• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Mervis Nocteau

Tableau de bord

  • Premier article le 22/08/2019
  • Modérateur depuis le 06/01/2020
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 40 413 1203
1 mois 2 4 3
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 416 318 98
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 1 vote
    Mervis Nocteau Mervis Nocteau 6 janvier 21:41

    L’interviewé parle très bien de Nietzsche, quoiqu’il ait un côté intimement catholique (assumé) dans sa démarche. Il a donc tendance à prôner une forme de sainteté de l’aristocratisme nietzschéen, absent de chez Nietzsche.

    Nietzsche est régulièrement une référence dans le néopaganisme. Il est, effectivement, un genre intellectuel de néopaïen, dans sa révérence pour Dionysos et sa façon d’en tirer des conséquences existentielles, pratiques et vécues.

    Mais, certes, il divisera politiquement. Il y a des anarchistes de gauche qui s’en réclament (alors que Nietzsche était anti-égalitariste) autant que des fascistes de gauche (alors que Nietzsche conspuait l’étatisme) ; il y a des anarchistes de droite qui s’en réclament (alors que Nietzsche valorisait des formes hiérarchiques) autant que des fascistes de droite (alors que Nietzsche conspuait le militarisme). Les universitaires trouvent en Nietzsche un homme intellectuellement scrupuleux et brillant dans son genre (alors qu’il s’en prend aux purs érudits), les enthousiastes trouvent en Nietzsche un mystique et un passionné dans son genre (alors qu’il valorise une discipline et une clarté d’esprit).

    On peut dire que Nietzsche était contre le progressisme, à condition de résumer le progressisme à la volonté de confort et de moindre mal. Nietzsche était orienté vers l’avenir. Un avenir d’airain, héritier.



  • vote
    Mervis Nocteau Mervis Nocteau 6 janvier 21:40

    L’interviewé parle très bien de Nietzsche, quoiqu’il ait un côté intimement catholique (assumé) dans sa démarche. Il a donc tendance à prôner une forme de sainteté de l’aristocratisme nietzschéen, absent de chez Nietzsche.





  • 1 vote
    Mervis Nocteau Mervis Nocteau 6 janvier 13:01

    Bien entendu. Pris substantiellement, Nietzsche finit catégorisé à l’extrême-droite par le commun des mortels. Et, franchement, on s’en fout (1, 2).



  • vote
    Mervis Nocteau Mervis Nocteau 2 décembre 2020 08:12

    Le platonisme=socratisme est une telle sainteté, les chrétiens ne s’y sont pas trompés en comparant Socrate (le Socrate mis en scène par Platon) et Jésus (mis en scène par les évangélistes). La comparaison était aidé par une première base de témoignages sans première bourre.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité