• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Conférençovore

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 26/07/2019
  • Modérateur depuis le 13/10/2019
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 314 144
1 mois 1 129 18
5 jours 1 18 18
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires




  • 1 vote
    Conférençovore 15 octobre 14:52

    @maQiavel
    "Camps de rééducation, etc."
    Ton propos devient de plus en plus caricatural. Je n’ai pas suivi cette affaire en particulier mais pour les voilées qui accompagnent les enfants, sur un plan juridique j’ai cru comprendre que c’était assez simple : il s’agit d’une extension du service public sous forme de délégation et donc les personnes sont soumises aux mêmes contraintes en terme de signes ostentatoires d’appartenance religieuse. Je ne vois pas en quoi on attaque la liberté de conscience (par contre, si on veut trouver des pays où c’est le cas, ça ne manque pas : Algérie, Maroc, etc.). Pour moi, cela s’apparente à du chantage : soit on laisse n’importe qui faire n’importe quoi soit c’est la dictature et le RDHSDNH. 

    Donc c’est simple : elles retirent leur voile l’espace de qq heures et c’est réglé ou alors tant pis , pas de sorties scolaires... ce ne sera pas une perte. À l’école on est censé acquérir un savoir, pas faire des sorties culturelles qui sont le rôle des parents. Idem dans les conseils municipaux et dans tous les cadres listés ci-après.

    Je suis favorable à l’extension de la loi appliquee à l’école à toute personne se trouvant dans un bâtiment où une mission de service public est assumée (hôpitaux,bmairies, enceintes des écoles, maternelles, universités, préfectures...). 

    Enfin, il faudrait se demander honnêtement qui crée les polémiques, quels comportements les provoquent, pourquoi certains tiennent tant à imposer à tous leur religion aux autres et pourquoi le "vivre-ensemble" n’existe-t-il plus. Si on veut le préserver un tant soit peu (enfin... ce qui l’en reste) il va falloir que tout le monde fasse un effort.



  • vote
    Conférençovore 15 octobre 03:32

    @Hieronymus

    Ce que je crains ce sont les fausses solutions élaborées à partir de non-diagnostics.

    Dans l’absolu il serait tentant de céder aux interdictions puisque tous ces assaillants agissent au nom d’une idéologie. Le problème est qu’on ne peut interdire une idée et quand bien même... serait-ce souhaitable ? Veut-on d’une société miroir de celle de pays sous-développés basées sur les interdits ? On peut en revanche interdire des pratiques et de manière tout à fait légale, comme par exemple l’abattage rituel qui est une cruauté inacceptable dans une société civilisée ou encore les mutilations génitales sur les mineurs. Plus largement la problématique islamique dépasse son propre cadre, englobée qu’elle est dans celle de la question migratoire. Si on ne règle pas cette dernière, là encore, légalement, sans hystérie, on ne règlera jamais la première.



  • vote
    Conférençovore 14 octobre 12:36

    @Hieronymus "et pourquoi pas ? si un débat et une réflexion ont un sens, c’est bien à fin de rechercher que peuvent être des solutions face à une situation d’une extrême gravité ? "

    Je crois que nous sommes à des années-lumière de la formulation de solutions. Pour élaborer des solutions,il faut au préalable auditer, analyser les phénomènes que nous avons (je les désigne par 3IT) et examiner leur niveau de corrélation. Pour cela, il faut pouvoir mesurer, aborder les problématiques sans idéologie... ce qui, en Fr, est, pour le moment, impossible et explique notre impuissance. J’ai entendu le Général Soubelet et son discours à base de yakafaucon m’a paru emblématique de l’impuissance structurelle dans laquelle l’autorité publique se noie.

    "pourquoi es tu si caricatural en parlant de "marotte" d’interdiction du salafisme ? c’est une question tout à fait pertinente qui mérite d’être posée"

    Bien entendu qu’elle doit l’être. Je dis juste que c’est une sorte de carte magique très souvent brandie par ceux qui n’ont pas compris ce à quoi ils avaient à faire. Quantité de terroristes n’ont eu aucun lien avec ces mouvances. On peut interdire les salafistes ou les MF, je te garantis que cela ne changera pas grand chose en l’état et même aura des effets négatifs probablement pires encore.



  • vote
    Conférençovore 14 octobre 11:11

    @Julot_Fr On peut aussi dissocier les attentats des exploitations possibles de ceux-ci par la suite. "Diversion" ou "acte de propagande" signifient, au moins dans le premier cas, une responsabilité au-delà de l’auteur des faits lui-même, une préméditation (une diversion implique la volonté de dissimuler autre chose, reste à expliquer quoi)ou pour le dire plus directement, un complot. Pourquoi pas... Des éléments pour accréditer cette affirmation ?

    En admettant que "pourquoi" soit acquis, resterait à préciser le "qui" et les faits concrets menant à ces responsables.



  • vote
    Conférençovore 14 octobre 10:57

    @Hieronymus Raufer n’est pas là pour proposer des solutions. C’est le rôle des politiques. Il analyse la manière dont le renseignement (ici singulier de la PP de Paris) a fait face à l’infiltration en son sein d’un ennemi de l’intérieur. Quant à Barbara Lefebvre, prof d’histoire géographie (compétences sur la question du terrorisme, du renseignement, de la sécurité intérieure ??) je doute de ses qualifications sur le sujet mais cette marotte de l’interdiction du salafisme et de la confrérie des FM et ses ramifications très répandue à droite, montre qu’elle n’a pas bien compris la problématique.

Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès