bonne ou mauvaise.

               

              -Franchement, tu crois que l’allongement de la vie que les transhumaniste nous promettent se vendra comme les vaccins contre la variole ? Que meme les Somaliens en profiteront ? 

              ------> Je ne crois pas du tout mais un transhumaniste pourrait me répondre que pour que les technologies bénéficient à l’ensemble des humains, il faudrait changer de système socio-économique. Et que donc, dans une économie de partage et d’accumulation, la technologie transhumaniste constituerait une chance pour l’humanité.

              On peut être en désaccord avec cet argument mais il y’a une logique. 

               

              -Le risque est de créer une super race d’hommes qui possédera des compétences supérieures à la moyenne et on peut légitimer se demander ce qui arrivera à ceux qui auront pas la chance (plutot le fric) d’en profiter. On est pret à prendre le risque ?

              ------> Voilà, ça c’est la réfutation anarchiste que je n’ai fait que mentionner plus haut. Et avec la réfutation religieuse , c’est la plus puissante à mon sens et elle légitimerait tout à fait l’interdiction de pratiques transhumanistes réclamée au nom de la liberté de disposer de son corps : la liberté sans limite , c’est la loi du plus fort ! Bien joué. smiley

              -Après, dans l’idéologie dominante, c’est vrai que je vois mal le transhumanisme etre interdit. 

              ------> Yep, il ne le sera certainement pas. 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 01:19

              @yoananda
              Le problème c’est que nous vivons sous coupe réglée de la raison

              Pourquoi serait ce un problème ? 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 01:24

              @yoananda
              Et alors ? 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 01:32

              @yoananda
              la raison est trop limitative, c’est ça le problème

              Pourquoi ce serait un problème ? Ça pourrait etre une bonne chose ou quelque chose de neutre non ? Donc pourquoi est ce un problème ? 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 01:38

              @yoananda
              C’est quoi une chose problématique à ton sens ? Que je comprenne pourquoi c’est problématique pour toi ...


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 01:53

              @yoananda

              Problématique est ce qui a le caractère d’un problème. Un problème est une difficulté mettant dans une situation pénible.

              Tu voudrais donc dire que le fait que la raison soit trop limitée est une situation pénible. Est-ce que je me trompe ? 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 03:18

              @Zatara

              Selon les hypothèses paléoanthropologiques, la cuisson a agit comme une forme de pré-digestion, l’une des conséquences a d’ailleurs été la diminution de taille du tube digestif.

              « Délégation » veut simplement dire qu’une partie des fonctions digestives n’était plus nécessaire grâce au feu , ce qui a entraîné des modifications physiologiques et anatomiques. Après que le terme « déléguation » ne te convienne pas est de l’ordre du chipotage , dans tous les cas, il y’a des tas d’autres exemples d’hybridation du fait de l’usage de technologies( invasive ou non ) qui ont pour conséquence des modifications anatomo-physiologique. C’est ça l’important. Ça nous arrive en ce moment même , c ’est un phénomène banal en quelque sorte.La différence avec le transhumanisme, c’est que ce phénomène d’hybridation est utilisé de façon consciente dans un but déterminé.

              La question, c’est pourquoi un comité d’éthique médicale s’y opposerait ? Tu me réponds qu’il ne pendrait pas le risque de suspendre les fonctions biologiques. C’est là que je te répond que ce n’est pas un problème car c’est ce qui arrive lors des processus d’hybridation (tout à fait banal). La seule différence avec le transhumanisme est que ça se fait consciemment. Donc selon moi, il n’y a aucun argument pour lequel un comité d’éthique médical pourrait s’y opposer à part un seul : l’utilisation consciente de ce processus. Mais dans ce cas, il faudrait qu’il détermine pourquoi le faire consciemment n’est pas éthique et là bonne chance. Parce que dans ce cas là, même les suppléments vitaminés ne sont pas éthiques, il faudrait donc les interdire ? Quid des boissons énergétiques ? Des protéines de substitutions ? Ça peut aller loin cette histoire d’interdiction …

              Maintenant, pour ce qui est du commerce, un transhumaniste peut te répondre que ce n’est pas la technologie le problème mais le système économique capitaliste, tu peux ne pas être d’accord mais il y’a débat. Donc, ce n’est pas un argument valide pour l’interdire.

              Pour ce qui est de considérer le corps humain comme un sous produit, c’est vrai. Mais et alors ? C’est un point de vue auquel tu t’opposes mais on peut y adhérer aussi. Bref , aucun motif d’interdiction de coté là non plus.

              Et je répète, si une personne dit : je suis libre de disposer de mon corps et donc de l’augmenter comme il me plait, pourquoi l’en empêcher ? Comment justifieras-tu le fait de la contraindre à ne pas le faire ? 


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 03:20

              @yoananda

              -Du fait de ses limitations intrinsèques la raison nous amène dans des souffrances individuelles et collectives, parfois ... importantes et parfois aussi irréversibles

              ------> Bah non, la plupart des êtres humains ne se posent pas la question des limitations intrinsèques de la raison. Ça peut bien faire souffrir certains individus, en particulier ceux qui ont des fantasmes d’omniscience mais ça reste très marginal. Sinon à quels genres de souffrances les limitations de la raison nous mènent ? Et puis en quoi la souffrance serait un problème, c’est un état qui fait partie de la condition humaine, non ? Pourquoi ce ne serait pas supprimer la souffrance qui serait un problème ? 



            • vote
              maQiavel maQiavel 27 février 2017 03:26

              Bon , je vous laisse , je lirai vos réponses demain , il me reste 3 heures pour pieuter. 


            • 1 vote
              Carmela Carmela 27 février 2017 10:59

              @maQiavel
              Bonjour maQiavel,

              Après lecture rapide je l’avoue, de votre conversation de cette nuit...et je n’ai donc peut-être pas bien suivi ni compris votre raisonnement qui ouvre à mon avis sur une conclusion "état limite" sur le transhumanisme.

              Mais votre suivi métro m’amuse et j’ose vous demander si vous ne souffrez pas un peu de surchauffe neuronale ce matin ? smiley C’est votre cerveau qui conduit le métro ? ça fait quoi comme sensations d’être incorporé à la machine ? smiley

              Parce que si on pousse le moteur encore plus loin... ce qui nous attend... c’est la disparition bien plus radicale des cerveaux au naturel et il me semble que sur ce trajet technologique, l’être que nous sommes mérite au moins d’en discuter au préalable en âme et conscience quand au devenir de notre humanité.

              Je pense aussi que tout au long de notre évolution, nous avons dû habituer nos cerveaux à être prédateur par instinct de survie. Mais aujourd’hui avec les machines, pour un peu que nous apprenions à les remettre à leur juste place et seulement comme de simples outils, nous avons cette magnifique occasion de pouvoir créer et vivre équitablement "l’abondance pour tous" sur l’ensemble de la planète.

              Je crois qu’il est très difficile pour nous de reprogrammer nos cerveau à vivre cette abondance en dehors de l’instinct de prédation et "il se situe là" tout l’enjeu du devenir de l’humanité. Apprendre l’altruisme et réussir à partager des expériences au sein d’un écosystème adapté à notre biologie naturelle. Apprendre à nous positionner différemment et sans honte au sujet de nos incomplétudes intellectuelles, parvenir à accepter la dégénérescence naturelle de nos cellules "avec savoir bien vieillir" ...et regarder, envisager la mort sous l’ angle enrichi d’un au-delà spirituel.

              Je vous souhaite aussi par la même occasion, une bonne sieste réparatrice ! smiley smiley

              A+


            • vote
              maQiavel maQiavel 28 février 2017 12:41

              @Zatara

              En fait tu expliques, que Monsanto pose un problème d’appropriation du vivant. Je suis d’accord mais c’est un problème totalement différent de l’individu qui revendique le droit pour lui-même de disposer de son corps et de l’augmenter. On pourrait très bien être transhumaniste tout en étant contre l’appropriation des semances ou de cellules humaines pour aller plus loin.

              -Pour en revenir encore et toujours à ta question de droit individuel, j’ai déjà donné l’exemple des freaks qui se customise avec 50 opérations de chir esthétique.

              ------> Je suis d’accord avec cet exemple. Et la meme question se pose :au nom de quel principe contraindre un individu à ne pas subir ces opérations ? Il fait ce qu’il veut, c’est son corps et l’usage qu’il en fait ne nuit à personne, si ce n’est à lui-même. Donc il n’y a aucun motif d’interdiction.

              Et j’ai déjà expliqué ou suggéré en quoi l’individualisme et le libertarisme sont un cheval de Troie pour s’arroger de nouveau marché.... 

              ------> Et on peut contre-argumenter facilement là-dessus.

              tout comme j’ai décrit en quoi il été dangereux (dans un cadre transhumaniste) de s’appuyer sur une technologie qui rendrait nos corps brut inapte à vivre suivant les conditions naturel, chose qu’il sait faire, de part des dizaines de milliers d’année d’entrainement, à quelques dysfonctionnement prêt...

              ------> Et j’ai répondu qu’on connait déjà de nombreux processus d’hybridation du fait de l’usage des technologies (et ce depuis des millénaires). Donc je ne vois pas de  motif d’interdiction valable sous ce prétexte.

              Après, chacun a le droit de penser que le transhumanisme est bien ou mal et le développer avec des arguments. Mais la question spécifique que je pose, c’est quels sont les arguments pour l’interdire ? 


            • vote
              maQiavel maQiavel 28 février 2017 12:46

              @Zatara

              Parce que penser qu’une pratique est mauvaise en soi n’est pas suffisant pour pouvoir l’interdire. Sinon, tout serait interdit car on trouvera toujours des gens pour dire que telle ou telle pratique est mauvaise. Pour interdire une pratique, il faut montrer qu’elle porte préjudice à la collectivité et c’est là que ça se corse en ce qui concerne le transhumanisme. 


            • vote
              maQiavel maQiavel 28 février 2017 13:25

              @Zatara

              -Qu’est ce qui empêcherait une multinationale de bloquer certaines fonctions, ou d’en abaisser discrètement les capacités si elle te voyait dans la rue, en train de manifester sur le dernier gros scandale de pollution la concernant ?? Potentiellement, c’est du temps de vie mis sous la responsabilité d’une entreprise d’un point de vue technologique voir politique.... (bon je vais loin, mais tout cela pour dire que ça ne dépendrait pas de la technique)

              ------> C’est facile, un transhumaniste pourrait te répondre que le problème n’est donc pas le transhumanisme en lui-même mais l’existence des multinationales qui pourraient avoir le monopole de ces différentes technologies. Donc, ce n’est pas le transhumanisme qu’il faut interdire mais les trusts.

              -La question pré suppose que tous les aspects du transhumanisme sont négatifs, ce qui est ridicule. Aucune chose n’est, en totalité, blanche ou noir.... 

              ------> Ah, je suis d’accord avec toi. Donc je vais préciser.

              Il faut simplement décrire quels en sont les aspects négatifs, voir extrêmement dangereux. J’ai donné l’exemple des thérapie génique.

              ------> Donc, je reprécise ma question en modifiant cet exemple : si une personne souhaite s’augmenter génétiquement en arguant du fait qu’elle est libre de disposer de son corps comme elle l’entends, au nom de quoi le lui interdire ?

              Et de façon générale : quelles sont les pratiques transhumanistes qui devraient être interdites ? Et comment justifier ces interdictions ?

              -Certains médecin sont radiés parce que l’ordre a estimé que ces mutileurs/sculpteurs abusaient de la détresse de ces gens pour des raisons purement financières.

              ------> Ce n’est pas la pratique médicale en elle-même qui pose problème mais l’abus de faiblesse et l’escroquerie financière. 

              -Ou que ça pouvaient rendre certaines situations dangereuses(2 pastèques de 20 kilos sur le torse, essaye de dormir sur le dos avec cela, sans parler des problèmes de dos....)

              ------> Bien sur que certaines pratiques médicales sont dangereuses mais les augmentations mammaires ne sont pas interdites. 


            • vote
              maQiavel maQiavel 28 février 2017 13:32

              @Zatara

              reste la dépendance du corps à une technologie (donc affaiblissement de ses capacités propres à vivre dans un environnement naturel, ou de ce qu’il en reste....)

              ------> Mais ça existe déjà, et depuis l’homo-habilis cette dépendance. Je ne vois pas ou est le problème. Tu n’aimes pas l’exemple du feu mais je le trouve tout à fait indiqué : on ne peut plus digérer les aliments crus comme le faisait l’homo Erectus. Et alors ?   smiley

              -la possibilité (j’oubliai) de hacking dans le cadre de micromachine (non biologique, cf hacking pacemaker)

              ------> Oui mais ce n’est pas parce qu’une technologie pourrait être utilisé à des fins hostiles qu’il faudrait interdire cette technologie. Sinon sur cette base, on pourrait interdire n’importe quelle technologie, les voitures par exemple parce qu’il existe des tueurs au volant.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès