• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Christophe G

Christophe G

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 1 vote
    Christophe G Christophe G 7 avril 21:41
    Pour alimenter le débat sur cette décision, voici quelques chiffres qui permettront de mieux comprendre l’impact de l’aviation légère sur l’émission de gaz à effet de serre.
    En 2019, les aéronefs légers ont réalisé 529.580 heures de vol. (source Fédération Française aéronautique). Un aéronef léger type DR 400 consomme en moyenne 30l à l’heure de carburant « AVGAS » qui s’assimile à un super carburant plombé. On arrive donc à 15.900 m3 consommés sur une année. En y ajoutant les ULM qui ont réalisé 447.151 heures de vol à 8l à l’heure en moyenne, soit 3.577 m3, on arrive à 19 477 m3.
    Le total du carburant routier (gazole et SP95 toutes catégories) consommé en 2018 a été de 50 046 044 m3. Il y a 38,2 millions de véhicules légers en circulation en France à comparer à 2 280 aéronefs légers répartis dans 574 aéroclubs.
    Le carburant consommé par les aéronefs légers représente donc 0,04 % du carburant routier.
    S’attaquer aux aéroclubs s’apparente donc à écoper le Titanic avec une petite cuillère.
    Madame le Maire de Poitiers déclare : « L’aérien, c’est triste, ne doit plus faire partie des rêves d’enfants aujourd’hui ». Il ne s’agit pas que de rêves d’enfant mais d’activités associatives conduites par des bénévoles fédérant des passionnés de tous horizons qui feront naître des vocations, qui sensibiliseront les jeunes aux métiers de l’aéronautique et permettront aux anciens de transmettre des compétences, des savoir-faire. Il s’agit simplement aussi d’associations contribuant à la convivialité de citoyens se retrouvant autour d’une activité difficile et exigeante.
    On pourrait même aller jusqu’à dire que cette décision est « libérale » puisqu’elle va conduire à augmenter les tarifs à l’heure de vol et cantonner l’activité aérienne aux plus aisés. Étonnant de la part d’un parti de « gauche ».
    La cause écologique est digne d’un grand respect et, espérons-le, permettra de gagner les combats environnementaux nécessaires au bien-être de l’humanité que l’on piétine allégrement au nom de la rentabilité, de profits, de mondialisation etc.
    Mais pour mener ces combats, encore faut-il ne pas se tromper d’adversaire ; s’attaquer aux aéroclubs est aussi inutile que mesquin et discrédite le mouvement écologiste au moment où il devrait donner une orientation plus globale et stratégique dans la perspective des échéances électorales de 2021 et 2022.

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité