• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de pegase

sur Jeudi Chouard : L'heure des citoyens constituants #5


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

pegase pegase 12 avril 16:58

@maQiavel
-
Vous avez vu ? Ils sont en train de tenter de désarmer les suisses sous menace de sanction de l’UE, autrement dit ils s’attaquent clairement à leur souveraineté !

https://www.lematin.ch/suisse/loi-armes-sondages-soufflent-chaud-froid/story/30820536

Les suisses sont tous armés avec leur arme de guerre, à la maison, avec des munitions ... et ils s’entrainent régulièrement plusieurs fois par an ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_suisse

Équipements des forces terrestres
Fass 90

Les militaires suisses sont équipés du fusil d’assaut Fass 90 et/ou du pistolet P220 Pist 75, tous deux de marque SIG Sauer. Les célèbres couteaux suisses sont également mis en circulation (bien qu’ils ne soient pas rouges mais vert olive (anciennement argentés) pour les soldats et sous-officiers), mais ne sont pas considérés comme des armes.

Les soldats suisses gardent leur arme personnelle, leurs uniformes et une partie de leur équipement chez eux en cas de mobilisation immédiate. Les munitions et le matériel sont conservés dans les arsenaux où les unités doivent se rendre. Toutefois, les soldats conservent chez eux des munitions en quantité très limitée (appelées munition de poche, dans des boîtes scellées) à n’utiliser qu’en temps de guerre (pendant qu’ils rejoignent leurs unités) : une cinquantaine de cartouches pour le Fass 90 ou une boîte de 24 cartouches 9 mm pour les possesseurs de P220. Une polémique a enflé en Suisse concernant la possession de l’arme et des munitions à leur domicile par les citoyens-soldats, les détracteurs de cette tradition arguant un nombre élevé de drames violents dans la société helvétique commis au moyen d’une arme d’ordonnance. En réaction, le conseil fédéral a pris la décision de retirer la munition de poche aux hommes depuis 2007. L’arme en revanche reste partie intégrante de l’équipement personnel.

Chaque année, les soldats doivent également se présenter avec leurs fusils à un stand de tir et effectuer un programme minimum afin de conserver leur habilité (programme appelé tirs obligatoires). Les porteurs de pistolet (en général les officiers, les sous-officiers supérieurs ainsi que les troupes sanitaires) en sont exemptés. Pour l’anecdote, les officiers subalternes (lieutenant et premier-lieutenant), bien qu’équipés d’un pistolet, sont toutefois astreints aux tirs obligatoires qu’ils peuvent effectuer au choix avec un fusil d’assaut ou leur pistolet16.

À la fin de leurs obligations militaires, les militaires peuvent garder leur arme Fass 90, en souvenir, (après enquête des autorités civiles, qui contrôlent notamment le casier judiciaire), moyennant une modification de l’arme, qui supprime la fonction tir en rafale, et qui ne permet par la suite de ne tirer que coup par coup (seule fonction autorisée dans les stands de tirs).


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès