• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de poetiste

sur Tunisie : Caroline Fourest part en croisade


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

poetiste 26 octobre 2011 14:01

Marché de dupes :
L’amalgame politico religieux voit à tous les coups le religieux, la croyance aléatoire l’emporter. Le printemps arabe qui demande une bouffée d’air frais, démocratique, risque fort de se faire récupérer par des hommes de la lettre de l’Islam plus que de l’esprit des droits de l’homme.
Que répondons-nous à ce printemps ? Quelle aide apportons-nous ? Pas grand-chose et de plus nous exportons une démocratie par la force, ce qui est on ne peut plus paradoxal.
D’un autre côté, comment voulez-vous voir la neutralité de la laïcité admise quand la religion et la politique se compromettent ensemble , ce qui est rédhibitoire à toute démocratie ?
la société civile s’est faite avoir, la dictature d’un seul devient dictature théocratique. Islam et démocratie : quadrature du cercle, mission impossible. C’est la charria qui se pointe, la morale de l’inquisition que nous avons connue, côté catholique dans le passé.
Mettre en avant une morale théocratique, c’est toujours dans l’intention de s’y trouver une place avantageuse dans la distribution du pouvoir, une place facile quand on parle au nom du tabou religieux avec ses sacralisations arbitraires et ses interdits. Des politiques qui parlent au nom de Dieu ne peuvent être que des imposteurs mais c’est une bonne couverture en un monde de croyants inconditionnels.
Le printemps arabe ressemble à un automne aux prémices d’un rude hiver.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès