• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Un journaliste infiltré dans la police
#29 des Tendances

Un journaliste infiltré dans la police

Il y a trois ans, Valentin Gendrot, journaliste trentenaire, décide de pénétrer un monde "qui divise les français" en utilisant une méthode controversée : l’immersion dans ce monde violent et exposé au phénomène de sur-suicide. En revenant, sur les critiques qui lui sont formulées, notamment sur les réseaux sociaux, ce "flic déjà à la retraite", comme il aime se qualifier, réaffirme la nécessité de ce genre de procédé journalistique.

Une fois diplômé, après 3 mois de formation "low-cost" et éloignés des réalités policières, Valentin Gendrot passe plus d’un an dans l’I3P : l’Infirmerie Psychiatrique de la préfecture de Police. Puis, il découvre le terrain, le vrai, celui du 19ème arrondissement. Dès sa première journée, il assiste aux agissements d’une bande de policiers haineux et violent. Tabassage des "bâtards" (l’injure raciste pour qualifier les jeunes hommes noirs et arabes) en garde à vue, dans les fourgons de police : l’auteur révèle, dans son livre, les violences qui passent sous les radars de la hiérarchie.

Au fil de son enquête, Valentin Gendrot se transforme. Ce n’est plus lui qui infiltre la police, mais le métier et ses pires représentations qu’il intériorise. Il "joue" alors au "bon élève policier", "pour se fondre et documenter les bavures auxquelles il assiste". Un déchaînement de violence le marque particulièrement. La victime, Konaté, n’est qu’un jeune de 16 ans. Mais le journaliste n’interviendra pas. Il ira même jusqu’a se rendre complice d’un crime : "faux en écriture", pour protéger son collègue agresseur, et à "charger", avec la complicité de tout l’équipage, le jeune homme qui portera plainte pour violences policières.

Tags : Société Journalisme Police




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • 3 votes
    perlseb 5 septembre 21:54

    Quand on apprend en primaire le loup et l’agneau de La Fontaine, on apprend que la force fait ce qu’elle veut. Alors, pour qu’un monde soit "juste", il faut absolument que la force soit du côté de la justice. On peut écrire des gros bouquins sur le sujet mais combien de millénaires faudra-t-il pour le mettre en pratique ?

    Une police juste ne devrait jamais être organisée de manière hiérarchique (obéissance). L’obéissance peut mener aux camps de concentration.

    Les policiers devraient donc être des gens avec une grande morale, très responsables et devraient agir avec leur conscience de manière autonome. Ils devraient être les plus respectables de la société, d’une certaine manière. Eventuellement, lors de missions à risques, un commandement s’impose (pour coordonner sans tergiversations), mais le choix du "chef" opérationnel devrait s’effectuer de manière tournante.

    Mais toute dictature tire un gros avantage d’avoir des idiots prêts à obéir à n’importe quel ordre, on le voit bien lors des manifestations. Bref, pour savoir si on est en démocratie, il suffit de regarder si la police est organisée de manière hiérarchique.

    Je ne parlerai même pas de la séparation des pouvoirs en France (merci M. Montesquieu pour nous classer dans une dictature) : à cause du système pyramidal (garde des Sceaux, ministre de l’intérieur, préfets, etc...), il n’y en a aucune.


    • 3 votes
      Super Cochon 6 septembre 13:24

      .
      .
      Valentin Gendrot ! ........ ce FAUX journaliste mais VRAI militant de Gauche qui utilise une carte de presse pour balancer sa propagande mensongère bien orienté politiquement n’a malheureusement RIEN trouvé au bout de 6 mois de son immersion dans la police , pour sa petite enquête à charge afin de salir la police travaillant dans les quartiers immigrés qui détestent l’Occident et tout ce qui n’est pas Blancs !
      .
      .
      Valentin Gendrot ! ........ on attends maintenant ton immersion dans un quartier islamisé à majorité étrangère , un petit déménagement de 6 mois pour savourer les joies du "Vivre Ensemble" et de la "Richesse Multiculturelle" !
      .
      .
      Va y ! ....... et tu vas vite découvrir ou se trouve le véritable racisme !
      .
      .
      .


    • vote
      sls0 sls0 6 septembre 15:26

    • 2 votes
      Super Cochon 7 septembre 12:07

      @sls0
      .
      .
      Streetpress = propagande israélienne fiancé par les Rothschild
      .
      .

      En voici les preuves avec le noms des Sayanims qui y travaillent !
      .
      .

      https://www.egaliteetreconciliation.fr/Qu-est-ce-que-StreetPress-le-web-magazine-de-Jonathan-Myara-32493.html
      .
      .
      .

       


    • vote
      sls0 sls0 7 septembre 17:22

      @Super Cochon
      Ca serait sympa que le concho évite les sites fachos comme liens.


    • 1 vote
      Hijack ... Hijack ... 6 septembre 18:02

      Ma propre expérience ! Dans la police, entité qui plus que tout autre a l’obligation de civilité quelque soit la situation ; en effet, les incivilités c’est pour les autres.

      En général, au minimum à 90 % les policiers sont des hommes de valeur (honnêteté notamment) ... le peu qui dévient, à peu près 10 % font du tort aux autres. Intellectuellement, c’est comme partout, des intelligents, moins cons et très cons. Si excès il y a, de même que le bavures, leurs responsables sont à tous les coups des flics font partie des 10 % de pourris et des plus cons à la fois (pourcentages +ou précis, juste supposés). La très grosse majorité des flics qui font bien leur job, n’ont rien à se reprocher, mais leur image est dénaturée par le peu de ripoux parmi eux ...

      Leur vie familiale ne doit pas être facile ... Si je comparais les flics d’aujourd’hui à ceux d’il y a 2 ou 3 décennies, il n’y a pas photo, je veux dire par là que les flics de nos jours sont très sympas et moins cons que leurs prédécesseurs dans le temps.


      • 1 vote
        perlseb 6 septembre 19:22

        @Hijack ...
        Vous avez sûrement raison, et la phrase de Coluche ("La police, c’est un refuge pour les alcooliques qu’on n’a pas voulu à la SNCF et aux PTT.") n’est sûrement plus vraie aujourd’hui. Mais je pense quand même qu’il y a 2 sortes de policiers : ceux qui veulent la justice et ceux qui veulent l’ordre et ce n’est pas du tout pareil.
        Par exemple, si on leur demande (est-ce démocratique ?) d’être très sévère avec les gilets jaunes, alors ceux qui veulent la justice n’obéiront pas (et je pense sincèrement qu’il y en a une bonne proportion) mais ceux qui veulent l’ordre seront surexcités.
        Au contraire, s’il y a des affaires de pédophilies qui touchent nos élites, l’affaire peut très bien se retrouver dans un tiroir avec une promotion à la clé (et on n’a pas besoin de mettre au courant les policiers qui veulent la justice).


      • 3 votes
        Hijack ... Hijack ... 6 septembre 19:45

        @perlseb

        Oui, et dans tout ça ... il faut séparer les exécutants et les donneurs d’ordres.
        Je n’’avais pas pensé à la séparation entre ceux qui veulent l’ordre et ceux primant la justice et, tu as raison, la différence doit être soulignée ... au temps pour moi, je n’avais séparé que les bons des mauvais ... j’en conclus donc, que parmi les plus mauvais et cons à la fois se trouvent ceux qui ne sont que pour l’ordre /// les autres, les meilleurs donc pour la justice.


      • vote
        Mervis Nocteau Mervis Nocteau 12 septembre 21:29

        C’est énorme : on doit à ce journaliste une forme de témoignage, et il est limite accusé de racisme presque au début de l’interview. Il devient lui-même suspect pour l’interviewer ... On en est là des délires gauchistes : ce journaleux a priori gauchiste, on le suspecte d’être devenu d’une autre espèce d’avoir opéré une infiltration grâce à laquelle on peut en apprendre selon nos certitudes idéologiques ... Quelle tare. Et cela repart sur la question de sa non-intervention face à l’humiliation d’un ado par un collègue, et apparemment ce sont des choses que d’autres lecteurs reprocheraient à l’investigateur ... Ce sont tous des psychotiques moralistes ... Et cette recherche d’un racisme systémique ! l’infiltré a au moins de l’honnêteté intellectuelle dans sa démarche : il ne saurait en parler, et il n’y a pas de directives quant aux gens de couleurs, même s’ils vont surtout contrôler les "non-Blancs", tandis qu’en fin de compte une minorité de la brigade est raciste (mais le racisme anti-blancs existe aussi !). De plus, l’infiltré précise très bien que c’est un métier difficile. L’interviewer est dans la frénésie de la démence gauchiste moralisante. Il est jeune aussi, et dans ses préjugés ... limite à la fin, il voudrait amalgamer tous les flics à des violents, contre le message de l’infiltré ... Votre commentaire en sus, mat-hac, est fallacieux : il ne s’est pas autant laissé transformer que cela ! par contre c’est ce que voulait lui faire dit son gentil crétin d’interviewer. Bande de fous.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès