• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel

 
Machiavel est incontestablement le premier penseur de l’Etat stratège et de l’évolution institutionnelle. Son innovation est la création du « vivere politico ». Le « vivere politico » machiavélien n’est pas un objectif éthique en soi, mais un moyen de défendre la liberté civique et les multiples objectifs des individus afin de maintenir la stabilité de l’État dans une période trouble favorable au déclin d’une république.
Dans le républicanisme de Machiavel, l’État existe en tant que fin en soi, mais il se maintient grâce à la liberté civile et à la participation active du peuple : il y a clairement une co-évolution entre la solidité de l’État et l’activité civique, le « vivere politico ».
Machiavel énonce les principaux traits de caractère du leader républicain : avant toute chose, c’est un architecte. Les fondations de l’État doivent être solides, tant dans le domaine institutionnel que dans le domaine physique, et encourager le comportement vertueux. Deuxièmement, il sait concevoir des institutions adaptées à la culture des citoyens sans se poser la question de la forme du meilleur régime politique. Troisièmement, c’est un médecin : il ne se contente pas de soigner, mais il prévient aussi et surtout la corruption en adaptant les institutions. Il doit anticiper l’arrivée de la mauvaise fortuna de manière à renforcer sa virtù. Le diagnostic est propre à chaque situation et aux circonstances, afin de faciliter les capacités adaptatives des institutions. Afin d’éviter la constitution d’intérêts acquis, le dirigeant doit être issu du peuple mais est toutefois borné par un peuple actif politiquement qui limite et contrôle son pouvoir. Et il doit y avoir rotation parmi les agents de l’État afin d’équilibrer le bien commun du petit nombre et celui du grand nombre grâce à l’activité civique directe.
Machiavel ne souhaite pas bâtir un régime parfait d’harmonie sociale, mais considère que la lutte entre les classes sociales et les intérêts divergents est normale et témoigne d’une vie civique active, qui permet au bien commun du grand nombre de triompher sur l’intérêt privé des puissants. Les conflits sont nécessaires et font partie du « vivere politico ». Ils ne menacent pas l’État, mais le renforcent, puisque aucune république ne peut exister sans passions et leur expression organisée. Le renouvellement de la vertu civique par le biais des conflits produit un équilibre dynamique différent d’un ordre princier imposé.
Machiavel explique que le processus de corruption commence lorsque l’individu perd son autonomie et n’est plus en mesure d’agir en tant que citoyen actif et que le pouvoir du grand nombre devient le pouvoir du petit nombre.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2011
  • Modérateur depuis le 24/01/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 305 23947 19069
1 mois 0 7 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1898 1697 201
1 mois 2 1 1
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 7 octobre 15:32

    Je n’ai pas suivi la polémique Zemmour, j’étais un peu prit ces derniers temps mais il est vrai qu’il y’a un point commun entre Zemmour et Soral. Les deux ont une pensée « système » de type holiste et attribuent à une catégorie d’individus (juifs ou musulmans) des caractéristiques négatives. Non pas que les catégories auxquelles ils s’attaquent sont exempts de reproches, mais les deux ont la particularité d’exagérer cette négativité de façon paroxystique, au point d’en faire une tumeur de l’espace social. Et bien sûr, leur approche holistique les exonère d’étudier les actions produites par l’ensemble des individus qui composent les dites catégories et masque par conséquent la pluralité et les différences en leur sein (ce tableau correspond plus à Zemmour qu’à Soral en réalité, ce dernier a déjà montré qu’il est capable de nuancer intelligemment sa vision quand il en a envie, c’est juste qu’il a compris que c’est très vendeur sur le marché des nouvelles opinions publiques). Cette vision unitaire et uniforme peut donner l’impression aux esprits non avertis par ce type de biais cognitif que les dynamiques sociales sont totalement déterminées et que les pires scénarios sont inéluctables sans actions vigoureuses contre les groupes incriminés. 

    Dans ce lot, je mettrai aussi Houria Boutedja. 



  • 2 votes
    maQiavel maQiavel 20 septembre 20:53

    @jesuisdesordonne

    Non, il n’est pas question de blacklistage ou de pression mais de bon sens. Ce n’est pas parce qu’une personne souscrit aux analyses de FA sur le traité de Maastricht que tout d’un coup elle lui apporte son soutien. Pour l’illustrer par un exemple, il y’a plusieurs analyses de Mélenchon ou même de Marine Lepen avec lesquelles je suis d’accord, mais ce n’est pas pour ça que je les soutiens.

    Encore une fois, ce n’est pas la première fois qu’on voit ce genre d’enrégimentation à l’insu de son plein gré à l’UPR et certaines personnes , surtout celles qui ont des tendances anarchistes et qui rejettent par principe les partis politiques, peuvent très mal le prendre.



  • 6 votes
    maQiavel maQiavel 20 septembre 20:43

    @jesuisdesordonne

    Oui, j’avais vu la vidéo. Non mais la critique de Chomsky par Onfray était nullissime, j’ai rarement vu une production d’un telle indigence chez un philosophe. Et comment pourrait-il en être autrement puisque selon ses propres aveux ( je dis ça de mémoire), il n’avait jamais lu Chomsky  smiley . Ce n’est pas sérieux.  smiley



  • 2 votes
    maQiavel maQiavel 20 septembre 20:24

    Sinon, encore un joli ratage de l’UPR qui est allé trop vite en se tarquant d’un soutien.

    Et comme d’hab, des cyber militants de l’UPR vont rejeter la faute sur Onfray ( que je n’apprécie pas particulièrement ) sans remettre en question leur comportement qui consiste à enrégimenter des gens connus ( ce n’est pas la première foi que ça arrive, cfr le cas d’Etienne Chouard ) tellement ils ont soif de soutien de personnalité médiatisée. C’est ce genre de choses qui fait passer l’UPR pour le plus sectaire des partis et qui fera justement fuir les quelques personnalités ayant de la sympathie pour FA.

    Il va vraiment falloir que les militants remettent en question certains de leurs réflexes pour le bien de leur parti mais bon , je sais bien que c’est un vœux pieux.



  • 15 votes
    maQiavel maQiavel 20 septembre 20:06

    « J’en avais beaucoup mal parlé parce que je ne savais pas ce qu’il disait véritablement ».

    ------> Voilà, critiquer alors qu’on est mal informé, je ne suis même pas étonné  smiley . On ne peut pas s‘en étonner quand on connait la méthode Onfray. Comme je l’avais déjà mentionné, Onfray ne pense, ne réfléchit et ne commente l’actualité qu’à partir de ce qu’il lit et comprend des médias officiels. C’est donc exclusivement de ce canal qu’il construit son analyse de notre société. Sa méthode est aussi simple que ça. Et comme il ne voyait que des passages d’ Asselineau dans la presse mainstream, il ne pouvait qu’avoir des à priori négatif. C’est aussi à cause de cette méthode qu’il a souvent dit des énormités en matière de politique étrangère. Par exemple, il ne connait le Venezuela qu’à travers le prisme de libé ou du figaro et il n’a jamais ressenti le besoin d’aller plus loin, ce manque d’information ne l’empeche pas de dire beaucoup de mal de Chavez.

    Bref, je trouve ce monsieur de plus en plus inintéressant.

Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès