• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Retraites : inégalités, les chiffres qui tuent

Retraites : inégalités, les chiffres qui tuent

Le vrai problème des retraites ? 1 pauvre sur 4 meurt avant la retraite (à 62 ans) ! Pour les riches, 1 sur 4 meurt avant 80 ans... (chiffres pour les hommes)

Dans la maison Macron on a donc réagi pour diminuer aggraver cette inégalité : "il faut reculer l'âge de départ à la retraite !".

La première réaction, dès 2017, avait consisté à supprimer des critères de pénibilité, là aussi en diminuant aggravant les inégalités...

 

RETRAITES : LE CHIFFRE QUI TUE

1 pauvre sur 4 meurt avant la retraite. Oui, vous avez bien lu. On n'est pas tous égaux face à la vieillesse, et certains - les cadres, les riches - profitent beaucoup plus de la retraite que d'autres : les gens au SMIC et en dessous, les ouvriers, les petits employés..

Le graphique INSEE (Table de mortalité) : https://public.flourish.studio/visualisation/1311817/

On ferme les yeux sur ce qui est en réalité le VRAI problème des retraites.

Pire, Macron va aggraver ces inégalités énormes en reculant encore l'âge de la retraite pour tous.

Pour découvrir nos vidéos sur les retraites (et plein d'autres !) sur Osons Comprendre :
https://www.osonscomprendre.com

 

Retraites : le braquage à 72 milliards qu’aucun média n’a vu

Retraites : un braquage à 72 milliards. Aucun média ne parle du pire scandale de la réforme des retraites.
En sortant les plus gros salaires des cadres du système, Macron ampute le financement des retraites de 4,5 milliards/an.
Vous avez bien lu : 4,5 milliards de perdus chaque année jusqu’en 2040.
Mais pourquoi creuser le déficit des retraites ?
Et bien sur ces 4,5 milliards/an, 2,7 milliards iront aux grosses entreprises.
Jusqu’à 2040, ça va faire 43 milliards de cadeaux. Y’en a qui vont pas rater Noël !
Et le pire : c’est que ça va être à nous tous de payer la retraite des cadres les plus riches !

 

L'arnaque sur nos retraites : explication

Cette vidéo explique comment Emmanuel Macron et son gouvernement sont en train de nous arnaquer sur nos retraites.

 

Tags : Politique Société Scandale Arnaque ? Retraites Précarité Polémique Emmanuel Macron




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • 1 vote
    JL 10 février 12:03

    Bonne vidéo.

     

    Oui, le vrai problème des retraites c’est bien que 1 pauvre sur 4 meurt avant la retraite (à 62 ans) ! Et le projet Macron ne règlera pas ça du tout.

     

    " le gros cadeau de cette réforme, c’est plutôt les 2,7 mds d’€ par an que les entreprises n’auront plus à verser aux caisses de retraites pour les hauts salaires".

     

    En fait, elles augmenteront les salaires dans la même proportion ; et les cadres se tourneront vers les fonds de pension. Cet artifice est un moyen de détourner l’argent de la répartition vers la capitalisation.

     

     Ceci dit, je vous propose ci-dessous une analyse complémentaire :

     

     Il y a 30 ans, le partage de la Plus-value se faisait suivant le rapport « part du travail / part du Capital » = 70/30. Aujourd’hui, il est tombé à 60/40.

     

    L’Objectif du Capital est de l’amener à 50/50. Rappelez vous Sarkozy qui disait :

     « Un tiers pour l’investissement ; un tiers pour le capital ; un tiers pour le travail.  »

     

    La réforme des retraite est un des moyens pour y arriver.

     

    Macron, vous l’avez signalé dans l’article, disait : « il n’y a pas de problème de financement des pensions de retraite  » 

     

     En effet : Aujourd’hui, le rapport actifs / retraités est de 4 pour 1. Demain il sera 3 pour 2. Alors on nous dit : « les gens vivent plus vieux, donc ils doivent travailler plus longtemps, sans quoi on ne pourra pas payer les retraites. »

     

    Or si on y réfléchit un peu : dans 30 ans les gains de productivité seront tels que chaque travailleur produira autant que 2 aujourd’hui. Le « gâteau » sera donc deux fois plus gros. Certes il y aura deux fois plus de retraités, mais le nombre total de parts sera toujours le même, égal à 5 = 4+1 = 3+2.

     

    Et c’est ainsi que le Capital compte se garder pour lui tout seul, les bénéfices des gains de productivité, comme il le fait depuis toujours : N’oubliez pas que les versements de dividendes sont en progression insolente cependant que les salaires stagnent, quand ils ne régressent pas, car quoi qu’on en dise, il y a inflation.

     

     Ps. J’ai fait cette analyse à la louche, à main levée. Elle demande à être affinée. Mais le principe est bon. J’ai seulement piqué les idées dans cette vidéo : La Réforme des Retraites - Franck Lepage Gaël Tanguy Partage richesses Sarkozy Hollande durée vie (26 petites minutes, que vous ne regretterez pas non plus)


    • vote
      BA 10 février 19:39

      Sur le site de Mediapart :


      Education Nationale : des sous-salariés  ?


      Les enseignants, des « sous-salariés  » ? Il faut le croire. Sous-payés, méprisés par leur Ministre qui leur propose des augmentations indignes supposées compenser les pertes à venir de leur retraite, passés pour pertes et profits pour les grandes centrales syndicales, et en premier lieu celle de Monsieur Berger qui soutient la réforme. 870.000 « sous-salariés », dont chacun se contre-fiche. A tort.


      Ils pourraient en rire si ce n’était tragique... Des pertes de retraite hallucinantes dans le système de retraites par points envisagé - 30% pour les nouveaux entrants dans la carrière... Monsieur Blanquer qui dit pouvoir compenser ces pertes par des augmentations « de dingue ».... Et des scénarios présentés aux syndicats enseignants le 7 Février dernier dont l’un annonce en 2021 pour un enseignant à l’échelon 2 une prime de 157 euros nets mensuels ( c’est 0 pour l’échelon 6).


      2200 euros bruts annuels au mieux rapportant...2, 55 euros de retraite brute mensuelle ( alors que les pertes sont d’environ 1000 euros sur une carrière complète d’un nouvel entrant dans la carrière....). Sous forme de prime non pérenne sur l’ensemble de la carrière.


      A l’échelon 5, dans ce scénario 1, c’est 900 euros bruts annuels, rapportant 1,04 euros bruts de pension mensuelle.

      Mieux ! Les primes proposées font...que le salaire recule parfois si on monte d’échelon. Où voit-on cela ? Dans quelle entreprise ? Qui peut décemment proposer cela dans une négociation sérieuse qui ne prendrait pas les salariés dont on parle pour des...............

       

      A terme, un métier en voie de contractualisation.


      Le mépris est à son sommet. Et les parents d’élèves – et même tout citoyen- feraient bien de se méfier de ce mépris affiché pour ceux qui se sont engagés dans la carrière enseignante. Parce qu’il devient évident que, contrairement à ce que peut dire le Ministre de l’Education Nationale, il n’y a pas de volonté de revaloriser les débuts de carrière ( ni le milieu, ni la fin d’ailleurs – et surtout pas de garantir une retraite décente après une carrière entière à être sous-payés au regard des études faites). Et il n’y a donc pas la volonté de garder un corps d’enseignants ayant une formation académique solide, passant un concours longtemps très exigeant, s’engageant dans une carrière longue où l’expérience est essentielle.


      Plus personne ne voudra faire dans de telles conditions le métier d’enseignant de façon pérenne. Place aux contractuels, passant un moment dans l’Education Nationale et en repartant aussi vite, n’accumulant pas les fruits de l’expérience dans la gestion de classe. On a été trop inattentif à la Loi de modernisation de la fonction publique publiée le 6 Août 2019 au Journal Officiel et permettant « le recours élargi au contrat sur les emplois de direction et les emplois permanents de catégorie A, B et C ». Place aux contractuels !


      La CFDT saura-t-elle être attentive aux 870.000 sous-salariés de l’EN ? Ou les passera-t-elle pour pertes et profits ?


      Des journées et des journées de grève n’auront pas suffi. Seule la CFDT semble être susceptible de mettre un coup d’arrêt à cette réforme sur le fond de laquelle la centrale syndicale est d’accord, mais qui tape sur la table depuis peu en affirmant que la question de la pénibilité et de l’âge-pivot restaient un casus belli.


      Alors je le demande à Monsieur Berger : ferez-vous un casus belli aussi de la paupérisation massive à la retraite de toute une profession qui compte 870.000 membres ?


      Le 24 Novembre 2019, vous affirmiez sur France Inter dans l’émission Questions politiques que la réforme supposait, pour les enseignants, une revalorisation, qui se ferait en 10 ans...Pouvez-vous m’expliquer, Monsieur Berger, comment une perte de 1000 euros bruts mensuels de retraite générée par le système que vous soutenez pourrait être compensée en 10 ans à coup d’augmentations maximales amenant 2,55 euros de retraite brute mensuelle ? C’est 392 ans, qu’il faudrait qu’un nouvel entrant travaille pour compenser les pertes ! Ca, c’est de la pénibilité... Mais peut-être les enseignants ne sont-ils pas des salariés dignes de votre intérêt. Ils sont sans doute des « sous-salariés », en somme....


      https://blogs.mediapart.fr/pascale-fourier/blog/100220/education-nationale-des-sous-salaries


      Boîte noire :



      Les quatre scénarios de revalorisation pour les professeurs des écoles :


      http://data.over-blog-kiwi.com/0/71/81/04/20200208/ob_865c64_scenarii.pdf



      • vote
        JL 14 février 10:20

        @BA
         
         ’’ Les primes proposées font...que le salaire recule parfois si on monte d’échelon. Où voit-on cela ? Dans quelle entreprise ?’’
         
         Oui, on voit ça dans l’entreprise sarkozienne qui a instauré le trop fameux travailler plus pour gagner plus : quand un agent de maitrise est promu cadre, il gagne moins puisque la totalité de son salaire est soumise à impôts et charges, contrairement aux heures supplémentaires qu’il percevait dans son ancien statut.


      • vote
        yoananda2 14 février 10:38

        @JL

        trop fameux travailler plus pour gagner plus : quand un agent de maitrise est promu cadre, il gagne moins puisque la totalité de son salaire est soumise à impôts et charges

        Tout à fait. Grosse louche, si tu prends un salaire net (net pas brut) tu fais X2 pour passer à ce que le patron paye vraiment. Donc, la moitié de ce que tu gagné t’es pris. Ensuite, tu rajoutes la TVA 20%, donc, 70% de ce que tu gagne va dans les poches d’autres. Il ne te reste que 30%. Sur ces 30% misérables qui te restent, tu as les dépenses contraintes : l’appart, la bouffe, la voiture obligatoire pour aller bosser. Il ne te reste que de la monnaie de poche, env 10%.

        Si tu es cadre c’est encore pire parce que tes heures ne sont pas comptées.

        Alors oui, travailler plus pour que d’autres gagnent plus, ça c’est vrai.

        D’autres qui sont censé "gérer" ton argent pour toi, on voit ce que ça donne avec la réforme des retraites. On voit ce que ça donne avec la police qui LBDise les GJ et laisse tranquille les racailles ; On voit ce que ça donne à l’ednat qui fait de la propagande post-féministe, on va ce que ça donne avec l’immigration. On voit ce que ça donne avec le système médical.

        Donc oui, travaillons plus pour que Sarko gagne plus.


      • vote
        geedorah 10 février 21:04

        c"est pas grave, le problème en france c’est les étrangers, étrangers qui sont pauvres.

        donc la pauvreté est en fait une solution au problème des étrangers... plus ils sont pauvres plus ils meurent vite, le monde est bien fait ! vive les riches (qui le méritent)



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès