• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Zatara

Zatara

“Ils entraînent les jeunes hommes à déverser du feu sur les gens. Mais leurs commandants leur interdisent d’écrire “fuck” sur les avions parce que c’est obscène”

Tableau de bord

  • Premier article le 13/02/2014
  • Modérateur depuis le 17/02/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 155 11153 4730
1 mois 6 188 98
5 jours 1 39 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 105 101 4
1 mois 1 1 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    Zatara zatara 14 février 2014 14:51

    Je n’ai pas dis que c’était un bon film, ni que je voyais la chose exactement comme ce film, c’était juste pour l’image. Maintenant, pour être clair, je pense que le capitalisme tel qu’il est voulu (car finalement autorisé) aujourd’hui, c’est à dire sous une forme extrêmement libéral et agressif ( au passage, je ne suis pas anticapitaliste, je suis pour le démantèlement de toute forme de pouvoir abusif et sans contrôle) est vendu comme un accélérateur de mondialisation (et tout le baratin à base de disparition de guerre, etc). Plus il sera agressif, et plus vite sera réalisé la mondialisation (parce que la fin du pétrole arrivant, il reste pas beaucoup de temps pour déployer le grand marché) mais qui se trouve être un système permettant l’avènement d’une super classe internationale. Il ne doit y avoir qu’un seul chef



  • 2 votes
    Zatara zatara 14 février 2014 14:22

    Pourriez vous développez sur Lordon ?? Merci d’avance !



  • vote
    Zatara zatara 14 février 2014 14:08

    Orwell s’est planté : à terme, le prolétariat n’a pas vocation à être intégré dans le nouveau "système"



  • 1 vote
    Zatara zatara 14 février 2014 14:04

    Salut maq,
    toujours super intéressant, merci
    j’ai pas encore vu la vidéo mais par rapport à ton article, je pense qu’il faut avoir en tête que le but final, à mon sens, n’est pas, par définition, de préparer ou d’opérer un basculement global des masses, pour que tout le monde fasse partie du grand marché œcuménique. Je vois une version un peu plus...disons "elysiumienne".



  • vote
    Zatara zatara 14 février 2014 13:47

    Salut maQ !

    Même la violence institutionnalisée n’est pas un mal en soi. Un peuple doit pouvoir concentrer la violence en un point du champ social pour la projeter sur l’extérieur, ça s’appelle la guerre.Les peuples qui ne se sont pas adaptés à cette réalité n’existent plus, ils ont été exterminés.

    Toute forme de violence n’est que l’aboutissement d’une logique dominatrice culturel, sociétal et économique. Puisque nous parlons ici de violence institutionnalisé, encore une fois je pense qu’elle "admissible" dans le strict cadre de la légitime défense. Mais je voudrai juste prendre un peu de recul et te dire qu’au final je considère la violence comme un camp en soit. Je ne vois pas un champ de bataille avec A et B. J’y vois le règne d’autre chose, d’une force irrépressible, d’un rééquilibrage sous le signe de la cruauté la plus abjecte, quasi surnaturelle. L’homme à mis toute son ingéniosité à fabriquer des machines de mort en ayant pour perspective de protéger le bien contre le mal (tjrs subjectif donc) plutôt que de chercher à déterminer quelles en sont les sources Ou plutôt, si on les connait mais ça ne fait pas les affaires de certains, une question d’ego donc, qui se traduit par des manipulations de masses... L’évolution de la destruction est prodigieuse, celle de l’harmonie s’approche progressivement du néant. Si A et B (sous entendu le peuple, la nation, la cuture) avaient conscience de ce qui se tramait et de ce qu’ils allaient endurer, ils ne se feraient pas la guerre, ils opteraient pour la coopération avec un équilibrage réciproque égalitaire

Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès